Art Classique ou classicisme à Metz

L’art baroque des XVIIème et XVIIIème siècles a été un art religieux, pour une gloire à Dieu. Il va inspirer la monarchie.

Contexte historique

Ainsi, le classicisme sera l’art royal, pour la gloire du père de la France.

Un art qui veut s’enraciner dans la culture antique, grecque et romaine, (soit la culture devenue idéale, presque sainte), et surtout s’imposer toute en perfection et en formes rectilignes. Car le roi est force et autorité, tout comme son architecture.

Nous sommes sous Louis XIII, Louis XIV, Louis XV. Le palais de Versailles est construit, et le roi devient le grand monarque absolu. Autour de lui, sa Cour de nobles et de serviteurs.

A l’échelle Européenne, la France est l’une des plus grandes puissances militaires. Ainsi, le classicisme voudra exprimer cette force française, et cette culture antique parfaite.

Architecture

Rien de bien compliqué pour l’exprimer en architecture, à la base. Construisons en s’inspirant de l’antiquité d’abord : une multiplication des arcades et des sculptures à l’antique par exemple. Ou des formes générales rappelant les temples grecs et romains.

Après l’antiquité, les lignes droites : que dire de plus ? Très peu de courbes, beaucoup de corniches, des lignes droites très prononcées.

Mais si elles sont rectilignes, elles sont surtout horizontales. On ne cherche plus un élan vers le haut donné suffisamment par le bâtiment lui-même, on cherche à exprimer un poids, une force. Et ce par l’horizontalité.

Vous le verrez : toutes les lignes droites qui ressortent de l’ensemble sont horizontales ! Un autre aspect majeur, les lignes de refend.

C’est une technique qui consiste à mettre en évidence les jointures entre les pierres, d’une manière artistique. Ainsi, les lignes droites, les angles droits, l’horizontalité, mais aussi l’harmonie de tout l’ensemble est assurée.

Impression d’ensemble

Par cette architecture inspirée de l’antiquité, rectiligne, horizontale, c’est une vraie impression de force, d’autorité que l’on veut donner.

Un mot convient parfaitement : l’ensemble est beau, très beau même, mais strict. Strict, puissant, et fort. Ainsi, c’est l’image du roi que l’on veut donner.

Et non seulement une puissance, une autorité, mais une beauté pleine de culture antique parfaite.

Exemples

Opéra-Théâtre

L’opéra-théâtre de Metz et toute la place de la comédie qui l’entoure représentent parfaitement ce style classique. Nous y voyons une influence antique par les arcatures du rez-de-chaussée ou par les statues tout en haut.

Les lignes droites sont omni-présentes, tout est rectiligne, on peut vraiment dire que les courbes ne sont que peu présentes. Voyez le balcon qui court sur toute la longueur du Ier étage, la corniche précédant le toit…

Les lignes de refend encore ! Elles occupent tout le rez de chaussée, et les angles des étages supérieurs. Nous sommes dans l’horizontalité.

Tout est beauté, mais une beauté stricte, puissante, autoritaire, et pleine de culture antique.

Ancien palais épiscopal – actuel marché couvert

Le bâtiment, destiné originellement à devenir un palais pour l’évêque, n’a jamais été terminé dans son but premier, il a seulement été achevé à son état d’avancement et transformé en marché couvert.

Néanmoins, on peut encore y reconnaitre nos lignes droites fortes par exemple, et nos arcades au dessus des fenêtres.

Hôtel de ville

Petit chef d’oeuvre classique, en parfaite harmonie avec l’opéra-théâtre, l’hôtel de ville de Metz est relativement facile à reconnaitre à nouveau.

Arcades au rez-de-chaussée, lignes droites et horizontales qui dominent (si peu de lignes courbes !), lignes de refend sur le rez-de-chaussée, une façade relativement ‘lisse’… Beauté puissante et autoritaire.


Voici donc ce qu’aura été l’art du roi : une beauté puissante et autoritaire par le classicisme, tandis que l’art baroque religieux était à la gloire de Dieu.

Mais le classicisme ne réussit jamais a remplacé l’art baroque, et ils évoluèrent ensemble côte à côte. Et tandis que le classicisme continuait sa route au XVIIIème siècle, l’art baroque évoluait vers le style rocaille et rococo.


Toute l’histoire de Metz :

Sommaire principal (cliquez)
Chronologie
Grands évènements
Monuments & Bâtiments
Personnages
Histoire de l’Art
Histoire des quartiers
L’histoire à Metz aujourd’hui

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X