Economie & emploi

La sécurité de la centrale de Cattenom jugée satisfaisante

La division de Strasbourg de l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire), qui assure le contrôle de la sécurité nucléaire et de la radioprotection dans les régions Alsace et Lorraine (centrales de Fessenheim et de Cattenom), a présenté son bilan annuel pour l’année 2012.

asn
Florien Kraft, Chef de la division de Strasbourg a présenté le bilan annuel de l’ASN.

Globalement, ce dernier est positif. Ou plutôt ni bon ni mauvais.

L’ASN considère que les exploitants sont conscients des principaux enjeux dans les domaines de sûreté et de radioprotection. Cependant, certaines choses doivent être améliorées et l’ASN développe un ensemble d’actions visant à améliorer les installations.

Le bilan de l’ASN sur Cattenom

L’ASN a mené 30 inspections sur la centrale de Cattenom en 2012. L’année dernière, la centrale nucléaire a déclaré à l’ASN 47 événements significatifs relatifs à la sûreté, dont 3 de niveau 1 et un de niveau 2.

Il a été noté que les performances en matière de sûreté nucléaire et de protection de l’environnement du site de Cattenom sont satisfaisantes. Toutefois, l’ASN estime que le site doit progresser dans la gestion des aléas et la préparation des interventions, notamment sur la communication entre les différents acteurs.

Ces événements, couplés à des aléas techniques imprévisibles ont parfois conduit à un allongement des arrêts programmés en 2012.

Néanmoins, un bon état des barrières de confinement de l’installation, des normes hygiène et sécurité respectées ainsi qu’une bonne maîtrise des situations d’urgence ont été soulignés.

Mauvaise élève sur la radioprotection

Le plus gros point à améliorer reste selon l’autorité indépendante la radioprotection.

La centrale nucléaire lorraine, tout comme son homologue alsacienne, doit s’améliorer en matière de radioprotection des travailleurs. Une inspection renforcée sera d’ailleurs menée par l’ASN dès demain sur les sites de Cattenom et de Fessenheim.

Quelques exemples d’écarts notés en 2012 et qui doivent être évités :

  • Des agents sont entrés dans des zones présentant un débit de dose important sans y être autorisés ou ont franchi des balisages d’accès interdit.
  • Des matériels de radioprotection ont été utilisés avec des dates de contrôles périodiques dépassées
  • Manque de matériel de radioprotection ou matériel hors-service

Les actions menées par l’ASN

  • Exercices de crise transfrontaliers (Sarre, Luxembourg, France) qui visent à renforcer la collaboration entre les 3 pays et dont la dernière des 3 étapes aura lieu à Cattenom du 25 au 28 juin 2013 (exercice sur la phase “post-accidentelle”).
  •  Collaboration avec l’ENSREG (structure institutionnelle regroupant toutes les autorités de sûreté européennes), qui note positivement les échanges transfrontaliers et les mesures prises suites à l’accident de Fukushima.
  • Gestion du dossier de renouvellement de l’arrêté de rejets et de prélèvements d’eau sur le site de Cattenom.
  • Appui technique au procureur des inspecteurs du travail de la division de Strasbourg dans l’enquête sur l’accident qui a causé la mort de 2 personnes en février 2013. Pour le moment, on sait seulement que le système de fixation de la nacelle en était à l’origine.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire a estimé que l’état de sûreté et de radioprotection de la centrale nucléaire de Cattenom était satisfaisant.

Rubriques

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X