Politique & social

Elections régionales 2015 dans le Grand Est : comprendre l’essentiel en 5 minutes

Compliquées, les élections régionales 2015 ? Besoin d’aller à l’essentiel, et d’avoir des réponses concrètes ?

En 5 minutes montre en main, Tout-Metz vous donne dans ce dossier les clés pour comprendre l’essentiel ce scrutin inédit, et l’accès aux programmes de toutes les listes pour vous faire votre avis.

Au travers de 10 points pour faire le tour de la question, nous avons tenté d’écarter les détails techniques rébarbatifs, au profit de la simplicité, et surtout de la rapidité.

logo-elections-regionales-2015-580

[note color= »#80ffff »]

Cliquez sur les questions (+) qui vous intéressent pour afficher / masquer les réponses.

[/note] [accordions] [accordion title=’1. Ces élections régionales sont-elles vraiment importantes ?‘]

Elections régionales, quelle importance ?

Bien sûr, toutes les élections sont importantes, surtout si l’on considère la situation des citoyens dans les pays qui n’ont pas le droit de vote, et les difficultés qu’ils vivent pour faire entendre leur voix.

Ces élections régionales vont en plus revêtir une particularité de poids, car il s’agit d’élire la première des assemblées de la nouvelle région Grand Est.

Les travaux de ces premiers élus vont fixer un cadre dont une bonne partie perdurera au-delà même de leur mandat.

Voir aussi plus bas l’onglet 10 : « Et si je décide de ne pas aller voter » pour un complément d’information.

[/accordion] [accordion title=’2. Ma région actuelle va-t-elle disparaître ? Quel sera son nouveau nom ?‘]

L’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Lorraine vont-t-elles disparaître ?

Si elles ne sont pas rayées de l’histoire et qu’elles conserveront toujours un certain nombre de particularités, la réponse à cette question est oui : votre région actuelle va être rayée de la carte et s’effacer au profit de la nouvelle entité administrative.

Personne ne pourra néanmoins empêcher le maintien d’une culture ou d’un affichage du nom de votre région actuelle.

Le nom de la nouvelle région n’a pas encore été arrêté. Les deux noms actuellement les plus utilisés sont ACAL et Région Grand Est, mais Eurorégion Est et ALCA sont aussi dans les têtes des candidats.

Les élus auront jusqu’à l’été 2016 pour décider du nouveau nom de cette région.

[/accordion] [accordion title=’3. A quelles dates va-t-on voter ?‘]

Dates du scrutin des élections régionales 2015

Le scrutin se fait en deux tours. Le premier se déroule le dimanche 6 décembre 2015, et le second tour le dimanche 13 décembre 2015.

Le scrutin est ouvert de 8h à 18h dans les bureaux de vote habituels. Pour faciliter aux électeurs l’exercice de leur droit de vote, un arrêté préfectoral peut être pris pour avancer l’heure d’ouverture ou retarder l’heure de clôture du scrutin dans certaines communes. Le scrutin ne pourra néanmoins pas être clos après 20h.

A noter que les listes ayant obtenu plus de 10% peuvent se maintenir au second tour si elles les souhaitent. Entre les deux tours, les listes ayant obtenu plus de 5% ont le droit de fusionner avec une autre liste qualifiée.

Vous pourrez retrouver les résultats des deux tours le soir même des deux scrutins ici-même, sur Tout-Metz.com

[/accordion] [accordion title=’4. Quels sont les principaux changements à venir ?‘]

Principaux changements liés aux élections régionales 2015

Le plus important a priori pourrait être le nombre de régions, qui passe de 22 à 13. Toutes les régions n’ont pas à subir le même traitement, mais dans le Grand Est, la loi NOTRe oblige ainsi l’Alsace, La Champagne-Ardenne et la Lorraine à fusionner au sein d’une nouvelle super-région.

Elections régionales 2015 : la carte des régions avant et après le scrutin. Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Elections régionales 2015 : la carte des régions avant et après le scrutin. Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le second changement le plus concret se déroule au niveau de la répartition des missions de la nouvelle assemblée régionale, qui récupère, seule, la gestion de pans entiers. Ainsi, ses décisions toucheront de façon exclusive :

  • santé
  • enseignement (gestion des lycées notamment)
  • tourisme
  • développement économique (orientations, aides aux entreprises)
  • formation professionnelle (dont l’apprentissage)
  • transports non urbains (scolaires, bus, TER)
  • environnement

De façon non-exclusive (missions partagées avec d’autres acteurs territoriaux) les régions pourront également intervenir sur :

  • le sport (subvention aux associations, sport de haut niveau)
  • l’emploi et l’insertion
  • l’aménagement du territoire
[/accordion] [accordion title=’5. Les listes sont-elles départementales ou régionales ?‘]

Je vote pour les candidats de mon département ou pour ceux de ma région ?

Les listes sont régionales, bien qu’elles soient composées de sections départementales : une section par département au total 1.

Le bulletin de vote d’une liste est identique dans tous les départements d’une même région. On y retrouve les candidats, et la tête de liste désignée pour conduire la campagne régionale (voir liste et programme dans l’onglet ci-dessous).

Les sièges sont répartis entre les listes au niveau régional mais, au sein de chaque liste, les sièges sont attribués par section départementale.

1 Il existe 2 départements en Alsace, 4 départements en Champagne-Ardenne et 4 départements en Lorraine. Donc au total 10 départements, soit  10 sections.

[/accordion] [accordion title=’6. Combien y a t il de listes en région Grand Est, où trouver leurs programmes et candidats ?‘]

Listes, candidats et programmes en région Grand Est pour les régionales 2015

9 listes ont été présentées pour ce scrutin en région Grand Est / ACAL (ordre alphabétique par nom de la tête de liste).

Vous trouverez ci-dessous, pour chacune des listes, le nom des candidats et de la tête de liste, ainsi que leurs programmes officiels respectifs. Cliquez sur les liens pour afficher les documents.

[/accordion] [accordion title=’7. Retrouve-t-on toujours les mêmes têtes dans ces listes ?‘]

Retrouve-t-on « toujours les mêmes » dans ces listes ?

La réponse est « pas tout à fait« , car que de nouveaux visages ont fait leur apparition sur toutes les listes. Il faut aussi prendre en compte la parité obligatoire, qui a mécaniquement obligé les prétendants à équilibrer les listes avec autant de candidates que de candidats, bien que cette parité soit déjà quasi existante au niveau des élus régionaux depuis 2010.

A ce stade de la réforme territoriale, on peut tout de même penser que l’expérience politique sera importante au moment où il va falloir refondre 3 régions en une.

Voici quelques éléments supplémentaires pour faire le tour de la situation :

Pour une raison difficile à expliquer, on compte 8 membres du gouvernement candidats dans ces élections régionales. Aucun n’est issu de la région Grand Est :

  • Mme Christiane TAUBIRA en Guyane
  • Mmes Pascale BOISTARD dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
  • Laurence ROSSIGNOL (sortante), dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
  • Mme Sylvia PINEL dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
  • M. Jean-Yves LE DRIAN (sortant) dans la région Bretagne
  • Mme Marylise LEBRANCHU (sortante) dans la région Bretagne
  • M. Mathias FEKL (sortant) dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.
  • Mme Martine PINVILLE dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

155 parlementaires nationaux sont candidats, parmi eux, on dénombre 103 députés et 52 sénateurs.

23 représentants au Parlement européen sont également candidats.

Du côté des élus locaux, on retiendra qu’en région Grand Est, un seul candidat aux régionales est également maire d’une commune de plus de 100 000 habitants, il s’agit de M. Jean ROTTNER, maire de Mulhouse (68).

Toujours dans le Grand Est, 2 candidats présents sur les listes sont actuellement présidents d’un conseil départemental, il s’agit de :

  • M. Mathieu KLEIN en Meurthe-et-Moselle (PS – 54)
  • M. Patrick WEITEN pour la Moselle (UDI – 57)

Enfin, en ACAL, 2 candidats sont actuellement présidents de conseil régional sortants, et tête de liste pour les régionales 2015 :

  • M. Philippe RICHERT, président de la région Alsace (LR)
  • M. Jean-Pierre MASSERET, président de la région Lorraine (PS)

Au total, en Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine, 169 conseillers régionaux seront élus et constitueront la nouvelle assemblée régionale.

En fonction du résultat de l’attribution des sièges, certains élus devront nécessairement démissionner de l’un ou l’autre de leur mandat pour ne pas entrer en conflit avec la loi de non cumul.

[/accordion] [accordion title=’8. Pourquoi changer le nombre de régions ?‘]

Réforme territoriale : pourquoi avoir changé le nombre de régions ?

Le gouvernement a indiqué que cette réforme territoriale avait pour objectif de rendre l’État plus efficace, et de renforcer les capacités de pilotage stratégique au niveau des grandes régions.

La réforme territoriale ne modifie pas que le nombre de régions, elle s’accompagne de mesure présentées par le gouvernement comme destinées à moderniser la fonction publique, avec comme objectifs inhérents l’amélioration de la qualité du service public, son accessibilité dans tous les territoires et le renforcement de la cohésion sociale territoriale.

Autre objectif de la réforme territoriale : clarifier le rôle de chaque échelon du territoire (commune, agglomérations, département, région) pour lutter contre le mille feuille institutionnel. La plupart des projections montrent cependant que les économies ne seront pas réalisées à court terme par cette réduction du nombre des régions.

Enfin, en passant de 22 à 13 régions en métropole, l’Etat veut donner un poids plus important à cet échelon régional, tant sur le plan géographique que démographique et économique.

[/accordion] [accordion title=’9. Enjeu national ou régional ?‘]

L’enjeu est-il national ou régional ?

Clairement, l’enjeu est régional.

Comme pour toutes les élections, la tentation de faire passer des messages via son bulletin de vote est grande, mais pour éviter tout résultat contre-productif, les électeurs seraient bien avisés de regarder en priorité les programmes, plutôt que de découvrir trop tard de mauvaises surprises lorsque ceux-ci sont mis en oeuvre 2.

Au-delà de cet aspect, il peut aussi naître la volonté d’une représentation forte des élus issu de sa région d’origine, étant donné que la région Grand Est est le produit de la fusion de 3 régions.

Ce dernier point pourrait au moment du vote modifier les comportements « naturels » des électeurs vis-à-vis d’une orientation politique, au profit d’une origine du candidat tête de liste qu’on pourrait croire être plus enclin à défendre sa région d’origine.

Sur le papier en tout cas, ceci ne devrait théoriquement pas avoir lieu, le président de la nouvelle région étant à la fois « surveillé » par son assemblée constituée d’élus de tous les territoires d’origine, et entouré d’une équipe d’élus issus eux aussi de ces territoires.

2 Il faut noter que les élections régionales 2015 sont les dernières élections politiques avant l’élection présidentielle du printemps 2017. Même si les missions de la future assemblée régionale touchent le quotidien des futurs habitants de la région Grand Est, l’orientation globale de la politique du pays se déroule plutôt à la présidentielle.

[/accordion] [accordion title=’10. Et si je choisis de ne pas aller voter ?‘]

Si je m’abstiens, que se passe-t-il ?

Votre avis ne sera pas pris en compte, si on considère que l’abstention n’est pas un avis bien sûr. En terme d’avis, on parlera ici d’une orientation politique de la région, avec des visions différentes au niveau des choix stratégiques.

Les régions voyant leurs missions élargies et leur pouvoir en partie renforcé, selon que vous choisissiez l’un ou l’autre des projets politiques, cela influencera directement la répartition des sièges, et surtout pour le courant gagnant, les choix politiques (répartition des investissements, arrêt ou mise en place de soutien à des initiatives, vision économique, …).

Les conseillers régionaux seront élus pour 6 ans. Les prochaines élections régionales auront lieu théoriquement en mars 2021, sauf si les choix du futur président élu en 2017 modifient ce calendrier. Si vous vous abstenez en 2015, vous ne pourrez pas vous exprimer électoralement parlant avant 2021 au niveau de la politique régionale.

[/accordion] [/accordions]

Pour suivre les informations clé des élections régionales en temps réel, n’hésitez pas à vous abonner à notre compte twitter ou notre page facebook.


Nous souhaitons transmettre nos remerciements à M. Julien VIDAL pour la transmission de certaines documentations qui nous ont permis, en lien avec les sources officielles du gouvernement, de réaliser le présent dossier.

Rubriques
Personnalité(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X