Politique & social

Trombinoscope partiel de Metz Mag : le maire reconnaît une erreur

Questionné sur le sujet ce lundi 19 mai, Dominique GROS le maire de Metz a reconnu une erreur concernant le choix éditorial du trombinoscope des élus du conseil municipal paru dans le magazine “Metz mag” du mois de mai (lire notre article ici).

Ce choix, visant à mettre en avant les seuls adjoints et délégués par l’intermédiaire de photos (le trombinoscope) et à lister simplement le nom des 17 autres élus du conseil municipal sans mandat exécutif (dont 15 de l’opposition, forcément) avait fait réagir les élus qui se sentaient bafoués.

Le trombinoscope infernal
Le trombinoscope infernal

Reconnaissant donc que le traitement des élus pouvait être interprété de la mauvaise manière, et que le titre de la double page incriminée était effectivement malhabile, Dominique GROS a indiqué que l’erreur serait réparée dans le prochain Metz mag.

Ainsi, les 15 élus de l’opposition, ainsi que les 2 élus de la majorité (Aurélie FILIPPETTI et Philippe CASIN, eux aussi privés de photo car sans mandat exécutif) verront leur visage être mis en avant, sans toutefois être réassociés aux élus dont la photo est déjà parue.

Sur le même sujet, Hacène LEKADIR, qui était lui aussi présent, n’a toutefois pas pu s’empêcher de s’en prendre aux élus à l’origine de la fronde, et tout particulièrement à Nathalie COLIN OESTERLE dont il a qualifié l’attitude de “pitoyable, et pas terre à terre“.

Une formule permettant de s’assurer, si c’était nécessaire, qu’une partie de l’opposition apprenne avec joie et paix dans les coeurs, la présence de leur portraits dans la prochaine édition de Metz mag. Et un vocabulaire choisi, qui jette de l’huile sur un feu que le maire souhaitait éteindre rapidement, ou pas.

Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

3 commentaires

  1. Lekadir, la grande classe comme d’hab.Courage Mme COLIN OESTERLE, il est de ces chiens qui aboient mais ne mordent pas, habitué à manger ce que son maître lui donne c’est à dire les restes.

    1. Beaucoup d’erreurs de la part de l’administration municipale et depuis peu. Le 2eme mandat a mal commencé. Cette réponse du maire n’est qu’un mensonge de plus. Quant à Lekadir, le commentaire ne s’impose plus

  2. Dominique Gros doit respecter son opposition ! Dans « Metz Magazine », un trombinoscope indique que seuls comptent véritablement 39 élus qui constituent « l’exécutif ». Les 17 autres élus, 2 élus de la majorité et 15 élus de l’opposition ne sont que des « faire-valoir ». Sans doute, pour rattraper le coup, trop voyant, va-t-on mettre cela sur le dos du service de communication. Mais cet acte est très révélateur de la façon dont a été considéré l’opposition lors du dernier mandat de Dominique Gros : confinée au milieu d’un conseil municipal disposé en U, cette opposition a été quasiment inexistante ! Elle a avalé toutes les couleuvres, Dominique Gros pouvant se prévaloir, lors du bilan du premier mandat, d’un vote de 80 % des délibérations par cette « opposition ». Cependant il convient de rappeler que la majorité ne représente que 16008 voix , soit 22 % des électeurs inscrits, et l’opposition représente 21 028 voix, soit 29 % des électeurs inscrits. L’ensemble des élus représente à peine 51 % des électeurs inscrits ! Il est faux de considérer que les électeurs qui se sont portés sur l’extrême droite soient tous fascistes ! Sans aucun doute, que ce soit les électeurs du Front national, ou les électeurs de la droite classique, tout comme les électeurs de « gauche », il se trouve parmi eux un nombre considérable qui veut en finir avec le vieux système inique actuel. Tous les électeurs méritent le respect, et si Dominique Gros veut mettre en œuvre la démocratie participative, qu’il le fasse en premier lieu avec son opposition, qui est majoritaire en voix. Faut-il rappeler que si l’opposition ne parvient pas à faire respecter les voix des électeurs qu’ils représentent, tout citoyen, et notamment tout contribuable messin, peut se substituer à une opposition indigente et impuissante, pour mener toute action contre des décisions jugées illégitimes ? C’est bien en partie parce qu’elle n’a pas su se faire respecter que la droite a perdu les élections. Ce n’est pas dans l’inaction que se préparent les prochaines élections. Comme l’a dit Matthieu, 13-12 : « On donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr