Actualité locale & société

Mont Saint-Quentin : 2 ans de travaux pour sécuriser le site classé

Metz Métropole, propriétaire du Mont Saint-Quentin depuis 2013 multiplie les projets sur ce site classé Natura 2000 qui culmine à 358m.

Entre démarche écologique, sécurisation du site et aménagement des espaces, le Mont Saint-Quentin se tourne vers le tourisme, la protection de l’environnement, la pédagogie et le sport. Des travaux ont été engagés ce printemps 2021, pour une durée de 2 ans.

Le Mont Saint-Quentin s’étend sur six communes de Metz Métropole : Lessy, Scy-Chazelles, Longeville-lès-Metz, le Ban-Saint-Martin, Plappeville et Lorry-lès-Metz. En 2017, l’AAPPAN, aventure Mont Saint-Quentin, l’Etablissement Public Foncier du Grand Est et la Métropole ont acquis les 211 hectares de terrains militaires sur les 700 hectares du Mont. 

Ce périmètre a été militarisé de 1866 aux années 1990 et depuis laissé à l’abandon. L’espace a été dépollué et la Métropole a engagé un projet de sécurisation des forts militaires. Ils sont tous classés Monuments historiques.

La montagne en compte près de 100, dont 66 à proximité des chemins de randonnées que fréquentent les promeneurs. Ces lieux vétustes présentent des dangers pour les usagers qui s’y aventurent car des obstacles sont dissimulés dans la végétation aux abords de ces bâtiments, des pierres peuvent tomber des plafonds et des bouts de ferrailles peuvent blesser. 

Les travaux de sécurisation des forts

Par conséquent, après 8 mois d’instruction de permis de construire, les travaux pour sécuriser les sites militaires ont commencé depuis le 15 mars 2021. Ce printemps, 4 entreprises spécialisées dans les domaines des espaces naturels sensibles, du patrimoine bâti historique et de la ferronnerie sont à pied d’œuvre pour réaliser les travaux sur 2 ans. 

L’enveloppe des travaux est de 2,975 millions d’euros, payée pour 2,38 millions par l’Etablissement Public Foncier du Grand Est et pour 595 000 par Metz Métropole. 

Les principales interventions concernent les forts Girardin et Diou au sud et le fort de Plappeville au nord. 

Les équipes sur le chantier vont fermer les portes des ouvrages, mettre des passerelles métalliques là où il y a des douves et des trous afin de permettre un accès aux bâtiments militaires pour toute la famille et peut-être à terme pour des visites pédagogiques. Les fenêtres sont aussi condamnées, en raison des intrusions et du vandalisme.

De plus, 20 ouvrages militaires hébergent des chauves-souris protégées, ainsi les travaux vont servir à aménager ces espaces pour assurer la quiétude de ces animaux.

L’entreprise Le Bras Frères présente sur le chantier, et qui a été choisie par le gouvernement pour reconstruire la Cathédrale Notre Dame de Paris, explique au micro de Tout-Metz les enjeux d’un chantier en pleine nature fréquenté par les promeneurs, cyclistes et touristes : 

Un bâtiment pour les associations et les touristes

A côté d’un des forts sécurisés, le B3, près du parking du col de Lessy du Mont Saint-Quentin, un algeco ou un chalet va être installé.

Il va permettre aux associations sportives, écologiques ou autres d’avoir un lieu physique et un point de rendez-vous pour leurs événements. Des tables, chaises et bancs seront installées dans le respect de l’environnement.

Avec ce point physique, l’Agence Inspire Metz, qui s’occupe de l’attractivité touristique, pourra promouvoir les activités du Mont tout comme les nouveaux sentiers de randonnée. 

« Avec la sécurisation des forts, de nouveaux chemins de randonnées vont être créés à l’horizon 2022-2023. Entre 20 et 30 kilomètres de chemins forestiers secondaires vont s’ajouter aux 22 kilomètres de sentiers principaux que compte actuellement le Mont Saint-Quentin. L’objectif est de desservir les communes et d’éviter au maximum les sentiers sauvages qui dérangent la faune et la flore de l’espace vert. »

Jean-François Losch, conseillé délégué de Metz Métropole et maire de Lessy

D’ailleurs ce bâtiment associatif et cette sécurisation du site vont aussi permettre d’accueillir des visites pédagogiques d’écoles. Ils pourront aussi visiter les pâturages et les élevages de chèvres que la Métropole a prévu d’installer au Mont Saint-Quentin, tout comme les vergers qui vont y être implantés.

Des points de vue vont aussi être défrichés pour que les visiteurs puissent y accéder. 

Des « rangers » au Mont Saint-Quentin

Afin d’assurer la préservation du site et de lutter contre le vandalisme et la détérioration des forts militaires, la métropole a décidé de déployer au Mont Saint-Quentin une “brigade verte bénévole » et un réseau de « sentinelles de l’environnement”.

Elles complètent l’action de l’association “les Rangers de France Grand Est” qui surveille actuellement le lieu et patrouille à cheval dans les allées de la montagne.

Ces deux associations complètent les missions de surveillance de la brigade mutualisée de la Métropole qui œuvrent à Frescaty et au Saint-Quentin. 

Ces bénévoles doivent signaler les abus à la police et la gendarmerie et faire de la sensibilisation avec les usagers tout en surveillant le site. Elles seront déployées dès cet été 2021. 

Ville(s) / territoire(s) :

Un commentaire

  1. super « sécurisation » effectivement , ce dimanche en descendant à VTT la route militaire coté parcours de santé, je portait mon regard au loin « étudiant » la suite de mon parcours, j’ai en la surprise d’être arrêté net par une chaine tendue sans aucune signalisation dans ce sens de circulation. Résultat: hématomes de niveau 3 sur chaque cuisses et 10 jours d’ ITT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page