Economie & emploi

Le BTP en Lorraine au bord du précipice, des milliers d’emplois en jeu (audio)

Les fédérations du BTP réunies ont tiré la sonnette d’alarme à Metz ce mercredi 14 janvier 2015 club de la presse : sans un changement radical et urgent d’orientation au niveau des mises en chantier en Lorraine, ils seront contraints de supprimer des emplois en masse.

Comme tous les autres secteurs d’activité, le BTP subit la crise. Les carnets de commande sont vides ou presque, le chiffre d’affaires est en chute libre, et la visibilité traditionnelle du secteur qui est en temps normal de 4 à 6 mois, est tombée en dessous des 2 mois.

Les acteurs représentatifs du BTP annoncent des lendemains difficiles. La Lorraine est même moins bien lotie que les autres régions de France.
Les acteurs représentatifs du BTP font grise mine et annoncent des lendemains difficiles. De g. à d. : Sylvie Petiot, Présidente de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) Lorraine – Patrick Ménard, président de la fédération du BTP de la Moselle – Daniel CERUTTI, président de la fédération du BTP de la Meurthe & Moselle

En cause, plusieurs facteurs que les acteurs du BTP ont souhaité détailler.

Tout d’abord la chute vertigineuse des décisions d’investissement par les collectivités locales, elles-même soumises à une baisse de leurs dotations et à une pression de leurs électeurs pour faire des économies. Cela se traduit par le report de décisions et de mises en chantier, quand ce n’est pas la suppression pure et simple des projets. Sauf que ce n’est pas le fait d’une ou deux collectivités en difficulté, mais la conjonction des décisions d’une grande partie des collectivités qui produit un effet de vide particulièrement brutal.

En cause également, la baisse du nombre de projets de constructions neuves, chez les particuliers comme chez les professionnels, qui n’arrivent pas à se projeter dans l’avenir et limitent la prise de risques.

A noter aussi, les chantiers d’entretien et de rénovation des infrastructures et des bâtiments, qui sont trop souvent reportés en attendant des jours meilleurs.

Pour finir,

“l’immobilisme des décideurs implique que même le minimum n’est pas fait”.

Des effets qui accentuent une situation déjà peu évidente, car à l’aube de 2015, les indicateurs sont en baisse continue depuis 7 ans.

En 2014, pour les Travaux Publics, le recul du carnet de commandes s’établit à -30 % ; pour le Bâtiment, les permis de construire sont en baisse de 12,5 %.

[note color=”#80ffff”]

Des chiffres très inquiétants

Les fédérations du BTP de Lorraine ont fait les comptes, et les chiffres de 2014 annoncent une année 2015 catastrophique :

  • -26,2% de mises en chantier de logements neufs en 2014 (moyenne nationale : -11,9%)
  • -10,3% de permis de construire (moyenne nationale : -10,3%)

Au niveau du non résidentiel ce n’est guère mieux :

  • -15% de mises en chantier (moyenne nationale : -6,1%)
  • -28% de permis de construire (moyenne nationale : -10,7%)
[/note]

Patrick MENARD (cf. notre photo plus haut), président de la fédération du BTP de la Moselle, a répondu à nos questions. Il résume les problèmes du BTP en Lorraine, et liste les solutions qui permettraient au secteur de sortir de l’ornière (audio) :

Les acteurs du BTP en appellent donc à une prise de conscience et à un sursaut d’investissement. Sans que de nouvelles mises en chantier soient décidées en urgence, ils n’auront d’autres choix que de détruire de l’emploi… alors même que le profil traditionnel des emplois du BTP représente une population moins évidente à reclasser.

Outre cet appel au secours par voie de presse, une campagne de communication est lancée pour alerter professionnels et particuliers sur la situation.
Outre cet appel au secours par voie de presse, une campagne de communication est lancée pour alerter professionnels et particuliers sur la situation.

En 2014, le BTP lorrain a perdu 2795 emplois (-7%). Une érosion qui se fait jusqu’à présent via le non remplacement des départs à la retraite, et l’arrêt du recours à l’intérim, mais le BTP après avoir attaqué le muscle, indique que c’est maintenant à l’os qu’il va devoir s’attaquer. Difficile d’estimer réellement combien d’emplois sont en jeu avant la fin de l’année 2015 si une inversion des mises en chantier n’est pas constatée.

Les chiffres indiquent également qu’en Lorraine, la situation est plus mauvaise que dans les autres régions du pays : si la moyenne nationale est de -10 à -12%, la Lorraine annonce environ -20% de baisse des effectifs.

A l’heure où les économies drastiques et les coupes franches sont à l’étude un peu partout, avec en plus la réforme territoriale et deux élections à mettre en place dans l’année, difficile de dire dans quel état va se retrouver le secteur du BTP lorrain en fin d’année.

Rubriques

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X