Art néo-roman Metz

Après l’annexion, les Allemands utilisèrent un style néo-renaissance de leur goût pour germaniser la ville, un style néo-renaissance qui avait déjà ses racines dans certaines constructions françaises.

Parallèlement à ce style, ils vont très vite en développer un autre, dans la même volonté de germanisation de la culture Messine : l’art néo-roman.

Contexte historique

A partir des années 1880, et surtout 1890, la tentative de germanisation s’intensifie à Metz. Et on construit des bâtiments à la fois symboliques et très utilitaires.

Ainsi le Temple Neuf, après le Temple de garnison, pour permettre à la population allemande protestante de suivre le culte.

Ou encore la gare et la poste centrale : Metz devient un point d’appui allemand très important, politique et surtout militaire. On décide alors de moderniser et améliorer les capacités des infrastructures de la ville, des chemins de fer à l’envoi du courrier !

Architecture

Comme le néo-gothique et le néo-renaissance, l’art néo-roman se base sur une inspiration ou une imitation de l’art roman du début du moyen-âge.

Alors que l’art gothique cherchait par exemple un élan vers le haut, un décor sculpté magnifique, ou encore une valorisation de la lumière, l’art roman -et donc le néo-roman- privilégie une austère beauté, très pure, et simple.

On peut reconnaitre ainsi les bâtiments néo-romans à leur pureté de façade : peu de statues, peu de gargouilles par exemple.

Le rare décor est d’ailleurs fait d’animaux fantastiques, surtout sculptés dans la façade du mur ou en haut des colonnes.

Mais surtout, observez les arcades et les arcs au-dessus des fenêtres : ils sont réalisés selon un demi-cercle parfait ! Des fenêtres qui par ailleurs restent relativement petites, en général, et qui sont typiquement romanes avec leurs petites colonnettes.

Mais ce qui fait la grande différence entre l’art roman et néo-roman, c’est qu’on y voit la différence des siècles, et l’aspect roman, plus qu’avec l’art néo-gothique par exemple, est bien plus une inspiration qu’une imitation moderne.

Un exemple simple : tout en respectant le style roman, les fenêtres sont bien plus grandes que 800 ans plus tôt ! Ou encore, le néo-roman adopte la modernité : ainsi, si les sculptures sur les façades sont semblables à celles de l’époque romane, elles mettent en représentation des automobiles et le chemin de fer.

L’ensemble lui-même est tout à fait moderne, voir très moderne pour l’époque : des ensembles en fer, ou par exemple des fondations de béton très profondes.

Si vous voulez reconnaitre un bâtiment néo-roman, vous pourrez ainsi y voir cette pureté de la façade, ce décor fantastique et ces fenêtres typiques, mais aussi et surtout cet aspect moderne de la fin du XIXème siècle.

Impression d’ensemble

Les sensations  que veut donner l’art néo-roman sont à la base les mêmes que celles de l’art roman : par sa pureté et sa présence on veut donner l’impression d’une force importante, mais une force tranquille, sobre.

A cela, le néo-roman ajoutera des impressions propres à son époque : comme pour le néo-gothique, le néo-roman revit pour l’attrait au moyen-âge : on veut alors rappeler dans les constructions le monde des châteaux et des chevaliers !

Et justement, c’est par ici que l’on veut installer la culture allemande. Ainsi l’art roman à Metz est en lui-même de style allemand, de par la couleur des édifices par exemples, ou par la symbolique représentée (l’aigle impérial allemand…).

Mais en plus, rappeler le moyen-âge, et surtout avec l’art roman le début du moyen-âge, c’est rappeler le Saint Empire Germanique, ce fabuleux empire allemand, à la fois laîc et religieux.

Et par un ailleurs, un puissant empire qui avait autorité sur la ville de Metz pendant longtemps… Ainsi est l’art néo-roman à Metz : une austère beauté, mais de style allemand et qui rappele l’ancienne puissance médiévale allemande.

Exemples

Temple Neuf

Le Temple Neuf de Metz est le meilleur exemple d’architecture néo-romane à Metz. Non seulement dans sa forme, qui rappelle les premières églises du moyen-âge, mais aussi dans ses détails.

Ainsi, on y reconnait la pureté des façades, le décor peu présent, les fenêtres typiques, les arcs en arc de cercle parfait…

Gare centrale

L’un des joyaux de Metz, joyaux d’architecture et d’art ! Tellement pourrait être dit sur cette construction… Notez ici les demi-arcs de cercles parfaits, les fenêtres, la façade pure, les sculptures fantastiques par exemple.

Si vous voulez plus en apprendre sur cette oeuvre d’art qu’est la gare de Metz, rendez-vous ici.

Poste centrale

Enfin la poste, différente par sa couleur, mais non par son style.  Je laisse à l’oeil averti que vous avez maintenant y découvrir des caractéristiques néo-romanes, des demis-arcs de cercles parfaits aux fenêtres, de la façade aux décors.


Si l’art de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle à Metz a été ainsi une remise au goût du jour d’anciennes formes artistiques, romantes, gothiques, renaissances, on y découvre la vie moderne.

Techniques de construction, béton, fer, mais aussi décors où l’on reconnait des automobiles, des trains… Le XXème siècle est lancé.

A son tour, il posera ses formes modernes. A côté des anciennes traditions artistiques, va naître l’art innovateur : le Jugendstil en Allemagne, et l’art Nouveau en France.

Toute l’histoire de Metz :

Sommaire principal (cliquez)
Chronologie
Grands évènements
Monuments & Bâtiments
Personnages
Histoire de l’Art
Histoire des quartiers
L’histoire à Metz aujourd’hui

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X