Economie & emploi

Confinement : rassemblement de commerçants à Metz le 20 novembre

Au niveau des commerçants, l’heure est à l’intensification de la mobilisation. C’est le sens de l’appel lancé par l’UE57, organisation patronale mosellane, qui a décidé de monter un rassemblement sur la place de la préfecture à Metz le vendredi 20 novembre. Un type de mouvement rare, dont on a vu des émanations ces derniers jours prendre forme également à Lyon, Marseille, Perpignan ou encore Nice. Cette initiative suit celle d’un courrier envoyé au Premier ministre vendredi dernier, cosigné par la CCI de Moselle et les associations de commerçants des principales villes de Moselle réclamant l’ouverture immédiate des commerces.

Pour les commerces empêchés de travailler du fait des restrictions sanitaires, la situation créée par les mesures de confinement ont un impact considérable, alors que l’importance de leur implication dans le nombre de contaminations à la covid-19 ne serait pas avérée selon la lecture que fait l’UE57 des chiffres de Santé Publique France.

Déception, inquiétude et désespoir sont palpables chez les commerçants, entrepreneurs, chefs d’entreprises, employeurs. L’organisation craint des actes graves désespérés, et estime que la décision du reconfinement a été prise au moment où les effets du couvre-feu commençaient à se voir dans les chiffres.

Jean POULALLION, président de l’UE57, nous a reçu pour expliquer à notre micro le sens de la démarche ayant provoqué l’organisation de ce rassemblement, sa genèse, ses causes, mais aussi les solutions qui ont été proposées pour permettre une reprise d’activité, même dégradée :

Les commerçants avaient organisé leurs commerces autour de protocoles de santé stricts, mais la désignation de certains d’entre-eux sous statut de commerce non-essentiel a porté un coup dur que les mesures de compensation financière ne pourront pas entièrement absorber. La peur de licencier des collaborateurs, celle d’avoir à jeter à la poubelle le projet ou le travail d’une vie également, et elle n’est pas des moindres. Mais il y a aussi la crainte d’avoir à faire face à des créances impossibles à rembourser.

Effet systémique de la fermeture de canaux de distribution sur l’industrie, distorsion de concurrence avec les différences de mesures en Allemagne et au Grand Duché de Luxembourg, développement de l’activité dissimulée dans des conditions sanitaires non-contrôlées… la liste des conséquences de l’effet domino causé par les restrictions est longue.

L’UE57 aligne plusieurs propositions pour desserrer l’étau

Tout d’abord à l’intention du gouvernement, en proposant la réouverture des commerces, avec éventuellement des mesures sanitaires spécifiques telles que 8 m² au lieu de 4m² par client, système de rendez-vous, plages horaires d’ouverture étendues, ou décalées entre commerces…

La demande porte également sur la clarification des dates : celle de la réouverture à communiquer dès maintenant aux commerçants, y compris pour les bars, restaurants, hôtels et salles de sport, traités semble-t-il à part, pour leur permettre de se projeter dans le futur et de s’y préparer.

Enfin, l’UE57 lance un appel aux maires de Moselle, en les invitant à prendre des arrêtés qui autoriseront les commerçants à ouvrir leurs magasins. L’UE57 en est consciente, “les arrêtés seront cassés par le Préfet, mais ce sera autant d’oxygène pour les commerçants”, et la remontée vers Paris d’une grogne portée par les élus. Pour rappel, à Metz, François GROSDIDIER s’était prononcé contre une telle décision, qu’il considère comme illégale.

Une manifestation dans le calme

En insistant sur la nécessité de voir cette manifestation se dérouler dans le calme et le respect des mesures de distanciation sociale, l’UE57 donne rendez-vous aux commerçants, chefs d’entreprises et salarié vendredi 20 novembre 2020, 10h00 à 12h00.

L’inscription préalable est obligatoire par e-mail à l’adresse suivante : contact@ue-57.fr

, place de la Préfecture à Metz.

Participants attendus :
Libraires
Commerçants de centre ville
Commerçants de périphérie
Petites, moyennes et grandes surfaces
Concessions automobiles
Coiffeurs, salons de beauté
Entreprises manufacturières (dont les produits sont vendus dans les commerces de détail)
Toutes les entreprises, par solidarité.

Sont appelés notamment à se rassembler les libraires, commerçants de centre ville et de périphérie, petites, moyennes et grandes surfaces, concessions automobiles, coiffeurs, salons de beauté, entreprises manufacturières dont les produits sont vendus dans les commerces de
détail et d’une manière générale, toutes les entreprises, par solidarité.

Personnalité(s) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr