Economie & emploi

J’achète à Metz Métropole, le nouvel Amazon des commerces locaux, a été lancé

Le commerce en ligne s’est beaucoup développé depuis de nombreuses années, un phénomène encore amplifié par l’épidémie de coronavirus, forçant beaucoup de commerçants à s’adapter, en débutant par le click and collect, c’est-à-dire la réservation d’un achat en ligne, par e-mail ou par téléphone, que l’on va récupérer ensuite en magasin. Mais au vu des changements dans la façon d’acheter des clients, cela n’est pas suffisant, il faut s’adapter pour tirer partie des nouveaux modes de consommation. Question de survie.

Dans le but d’accélérer cet indispensable passage des commerces et des artisans de la métropole à l’ère du vrai commerce en ligne, l’agence de développement métropolitaine Inspire Metz a mis en place une plateforme de vente sur internet qui permet aux commerçants, artisans et producteurs de la métropole de créer des fiches avec leurs produits pour les vendre en ligne.

Affiche sur le site de J’achète à Metz Métropole

Cette place de marché, dénommée J’acheteàmetzmetropole.fr, est en ligne depuis le jeudi 22 avril 2021 à cette adresse : https://jacheteametzmetropole.fr/. Les offres sont réparties en plusieurs catégories : maison et loisirs, mode et beauté, alimentation et boissons. On y retrouve des sacs, des bières, des jeux pour les enfants ou encore de la décoration d’intérieur. Le site a aussi un onglet restaurant qui renvoie vers leurs cartes.

Parmi les principaux avantages, en plus de ses qualités de circuit court permettant de préserver l’emploi local dans les commerces, on notera le panier unique multi-commerçants et la livraison forfaitaire à 4,90€ (sauf en cas de click and collect, sans frais de livraison).

Un moyen de dynamiser les commerces de la métropole

50 commerçants ont donné leur accord et devaient être recensés au lancement, mais seule l’offre d’une grosse dizaine est accessible sur la place de marché au moment de l’ouverture. L’objectif de Cédric GOUTH, président d’Inspire Metz, est d’atteindre 250 commerces sur la plateforme de vente d’ici fin mai. Il espère une augmentation rapide de l’adhésion par les commerçants et fixe un cap ambitieux :

 “Je pense qu’on peut atteindre 1000 commerces sur le site d’ici la fin de l’année.” 

Cédric GOUTH, président d’Inspire Metz

Pour cela, il faudra que les commerçants se mettent en mouvement, et pour accélérer l’enrôlement de nouveaux vendeurs et donc de nouveaux produits dynamisant la plateforme, Metz Métropole et la fédération des commerçants de la ville ont contacté les mairies et les autres associations de commerçants de la métropole. Les commerces situés sur les 44 communes de celle-ci ayant la possibilité de figurer sur le site. 

Car il ne s’agit pas d’une vitrine ou d’une liste passive des commerces de la ville, mais bel et bien d’un site marchand, qui offre l’avantage de ne créer qu’un seul panier et qu’une seule transaction pour le client final, quel que soit le nombre de produits commandés auprès de commerces différents.

Considérant uniquement cette place de marché comme « un plus« , le président de la fédération des commerçants de Metz, Mathieu CHAUDEUR, reconnaît néanmoins qu’il s’agit d’un atout :

“Il faut redynamiser le centre-ville, la vente en ligne n’est pas un obstacle à cela. C’est un outil complémentaire qui permet de suivre la tendance actuelle qui est d’acheter sur internet”. 

Mathieu CHAUDEUR, président de la fédération des commerçants de Metz, le 23 avril 2021

Reste à savoir si les commerçants voudront faire la démarche (gratuite) d’inscription, puis de mise en ligne de certains de leurs produits ou services. Un opérateur est justement missionné pour cela.

Comme Amazon mais pour les seuls commerces de Metz Métropole

L’accès au site est gratuit. Les utilisateurs de la plateforme pourront commander des produits uniquement issus de différents commerces installés sur l’une des 44 communes de la métropole.

Pour le reste, la plateforme fonctionne comme n’importe quel autre site de vente en ligne, auquel les clients, eux, se sont habitués depuis longtemps, bien avant la pandémie : à côté de chaque page article, une photo et une fiche produit détaillée sont consultables ; des filtres sont proposés pour faciliter la recherche, et une fonctionnalité permet de contacter le commerçant pour des informations complémentaires sur son produit.

La commande, quel que soit le nombre de commerçants concernés, sera livrée dans les 24 à 48h dans la région métropolitaine et sous 72h maximum pour le reste de la France.

Car c’est aussi cela que pourraient découvrir les commerçants non encore digitalisés jusqu’ici : la possibilité de vendre bien au-delà de leur habituelle zone de chalandise locale. Pour cela comme pour la vente locale, il leur faudra cependant faire l’effort de référencer leurs produits sur la place de marché.

Trois « modes de livraison » sont proposés : le click and collect en boutique, une livraison classique au tarif de 4,90€, et, pour 3€ de plus, la livraison via transport doux, nous parlons ici de coursiers à vélo, pour une livraison dans les 4 heures (ce dernier mode sera lancé à compter du mois de juin 2021). 

Les commerçants accompagnés pour se lancer

L’adhésion à j’acheteametzmetropole.fr est gratuite pour les commerçants locaux. Une commission de 5% sera prélevée sur les ventes par la plateforme. Cependant, dans le cadre de l’opération de lancement, cette commission ne sera pas prélevée d’ici au 30 septembre 2021. Outre la rémunération de wishibam, l’opérateur de la plateforme, cette commission est également destinée à créer des campagnes de communication marketing pour promouvoir les produits des vendeurs.

L’ajout des produits sur le site est présentés comme « relativement simple », et il peut même être, selon le logiciel de gestion des stocks et de caisse du magasin, en partie transmis de façon automatique à la plateforme. Dans tous les cas, l’opérateur a prévu un accompagnement humain : les commerçants qui s’inscrivent seront assistés tout au long de leur utilisation par un référent Wishibam, et recevront également une formation pour maîtriser ce dernier. 

Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Un commentaire

  1. Donc, pour promouvoir l’économie messine, Metz Métropole fait appel à une boîte parisienne qui héberge le serveur chez un fournisseur de l’île de Sainte-Hélène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page