Art roman à Metz

Contexte historique

Nous sommes autour de l’an Mil, et « enfin » maintenant, la religion chrétienne s’est imposée dans la totalité de l’Europe occidentale (or quelques exceptions).

Par ailleurs, les différentes réformes religieuses ont amené une religion vigoureuse et forte prête à s’imposer partout, comme l’ont prouvées les croisades.

Mais l’occident chrétien se trouve face à un étrange problème : d’un côté, tout va pour le mieux, la vie de tous s’améliore, les richesses augmentent, les villages s’agrandissent ; mais d’un autre, on a approché l’an Mil, et on a eu peur.

Peur d’une fin du monde, peur d’une fin des temps. Et même si beaucoup de thèses abandonnent aujourd’hui cette crainte millénariste, il n’empêche que les hommes se sont de plus en plus inclinés face à un grand Dieu lointain et puissant.

Architecture

L’art, par le biais de l’architecture, nous le témoigne. C’est ainsi l’art roman qui va dominer les constructions de la fin du Xème siècle au XIIème siècle.

Qu’est-ce que l’art roman en architecture ? Des bâtiments en pierre la plupart du temps, qu’on peut caractériser d’assez massifs, qui s’imposent.

Ainsi, on redécouvre les voûtes en pierre : mais alors quel poids par rapport à la charpente en bois ! La solution sera de larges murs, qui ne peuvent avoir que de petites fenêtres. En effet, plus l’ouverture est grande, plus elle fragilise le mur !

Puis pour renforcer ces murs, quand le bâtiment est haut, on ajoute des contreforts. Ce sont des consolidations de pierre qui s’appuient sur le mur pour le fortifier.

Notons un autre caractère très souvent présent dans le roman : au-dessus de la porte de l’église Saint-Eucaire, de la porte et des fenêtres de la chapelle des Templiers, nous voyons un arc en demi-cercle parfait.

Ainsi, quand le gothique choisira par exemple un arc brisé -en pointe vers le haut (comme l’arc au dessus de la baie de vitraux)- qui donnera un élan vertical, le roman que nous voyons ici, avec le demi-cercle parfait restera neutre, et donnera une architecture calme, et posée.

Impression d’ensemble

Enfin, une signification profonde de l’art roman. En effet, on y recherche une certaine pureté : peu de sculptures, de décors, ou seulement à certains endroits précis comme le haut des colonnes.

On cherche vraiment à donner l’impression, quand l’on est face aux bâtiments d’art gothique, de se retrouver face à une grosse force, présente, bien ancrée dans le sol, et pure. Une force tranquille toute en simplicité. Et c’est exactement l’image qu’on l’on a alors de Dieu.

Un Dieu extrèmement grand et fort, mais bon et juste. Ainsi nait l’art roman : des bâtiments massifs et présents, mais purs.

Exemples

Pour illustrer l’Art roman à Metz, prenons deux exemples de Metz : la chapelle des Templiers, et l’église Saint-Eucaire.

Chapelle des Templiers

La chapelle des Templiers est ainsi une beauté de l’époque romane à Metz.

Nous parlions des larges murs, épais, aux petits fenêtres, pour soutenir la voûte : c’est très bien visible ici !

Par ailleurs, si nous ne ressentons pas ici parfaitement l’impression de massivité, de l’art roman, nous voyons sa pureté.

Les visiteurs le verront : une petite croix sculptée au-dessus de la porte, et on se limite à cette décoration.

De même, l’intérieur est seulement mis en valeur par une peinture murale, sur la voûte, mais rarement visible à cause de sa fragilité.

Eglise Saint-Eucaire

L’église Saint-Eucaire maintenant : imaginons-là avant que sa baie ne soit agrandie pour y mettre de grands vitraux, imaginons-là avec une fenêtre bien plus petite.

Alors nous avons à nouveau de larges murs, avec seulement de petites ouvertures… Pour les fortifier, deux contreforts s’appuient sur la façade.

Une côté massif compréhensible maintenant : l’église monte certes vers le haut, mais reste ancré, enraciné dans le sol, elle est parfaitement posée, et le reste. C’est une masse.

Peu de décorations enfin, seulement au-dessus de la porte par exemple, pour nous donner une pureté d’ensemble certaine.


Progressivement, l’art va alors évoluer vers une volonté de plus de lumière, symbole de Dieu, et des bâtiments plus décorés, et surtout, plus élancés vers le haut, et va naître l’art gothique.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X