Politique & social

Exclu de son groupe, E. Lebeau se défend et répond à M-J Zimmermann

Dans un courrier daté du 23 mars 2015, Marie-Jo ZIMMERMANN, signifiait à Emmanuel LEBEAU, Conseiller municipal à Metz, qu’il était exclu du groupe « Union du Centre et de la Droite » pour « campagne d’agressions » et « calomnies systématiques » pendant la campagne du 1er tour des élections départementales dans le canton de Metz-3.

Le conseiller municipal a tenu à répondre à la députée de la Moselle dans un courrier, se défendant de ces accusations.

« Il est totalement faux de prétendre que j’ai conduit une campagne d’agressions et de calomnies. Trouvez un seul propos dans mes tracts d’attaques contre quiconque contrairement à vous et à l’autre candidate. Bien au contraire, j’ai formulé uniquement des propositions très concrètes et appeler constamment au rassemblement en faisant une campagne honnête et propre. On ne peut pas en dire autant de la part de vos colistiers dont les invectives étaient légions sur les réseaux sociaux. »

Pour lire le courrier dans son intégralité, cliquez sur ce lien.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :

Sur le même thème

5 commentaires

  1. La « droite » messine présente la particularité d’être la plus bête de l’hexagone et ses seules qualités semblent limitées à perdurer dans le temps et la la lutte d’égos.
    Avoir avoir défait M. Rausch, à défaut de convaincre les Messines et les Messins d’une réelle capacité à succéder à un Maire d’exception, qui pendant 35 ans a modernisé la Ville et lui ouvert les portes de la modernité, la seule fierté de cette droite complexée était semble t’il de faire basculer Metz à la gauche… bien embêtée par ce lourd fardeau auquel elle n’avait pas cru.
    Comme quoi il est toujours bon de croire au Père Noel !
    Et le feuilleton continu dans une « droite » sans réel leader charismatique capable de tisser une toile d’avenir et faire preuve d’autorité pour reprendre le flambeau et porter haut les couleurs de Metz.
    Mme Zimmermann s’est toujours trouvée « légitime » à être le chef de file de la droite messine : en avait-elle la carrure nécessaire ? Apparemment non puisque c’est là son 3ème échec successif…
    Comment s’étonner que les électeurs boudent les urnes devant les incapacités des élus de tous bords à assumer dignement et HONNETEMENT les fonctions de leurs mandats :cumulatifs ? A quoi bon voter pour des candidats qui promettent monts et merveilles pour, au final, une fois élus échouer dans le moindre redressement du pays ?
    Comment s’étonner alors qu’une masse croissante se décide aujourd’hui à leur tourner le dos pour tenter l’expérience avec une nouvelle génération d’élus du FN ?
    La politique semble avoir perdu toute la « noblesse d’action » qui devrait la caractériser : cette vieille génération d’élus exangues s’apparente de plus en plus à une « Noblesse » élective en quête d’intérets personnel plus que de salut public.
    C’est bien triste !

    1. Voir le PS remporté le canton le plus à droite de Metz me réjouit.

      L’avenue de Nancy, la Vacquinière, l’église Ste Thèrese… vont se retrouver sous l’aile de la Gauche. Merci pour cette ouverture d’esprit!*

      En attendant que la ville de Metz devienne la ville rose du département et qu’elle puisse avoir plus de poids au CG 57, clairement tourné vers Thionville et les frontaliers.

      *Je crois au vote républicain, dimanche prochain.

    2. je suis entièrement d’accord avec vous, vos propos sont conformes à mes pensées, nous avons la droite la plus bête de France, alors que nous avions un boulevard tout tracé pour reprendre la mairie de Metz depuis 2012. Et j’ai bien peur que cela perdure encore…. hélas

  2. En effet, JMR a préparé le terrain pendant de longues années pour obtenir un technopole innovant, le centre Pompidou et le quartier de l’Amphithéâtre qui sera, à l’échelle de Metz un compromis entre la Défense et une nouvelle ville….Sans compter la nécessité de transports en commun modernes qu’il avait décrit bien avant les réelles possibilités techniques de l’exquicity, BHNS inventé pour Metz et les villes moyennes…
    Une fois élue, la gauche messine avait devant elle un véritable boulevard en terme de projets concrets à mettre en œuvre…ce qu’elle a fait d’ailleurs plutôt proprement.

    Le tors de JMR a été de vouloir faire le mandat de trop sans  » placer  » un dauphin comme l’a fait A Rossinot à Nancy…La longévité au pouvoir rend imbu visiblement.

    Au centre droit, se profile une personnalité qui pourrait bien devenir la première femme Maire ( et jeune) de Metz….bien sûr il ne s’agit pas de Mme Zimmermann
    Le v.rai défi de Mr Gros, est de penser et concrétiser un projet global viable et pérenne sur la BA 128. Là, il ne sera plus redevable en rien à JMR car il aura créé son propre cap pour l’agglo qui, je l’espère pourra s’agrandir pour devenir une communauté urbaine…

    La grosse Stadt des urbanistes Prussien c’est Metz Métropole en plus grand avec une ville centre fusionnée.
    Quant au FN, c’est un parti légalisé et promu grâce à la réforme de la proportionnelle d’un certain F Mitterrand. Cela n’a choqué personne à l’époque – nostalgie de Vichy ?-.

    Ne soyons pas dupes, c’est déjà se comporter en citoyen responsable.

  3. Malheureusement Madame Zimmerman n’a pas le charisme voulu, le seul qui pourrait entrainer les troupes de droite, c’est Patrick Thill qui est brillant, très cultivé et a une élocution remarquable. Lui seul pourrait faire figure de proue pour entrainer les troupes.
    Et l’absurdité est que certains afin d’affirmer leur ambition personnelle se présentent sur une autre liste de droite ce qui entraine la désunion et fatalement l’échec.
    Tant que l’on n’aura pas réussi à mater ces ambitieux isolés, Gros a encore de beaux jours devant lui.

Laisser un commentaire

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X