Politique & social

L’ICN déserte Metz, les élus lui rappellent les 2 millions d’euros de soutien engagés

Le départ annoncé de l’ICN1 de son implantation de Metz dès la prochaine rentrée au profit de celle de Nancy a été très mal perçu les élus de Metz Métropole avec, en arrière-plan, un nouveau témoignage de la lutte fratricide que livre Nancy à Metz sur le champ de bataille de l’enseignement supérieur, y compris privé.

L’école de commerce privée, qui compte 119 étudiants sur son site de Metz (pour cette rentrée) a précisé que cette décision était liée à la trop faible attractivité de la métropole messine pour les étudiants, ces derniers feraient même majoritairement des choix de spécialités, et donc de carrière, leur permettant d’aller étudier sur le campus de Nancy plutôt que sur celui de Metz qu’ils ne souhaiteraient donc pas fréquenter.

L’école ne précise pas que le bâtiment de Nancy (ARTEM) a été rénové récemment, alors que celui occupé à Metz est vieillissant, ni que son nom « ICN ARTEM » place mécaniquement dans la communication le site de Metz comme d’un site secondaire vis-à-vis de Nancy2.

L’école de commerce, qui recule dans les classements mondiaux de sa catégorie, évoque également des charges financières trop élevées pour le nombre d’élèves présents à Metz, alors que les locaux messins sont mis à disposition de l’école par la Métropole et que l’école touche chaque année une subvention.

2 millions d’euros de subventions en 10 ans

Le départ de l’ICN semble simplement être une histoire de gros sous, et de modèle économique d’une école privée, basé en partie sur la perfusion aux subventions garantissant en contrepartie un maintien sur place.

De leur côté Dominique Gros et Jean-Luc Bohl ont rappelé dans un courrier (à télécharger plus bas) expédié à la directrice Florence Legros l’appui historique de la collectivité, portée à la même hauteur que celle de Nancy, c’est à dire l’équivalent de 2 millions d’euros versés au cours des dix dernières années, alors même que l’effectif de l’ICN ne positionnait que 20% des étudiants de l’école sur Metz… posant au passage la question de la justesse des choix de gestion de l’école.

Par voie de communiqué, Françoise Grolet , conseillère municipale d’extrême droite à Metz, pointe du doigt le fait que Thierry Jean le président de la SEM Metz Technopôle, qui gère le bâtiment en propre depuis que la collectivité lui a récemment cédé, souhaitait de son côté faire payer un loyer à l’école pour financer les projets du site de Blida.

[edit du 03/12/19] Indigné et consterné par l’annonce autant que par la méthode, le président de Moselle Attractivité, Patrick Weiten, a transmis un courrier à la directrice de l’ICN, afin de lui faire part de son opposition sur le fond, et de son incompréhension sur la forme. Dans ce courrier à télécharger ici, il lui rappelle n’avoir pas été alerté lorsqu’il avait proposé l’aide du département aux grandes écoles actives sur le campus messin.[//]

Les sites de Nancy et de Metz trop similaires

Les élus métropolitains ont souligné dans ce même courrier avoir demandé la mise en place d’une différenciation pédagogique permettant d’éviter de faire doublon avec le site de Nancy, et ainsi permettre de pérenniser le site messin.

Une différenciation qui n’aurait, selon ces même élus, pas été suffisamment prise au sérieux par l’ICN, entraînant le gel des subventions par Metz Métropole, et donc la décision de l’exécutif de l’école de lâcher Metz… le tout semblant virer à un jeu de chantage malsain entraînant les deux parties à croiser le fer sur le champ de la valeur pédagogique dont l’ICN dénonce la pauvreté grandissante à Metz, les élus de Metz Métropole se questionnant de la sorte à ce sujet :

Peut-être […] un choix assumé (NDLR : par l’ICN) répondant avant tout aux contraintes d’un modèle économique qui s’attache à la pérennité d’écoles de commerce privées et payantes à hauteur de près de 7000€ par an et non pas à une vision pédagogique.

Extrait du courrier de Metz Métropole à l’ICN du 19/11/2019

Tout ceci se déroule alors que, dans le même temps, l’ICN poursuit notamment sur la région messine une campagne de communication pour « recruter » ses futurs élèves.


(1) L’ICN Business School compte 3 sites en France (Nancy, Metz et Paris), 2 en Allemagne (Nuremberg et Berlin) et un site dédié à la formation continue en Chine (Shanghai). Elle est passée de la 51ème à la 58ème place mondiale des écolesde « Masters in Management » entre 2014 et 2018 selon le Financial Times.

(2) Les initiales ICN signifient Institut Commercial de Nancy. Créée en 1905 puis devenue ICN Business School Nancy-Metz à la fin des années 90, elle se dénomme sur son site web ICN ARTEM Business School, ARTEM étant le nom de son campus nancéen.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X