Jacques MARECHAL (Parti Communiste / Front de Gauche)

Jacques MARECHAL PC FDG Metz

Jacques MARECHAL

  • 53 ans
  • Parti Communiste / Front de Gauche
  • Conseiller municipal sortant
  • Liste « L’Humain d’abord »
  • Slogan : « A Metz l’humain d’abord »

Interview en vidéo : « 2 minutes pour convaincre »

Pour comparer le programme de Jacques MARECHAL, à celui des autres candidats à la mairie de Metz pour les municipales de 2014, cliquez ici.

Le programme de Jacques MARECHAL, le candidat du Parti Communiste et du Front de Gauche à la mairie de Metz, se compose de 4 mesures d’urgence et de 12 propositions (textes tirés du programme transmis).

Les quatre mesures d’urgence :

  • Mise en place d’un ticket famille pour le TAMM
  • Création d’un tarif social sur le chauffage urbain.
  • Interdiction des coupures d’eau et d’électricité sur le territoire de la ville de Metz
  • Pas de reprise des expulsions locatives après la trêve hivernale

Les 12 propositions de Jacques MARECHAL, candidat du Front de Gauche, s’articulent de la manière suivante :

La démocratie au coeur de la commune

Chaque choix majeur doit faire l’objet d’une information solide et contradictoire avec tous les éléments mis à la disposition des habitants. La démocratie directe sera encouragée par la mise en place de commissions municipales ouvertes à des non élus.

Un conseil local des associations sera instauré.

Des jurys citoyens seront mis en place permettant des codécisions. Des comités d’usagers seront organisés pour l’ensemble des services publics.

Il faut construire, avec la population, une nouvelle articulation entre démocratie délibérative et démocratie participative.

Débat citoyen sur le deuxième centre des Congrès. 70 millions d’euros de fonds publics sont prévus pour construire un deuxième centre des Congrès dont l’utilité n’est pas démontrée. Vérifier l’utilité de cette dépense publique voulue par un opérateur privée se fera par un débat citoyen.

Ecologie sociale

La municipalisation de l’Eau sera proposée dès 2018, date d’échéance du contrat entre Veolia et la Ville de Metz. Une gestion 100% publique permet de gérer cette ressource comme un droit fondamental et non comme une marchandise au service des profits de Veolia.

La gestion des déchets doit être optimisée le développement local du tri et du recyclage, en particulier par la création d’une usine de méthanisation / compostage.

L’Usine d’Electricité de Metz peut permettre de financer un ambitieux programme d’économie et d’efficacité énergétique et le développement du photovoltaïque en milieu urbanisé. Une partie des recettes de l’Uem doit être affectée à la mise en place d’un fond pour aider les particuliers et les bailleurs sociaux à améliorer l’efficacité énergétique de leur logement.

Cela va de paire avec la création d’une véritable filière qui intègre la conception, la production des matériaux et leur mise en place dans les appartements et logements concernés. La mise aux normes d’économie est un enjeu considérable pour des considérations énergétiques, écologiques et surtout sociales.

La Base Aérienne de Frescaty dispose des terrains nécessaires pour accueillir cette implantation. Ce chantier qui ne peut se réaliser que porté par la puissance publique. L’Etat met 20 milliards d’euros à la disposition des entreprises sans contrepartie. L’argent existe pour financer des créations d’emplois, première préoccupation de toute la population. Emplois industriels et ville sont compatibles, notamment dans ces nouvelles filières.

Une nouvelle ambition pour les transports urbains

Un enjeu pour la population et la planète

La promotion des transports collectifs doit être un objectif prioritaire pour toute politique publique.

Son développement permettra de faire correspondre réponses aux besoins de mobilité et prises en des enjeux écologiques. Il s’agit donc prioritairement de faire baisser l’utilisation de la voiture particulière dans l’agglomération en offrant à la population une alternative attractive et moderne.

La mise en place du Mettis, avec ses limites, constitue une avancée pour une partie de la population, celle qui est directement située sur le parcours de la ligne.

Un vrai service public

La réorganisation du réseau a conduit à la suppression de lignes et une baisse des fréquences pour d’autres rendant ainsi plus difficile la vie de nombreux usagers en particulier au Sablon, à Queuleu…

L’amélioration de l’offre est donc indispensable pour beaucoup de quartiers dans une logique de service public qui traite à l’égalité l’ensemble de la population.

Une autre gestion est nécessaire

Une gestion 100% publique. Dans un premier temps, il faut réduire la main mise de Kéolis (partenaire privée) de la gestion du réseau, en mettant fin à l’assistante technique dont l’efficacité n’est par prouvée mais dont le coût représente près de 800 OOO euros par an.

Cette somme pourrait directement être affectée à l’amélioration du réseau et l’achat de nouveaux bus.

La création d’un comité d’usagers est une autre piste pour palier à un certains nombres de problèmes.

Le développement du réseau, l’amélioration des dessertes appellent une autre gestion de Metz Métropole et l’arrêt des politiques d’austérités.

L’avenir du réseau

Les transports en commun doivent véritablement être prioritaires dans l’agglomération et dans les choix politiques de Metz Métropole ; Il faut résolument s’engager pour la mise en place de couloirs dédiées, extension du site propre avec matériel roulant plus adapté.

Des avances sociales sont possibles dès maintenant.

Dans l’immédiat, la gratuité des transports pour les scolaires est nécessaire, elle doit être prise en compte par Metz Métropole comme autorité organisatrice des transports. Une tarification sociale plus audacieuse pour doper la fréquentation. La mise en place d’un ticket transport famille permettra aux enfants de prendre le bus gratuitement accompagnés par leurs parents. A terme, la gratuité comme objectif n’est pas un sujet tabou.

L’éducation, une priorité

Une réelle gratuité de l’école par l’augmentation de la dotation municipale est proposée. La construction d’un véritable service public d’accueil et d’animation est nécessaire. La création d’un comité local de l’éducation permettra de créer les conditions d’une réelle concertation associant tous les partenaires (enseignants, parents d’élèves, associations, et syndicats).

L’école doit être un lieu où il est possible de faire reculer les inégalités sociales et territoriales. Une dotation spécifique pour les écoles en zones prioritaire sera créée.

L’accès gratuit à l’ensemble des structures culturelles et sportives existant dans la ville (opéra-théâtre, Arsenal, musées, cinéma, médiathèques, gymnases et piscines) à la fois dans le cadre du temps scolaire et du temps péri-éducatif est possible et nécessaire si on veut faire progresser la fréquentation de ces lieux et faire reculer les inégalités sociales. La gratuité du matériel scolaire (fournitures et manuels) sera possible en augmentant la dotation municipale.

La gratuité des transports pour les visites et les voyages scolaires sera instaurée pour faciliter les sorties scolaires dans toutes les écoles, dans tous les quartiers.

Aller vers un service public d’animation.

En créant des emplois qualifiés et pérennes en nombre suffisant pour encadrer les enfants à la restauration scolaire et pouvoir développer une véritable éducation à l’alimentation

Un partenariat permanent avec l’ensemble des acteurs culturels et sportifs de la ville dans le cadre de projets adaptés, variés tout au long de l’année scolaire sera favorisé.

Droit au logement pour Tous

Une nouvelle ambition pour Metz Habitat Territoire est nécessaire. Il faut faire reculer la spéculation immobilière, lutter contre les logements vides. Produire du logement compatible avec le pouvoir d’achat des familles.

La rénovation thermique des logements et équipements publics est décisive pour réussir la transition écologique : le secteur du bâtiment représente 25% des émissions de CO2 et 43% de la dépense énergétique en France liées notamment aux importations (gaz, pétrole…).

Les propriétaires modestes ne peuvent couvrir les coûts afférents à ces travaux de rénovation thermique. Quant au logement social, les aides sont loin d’être à la hauteur des besoins. À ce rythme, on est loin de l’objectif des 500 000 logements rénovés par an du Grenelle de l’environnement.
Faire diminuer le prix du chauffage urbain de 10% dans un premier temps.

Taxe d’habitation sur les logements vacants :

Cette taxe a été instituée à Metz par délibération du 28 septembre 2006. Cependant cette délibération limite explicitement la portée de cette mesure aux logements vacants depuis plus de 5 ans, conformément à la législation applicable à l’époque.

Le Conseil Municipal peut par délibération mettre en application cette disposition de la loi précitée, ce qui conduirait à élargir sa portée et à accroître l’incitation à remettre les logements vacants sur le marché.

Imposer des exigences de prix aux promoteurs immobiliers est voulu, la limitation de leurs marges permettra d’agir sur le coût de production du logement.

Droit à la santé pour tous

La création d’un centre municipal de santé est nécessaire pour compléter l’offre de soins. Soins de médecine générale d’abord, il complétera l’offre de soins existante : médecine libérale et hôpitaux.

Le tiers payant pratiqué sera utile à tous ; La ville de Metz refusera toute nouvelle réduction de l’offre de soins et demandera des moyens supplémentaires pour les hôpitaux de l’agglomération.

Une nouvelle ambition pour la culture et l’éducation populaire

Se cultiver ne doit plus être l’apanage d’une minorité mais de toute la population, tel est notre objectif. La confrontation aux arts et aux sciences est essentielle pour devenir un citoyen éclairé et exigeant.

Pour étendre les pratiques et les découvertes, les institutions culturelles devront s’ouvrir davantage. La médiation culturelle, en particulier vers les écoles et travailler véritablement à l’élargissement des publics sera mise en place.

Des exigences de service public seront imposées au Centre Pompidou-Metz avec un financement de l’Etat. L’accès au livre sera encouragé par un budget renforcé. Le théâtre doit trouver sa place dans la ville. Un lieu nouveau est nécessaire pour les professionnels comme les amateurs. L’accès au patrimoine, ce bien commun, sera encouragé.

Définir avec les partenaires de nouvelles missions au Centre Pompidou, en faire un établissement public de plein exercice, créer un véritable partenariat avec l’éducation nationale, les centres sociaux et les MJC.

Le centre doit disposer d’un fond plus permanent pour faire connaître les œuvres à un public plus large .

La création de complexes cinématographiques sera refusée pour préserver le cinéma de centre ville.

Mieux vivre ensemble

La création d’une société publique locale permettra d’intervenir sur proposition des comités de quartiers pour le maintien des commerces de proximités. Le PLU imposera des contraintes plus fortes pour favoriser la diversité commerciale en centre ville.

La création de lieux de rencontre intergénérationnelle. Commerces de proximité et services publics sont indispensables aux seniors.

Mixité urbaine – préserver la diversité commerciale.

Urbanisme et commerce de proximité : En premier lieu, les axes et pôles commerciaux les plus significatifs en raison de leur diversité commerciale et de leur rayonnement doivent être identifiés et cartographiés à partir d’enquêtes sur la vie des quartiers réalisés lors de la phase de diagnostic du PLU et du recensement des activités commerciales.

L’économie sociale et solidaire sera favorisée.

Plan local d’Urbanisme

Il peut mettre en place diverses mesures destinées à préserver les commerces et l’artisanat de proximité. Le règlement peut prévoir que le long des axes figurant sur une carte annexée, le changement de destination des locaux commerciaux ou artisanaux situés à rez-de-chaussée en bordure de voie devienne interdit.
En cas de mutation, les nouveaux locaux ne pourront être rattachés qu’aux destinations commerce, artisanat. Ainsi, les rez-de-chaussée commerciaux en bordure des voies protégées resteront des commerces et ne pourront plus être transformés en habitation ou en bureaux.
En dehors de ces axes, le règlement peut laisser toute latitude pour le développement de nouveaux commerces s’inscrivant dans une logique de marché. De plus, la règle peut imposer pour ces axes, la création de rez-de-chaussée commerciaux dans tout nouveau programme de construction ou de rénovation

Droit de Préemption

En vertu de l’Article L214-1 du CU, « le conseil municipal peut, par délibération motivée, délimiter un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité, à l’intérieur duquel sont soumises au droit de préemption institué par le présent chapitre les aliénations à titre onéreux de fonds artisanaux, de fonds de commerce ou de baux commerciaux.

A l’intérieur de ce périmètre, sont également soumises au droit de préemption visé à l’alinéa précédent les aliénations à titre onéreux de terrains portant ou destinés à porter des commerces d’une surface de vente comprise entre 300 et 1 000 mètres carrés.

Chaque aliénation à titre onéreux est subordonnée, à peine de nullité, à une déclaration préalable faite par le cédant à la commune. Cette déclaration précise le prix et les conditions de la cession. »

Commerces

Le maintien dans tous les quartiers des commerces de proximités sera favorisé. Nous utiliserons le Plan Local d’urbanisme pour imposer des règles plus strictes afin de préserver les activités essentielles.

Il faut lutter contre la hausse des prix des loyers commerciaux. En créant une Société Publique locale pour intervenir dans le marché et faire baisser les prix, nous pourrons également préempter pour contrer la spéculation immobilière.

Cette société publique pourra aider au maintien voire à l’implantation de commerces de proximité en association avec Les comités de quartier. Encourager le commerce équitable et les circuits courts fait également partie du plan d’action.

Renforcer la maitrise publique des équipements de la ville et de sa gestion

Création d’une régie municipale du stationnement, gestion publique des Arènes. Renforcement des services publics locaux. La passation des marchés publics limitera la sous-traitance en cascade afin de consacrer tout l’effort de la dépense à l’emploi.

Solidarités

Les dépenses sociales seront augmentées pour apporter plus d’aides aux familles et aux personnes âgées notamment. Combattre les politiques d’austérité qui étrangle le monde du travail sera une priorité. L’Etat devra assurer ses missions au service de toute la population et non au service du patronat.
La création de lieux de rencontre intergénérationnelle sera favorisée. Les services d’aide à domicile doivent devenir un véritable service public pour assurer proximité, qualité et égalité de traitement.

Dans un premier temps, la ville de Metz agira pour une meilleure coordination entre intervenants. Nous ferons reculer l’emprise du lucratif dans ce secteur. Enfin, La présence des séniors dans la cité est une richesse pour tous.

Vie associative et sport

Utiliser la subvention comme moyen normal de soutien financier aux associations, et renoncer aux appels d’offres et appels à projets qui font entrer les associations dans le champ mercantile de la concurrence et les réduisent à l’état de prestataires de services des collectivités locales.

Création d’une seconde maison des association avec un tarif qu’on pourrait fixer à 10 euros maximum/mois/m2 avec gratuité pour les associations ayant un besoin de locaux et ne bénéficiant pas de subventions.

Elaboration d’un véritable annuaire des associations pour une meilleure information des évènements prévus et associer le plus possible les associations locales aux évènements locaux et ne pas s’en tenir à des partenariats avec les mêmes associations privilégiées.

Tenir compte dans l’attribution des subventions des perspectives de création d’emploi. Soutenir le dispositif l
ocal d’accompagnement pour lui donner les moyens d’accompagner plus d’associations vers une démarche de créations d’emplois. Création de plus de lieux d’affichage public.

Favoriser la pratique sportive en diminuant le reste à charge des familles. Identifier les besoins en matière d’équipements nouveaux.

Tranquillité publique

La crise économique et sociale favorise le terreau sur lesquels peuvent grandir les trafics, la délinquance, les réseaux d’économie parallèle qui gangrènent la vie dans les quartiers.

Combattre ces fléaux est avant tout de la responsabilité de l’Etat : police et justice. La réduction constante des moyens nationaux dans ces domaines, porte préjudice à l’efficacité des actions engagées.

La police municipale doit favoriser la médiation, l’alerte sociale, l’aide aux victimes. Elle doit être une présence dissuasive et s’occuper de la surveillance de la voie publique, de la sortie des écoles, de la prévention routière.

La commune peut être porteuse d’initiatives faisant progresser le bien vivre ensemble qui est aussi l’affaire des citoyens pour faire reculer les divisions et favoriser le dialogue entre les citoyens dans les quartiers. Le comité local de sécurité doit être revivifié.

 

Pour afficher le programme complet de Jacques MARECHAL, cliquez ici.

Les 55 colistiers de l’alliance Parti Communiste / Front De Gauche à Metz (telle que transmise).
(la liste n’est pas ordonnée : en cas d’élection, les adjoints ne seront pas nécessairement désignés dans l’ordre d’apparition dans la liste)

1. M. Jacques MARECHAL
conseiller municipal, éducateur spécialisé
Pontiffroy

2. Mme Nora BENHAMIDA
couturière
Bellecroix

3. M. François MERCIER
psychiatre
Les Isles

4. Mme Hasret KILIC
étudiante assistante d’éducation
Borny

5. M. André MICHEL
cadre France Télécom syndicaliste
Vallières

6. Mme Marion LESOURD
professeur des écoles
Metz nord

7. M. Sebastien HESSE
ingénieur
Fort Moselle

8. Mme Helène POCHARD
professeure de lettres retraitée syndicaliste
Sablon

9. M. Vincent FELIX
infirmier
Sablon

10. Mme Hélène GIRARDOT
chargée d’études
Queuleu

11. M. Jerôme LAMBOUR
conseiller pôle emploi
Sablon

12. Mme Alexandra GERARD
mère de famille
Outre seille

13. M. Frédéric GUICHETEAU
éducateur syndicaliste

14. Mme Murielle GASPERMENT
conseillère en ventes syndicaliste
Queuleu

15. M. Thierry HEBERT
conducteur receveur TAM syndicaliste
Borny

16. Mme Claudine POIRSON
professeure retraitée syndicaliste
Vallières

17. M. Yannick SCHERER
aide-soignant
Devant les Ponts

18. Mme Samira OUHSSINE
animatrice
Borny

19. M. Jean-Pierre BOUR
retraité de l’UEM
Pontiffroy

20. Mme Katia GIOGIANTONIO
éducatrice spécialisée
Sablon

21. M. Stéphane BECKER
professeur des écoles
Queuleu

22. Mme Anaïs AIT MANSOUR
étudiante
Metz Nord

23. M. Jean-Marc LEVERATTO
professeur des universités
Centre-ville

24. Mme Cindy PONS
ouvrière qualifiée
Sablon

25. M. Claude ROUVIERE
retraité SNCF défenseur syndical
Quartier gare

26. Mme Nathalie BELLO
auditrice

27. M. Philippe CHARLIER
surveillant pénitentiaire
Metz Nord

28. Mme Yamina PIAULT
assistante sociale

29. M. Jean-Hugues NYALENDO
informateur spécialisé
Queuleu

30. Mme Cecile DOUKOFF
chargée de communication
Sablon

31. M. Emmanuel PEREZ
hydrobiologiste

32. Mme Jessica DURAND-Cance
gestionnaire de biens immobiliers
Centre-ville

33. M. Nicolas MATHIEU
professeur
La Grange aux Bois

34. Mme Fabienne LARCHEZ
assistante médico-administrative
Saint Symphorien

35. M. Michel GOULON
agent de maîtrise UEM

36. Mme Sylvaine MASSIGNAN
retraitée
Metz Nord

37. M. Christian MARQUES
technicien qualité

38. Mme Nathalie WAHL DANON
psychanalyste thérapeute
Centre-ville

39. M. Armand STEIN
retraité SNCF
Queuleu

40. Mme Aimeline WIGAND
libraire

41. M. Dominique LEROY
agent administratif
Metz Nord

42. Mme Lindita REKHA
interprête traductrice

43. M. Patrick TCHISSAMBOU
contrôleur de gestion
Centre-ville

44. Mme Laurence SANTUCCI
infirmière

45. M. François DOLFINI
agent de maîtrise

46. Mme Danielle GERARD
retraitée

47. M. Florian TONNON
Etudiant

48. Mme Véronique KINNE
aide-comptable
Queuleu

49. M. Jacques DURULLE
VRP
Pontiffroy

50. Mme Eliane SCHELLENBERGER
agent administratif syndicaliste
La Grange aux Bois

51. M. Loic MILLOT
enseignant-chercheur
Centre ville

52. Mme Ghislaine TRON.ROHRBACH
infirmière

53. M. Robin VEYSSIERE
intermittent du spectacle musicien
Metz Nord

54. Mme Marie MARECHAL
directrice d’école formatrice
Pontiffroy

55. Mme Ralph BLINDAUER
avocat

Jacques MARECHAL est né le 14 janvier 1961. Il est originaire Rohrbach-Lès-Bitche, en Moselle. L’actuel conseiller municipal a étudié à l’Université Paul Veraine.

Jacques MARECHAL est le candidat du Front de Gauche français aux élections municipales messines.

Carrière politique

Élu de la majorité, au conseil municipal de Metz depuis 2008.

Le candidat communiste présente en 2014 une liste indépendante de celle du maire sortant, Dominique GROS.

Election municipale 2014

Le dépôt de candidature de Jacques MARECHAL a été enregistré le 26 février par la préfecture de Moselle.

Local de campagne :

7, rue des Freres Lacretelle
57070 METZ
0638861454

site internet : http://www.metz-lhumaindabord.fr/

Pour découvrir les autres candidats, cliquez sur leur nom :


© Tout-Metz.com : élections municipales à Metz en 2014 : dossier complet de la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page