Actualité locale & société

Îlot de Bon Secours : appartements, duplex, maisons de ville et plateau médical dans le bâtiment historique (images)

Le lauréat de l’appel à projet pour la réhabilitation du bâtiment historique de l’ancien hôpital Bon Secours dans le quartier Ste Thérèse a été retenu. Il sera présenté aux élus lors du conseil municipal du 27 février 2020.

Dans le cadre de la consultation initiée en juillet 2019, l’objectif était de faire émerger des projets d’habitat innovants qui participent à valoriser l’architecture du bâtiment, et qui intègrent également un plateau médical tant pour densifier l’offre de santé du quartier, que pour respecter l’histoire des lieux ayant hébergé un hôpital.

Vue de la future façade du bâtiment situé à l’angle de la rue de Verdun et de la rue Verlaine. Perspective : PLOIX STUDIO

Le jury de sélection a étudié les 8 projets reçus à la date de clôture en octobre 2019. C’est celui d’un acteur local qui a été retenu, porté par l’équipe BENEDIC Immobilier-ARTECH-OTELIO-TWP, s’appuyant sur l’architecte messin John d’Eathe.

Les raisons de ce choix s’expliquent notamment par l’originalité et l’innovation de la réhabilitation, mais aussi du fait que BENEDIC immobilier (qui assurera la commercialisation puis le syndic) dispose d’une connaissance de la demande de logements sur le quartier, et pour une partie déjà, des clients tant pour les habitations que pour le plateau médical.

Cerise sur le gâteau, le néo-promoteur BENEDIC s’est engagé à faire appel exclusivement à des entreprises locales pour effectuer les travaux.

Vue rapprochée de l’entrée du bâtiment

Le bâtiment, qui devrait s’appeler “Le Bon Secours”, proposera environ 4800m² de surface habitable, et comprendra 21 à 25 logements en location moyenne durée (env. 1 250 m²), 14 à 20 logements évolutifs (env. 1 150 m²), 7 maisons de ville (env. 1 050 m²), 7 duplex (env. 1 000 m²), 1 plateau médical (env. 365 m² pérennisés à hauteur de minimum 75% par contrat) et des espaces communs en copropriété (co-working, sport, chambres d’hôte, terrasses).

Les tarifs de vente, différenciées selon la typologie des biens, devrait se situer aux alentours des 3500€/m² pour les logements, et 3000m² pour le plateau médical.

Côté stationnement, les futurs propriétaires et locataires disposeront des 52 places du parking Maud’huy encore sous propriété du CHR (négociations en cours), et de 4 autres places de stationnement situées à proximité, ce qui fera un total de 56 emplacements. Le tarif de vente des espaces de stationnements sera compris entre 15 et 23.000€ TTC la place.

Vue de la façade arrière du bâtiment, donnant sur la partie de l’îlot de Bon Secours déjà en cours de construction. Cette partie comprend une structure dite “bioclimatique rapportée”, élaborée en concertation avec l’architecte des bâtiments de France.

Côté environnemental, le promoteur indique que les logements du programme répondront à la certification NF Habitat Rénovation HQE niveau excellent, soit 7 à 9 étoiles. On notera notamment la récupération des eaux de pluie pour les sanitaires et les espaces verts, la récupération des calories des eaux dites grises (douche), et le raccordement au réseau de chauffage urbain de la ville.

Niveau transports en commun, le bâtiment se situe à proximité directe d’un grand axe de lignes de bus, et la gare SNCF se situe à quelques centaines de mètres.

La municipalité à la manoeuvre pour finaliser le projet de l’îlot de Bon Secours

Le bâtiment historique constitue la dernière pièce du puzzle de la ZAC de Bon Secours sur le quartier, alors que le projet face à l’église Ste Thérèse approche petit à petit de la fin, certains appartement recevant déjà leurs locataires ou propriétaires.

Dominique GROS explique à notre micro, les tenants et les aboutissants du projet :

Lors du conseil municipal du 27 février, les élus auront à valider l’acquisition de cette partie de l’îlot auprès de l’EPFL, et la revente dans la foulée au promoteur. L’opération devrait dégager un bénéfice d’un peu plus de 500.000€ pour la ville.

Côté agenda, après les délais habituels liés au études complémentaires et à l’obtention du dépôt du permis de construire après les éventuels recours, les travaux devraient débuter au 1er semestre 2022. La commercialisation devrait débuter dès le mois de mars 2021.

La livraison de l’ensemble est prévue courant 2024, soit un peu plus de 10 ans après la fermeture de l’hôpital Bon Secours.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X