Actualité locale & société

Délocalisation INSEE à Metz

Dans le cadre du projet d’installation d’une antenne de l’INSEE à Metz, le gouvernement a précisé son plan de marche le 23 janvier 2009.

Un centre statistique sera donc créé à Metz.

Ceci impliquera la création de près de 750 postes, dont 560 en provenance du service public, qui viendront se greffer sur :

  • la direction générale de l’Insee
  • les centres nationaux informatiques
  • un centre d’enquêtes téléphoniques
  • un centre de formation en statistiques européennes

Un nombre en dessous de ce qui avait été annoncé au départ, la promesse portant sur 1.000 emplois censés compenser la destruction de plus de 6.000 emplois à Metz dans le cadre de la restructuration des armées.

Cette décision a été prise par le Le ministère de l’économie, sur la base du rapport Duport-Cotis remis par Christine Lagarde en décembre 2008.

Aucune date n’a pour le moment été précisée pour le lancement de l’implantation.

précédemment : article du 13 septembre 2008

Dans le cadre des contreparties évoquées par le Président Nicolas Sarkozy aux élus lorrains lors de leur visite à l’Elysée le 2 septembre dernier, pour compenser l’impact de la nouvelle carte militaire dont Metz supporte près de 10% du poids, on trouve l’éventualité de créer un pôle statistique de l’INSEE.

Car plutôt qu’une délocalisation des équipes déjà existantes oeuvrant en région parisienne (plus de 3.000 personnes pour la production de données, les études et la recherche), il s’agirait de la création d’une nouvelle entité de l’INSEE, impliquant 1.000 à 1.500 emplois publics basés à Metz. (consultez cependant les commentaires au bas de cet article, certains sont assez instructifs).

Ce projet a été mal reçu par les délégations syndicales de l’INSEE, qui évoquent entre autres l’impact négatif à moyen et long terme, que pourrait avoir une telle décision sur les effectifs sortant de polytechnique qui choisissent l’ENSAE (qui forme les futurs statisticiens) pour le bon rang de la formation et de ses débouchés.

Cette formation risquant d’être rétrogradée par rapport aux autres, et perdant donc de l’intérêt pour les postulants.

Lors d’une rencontre le 11 septembre avec Philippe Leroy, le président du Conseil Général de Moselle, celui-ci a indiqué que ce projet, bien que n’ayant encore fait l’objet d’aucune validation définitive, était considéré comme ayant de bonnes chances d’aboutir à la création d’au moins 1000 emplois publics sur Metz.

Avant d’être officialisé, le projet de créer ce nouveau pôle statistique de l’INSEE en Lorraine devra franchir de nombreux obstacles, et nécessiter une grande mobilisation des élus locaux qui devront se battre pour faire de cette promesse une réalité.

154 commentaires

  1. ne croyons pas les promesses du gouvernement attendons pour voir …… je n’y crois absolument pas on ne fait que déplacer les problème pauvre Lorraine

  2. « nouvelle création » : faut vraiment être simplet pour imaginer qu’il suffit de sortir la carte Morano pour que les caisses exsangues de l’Etat servent à la création de 1500 fonctionnaires supplémentaire dans ce pays !

    Vous imaginez quoi ? des emplois réservés de l’armée reconvertis en statisticiens ?

    Mais bien sûr que c’est de la délocalisation, tout est à coût réduit et avec casse sociale à la clé. La Moselle en est le premier exemple, et vous n’en voyez rien.

  3. ah bon ?

    mais comment donc le savez-vous déjà alors que la mesure n’est qu’à l’état de projet ?

    Je suis d’accord de protester s’il y a matière, mais il faut appuyer cela sur des arguments concrets sinon on décrédibilise d’office toute critique.

    Juste dire « c’est une connerie » c’est facile, il y en a toujours pour ne pas être d’accord, mais étayer son avis sur du concret permet aussi aux autres de comprendre les enjeux.

  4. Ijkl a parfaitement raison et les statisticiens qui iront en lorraine le seront contraints et forcés. bonjour l’amblance et bonjour la motivation

    j’informe Chan paul qu’il existe déjà une implantation Insee à Nancy et que personne à paris ne se bat pour y aller……

    cordialement tout de même aux lorrains

  5. On a jamais vu le déplacement de 1500 fonctionnaires, mis à part les militaires dont le métier est de bouger d’affectation, comme ça comme du bétail, réflechissez 2 minutes.

    Qu’il y en ait la crainte au 1er instant peut être, mais il faut rester réaliste. Tout le reste c’est de l’intox fait par des gens qui si ça se trouve ne travaillent même pas à l’INSEE, sont contre tout ce que peut dire le gouvernement, ou désinforme autant que possible pour attiser la haine politique parce que ça les arrange.

    Ensuite, bien des lorrains n’iraient pas à Paris pour tout l’or du monde.

    C’est extrêmement dénigrant pour notre région, et ce que vous dites donne une sacrée image des fonctionnaires de l’INSEE soit disant trop élevés dans l’échelle sociale pour sortir de la pollution parisienne.

    Aucun de ceux qui ont commenté ici ne sont venus en lorraine, ça se sent tout de suite. Croyez vous que Metz soit une ville de bouseux comme vous le laissez entendre ?

    Fait-on de la statistique mieux à PAris qu’en Lorraine ? en quel honneur ?

  6. Il est certain que le gouvernement ne va pas créer 1500 emplois. Donc il faut déshabiller une autre région ou communes pour habiller la Moselle… Cela cache une délocalisation.

    Et que fait-on des gens. On les mute à Metz, avec la famille, Que fait du conjoint il trouve un travail à Metz. Ou la famille se retrouve avec deux loyers, deux taxes d’habitations, deux assurances, des trajets en train toutes les semaines.

    Le coût d’une délocalisation ne serait il pas mieux employé en mettant ce coût dans des créations d »entreprises, d’emplois…

    Et que dire de l’avenir de la statistique nationale… On connait la bonne impression de NS lors de son passage au ministère des finances….

    DANGER…

    autre exemple insidieux : on ne touche pas au impôts, mais on nous bombarde de taxe, taxe picnic, taxe voiture, taxe edf demain, taxes … petites indolores, mais à un moment la somme va être importante…

  7. JE NE CROIS PAS QUE LA REGION SOIT LE PROBLEME, C SIMPLEMENT QUE NOUS SOMMES DES FAMILLES ENTIERES A DEMENAGER ET QUE CE N EST PAS EVIDENT DE TROUVER DU BOULOT A METZ OU AILLEURS POUR LES CONJOINTS DE FONCTIONNAIRE; J AI TRAVAILLE DANS LE PRIVE AVANT DE RENTRER DS L ADMINISTRATION J AI SUBI 2 LICENCIEMENTS POUR DELOCALISATION JE ME CROYAIS A L ABRIS DS L ADMINISTRATION ET BIEN NON POUR COMBLER DES EMPLOIS PERDUS IL FAUT FAIRE BOUGER DES PERSONNES QUI VONT SE RETROUVER DS DES SITUATIONS TRES DIFFICILE C VRAIMENT CELA QUE VOUS VOULEZ LES GENS DE METZ DES FAMILLES DECOMPOSEES OU BIEN DES VRAIS CREATION D EMPLOI AVEC DES GENS QUI AURONT CHOISI LA REGION AVEC UN EMPLOI A LA CLEF MOI JE ME BATTERAI POUR GARDER MA VIE DE FAMILLE

  8. >insee idf : ah bon vous avez reçu un ordre de délocalisation lié à votre poste ?

    on vous a transmis l’ordre de déménager ?

    vous dites « a l’abri dans l’administration » : ça signifie quoi ça pour les autres ? C’est ce qu’on appelait les planqués à l’époque ? A l’abri des réalités ? C’est bon pour les autres les réalités ?

    Les gens de Metz eux ont subit 7000 suppressions de poste Monsieur insee idf, ça c’est une réalité. Vous avez subi ça a paris ? Vous êtes défavorisés en ile de france ?

    et encore une fois : on parle d’un projet et déjà vous poussez des cris d’orfaie et de jeunes demoiselles effarouchées alors que rien a été signé. Mais vous, vous en êtes déjà sur c’est ça ? Des dons de voyance peut etre ?

    Une chose dont je suis sur, c’est que vous décrédibilisez les fonctionnaires et les employés de l’INSEE qui eux, déjà, attendent de voir s’il s’agit de création de nouveaux postes en région ou si ce n’est finalement rien du tout car infinançable.

    On est pas sortis de l’auberge dans notre pays quand on lit ça.
    Vive la france !

  9. Bonjour,
    le lettre de mission de Mr Fillon au directeur de l’INSEE et à Mr Duport est claire, il s’agit de délocalisation d’emplois déjà existants et non de créations de postes de fonctionnaires.

  10. les notes (lettres de mission) du 1er ministre et du directeur de l’INSEE sont arrivées : Il y a bien délocalisation de 1500 emplois publics, statisticiens et autres fonctionnaires…

  11. Pourquoi tant d’agressivité dans vos messages cher chan paul?

    Les agents de l’insee ne sont ni meilleurs ni moins bons que quiconque. Ce sont des agents tout simplement qui s’interrogent sur leur devenir et celui de leur travail.Des agents qui ont bien conscience de la nécessité de création d’emplois pour la région lorraine car une seule personne a décidé de jouer aux petits soldats avec ses sujets. je suis volontairement provocatrice car le fond du sujet est là. Et pour votre gouverne une lettre de mission a bien été donnée au DG de l’Insee et au vice-président du CNIS pour délocaliser les agents de l’insee à hauteur de 1500 emplois…. Ce n’est plus du rêve, une utopie ou un fantasme d’un staff de statisticiens illuminés mais bien une réalité prochaine.Il est même précisé dans cette lettre que la ville de Metz est distante de 1h20 de paris de TGV. d’aprés vous? pensez-vous que cela créera l’activité économique escomptée pour votre région?eh bien non!!! que de célibataires géographiques en perspective!! donc pas de participation à la vie de la commune.
    Pour ce soir ce sera tout…..

  12. Bonjour à tous,

    Je voudrais juste préciser 2-3 petites choses. L’INSEE, ce n’est pas seulement cette immonde tour de Paris (Malakoff pour être exact). C’est aussi 22 directions régionales et 5 centres informatiques. L’INSEE compte à la louche 6000 personnes. La direction générale (la tour de Malakoff donc), un gros millier. Faites le compte, il y a donc environ 5000 personnes en région (un peu moins en vérité, mais les grandes lignes sont là). Eh oué, l’INSEE, ce n’est pas que des bobos parisiens. Donc déjà l’argument, « on peut aussi bien faire de la stat à Metz qu’à Paris », vrai, la preuve, on le fait déjà. A Besançon, à Rouen, à Clermont, à Lille, à Nancy, à Rennes et j’en passe. Le problème n’est pas là.

    S’il faut envoyer 1500 personnes à Metz, ce ne seront pas les grands décideurs bien évidemment. Pas les hautes sphères. Paris sera touché, évidemment, il y aura bien quelques divisions touchées, mais pas que. Donc où croyez-vous qu’on va prendre les agents pour faire le compte ? Bah en région pardi. Donc par pitié, arrêtez de dire que c’est le petit Metz contre le hautain Paris. Les gens qui seront touchés habiteront plus surement à Bordeaux, Orléans ou Nantes qu’à Paris. Si on vous disait, là, que vous êtes mutés à Lorient (exemple pris au hasard), ou bien à Paris tiens, parce que là haut, y’en a un qui fait n’importe quoi en fermant tout et n’importe quoi puis essaie de masquer tout ça en refaisant n’importe quoi derrière, vous accepteriez sans rien dire ? Obliger votre famille à tout quitter comme ça ? Me dites pas oui, je n’y crois pas une seconde. Peut-être si vous être célibataire et/ou sans attache. Pas si vous êtes mariés avec 3 gosses, des crédits ou tout un tas d’autres joyeusetés du genre.

    Le problème, ce n’est pas Metz. Ca aurait pu être Grenoble, Vannes ou Tarbes, la réaction aurait la même. Ce n’est pas du dénigrement de la Lorraine (région que je ne connais pas, je me garderai donc bien de porter un quelconque jugement), c’est simplement qu’être considéré comme un pion interchangeable au gré des lubies d’un dirigeant, c’est moyennement agréable. Croyez bien que ça ne nous amuse pas vraiment de voir que Metz est la cible de multiples fermetures car on sait tous qu’on pourrait être à votre place. Mais ce n’est pas en déshabillant Paul pour habiller Pierre qu’on va résoudre le problème.

    Parce qu’il ne faut pas rêver, les postes qui seront « ouverts » à Metz ne seront pas des postes nouveaux (au cas où vous seriez pas au courant, y’a plus un rond, c’est pas vraiment le moment d’embaucher). Ceux qui seront concernés seront déjà des agents de l’INSEE pour la très grande majorité. La meilleure preuve, c’est que le directeur général de l’INSEE a déjà reçu l’ordre de déterminer qui sera concerné. Ca ne ressemble plus du tout ni à de l’intox, ni à un vague projet, encore moins à de l’embauche pure.

  13. Enfin des gens qui donnent des informations claires qui aident à comprendre la réalité, et une argumentation qui tient la route pour donner un avis. Merci à vous.

    Il y en a parmi les « commentateurs » de cet article qui devraient en prendre de la graine, et si j’ai réagi avec une certaine agressivité en livrant ce que je pensais des dires de ces personnes, c’est bien parce qu’elles n’apportaient rien à la discussion, aucune information… si ce n’est au passage une image déplorable de l’INSEE.

    Ne croyez pas non plus que cela fasse plaisir à qui que ce soit que des gens soient obligés de déménager si tel est le cas.

    Qu’ils soient de l’INSEE ou d’ailleurs, s’ils sont obligés de venir en Lorraine, ils découvriront peut être que vivre à Metz est tout aussi agréable qu’ailleurs.

    Ce qui ne change pas le problème de l’impact dans les familles, reconnaissons-le.

    Après, le débat sur les caisses vides (et surtout la cause de cela), je ne pense pas que ce soit réellement le gouvernement actuel qui soit en cause mais la succession de gouvernements n’ayant pas pris de bonnes décisions ou pas pu réformer un état malade de sa résistance aux changements.

    Il y avait des changements moins douloureux à subir avant, et là les décisions deviennent drastiques.

  14. Pour poursuivre les arguments…. Cette délocalisation va déstructurer le système statistique publique. je m’explique.
    Les agents qui vont partir à metz vont avoir une mission précise à réaliser. Le DG et vice-president du Cnis sont entrain de la définir.
    Une fois que cette mission sera déterminée il faudra trouver des agents avec des compétences et un profil précis pour partir.Les cerveaux de l’insee vont avoir les moyens dde refuser ce déplacement d’office en allant proposer leur services dans d’autres ministères voire des entreprises privées. C’est ce que l’on appelle la fuite des cerveaux qui, pour conserver un cadre de vie qu’ils ont choisi quittent le navire. Et savez-vous combien de temps est necessaire pour former un statisticien?18 mois de prépa au concours + 2 ans d’école à Rennes. Pendant ces 3 ans et demi que devient le système statistique? Certes pour contourner ce problème on pourrait choisir de délocaliser des missions qui ne nécessiterai pas tant de compétences.
    Les cadres C et B vont avoir plus de difficultés à aller proposer leur compétences ailleurs pour éviter cette délocalisation. Mais alors socialement parlant cela ne vous-choque-t-il pas? On nous dit que cette délocalisation se fera sur la base du volontariat avec bien évidemment une compensation finacière…… pourtant les caisses sont censées être vides et au départ ce projet de carte militaire visait à faire des économies dans le cadre de ce fameux grand projet appellé RGPP. Vous voyez en fait c’est déplacer le problème sans le résoudre en jouant aux cartes.
    En tant que citoyenne je me pose des questions sur la gestion de l’état. Je n’ai pas de solution miracle mais avouez qu’avant de prendre des mesures politiques il faudrait réfléchir un minimum aux dommages colatéraux. Je reprend l’expression de l’un d’entre vous désabiller pierre pour habiller paul ce n’est pas une façon citoyenne et démocratique de gerer un pays.

  15. De toute façon, je n’irai pas à Metz ! J’aime trop ma région, mes amis, ma famille. Je préfère encore travailler dans le privé que d’aller dans une région que je n’ai pas choisi. Et pour tous, les Lorrains qui pensent que ce n’est rien de déménager…c’est qu’ils n’ont pas tissés beaucoup de liens et qu’ils doivent être comme des robots !

  16. bravo pour cette remarque qui apporte une clarté extraordinaire à ce débat essel, et qui est d’un niveau très élevé. Franchement, sans ce commentaire, on s’en seraient pas sortis.

    Peut être aurions nous pu apprendre si vous faisiez partie de ceux qui avaient reçu un ordre de déménagement ?

    S’il vous laissait le choix et de quelle manière, si vous pensiez qu’un refus vous poserait des soucis, je sais pas quoi, un truc intéressant à dire !

    ah, au fait, dans le privé, les clauses de mobilité dans les contrats sont systématiques, les rachats/fusion/réorganisations géographiques sont légion… mais comment allez vous faire ?

    les lorrains ne sont pas la cause de vos craintes..

  17. Attention à ne pas faire de ce sujet un pseudo match entre régions.
    Ce n’est pas cela dont il s’agit mais bien d’une solution de politique économique qui ne solutionnera pas le manque lorrain crée par la carte militaire et qui engendrera des dommages sociaux pour les agents , une déstruction du sytème statistique publique que de nombreux pays nous envie .
    Notre institut, quoiqu’en pensent les politiques insatifaits des chiffres publiés est un organisme sérieux et fiable.
    Les dommages collatéraux crées par cette mesures mettront en danger cette fiabilité et là est le noeud du problème.
    Rassures-toi Essel si tu as les compétences tu trouveras ta porte de sortie. Mais il s’agit là non pas d’un combat d’individus mais de celui de tout un institut mis en danger et qui ne permettra pas d’apporter le souffle économique escompté pour la région lorraine.Pourtant cette région lorraine a besoin d’aide.
    Messieurs les décideurs politiques à vos stylos pour trouver une solution censée à ce désastre. En tant que citoyens à notre modeste niveau essayons aussi d’y réflèchir.

  18. Je comprends bien Insee paris. Et si je dois partir, je continuerai à me battre pour « mon » intitut. Je n’oublierai jamais cette grande famille de chercheurs, d’administratifs qui ne souhaitait qu’une chose : sortir des chiffres fiables. Je ne vous connais tous que depuis 3 ans et j’assiste déjà au démantèlement de l’Insee. J’assiste aussi à un déferlement de haine contre les fonctionnaires. Ce n’est pas avec la haine que l’on reconstruira l’économie de la France. La haine ne résoud rien.

  19. je travaille actuellement en administration centrale au ministère de la defense, j’ai vécu l’année d’inquiétude et de dementis qui ont précédés les annonces de toutes les fermetures de casernes, de services, d’administration, les nombreuses delocalisations des administrations centrales en provinces, à l’est notamment… Et tout ça ne suffit pas, il faudrait faire supporter à l’INSEE les réformes de la défense ? J’avoue que j’ai sincèrement du mal… Il se dit depuis mai 2007 que le chef des armées ne l’aime pas, comme c’est etrange : il ne supporte pas non plus la statistique publique ! Tous à l’est ! Je n’ai rien contre les gens qui y habitent, je connais leur accueil, mais il y a comme un manque de cohérence, pour travailler ensemble les administrations dites « centrales » doivent travailler ensemble, les repartir dans toute la france ça n’aide pas ! les gens devront silloner le territoire pour se rencontrer, se concerter…
    Bientôt on déplace la capitale, après tout le maire de paris n’est pas à droite, le president de region parisienne non plus…

  20. Il est possible que vous ayez raison, car aucune décision de ce genre ne se prend à mon avis en toute objectivité (en même temps qui est vraiment objectif…).

    Pour autant, je me dis que quelle que soit l’entité de service public qui ait été désignée, elle l’aurait forcément « mal pris » et se serait sentie mal aimée.

    Ce qui me dérange dans cette affaire c’est que Nicolas Sarkozy avait parlé de créations de postes ex-nihilo. Ce qui en soit aurait été positif pour tout le monde (encore qu’il y en avait déjà pour dire que cela pourrissait l’image de la formation d’après cet article, alors que l’on apprend dans les commentaires qu’il y a beaucoup d’entités INSEE déjà en régions).

    Mais à côté de cela, toujours dans les commentaires ici, certains employés de l’INSEE (ou disant l’être) parlent de la lettre de mission reçue par le boss de l’INSEE qui doit fixer la liste des départs.

    Si cette information est vraie, cela signifie déjà que l’information est assez mal gardée à l’INSEE pour que le courrier du directeur circule dans les couloirs. Je doute un peu de voir le boss de l’INSEE diffuser l’info à tout va.

    Mais si tel est vraiment le cas, il s’agirait donc d’une promesse de politicien non tenue. Une de plus dans l’océan dans promesses jamais honorées par les hommes politiques, ce qui est fatiguant à force (et surtout après ces derniers s’étonnent du manque de confiance des français à leur égard).

    Si ce n’est pas le cas, ce qui reste possible, des gens livrent des infos de type « intox », racontant à tout va que cette lettre à été reçue alors qu’elle n’a peut-être même pas été écrite par le chef de l’Etat.

    La on a affaire à une autre forme de responsabilité misérable et de désinformation rampante, basée sur un mensonge destiné à manipuler les gens, leur faire peur, et créer un climat nauséabond. Et qu’on ne me dise pas que l’intox n’existe pas, j’ai assisté à trop de mensonges syndicaux pour leur donner ma confiance, certains ne valent pas mieux que les hommes politiques qu’ils critiquent.

    Alors au final, des questions :
    – ou peut-on avoir la preuve que cette lettre existe ?
    – Ou est la déclaration du boss de l’INSEE ?
    – Quelle preuve avancent ceux qui parlent de ce courrier ?

    Quelqu’un peut-il répondre avec des éléments intangibles ?

  21. Cette lettre existe bel et bien, et aussi étrange que ça puisse paraître, c’est bien le directeur général en personne qui l’a diffusée par mail à l’ensemble des agents (voila pourquoi tout le monde la connait). Je suppose qu’il veut jouer la transparence totale.

    Il s’agit d’une lettre signée François Fillon et ses grandes lignes ont été décrites plus haut. Elle était accompagnée d’une lettre du DG qui disait en gros qu’il allait s’atteler au problème avec le vice-président du CNIS et qu’il allait essayer de faire passer ça le mieux possible. (de tête, je l’ai pas apprise par coeur non plus).

    La lettre de Fillon indique que la liste des services concernés doit être remise pour le 30 novembre 2008 (les syndicats parlent eux plutôt du 30 septembre, date fixée par Sarkozy en personne, mais là, ce ne sont que des suppositions). Donc personne n’a reçu de « lettre de déménagement » car personne ne sait encore qui va bouger.

    Enfin, un dernier détail, ce mouvement, s’il se fait, ne pourra pas intervenir avant 2011. En effet, faire déménager 1500 personnes, ce n’est pas gratuit et la décision ayant été prise sur un coin de table, ils ont dû « oublier » ce léger détail. Résultat, ce n’est pas budgété et ça ne le sera pas avant 2011 (budgets calculés sur plusieurs années, mais c’est très loin d’être mon domaine, donc si quelqu’un s’y connait mieux…).

    Donc ce mouvement va-t-il se faire, excellente question. La volonté est là, c’est certain. Mais avec ce gouvernement de (complétez selon votre préférence) qui annonce tout et recule 3 jours après, rien n’est moins sûr.

  22. cher chan paul,

    Je réponds volontiers à tes interrogations mais avec certains bémol lié à ma position administrative. Je suis fonctionnaire et vous n’êtes pas sans savoir que cette catégorie de personnes est soumis au secret professionnel. Donner l’information de l’existence de documents est un chose mais en livrer son contenu intégral en est une autre.
    Pour vous éclairer notre DG a communiqué avec ses agents sous la forme de 2 messages adressés à tous les agents de l’insee et une rencontre avec les organisations syndicales le 4 septembre. Lors de cet entretien il lui a été demandé si la lettre de mission dont lui et le vice-président du CNIS était investi pouvait être rendue publique. Cette lettre de mission a été mise à la connaissance des agents jeudi matin. le seul hic dans cette publicité est que cette lettre n’est pas datée. En matière de transparence des débats cela pose un petit souci.Mais je fais connfiance aux représentants du personnel pour faire lever ce mystère.
    Si j’ai l’assurance que cette lettre a été rendue publique je vous donnerai les clés pour y accéder.
    Et dans cette affaire il ne faudrait surtout pas dénigrer les actions des uns et des autres pour parvenir à une solution qui puisse lever le mal-être à la fois des statitisciens et des lorrains à qui on semble avoir fait une promesse dont l’efficacité n’est même pas garantie. C’est le combat de tous. Ici nous parlons de l’insee mais je suis d’accord avec defense insee même combat, Aprés la defense, aprés notre institut, qui va être au coeur du cyclone?. allez donc voir ce qui se trame du côté des collectivités locales qui elles aussi vont être démantelées avec aussi un jeu de dominos.
    Notre pays mérite un intérêt plus digne de la part de nos gouvernants.

  23. Rappelons qu’au delà de l’Insee seraient concernés par les délocalisations près de 5000 fonctionnaires d’administration centrale. Maintenant, déplacer des milliers de gens, sans concertation, sans égard pour leur situation de famille,
    sans même qu’ils puissent vraiment dire non (Au bout de 3 refus, mise en disponibilité , c’est à dire, en quelque sorte viré sans indemnités de chômage) enfin bref, tout cela dans le but de relancer l’économie de régions sinistrées, en régime stalinien, ça porte un nom bien précis: « déportation ». Mais il est vrai que nous sommes en démocratie, et pis que selon Carla Bruni son cher époux accorderait beaucoup d’importance à l’ « humain ». Ah non, décidement, « déportation » ne peut pas être le mot juste, faut trouver autre chose…..

  24. Bebert, je crois bien que vous devriez mesurer vos paroles… voire même réfléchir avant de parler… et puis finalement ne rien dire du tout.

    La déportation vous ne savez visiblement pas ce que c’est, on parle de meurtre à grande échelle dans des camps, et c’est plutôt en allemagne que cela s’est passé.

    Si vous aviez fait partie des déportés, ou qu’un membre de votre famille en avait fait partie, vous n’oseriez pas utiliser ce terme. C’est absolument honteux, et vous devriez vous en excuser.

    Les mots on un sens et un poids, pesez les avant de débiter des âneries pareilles.

    Sans compter que vous venez grossir le flot de commentateurs de cet article qui parlent pour ne rien dire. Heureusement certains apportent réellement quelque chose par leur commentaires.

  25. « Sans compter que vous venez grossir le flot de commentateurs de cet article qui parlent pour ne rien dire. Heureusement certains apportent réellement quelque chose par leur commentaires. »

    Pourquoi ne pas appliquer cette sagace maxime à vous-même, Chan Paul, au lieu d’insulter tout le monde comme un vieillard grognon du muppet show?

  26. hum, c’est pas faux ce que vous dites Lo… je dois bien le reconnaître (je suis le vieux de droite sur le balcon dans le muppet show).

    J’essaye de comprendre d’un côté (j’ai quand même posé des questions !) et cela m’énerve de voir certains commenter inutilement ou nous répéter leur lancinant antigouvernementalisme, quand d’autres s’évertuent à prendre le temps de donner des explications, d’éclairer nos lanternes, d’ouvrir un vrai débat ou d’apporter un élément de réflexion à celui-ci, proposent des idées…

    A tous les lecteurs, désolé pour le côté grognon (et désolé d’avance si d’aventure cela me reprend).

  27. En province, je confirme ce que disent les collègues insee dg et RH2. Dans ces 1500 emplois, il n’y a pas d’emplois crées à partir de rien, mais seulement des réaffectations de moyens existants qu’ils soient en province ou à Paris (1500 sur 6500). L’âge moyen dans les régions est de 52 ans avec des conjoints(es) qui travaillent. La lettre demandant à chaque agent de l’Insee de se sentir concerné par cette délocalisation existe. Pour info, que ce soit les agents de Province qui ont dû obligatoirement passer de 10 à 20 ans sur Paris avant de partir en région ou ceux travaillant à Paris, nous sommes obligés de changer de poste tous les 3 à 5 ans => mobilité obligatoire pour augmenter notre niveau de compétences et surtout pas des planqués comme j’ai pu lire. En 15 ans, j’en suis à ma cinquième mobilité. Cette mesure ne conduira qu’à déstructurer des familles. J’ai discuté avec plusieurs collègues qui affirment que leur conjoint ou conjointe ne suivra pas le partant pour Metz car ils estiment avoir consenti déjà de nombreux efforts pour obtenir une mobilité géographique quelque soit la région et ne sont pas sûrs de retrouver un emploi de niveau équivalent.

  28. A ce stade des échanges il serait opportun de constater que qui que nous soyons nous n’avons aucune cartes en main ce qui est bien dommageable mais c’est ainsi.Notre DG doit plancher sur sa copie en compagnie du vice-président du CNIS, mais depuis le 4 septembre silence radio à part la publication de sa lettre de mission du premier ministre.
    Il faut peut-être lui laisser un peu le temps de la réflexion et je souhaite que début Octobre un piont d’étape puisse être fait sur le projet de ce rapport qui rappelons-le doit être rendu officiellement pour fin Novembre.

    Une chose est sûre il ne s’agit pas dans la lettre de misssion de création d’emplois mais bien d’une opération de délocalisation qui devra être réalisée d’ici à la fin 2011.
    pas de cérations d’emplois en période de disette budgétaire c’est bien connu.Nous ne sommes pas au sein de l’insee que des empécheurs de tourner en rond protégés de tout séisme social mais tout de même. je suis d’accord avec INsee en province (comme quoi il s’agit bien d’un problème national et non région contre région), les agents de l’institut apportent largement leur tribut à la mobilité. A titre d’exemple un cadre A pour espérer avoir une prospective de carrière de qualité doit effectuer une mobilité tous les 3 ans.

    Pour les cadres B et C le tableau est différent. pas de contraintes au sens strict , mais pour espérer avoir une vue d’ensemble de l’institut et prétendre à des postes de responsabilités ou d’analyse statistique un minimum de mobilité s’impose.

    Alors ce refus de délocalisation ne vient pas simplement de l’envie de protéger le cadre de vie que l’on s’est fait dans telle ou telle région mais bien de l’impression que ce projet de délocalisation n’aura pas les effets escomptés pour la région lorraine et que nous serions alors les suivants mais pas les derniers sacrifiés sur le bucher d’une volonté unilatérale.

    Maintenant que pensent les élus lorrains? ils souhaitent être dédommagés d’une mesure qui met en péril leur région et nous le comprenont bien.Mais la délocalisation de 1500 emplois issus de toutes les régions comblera-elle de manière constructive le manque à gagner causé par la carte militaire.Rappellons que ce déficit s’élève à 7500 postes militaires avec famille la plupart du temps ce qui risque fortement de ne pas être le cas avec les postes délocalisés de statisticiens.
    Voilà où m’ont mené mes réfléxions ce soir.

  29. Autant que je sache la mobilité a toujours fait partie de la vie d’un fonctionnaire (principalement pour les agents de catégorie A). Compte tenu de tout ce que je lis, je constate que l’existence à Paris de services statistiques dans presque chaque ministère a épargné bon nombre d’agents. Les régionaux, à l’Insee ou ailleurs, eux, connaissent ces mobilités depuis longtemps.
    Par ailleurs, j’imagine qu’il doit exister à l’Insee des provinciaux mariés, avec des enfants, propriétaire d’une maison ou d’un appartement et que, pour eux aussi, les mobilités peuvent être synonyme de sacrifice. On me répondra certainement qu’aucune mobilité n’est imposée. J’en doute, pour obtenir une promotion il faut certainement bouger. Mais cette règle n’est pas applicable pour les parisiens bien évidemment.
    Dans une vie de fonctionnaire, comme partout ailleurs, il existe des contraintes. Il me semble que certains aient bien du mal à accepter ces contraintes… sauf peut être pour prendre des postes au Luxembourg, à Eurostat? tiens donc, pourquoi cela? L’Insee à Nancy aurait du mal à recruter du monde mais pas Eurostat.
    Une région comme la Lorraine mérite la solidarité nationale et être fonctionnaire doit avoir un sens, celui de l’intérêt général.

  30. a Chan Paul

    si vous n’avez pas perçu la provocation et l’ironie sous-jacente à mon propos, tant pis pour vous.

    L’essentiel était ailleurs, ma réaction était motivée par la colère car pour être fonctionnaire à la DGT du ministère du travail, je vois chaque jour le stress et l’inquiétude de mes collègues de la DARES concernant des mesures susceptibles d’aggraver leur vie familiale déjà difficile. D’ailleurs, beaucoup d’intervenants sur ce site évoquent bien les perspectives de destructuration de leur famille.

    Quand la presse m’annonce que des centaines de gens vont être utilisés comme de simples pions au service d’une politique de relance économique, je réponds ; En a t’on le droit sur le plan éthique ?

    « Déportation » n’était bien sûr qu’une hyperbole destinée à souligner ce mépris de l’humain dont notre chère président à déjà donné maints exemples.

  31. « Je veux dire sans détour que le rôle de l’armée n’est pas l’aménagement du territoire mais la sécurité des français. Je veux dire aux élus locaux qu’ils sont aussi des citoyens qui doivent faire la différence entre l’intérêt général et l’intérêt local. » (citation de M. Fillon retrouvée dans un article du JDD du 24/07/2008, mais disponible certainement ailleurs)

    Ces phrases prononcées par le premier ministre s’appliquent aussi à la statistique publique. Le rôle de celle-ci n’est pas de faire de l’aménagement du territoire, mais de produire des données et des analyses pour éclairer le débat public, les citoyens et ceux qui sont en charge de conduire la politique de notre pays.

    L’intérêt général, cité par le premier ministre, c’est, dans le cas de la statistique publique, de disposer d’un outil fiable et efficace d’observation de notre société et de notre économie. C’est de ne pas casser un outil qui participe efficacement à éclairer la route (et ce malgré tous les défauts bien souvent débattus). C’est que cet outil reste un outil de proximité disponible pour ceux qui nous pilotent. Et malgré internet, la proximité physique reste importante pour que des analyses socio-économiques souvent complexes soient prises en compte dans les décisions de ceux qui pilotent, et ne pas laisser l’arbitraire des lieu communs occuper tout l’espace.

    En fait, le problème que pose cette délocalisation n’est pas en premier lieu Metz ou la Lorraine: c’est que la statistique publique fasse de l’aménagement du territoire à l’encontre de l’intérêt général. C’est la crainte première de beaucoup d’agents de l’Insee, qui n’ont de toute manière aucune information quant à savoir s’ils seront directement concernés. C’est de voir des outils complexes mais utiles mis en danger par des décisions hâtives. Et comme dans beaucoup de métiers, l’attachement des agents de l’Insee à leurs missions est important. Et ce d’autant que les efforts consentis ces dernières années pour gagner en efficacité et en productivité, et absorber ainsi les baisses d’effectif, a été soutenu.

    Bien évidemment le problème humain est aussi très important, mais de mon point de vue, il faut d’abord traiter la racine: le risque de voir la statistique publique ne plus remplir complètement sa mission d’éclairage pour les citoyens et les « décideurs ». Nous sommes en attentes d’éléments concrets (périmètre, planning, phase de transition…) pour en juger. Et je crois que tous les agents de l’Insee, directement concernés ou non, seront attentifs aux propositions qui seront faites.

    Par cette intervention un peu longue je ne veux bien sûr pas diluer le problème réel vécu à Metz du fait de la fermeture des casernes. Mon but était juste de dire : Ne cassons pas Z pour réparer Y. Personne n’aurait rien à y gagner.

  32. a Bébert : comme quoi pour être compris, mieux vaut utiliser les bons mots plutôt que de risquer de mauvaises interprétations.

    Le stress n’est pas que ressenti par les fonctionnaires, tout le monde stresse au boulot, partout, y compris concernant une délocalisation ou une réorganisation. La seule différence étant que dans la privé on ressent aussi le stress de pouvoir perdre sa place du jour au lendemnain ; et ça, ça fait une sacrée différence, non ?

    Chacun voit bien entendu midi à sa porte, c’est humain.

    >> a insee province 2 : je ne comprends pas, puisque de toutes façons il existe déjà des antennes insee en région, en créer (ou déplacer) une à Metz ne me donne pas l’impression qu’on casse ou que l’on dégrade l’insee.

    Au même titre que l’armée qui quitte la région en masse, il s’agit de répartition de moyens sur le territoire. Ici cette mesure appliquée à l’insee est proposée en compensation certes, et la sensation de bouche-trou est fort désagréable.

    Et je suis d’accord que cela crée des soucis individuels et familiaux.

    Du point de vue de l’image de marque de l’insee ne soyons pas dupes. si les stats plaisent aux politiques ils encensent, si elles déplaisent ils critiquent, eux aussi essayent en permanence de sauver leur peau, d’amenuiser, de rechigner, refuser, négocier…

    Le grand public ne voit l’insee que par un tout petit bout, la partie émergée de l’iceberg, et n’en comprend probablement pas toute l’utilité.

    Peut-être se dit-elle aussi qu’à force de statistiques sur lesquelles on base des décisions politiques, et que l’on ne voit rien changer ni s’améliorer, l’insee devient indirectement un outil politique, une arme de baratinage… même si ce sont les décisions politique (ou l’incapacité de les mettre en oeuvre à force de résistance aux changement) qui dans le fond sont en cause.

    Car tous les statisticiens qui lisent cet article et ses commentaires ne pourront pas démentir que l’on fait dire aux chiffres un peu ce que l’on veut si on les choisit judicieusement, non ?

  33. Ce débat me passionne de plus en plus. Pourquoi faire d’une simple délocalisation de Paris vers Metz qui, comme cela a déjà été dit, ne se trouve qu’à 1h20 de la capitale, un véritable drâme? Réponse: Parce qu’on change les habitudes.
    Ne parlons pas de la qualité des chiffres, c’est un beau mensonge. Que le chiffre soit produit à Metz, à Bordeaux ou à Tarbes, la méthodologie sera la même. Mes remarques ne concernent bien évidemment pas ces quelques services proches des cabinets des ministres devant faire preuve d’une très grande réactivité et devant répondre à des demandes dans la demi journée.
    L’argument concernant le manque d’intérêt (très hypothétique) des polytechniciens pour l’Ensae si l’Insee devait être délocalisée à Metz ne tient pas la route. Combien de X Mines, X Ponts sont aujourd’hui en fonction dans les DRIRE, les DRE ou les préfectures de région? des dizaines voire des centaines. Ils ne me semble pas que ces perspectives les ont éloignées de l’Ecole des Mines ou de celle des Ponts et Chaussées.

    Les craintes relevées dans les commentaires précédents ne concernent que les intérêts personnels des agents, leur quotidien. Une délocalisation serait un bouleversement auquel ils ne sont pas habitués et qu’ils ne veulent pas accepter. Pourtant, en province on vit mieux qu’à Paris, ne soyons pas dupe. Combien de provinciaux de l’Administration connaissent chaque année ces mutations géographiques (j’insiste sur le terme géographique; pour moi, une mutation de la rue saint dominique à la rue de babylone n’en est pas vraiment une)? Des milliers. Si le parisien buté a peur de ce que peut être une mutation, qu’il contacte son collègue de province qui en a vécu une… et il verra que c’est quelque chose d’enrichissant.

    La soi disant solidarité entre les régionaux et les parisiens me surprend. A mon avis, les discours de « Insee Province » ne sont pas vraiment représentatifs de ce que pensent bon nombre de provinciaux de cette administration…

    Enfin, n’ayez pas peur, Metz n’est pas la Terre Adélie. Vous y serez très bien. Mettez simplement vos caprices de côté.

  34. Bien je reprend la discussion et je constate que les messins ont peu d’égard vis à vis du déracinement de familles entières, sans compter les problèmes des conjoins, ce qui compte biensûr c’est que des Insee remplissent leurs casernes vides.

    D’autre part il ne s’agit pas d’un vague projet, la lettre de mission comme le souligne l’un des participant a déjà été transmise au Directeur Général et communiqué par celui-ci aux agents.

    Pour ma part je suis en poste à la DG à Paris, après 8 années passés en région dont 4 ans à Nancy.

    Et oui il n’y a pas que des « Parigots » comme vous dites à Paris qui n’ont jamais connu autre chose que Paris. Je suis originaire de Province moi aussi. Je suis venu à Paris pour rentrer à l’Insee. Par la suite nous demandant de faire des mobilités géographiques, je suis allé 8 ans en région, histoire de les faire en début de carrière, et pouvoir revenir tranquillement sur Paris et m’installer avec ma famille.

    Enfin voilà.

    Qualité de vie à Metz, je n’en sais rien.

    Perso à Nancy, j’ai trouvé la vie bien triste. Dès 19h le soir tout ferme ou presque…
    On ne peut pas dire que les Lorrains soient d’une chaleur extraordinaire non plus.
    J’ai eu l’occasion d’habiter en Moselle aussi. Et en tant que travaillant à Nancy, j’ai eu l’occasion d’être à cette occasion qualifé « d’étranger » par certains Mosellans 🙁 !!!!
    Comprenne qui pourra.

    Enfin voila, je n’ai rien contre Metz, qui ma foi est mieux que Nancy, en tout cas me correspond mieux à moi.
    Mais vous comprendrez je suis très peu ravi à l’idée de m’installer sur Metz, et d’y faire ma vie, compte tenu des sacrifices rééls en terme de réseau relationel pour moi et ma famille sans compter tout le reste qui a été abordé auparavant, pour que j’y sois 10 ans plus tard toujours qualifé « d’étranger » (malgré l’histoire de la Lorraine, mais enfin la Lorraine est paradoxale) et tout ca parce que je viens de Paris.
    Sans compter l’impact inconnu à ce jour de la délocalistation pour la maison Insee .

    Et oui d’autres fonctionnaires effectivement vont en province comme disait l’un de vous (
    X-ingénieurs des ponts etc…).
    Sauf que l’administration centrale est à Paris. Et qu’il est possible de faire des aller-retour Paris-Province…
    La DG à Metz, ce sera des aller retour Metz-Province voilà toute la différence, et celle là elle est de taille.

    Agent Insee DG- Ex régional

  35. La Lorraine est meurtrie par le départ de l’armée.

    Certains agents de l’INSEE sont meurtris par un éventuel départ, et ce que cela implique.

    Mais n’accusez pas non plus la Lorraine d’être à l’origine de cela, elle subit au moins autant que vous.

    Et ne croyez pas non plus qu’elle soit enchantée du sort de certains employés de l’insee.

    Personne n’a parlé des « parigots » ici, bien qu’il n’y ai pas de fumée sans feu sur l’irascible habitude de certains d’entre eux à considérer les provinciaux comme de vulgaires bouseux, notamment lorsqu’on les croise en vacance.

    Ensuite, niveau accueil entre Paris et la Lorraine, jugera qui voudra, je ne me suis jamais senti aussi anonyme qu’à Paris personnellement, et accuellis par des gens totalement amorphes ou détachés de toute hospitalité.

    Il ne faut pas placer le débat sur ce terrain vous voyez, car personne n’est tout blanc ou tout noir, et l’expérience de chacun proposera toujours une vision différente de la situation, des lieux, des gens.

    (tiens mon côté vieux chnoque du muppet show vient de refaire surface, mais je ne me sens pas si seul ici tout bien regardé).

  36. Je pense que les anciens collègues de Nancy de ce monsieur aujourd’hui en poste à Paris apprécieront la franchise et l’honnêteté du personnage. J’imagine qu’à l’époque où il était en poste à Nancy il n’avait pas exactement les mêmes propos à l’égard de la Moselle, la Meurthe et Moselle et la Lorraine dans son ensemble.
    Rappelons le, Nancy, Metz, Strasbourg, Limoges, Toulouse ou Rennes sont des villages. Il n’y a que Paris qui vive et qui mérite d’exister.
    Je connais qq énarques qui ont fréquenté Strasbourg et sa petite France, ils en sont plutôt ravis. A l’époque de Mme Cresson, quelles ne furent pas les critiques contre cette délocalisation. Aujourd’hui, plus personne n’en parle. Et les énarques sont bien contents de fréquenter le village alsacien.

  37. Pour répondre à BernardD, je ne visais aucunement mes anciens collègues il y mauvaise interprétation (volontaire ? ) de mes propos.
    Seulement après le boulot il y a une vie aussi, à moins que l’on imagine les Insee reclus dans leur petit monde et ne vivant qu’entre Insee. Et pour ma part je ne vivais nullement en vase clos, après je ne fais que rapporter des élément de ma propre expérience qui est biensûr nullement représentative, mais je parle de ce dont je connais. Le problème dans l’histoire c’est qu’il ne s’agit pas de généralité, mais d’expériences personnelles et uniques, propre à chaque personne.

    Et biensûr la Lorraine a connu des drames, et en connait encore, croyez vous que la solution est d’en créér de nouveaux ailleurs et que ca allègera le votre ? J’aimerai bien connaitre parmi les défenseurs de Metz (ce serait Lyon, ou Marseille ce serait pareil, mais là il s’agit de Metz) participant à cette discussion ont quitté leur région pour s’installer dans une autre région pour impératifs professionnels et ont du embarquer epouse (époux) et enfants et fait le sacrifice professionnel du boulot de leur conjoint(e) ?

    Concernant la remarque concernant les énarques elle n’est nullement bienvenue dans cette discussion, quelques années d’études (2 années me semble-t-il) entrecoupées par des stages pour des personnes ayant vocation a connaître des mobilités régulières n’ont rien à voir avec une installation définitive qui sera le cas d’un grand nombre d’Insee. Je crois qu’en la matière il faut se garder de comparaisons hatives, par contre il serait bien de recueillir l’avis du personnel de l’ENA et pas d’Enarques pour voir comment ils ont vécu la chose, puisque c’est la situation la plus comparable.

  38. C’est amusant ce chauvinisme lorrain et messin, apparemment il est interdit de penser qu’on puisse s’ennuyer à Nancy, y compris quand on s’y ennuie… En tout cas, vues toutes les réactions que j’ai pu lire sur internet (par exemple ça : http://ww.lorraine-cafe.fr/showthread.php?t=1687&page=2 ), les lorrains semblent des gens très sympathiques et accueillants…

    Il paraît aussi, à ce que je lis, que ce soit un caprice de vouloir préserver la qualité de son travail et, accessoirement, sa qualité de vie. Apparemment peu de gens conçoivent que la délocalisation des emplois Insee à Metz (ou ailleurs) puisse effectivement nuire à la qualité du travail des statisticiens publics. Enfin, on ne peut pas convaincre des aveugles que le Titien sait peindre, j’imagine. Quoi qu’il en soit, si je comprends l’argument, il faudrait accepter de se laisser marcher dessus comme une merde avec le sourire. Et bien, en fait, quitte à paraître rétrograde (ce que je suis déjà d’ailleurs, étant fonctionnaire), je n’agrée point à cette servitude volontaire ^^
    Et je souhaite bon courage à tes collègues Insee dans cette année qui s’annonce difficile. Et à nos futurs amis lorrains pour réussir à attirer chez eux toutes les entreprises qui contribueront enfin à rendre à leur riante région son lustre d’antan.

  39. bernardD,je crois que vous n’avez pas bien compris ce que disait cet agent de l’INSEE… il est provincial,et il a tout de même le droit d’avoir vécu une mauvaise expérience à Nancy!
    ce n’est pas un combat paris/province!!!
    les agents de l’INSEE en province sont aussi concernées que les parisiens par cette délocalisation qui n’a aucun sens!

  40. Je remercie tous mes collègues pour tous ces commentaires que je trouve judicieux. Je n’ai pas lu tous les commentaires à fond, donc je m’excuse d’avance dêtre redondant…
    Est-ce que notre gouvernant a dit combien coûterait tout ce démantelement de la stat publique ?
    Notre gouvernant depuis son passage dans une mairie puis dans 2 ministères a toujours eu une dent contre les statisticiens. Forcément statistiques fiables ne signifient pas politiquement correct pour lui…
    Il y a une chose très importante : les statisticiens (école de paris ou de bruz, grandes écoles, fac) sont tous formés de la même façon, par les mêmes profs. Que va devenir nos statistiques si les têtes pensantes doivent s’éloigner des grandes facs ou grandes écoles. Ils sont bien souvent de grands chercheurs qui travaillent dans toutes ces facs mais qd mm tout en étant mal payés, restent tout de même en france, mais si on les oblige à faire un passage obligatoire à metz, va-t’on avoir des gens motivés ? J’en doute

    Autre chose, l’insee est reconnue par ses pairs (homologues européens) par que notre institut a la production au mm endroit que les études. C’est un énorme plus pour les statistiques françaises. Si un pole est créé je suis sur que études et production vont se retrouver à 1h45 de distance… Beaucoup de choses seront compliquées.

    L’institut doit respecter certaines « règles de conduite » vis à vis d’Eurostat (Institut de statistique européen) , pas sur de pouvoir les appliquer par la suite.

    Bref la liste pourrait être longue de la motivation
    Le CEREQ a été délocalisé de Paris à marseille, sur 120 pers. seulement 20 y sont partis. Le recrutement a été fait sur place, certes, mais il a fallu les former… ce n’est pas très productif….
    mais comme je le disais plus haut, notre cher gouvernant nous déteste-t’il au point de mettre en péril la statistique publique ?

  41. A lire ces derniers propos, une personne peu informée de la statistique publique pourrait penser que les études et la production se font forcément au même endroit: à Paris. C’est faux. Dans chaque région se trouve des services de production à vocation nationale.
    Par ailleurs, le ministère de l’agriculture n’a t il pas un important site de production dans le sud de la France? Toulouse ou Montpellier? Comme quoi, c’est possible.

    Enfin, peut être que notre ami francomtois sera concerné par cette délocalisation mais pour l’heure ce n’est pas ce qui a été affiché.

    Que ce soit le Cereq, l’Ena ou le Cnasea, tous ces services sont aujourd’hui en province et se portent plutôt bien. La France est un pays qui a trop bâti, trop construit autour de Paris. Ca dure dupuis des siècles et de fait, ,nous ne pourrions changer ces habitudes.
    Prenons a contrario l’exemple de l’Allemagne où Berlin, Munich, Frankfurt font quasiment jeu égale. Est ce un échec? Je ne pense pas au vu de la place qu’occupe l’Allemagne sur tous les plans: économique, universitaire,…

  42. Au Messins

    Le SCEES (service stat du Ministère de l’Agriculture) est à Toulouse. IL reste d’ailleurs une petit service à Paris qui lui aussi a vocation à partir en Lorraine.
    La délocalisation Cresson du SCEES (qui était très partiel)a eu pas mal d’effets pervers :
    – surcout :le transfert à eu un cout non négligeable malgrè qu’il existait déjà une implantation à Toulouse. On peut simplement remarquer que transférer de l’ordre de 50 emplois ca n’a pas de rapport avec 1000.
    – arrêt de la politique de modernisation du service: au point de geler pendant presque 10 ans la situation( en tout cas c’est le sentiment que j’en ai retenu quand j’y suis -au hasard de ma mobilité- retourné. Je n’ai pas d’explications bien claire mais je suppose qu’on ne peut à la fois progresser techniquement et consacrer l’essentiel de son énergie à maintenir une situation chamboulée.

    Répétons encore qu’il ne s’agit pas d’un match Paris Lorraine (ce n’est pas de la faute des statisticiens si la région Lorraine a des problèmes sociaux et éco). Le problème serait fondamentalement identique s’il s’agissait de Bretagne ou du Languedoc-R. . Il poserait probablement des problèmes si, entre autres, la direction régionale de Nancy était transférée.

    Je signale aussi que les quelques Insee (ils moins de 50 je crois) à Eurostat sont « eux » volontaires pour Luxembourg. je doute que l’on trouve 1000 volontaires pour la même chose. Certes on trouvera bien quelques dizaines de statisticien ravis de fuir la capitale (ou plutôt sa banlieue) mais pour les centaines d’autres ……………
    Cela les Messins de ce forum semblent s’en moquer. Ce qui compte en effet c’est de consommer du budget d’état pour coûte que coûte remplacer plus de 7000 citoyens par 1000 autres.
    Bravo le sens civique !

  43. Je ne suis pas d’accord avec Sud 77 (syndicat Sud ? si c’est le cas ok on a compris à qui on avait affaire).

    La lorraine en a pris plein les dents ces dernières années, et on lui a proposé l’insee en compensation.

    Quel être normal refuserait cela ? Que signifie cette accusation ?

    Qu’est-ce qui coûte le plus cher, des bureaux à Paris ou à Metz ? à salaire identique l’employé qui vit à metz dépense 20 à 30% de moins de loyer….

    Sud 77 parle de coût, qu’il annonce des chiffres (et des vrais, pas des chiffres aussi déformés par les syndicalistes que le sont ceux présentés par l’Etat… à ce jeu là, leur responsabilité, voire même leur culpabilité coûte TRES cher à la France).

    voila, alors on va remettre la faute sur le dos du chef de l’Etat. Quelle que soit la décision qu’il prenne de toute façons (et quel que soit son bord politique d’ailleurs), il y en aura toujours pour s’écrier, refuser, pester, guerroyer, lobyiser, mentir, déformer, se révolter, savoir mieux …

    Le sens civique c’est de partager ensemble les problèmes, de s’en sentir affecté et de faire pour que la collectivité (la nation) aille pour le mieux : EGALITE – FRATERNITE et je vois venir le prochain commentaire au sujet de la liberté des agents de l’insee 😉

  44. Les premiers chiffrages réalisés en interne à l’Insee mentionnent un montant de plusieurs centaines de millions d’euros pour le coût du déménagement, sans prise en compte des coûts futurs des déplacements Metz-Paris. Mais, dans la mesure où le détail des activités vouées à déménager n’est pas connu, pas plus que le nombre effectif d’agents effectivement concernés, ce premier chiffrage est forcément frustre.

    Pour information, à l’Insee, le syndicat Sud, autant que je sache, est toujours lié à la CGT. Ils font liste commune aux élections pour les CAP en tout cas. Et les élus CGT-Sud aux CAP que je connais sont des gens compétents hautement investis de leur éthique professionnelle. Evidemment, ils ne font pas leur prière en direction de Nicolas Sarkosy cinq fois par jour, surtout en ce moment j’imagine, ce qui doit vous suffire pour savoir à qui vous avez affaire, cher Chan Paul.

  45. Que va répondre Chan Paul, retraité ?, à la mairie ? … aux familles des fonctionnaires, de perdre un travail, où d’en trouver un à Metz, à l’ANPE. Le fonctionnaire INSEE, il n’est pas comme le militaire avec une épouse qui le suit dans ces différentes affectation.
    Donc ma question est : Mr Chan Paul que dites vous aux conjoints, avez vous du travail à Metz ?
    Êtes vous prêt à laisser votre famille à Metz et venir travailler à Paris ou Toulouse ? ……

  46. Bonjour,

    Pourquoi, durant des décennies, les régions sinistrées n’ont-elles pas pris en main leur destin (au lieu de se reposer sur la présence des militaires) ?

    Quitte à délocaliser certains emplois de la fonction publique, pourquoi ne pas mettre en province les directions d’administration centrale y compris les directions des grandes administrations comprenant des organismes tels les EPA, EPIC, EPST, … Trop préoccupé par leur carrière et futur promotion cela se fera sans douleurs.

    Et pourquoi aussi demander aux lorrains d’aller chercher des emplois là où il en existe ?

    A bons entendeurs …

  47. –> Shacha : Il faut tout de même se rappeler que c’est la France qui s’est reposée (entre autres) sur Metz pour se défendre du côté Est, et ce pendant plusieurs centaines d’années.

    C’est pour cela que Metz a « toujours » été une ville de garnison. Même si aujourd’hui l’allemagne est un pays ami, les garnisons s’en vont dans d’autres régions de france (pour certaines déjà très bien loties comme la région lyonnaise par exemple) mais il n’y a pas plus de menace militaire là-bas qu’ici.

    Et c »est aussi pour cela, entre autres, que vous n’écrivez pas ce commentaire en langue allemande aujourd’hui 😉

    Metz était aussi un poumon économique de la France, la fournissant en charbon et en minerai de fer. Elle vidé ses sous sols de ses ressources pour participer au développement du pays.

    De grâce n’en parlez pas comme un mouchoir que l’on peut maintenant jeter !!

  48. Sud 77 c’est pas une organisation syndicale mais l’endroit ou j’habite : c’est une coincidence. Mais pour Jean Paul il ne s’agit que de complots syndicaux, d’assertions d’énergumènes gauchisant.

    Sur le surcoût c’est compréhensible : les locaux du SCEES alors avaient été réhabilités (en pure perte) , des indemnités de déménagement et d’incitation avaient été versés, et il avait fallu prévoir des locaux, les équiper. Tout cela a un coût qu’on pourrait toujours estimer avec pas mal de recherches. Je n’en ai pas le temps mais il me suffit de penser qu’il n’a pas été négligeable.

    Maintenant vous pouvez ne pas me croire. C’est votre droit mais c’est aussi le mien de pas vouloir changer de région en raison d’un caprice.

    J’aime beaucoup aussi l’argument des différences de loyers: on pourrait ausi imaginer de délocaliser l’institut en Lozere par exemple (les loyers y sont encore moins chers).

    Enfin il se trouve que je suis partiellement Lorrain par une de mes grand- mères mais sans plus aucune attache connue. Donc gardez votre chauvinisme lorrain pour vous.

  49. ChanPaul, Paris a été longtemps la capitale de la France, et de ce fait regroupait les directions centrales des ministères qui y étaient installés, et de depuis des millénaires. C’est en partie pour cela que nous ne parlons pas tous auvergnat aujourd’hui. Alors, s’il vous plait, ne jetez pas l’Insee, direction générale du ministère des finances, dans la poubelle messine comme un mouchoir trop usé dont on pourrait maintenant se délester.
    Il faudrait peut être aussi nous expliquer pourquoi votre région, dont vous êtez si fier, semble incapable d’attirer autre chose que des ennuis, des activités par exemple, des entreprises je ne sais pas moi. A part pleurer sur votre sort, briser la statistique publique et accessoirement les familles des statisticiens pour contenter vos commerçants et maintenir remplies vos écoles, qu’êtes vous capable de faire en lorraine? Ou alors il vous faudra reconnaître que le seul moyen d’attirer des gens dans votre région est de les obliger à y aller, ce qui suffit peut être à décrire la Lorraine…

  50. A la mauvaise foi et au chauvinisme répond l’ironie, avec toute sa maladresse, qui est peut être une marque de civilisation. A condition évidemment que le chauvinisme n’empêche pas de sentir l’ironie…

  51. Cet espace est un lieu de débat d’idée, d’expression d’avis sur le thème de l’article.

    Merci de le respecter en tant que tel et d’éviter les crêpages de chignon 😉

    (La Rédaction)

  52. Je n’ai toujours pas de réponse de Chan Paul, que dit il aux conjoints : que les conjoints auront du travail à Metz, ou qu’ils iront grossir l’ANPE de Metz … Pour moi, conjoint, le problème est que je ne peux quitter ma situation, pour suivre ma femme. Alors que fait on, que proposez vous Mr Chan Paul… Votre réponse m’intéresse au plus haut point. Dois je habiter Paris (ou autre ville même problème), et ma femme Metz, devons nous doubler les « loyers », les taxes d’habitation, les factures d’électricité (deux abonnements), les trains tous les week end, nous voir que deux jours par semaine … Car pour moi, le problème est là, en dehors de l’avenir de l’INSEE…. Alors Mr Chan Paul. Que feriez vous dans la même situation?.

  53. ‘Metz était aussi un poumon économique de la France, la fournissant en charbon et en minerai de fer. Elle vidé ses sous sols de ses ressources pour participer au développement du pays. ‘

    On peut le voir comme cela.

    On peut aussi sans tout confondre rappeler la responsabilité des maitres de forges (Rhurh, Lorraine,….) dans cette triste boucherie de 1914 1918.

    ‘Et c”est aussi pour cela, entre autres, que vous n’écrivez pas ce commentaire en langue allemande aujourd’hui ‘

    En quoi la Lorraine s’est distinguée du reste de la France métro ? Je veux bien admettre qu’il s’agisse d’une plaisanterie. Permettez moi de vous dire qu’elle est douteuse.

    ‘La lorraine en a pris plein les dents ces dernières années, et on lui a proposé l’insee en compensation.

    « La lorraine en a pris plein les dents ces dernières années, et on lui a proposé l’insee en compensation.
    Quel être normal refuserait cela ? »

    Cynisme ou inconscience ?

    Quel être normal accepterait de remmettre en cause sans protester tout ce à quoi il croit quant à sa famille, son travail,….

  54. Même si les fonctionnaires ont des obligations (mobilité, …). Je comprends très bien que cela peut être difficile de déménager au niveau des individus (ET conjoint, enfants).

    Surtout que ce remplacement des militaires peut se faire « sans douleur ». Par exemple, il paraît qu’il manque du personnel médical en France. On pourrait concevoir un grand pôle de recherche médical dans l’Est (avec création d’école de médecine, infirmier, …). Qui devrait booster une industrie de pointe dans cette région. Tout cela avec des créations de nouveaux postes (donc sans obligation de déménagement pour quiconque!).

    Comme il faut diminuer (globalement) le nombre de fonctionnaire, cela peut se faire en diminuant d’autant les créations de poste de fonctionnaire dans les autres secteurs (et régions).

  55. L’Insee est déjà le roi de la mobilité forcée et de la délocalisation. 6 mois à Libourne pour être formé contrôleur, 2 ans à Rennes pour devenir attaché, puis les 2 premiers postes à seulement 3 ans. Depuis que je suis rentré à l’Insee depuis 8 ans, j’ai déjà déménagé une dizaine de fois.
    L’Insee est une machine à divorcer et à perdre tout réseau (amis, voisinage, assoc…).

  56. Bonjour,
    Permettez-moi de compléter vos échanges, les gens de l’est sont des bouseux, les parigots des snobinards tout tristes, les gens du sud des fainéants, les gens du nord des débiles, les bretons des alcooliques … seuls les nantais sont parfaits …

    Continuez ces échanges très riches, mais je crois que vous n’avez pas bien compris l’enjeu.
    Excusez moi par avance, mais je vais être long pour essayer d’exprimer le plus clairement mes convictions

    * Tout d’abord le système statistique c’est quoi ?
    La mission de l’INSEE et des services statistiques du ministère est de collecter, produire, analyser et diffuser des informations sur l’économie et la société française (démographie, emploi, mode de vie, tourisme, logement, justice, agriculture, social, éducation nationale … ). Les agents de l’INSEE sont les garants du respect du secret statistique et se doivent d’être indépendants des pressions politiques et des lobbies économiques … ce qui peut parfois en déranger certains …
    Les effectifs de l’INSEE sont de 5700 agents dont 3900 en province (soit plus de 2/3) + 2500 agents dans les ministères dont 1100 à Paris (soit moins de la moitié). Au total, on comptabilise donc environ 8200 agents dont 5000 en province (soit plus de 60%). Avec l’implantation des directions régionales et la présence d’agents dans les services ministériels déconcentrés, la statistique publique participe donc déjà fortement à l’aménagement du territoire … notamment à nancy

    * Pourquoi la délocalisation de 1500 agents pose problème ?
    Tout d’abord, 1500 agents sur 8200, cela représente 18% de l’effectif des agents de la statistique publique qui seraient touchés par cette délocalisation. Comment peut on s’imaginer que 18% des agents seront prêts a changer de vie pour aller s’installer à Metz. Il ne s’agit pas là d’un procès contre la ville de Metz. La problématique aurait été identique pour Clermont-Ferrand, Limoges, Amiens ou Paris … elle aurait sans doute été pire avec Vierzon, Vesoul … et peut être moindre avec Toulouse ou Nantes … comment peut on envisager de faire déménager autant de personnes en aussi peu de temps.
    Les agents de l’INSEE sont comme tous les autres, ils ont souvent une famille avec un conjoint qui travaille, des enfants scolarisés et une vie sociale. Ils habitent un logement qu’ils louent ou pour lequel ils remboursent un emprunt.
    Et alors, diront certains, … les gens du privé aussi sont contraints à des délocalisations et on ne leur demande pas leur avis … et bien justement, que se passe t’il lorsqu’une boite privée délocalise, certains suivent et d’autres non.
    Pour les agents de l’INSEE la problématique serait la même avec des cas de figure différents :
    – tout d’abord, pour les cadres, nombreux seront ceux qui préfèreront partir dans une autre administration ou dans le privé plutôt que de subir ce déménagement forcé … de plus, il est probable que les concours d’entrée deviennent moins attractif et prestigieux, notamment pour les polytechniciens et que ceci nuise assez rapidement aux travaux de méthodologie et de recherche et donc à la qualité des futures productions statistiques.
    – pour les agents B et C, nombreux sont ceux qui chercheront également un emploi dans une autre administration ou dans une collectivité territoriale pour conserver leur cadre de vie. Le niveau de rémunération de ces agents étant moindre que les cadres, si le conjoint dispose d’un emploi sans possibilité d’être muté sur Metz, le choix sera vite fait. Par ailleurs, de nombreux contrôleurs et adjoints de l’INSEE sont à moins de 10 ans de la retraite et il est peu probable qu’ils acceptent ce changement de vie pour quelques années.
    Mais bien évidemment, il sera possible de trouver plusieurs centaines d’agents (mais certainement pas 1500) consentant ou contraints au départ. Parmi ceux-là, on trouvera des parisiens qui décideront de ne pas changer d’environnement (ils ne participeront donc pas à l’économie messine) et effectueront 4 heures de transport par jour et d’autres qui seront démotivés et attendront le WE pour retrouver leurs proches, il sera donc difficile de créer une mobilisation propice à l’investissement professionnel.
    Un recrutement sera nécessaire à l’extérieur de l’INSEE pour constituer un pôle de 1500 agents. Ce posera également le problème du profil des agents qui accepteront la délocalisation à Metz avec les métiers qui seront proposés. Les métiers de l’INSEE sont très variés et changer d’environnement de travail à un coût, par ailleurs recruter à l’extérieur ne sera pas simple (il n’existe pas des milliers de statisticiens sur le marché du travail et tout ceci coûtera sans doute cher.
    Par ailleurs, cette délocalisation touchera une bonne partie des travaux de la centrale mais certainement pas l’intégralité, il existera donc 2 têtes avec tous les problèmes de fonctionnement inhérents.
    La dégradation de la qualité des travaux et une augmentation des coûts pour le contribuable semblent donc inévitables, ce qui est contradictoire avec l’origine même du départ des militaires qui a pour but de réduire les dépenses en regroupant les activités.

    * En quoi cette mobilité peut nuire à la statistique publique ?
    Toutes les mobilités physiques et fonctionnelles de la délocalisation, accompagnées d’une direction à 2 têtes et d’une perte plus que probables des compétences entraînera une perte inévitable de la qualité des travaux statistiques (il suffit de prendre l’exemple de l’angleterre où une délocalisation massive a totalement désorganisé l’institut …) … mais ceci n’est-il pas le but inavoué de cette délocalisation. En tout cas, le directeur actuel qui est un proche de Sarkozy n’en fait pas mystère, dans son message adressé aux agents, il mentionne d’ailleurs qu’il fera des propositions en essayant de « préserver au mieux les intérêts de la statistique publique »
    Petit rappel des difficultés relationnelles du président avec l’INSEE.
    Le premier problème a porté sur le recensement de la population que Mr Sakozy ministre de l’intérieur souhaitait attirer dans son ministère pour « maîtriser les chiffres ». Par la suite le président a limogé le directeur (Charpin) pour cause de divergence de point de vue sur les chiffres du chômage et y placer un fidèle (le directeur actuel). Alors oui, il est fort probable qu’il s’agisse d’une attaque destinée à affaiblir la statistique publique et l’indépendance de l’INSEE peut être remise en cause à terme.
    La maîtrise de la communication du chiffre étant essentielle, il y a un intérêt à fragiliser l’INSEE et au moins à embaucher des contractuels, à défaut de pouvoir privatiser certaines opérations dans un premier temps. Les emplois de contractuel étant précaires, la tentation sera grande pour ces agents de suivre les recommandations du gouvernement qui les embauche pour espérer des renouvellements de contrat. L’indépendance sera remise en cause et le choix des scénarios deviendront calés sur les résultats souhaités par le gouvernement. Ainsi, il n’existera plus de contradiction sur l’estimation de la croissance entre le gouvernement et l’INSEE et qu’en sera t’il du calcul du taux de chômage, du pouvoir d’achat, du moral des français et de l’évaluation des politiques publiques en général ?

    * Une attaque contre le système statistique isolée ?
    Malheureusement, cette attaque contre le système statistique fait suite à différentes mesures déjà annoncées ou prises par le gouvernement et ayant vocation à maîtriser la communication sur les actions du gouvernement.
    Parmi les différentes décisions ou actions qui portent à réflexion, citons :
    – la suppression de la publicité pour la télévision publique : l’objectif est de fragiliser cette dernière et d’accentuer le poids des télévisions privées dirigées par des amis du président
    – la campagne de publicité réalisée sur le pouvoir d’achat en juin 2008 pour expliquer aux français que tout allait mieux grâce aux mesures prises par le gouvernement. Cette campagne aurait porté le nom de « propagande » dans un pays de l’est et tout ceci a coûté très cher au contribuable.
    – l’explosion du budget communication de l’Elysée
    – le fichier Edvige ou tous les syndiqués et politiciens étaient censés être fichés pour disposer ensuite de moyens de pression

    Comme pour la majorité des autres décisions prises, il s’agit là d’une décision impulsive prise rapidement sans aucune concertation ni analyse des impacts et qui a pour vocation de verrouiller la communication de toute information par le gouvernement.

    * Quelle autre solution pour la ville de Metz ?
    D’accord, mais que fait-on pour Metz après le départ des militaires. Tout d’abord, le transfert de postes de fonctionnaires ne sera pas suffisant pour dynamiser l’économie de Metz, même si il permettrait d’accompagner d’autres mesures. L’INSEE, au même titre que d’autres administrations pourrait certainement participer à cet effort à hauteur de 100 ou 200 agents … mais pas 1500 agents. Appliquer ce taux de 18% des fonctionnaires de l’INSEE à l’ensemble de l’administration reviendrait à délocaliser un million de fonctionnaires à Metz !!!
    Enfin, juste pour la boutade, une autre solution est possible : délocaliser le personnel du palais de l’Elysée dont la taille est justement comprise entre 1000 et 1500 personnes

    Bref, c’est l’indépendance de l’INSEE qui est en jeu, bien avant les situations personnelles des uns et des autres (même si ceci est également très important)

    voila merci a ceux qui m’ont lu jusqu’au bout

  57. « les gens du sud des fainéants » tout à fait !! et c’est pour cela que je souhaite être délocalisé dans le sud que je me la coule douce enfin… BON SANS RIRE : si on délocalise mes poussins à Metz je fous le feu à la fonction publique !!!

  58. Déprimant ce forum…
    A croire que le principal problème en France est l’opposition Province/Paris (bouseux / bobos), ou encore l’opposition privé / public…
    Et pendant ce temps, nous subissons tous, parisiens comme provinciaux, fonctionnaires comme « privés », la baisse du pouvoir d’achat, des retraites qui s’éloignent et s’amenuisent, des loyers de plus en plus élevés (et des logements de plus en plus rares), une protection sociale qui se dégrade lentement mais sûrement (santé), un pays riche qui a de plus en plus de pauvres etc…
    PS : je crois que le gouvernement ment encore plus aux messins qu’aux inséens

  59. Cette discussion est passionnante… Merci à Chan Paul de faire qu’elle ne se passe pas entre spécialistes. Mais tant qu’à jouer les naifs, pourquoi ne pas laisser définitivement de côté les préjugés sur les fonctionnaires réfractaires par essence à toute mobilité par rapport au privé apparemment toujours prêt à suivre son patron la fleur au fusil? Une prime de mobilité pour un fonctionnaire cadre B c’est au mieux 1700 euros. Vous allez où avec ça ? Jusqu’à Metz ? Et il faut savoir qu’une loi dite « mobilité » a récemment été votée, instaurant la possibilité, et ce n’est pas de l’intox, de priver un fonctionnaire de son revenu s’il n’accepte pas une mutation pendant plus de deux ans suite à la disparition de son poste (Liée par exemple à la RGPP). Quand on sait que de nombreux fonctionnaires s’accommodent de leur salaire par la contrepartie de la sécurité de l’emploi, voilà qui brise un sacro saint équilibrage des forces.

    Pour en revenir à Metz je voudrais bien savoir pourquoi certaines régions ont réussi à maintenir les garnisons sur place et pas d’autres? Il n’y a pas d’autre réponse que l’arbitraire politicard qui prévaut partout aujourd’hui. L’activation des réseaux, faire partie de la court (cf affaire Clavier qui a elle seule a destabilisé toute l’organisation de la sécurité insulaire sour le sourire béat des indépendantistes) ou gueuler plus fort que les autres. Il semblerait que les élus messins n’aient fait partie ni des uns ni des autres. Ce n’est pas une raison pour se venger de cet état de fait en montrant du doigt ces poules mouillées et planqués de fonctionnaires de l’Insee qui refusent la solidarité nationale, alors qu’il s’agit juste de dire haut et fort que :
    non, le calcul économique de cette décision à l’emporte pièce n’a pas été fait ;
    en conséquence de quoi, chambouler le quotidien de 1500 foyers (soit à la louche celle de 3000 personnes en comptant femmes et enfants) ne peut venir que de l’esprit d’un dirigeant impulsif qui se soucie peu de concertation, de recherche de solutions alternatives, de discussion, enfin bref; de ce que l’on trouve sur ce forum…

    Nous défendrons les intérêts de ce corps car nous le connaissons et savons mieux que notre dirigeant ce qui en fait la force et les spécificités.

  60. bonsoir à tous,
    Le débat semble tourner en rond depuis quelques jours mais rien de plus normal puisqu’aucun élément d’information ne filtre de la rédaction du rapport que l’on intitulera par commodité « rapport Duport/Cotis ». cela fait bientôt un mois que Mr Cotis a reçu les représentants du personnel et toujours pas de point étape comme il l’avait suugerait le 4 septembre.Résultats des courses les agents de l’Insee et des ssm s’organisent et se mobilisent contre ce projet de délocalisation.
    Aujourd’hui une délégation d’agents de l’insee s’est invitée au point presse de la traditionnelle présentation de la note de conjoncture insee et a mise à profit cette intrusion pour alerter de nouveaux les journalistes sur les réelles conséquences du projet en insistant sur la légèreté avec laquelle ce projet avait été soumis.
    Pendant ce temps dehors un rassemblement regroupait à la fois une partie des agents de la DG, des représentants de nombreux SSM (services statistiques ministériels), des agents du site voisin de MK2 et des agents de la DR Ile-de-France.
    Une marche a ensuite été organisée du site de malakoff à la mairie de la commune. Sur le Parvis de la mairie, allez on va faire une moyenne des chiffres police et des chiffres organisateurs environ 600 personnes se sont retrouvées pour écouter la maire de Malakoff et le maire de Clamart. Ils ont de concert admis que ce projet était irréfléchi et nuirait grandement à la fois à la qualité de la statistique publique mais aussi à l’économie locale. Il est normal que des élus se préoccuppent de l’équilibre économique de leur région.
    Mais rappelons tout de même que les DR sont aussi concernées et pour certaines déjà en déçà du seuil dit de viabilité,leur avenir est menacé.Le representant du comité de défense de la statistique paris a bien insisté sur le fait que c’est ensemble que nous réussirons à faire comprendre aux responsables du projet que celui-ci est plus nuisible. Il ne s’agit pas d’opposer une région à une autre tout comme il ne s’agit pas de nier le problème messin.
    C’est aux gouvernants à prendre la juste mesure de leurs décisions et non aux salariés ou fonctionnaires de se trouver démunis sans comprendre le sens des décisions.
    Madame alliot-Marie a du revoir sa copie pour le fichier edwige,
    qu’il en soit de même pour ce projet irraisonné.

  61. Pour votre information , voici quelques évènements relatés par les grands quotidiens : liberation et l’express.

    « Des manifestants protestant contre la délocalisation de certains services de l’Insee ont perturbé jeudi une conférence de presse de l’institut de statistique et organisé un rassemblement devant son siège.

    Une délégation d’une vingtaine de personnes a envahi la salle où l’Insee présentait son dernier point de conjoncture pour dénoncer le projet de création d’un pôle national de statistique publique à Metz (Moselle), décidé par le gouvernement pendant l’été.

    Une manifestation avait lieu au même moment devant le siège de l’organisme, porte de Vanves à Paris, et des rassemblements étaient prévus en régions où les services statistiques, notamment l’Insee, sont largement implantés.

    Les manifestants ont distribué la copie d’une lettre du Premier ministre, François Fillon, à Jean-Philippe Cotis, directeur général de l’Insee, dans laquelle il explique que le président de la République souhaite délocaliser 1.500 emplois à Metz d’ici à la fin 2011 à la suite de la restructuration des forces armées qui entraîne la fermeture de casernes.

    Réunis au sein d’un « comité de défense de la statistique publique », les opposants au projet, venus de l’Insee ou des services statistiques ministériels, dénoncent « une décision précipitée qui menace l’efficacité et la qualité du service statistique public, indispensable au débat démocratique, » selon un tract distribué aux journalistes.

  62. Vous avez raison d’avoir peur, à l’INSEE, c’est tous des communistes ; alors la couleur politique de Metz va changer. En plus, vu comment conduisent les parisiens, vous avez pas fini de vous arracher les cheveux dans la rue !

  63. en voilà un commentaire construit qui relance le débat… et pour votre gouverne je suis un agent de l’insee et je ne suis pas communiste et je vous assure que je ne suis pas la seule intru dans cette grande maison qu’est l’INSEE .Je vous invite plutôt comme l’a fait philou 44 à aller signer la pétition qui est en ligne….. essayez plutôt de vous informer et de réfléchir un instant aux réels enjeux de notre action…..
    L’INSEE n’est qu’un des maillon de la remise en cause de l’équilibre et l’efficacité de la fonction publique.
    Je crois que certains n’ont pas bien compris que si la copie de cette délocalisation n’est pas revue, la porte sera alors ouverte pour le jeu de domino avec les dommages collatéraux inévitables.
    Au début du débat certains évoquaient l’antagonisme insee/gouvernement….. Que pensez-vous aujourd’hui de la minimisation des chiffres négatifs de croissance sortis par l’insee hier. Alors sans faire de catastrophisme comme on dit,je vous laisse à vos réfléxions.

  64. Bonjour Chan Paul,

    Je suis extérieur à ce débat et je dois reconnaître que vous avez réussi à semer la discorde au sein des blogueurs de l’Insee avec des arguments qui laissent songeur mais en disent long sur votre idéologie.
    Dîtes-nous cher Chan Paul, si vous êtes un Lorrain du crû ou si, par le plus grand des hasards, vous n’agiriez pas en service commandé pour le compte de celui qui a le plus grand intérêt à semer la zizanie : l’Etat-UMP ?

  65. Je vois que les activités de certains consistent davantage à trainer sur les forums et à chercher à convaincre les gens que de faire ce pour quoi ils sont payés…

  66. je ne sais pas qui est chan paul et peut importe d’ailleurs car dans ce débat il ne s’agit pas d’individualité mais bien de collectif pour faire comprendre à nos gouvernants que gérer un pays c’est réfléchir pour que les décisions soient pensées jusque dans ses conséquences tant sur économiques, politiques que sociale.
    Et à ceux qui tant ici, qu’ailleurs semblent vouloir situer le débat à une simple opposition d’une région contre une autre ils n’ont rien compris au sujet des réelles préoccupations des agents qui est de préserver une statistique de qualité pour que le débat puisse se faire sur des données fiables.Je n’oublierai pas leurs préoccupations personnelles s’ils sont contraints d’être mutés mais le lieu de délocalisation aurait pû être nice, perpignan ou autre que la même préoccupation aurait perduré.
    Pour votre information une délégation de l’INSEE a aprés multes entraves réussi à faire entendre sa voie au bureau du CNIS qui s’est tenu ce matin.
    Voilà pour ce soir…

  67. chan paul est un lorrain pur souche, qui s’intéresse à autre chose que son propre nombril et qui essaye de défendre un peu le point de vue de la lorraine au milieu de tous ces participants de l’insee.

    cela ne l’empêche pas de comprendre que lorsqu’un gouvernement quel qu’il soit essaye de changer les choses dans ce pays, tout le monde est d’accord jusqu’à ce que ça touche quelqu’un… et ça touche forcément quelqu’un !

    d’ou l’irréformabilité de ce pays… et à ce jeu, nous perdons finalement tous.

    inse, armée, lorraine, fonctionnaires, élus…, tous nous sommes en train de tergiverser à savoir qui payera de sa personne.

    Ce faisant, nous stagnons, que dis-je, la france recule partout sur tous les fronts… et pendant ce temps le monde, lui il bouge, il s’adapte, il se bat…

    si nous reculons c’est que d’autres progressent dans le même temps.

    si nous ne voulons pas finir dans 30 ou 50 ans comme pays pauvre ou incapable d’arrêter la descente aux enfers, il va tout de même falloir que tout le monde s’y mette ! inse, armée, lorraine, fonctionnaires, élus… tout le monde

    et quoi qu’en dise cette personne dont la paranoïa me place dans les rangs de la manipulation de l’UMP (d’ailleurs à ce sujet faudrait revenir un peu sur terre)… je pense que ce gouvernement que tout le monde hait justement fout tout le monde dans le même bain.. et tout le monde les pieds dedans.

    ça limite les inégalités si on doit tous faire un effort, non ?

    parce que le monde a changé, et que nous voudrions vivre comme avant, or ce n’est pas possible.

    parce que pendant que nous palabrons les autres nous bouffent, ce qui nous fait encore plus palabrer.

    parce que l’immobilisme de ce pays et un comportement auto-destructeur et que lorsque l’on devra en payer le prix, ce n’est pas ou travailler en france que l’on se demandera, mais ou s’installer en chine, ou quelle annonce pourrie de l’ANPE nous devrons accepter pour faire bouffer nos familles (sauf les fonctionnaires… qui sont les 1ers à gueuler).

    le problème n’est pas à l’insee, ni en lorraine, il est dans notre incapacité à chacun accepter de porter une partie de l’effort que nous devons tous faire pour nous sortir de la merde.

    et celui qui dira que c est sarko, chichi, jospi, ou mimi qui nous on foutu dedans se demande si c’est sarko, chichi, jospi ou mimi qui contrôle ce qui se passe dans le monde. tout le monde veut les 1ères places.

    quoi qu’ils proposent ou ont proposé, y en a toujours pour s’y opposer, pour descendre dans la rue, avoir la meilleure idée… qui en toucherait d’autres au passage (ah oui mais là tant que ça me touche pas moi hein…)

    alors on bloque joyeusement, on s’affaiblit encore au passage, on se laisse pas faire : chouette !

    notre comportement à tous est irresponsable et nous le payerons… puis nos enfants nous le remettrons dans les dents… ça et l’environnement pollué qu’on leur aura légué.

  68. Un ministre a déclaré récemment au sujet de la situation difficile que connaît la ville de Metz du fait du départ des militaires : « L’armée n’a pas pour mission de gérer l’Aménagement du Territoire ».
    Alors, l’INSEE, lui, aurait-il pour mission l’Aménagement du Territoire ?
    Evidemment non.
    Par contre le but de l’opération apparaît beaucoup plus comme une « manœuvre camouflée » d’étouffement de cet organisme… qui commet le crime de publier l’état des réalités.
    Guy Béart nous l’a dit il y a longtemps :
    « Le premier qui dit la vérité, Il doit être exécuté… ! »
    Chacun doit réaliser combien notre droit à l’information est un facteur essentiel de l’exercice de notre liberté, pour se faire une opinion, pour prendre des décisions perspectives, pour voter intelligemment…
    Malheureusement, nous sommes déjà envahis par un environnement de mensonge et de désinformation.
    Il est grandement temps d’arrêter ce dérapage. N’ATTENDONS PAS QU’IL SOIT TROP TARD !

  69. Heureusement qu’il y a chan paul voir même BernardD parce que sinon nous n’échangerions qu’entre gens de l’Insee et aussi intéressant que cela puisse être il me semble que c’est en même temps peu instructif !
    Cela dit, chan paul ce qui m’énerve dans cette histoire de délocalisation c’est justement qu’en regroupant l’essentiel des statistiques à Metz (ou ailleurs) on tue justement la mobilité, l’obligation que nous avons à l’Insee, de bouger régulièrement, de changer d’environnement…bref de nous mettre un coup de pieds aux fesses tous les 3 à 5 ans pour se confronter à des interlocuteurs et des besoins différents.
    Ce qui me gêne, et je ne suis pas la seule, c’est justement que j’apprécie la mobilité. Alors je n’ai pas envie de passer le reste de ma carrière professionnelle dans un seul endroit avec toujours les mêmes collègues ayant fait les mêmes études et travaillant toujours de la même manière.

  70. chan paul, d’accord avec toi, l’interet general doit passer avant l’interet de chacun
    Le problème actuel est que ce gouvernement confond souvent action avec agitation. Notre président prend une foultitude de décisions attives dans ses phases d’euphorie. Le problème est que dans la majorité des cas, il n’y a eu aucune analyse des avantages et risques, ensuite (dans sa phase de descente) il recule ou amenage en reprennant une nouvelle mesure dont il n’a pas calculer les impacts, bref il joue au mécano (comme les banques l’on fait avec notre argent), j’espère que le résultat ne sera pas le meme

  71. Chan Paul, en dehors des questions de fond sur la défense de la statistique publique, vos propos sont insultants accepteriez vous de quitter votre Lorraine cherie puisque vous êtes Lorrain pur jus pour venir vous installer dans notre « chère capitale » peuplée de fénéants imbus d’eux mêmes. Je suis un vrai parisien celà fait 56 ans que j’y vis et y ait toutes mes attaches et je ne vois pas pourquoi j’irai m’installer dans votre « belle région » à quelques années de la retraite. quelles sont vos intensions comme les élus locaux pour accueillir les agents « déplacés » dans des conditions décentes .Nous ne sommes pas du bétail que l’on fait fait tranhumer tout de même!

  72. je suis tout a fait d ‘accord avec le mr INSEE ile de france-moi meme je travail dans un établissement public l’ INRAP dont le gouvernement a décidé de délocaliser le siege social à METZ pour remplir les casernes désertées par les militaires;
    je ne suis pas fonctionnaire, je suis agent non titulaire de l’état et nous sommes en grêve actuellement contre ce projet qui vise à détruire notre etablissement et ses 2000 archéologues implantés sur toute la france.
    Cette décision prise par des cols blancs qui ny connaissent rien met des familles dans la merde et ne va pas creer des nouveaux emplois pour votre région; nous ne sommes pas responsable de la politique menée par ce gouvernenment qui cherche à monter les francais les uns contre les autres

    nous ne sommes pas du betail que l’on déplace comme cela en 5 mn sans en mesurer les consequences dramatiques pour les familles

    vive l’INRAP à PARIS et vive l’INSEE à paris
    je vous invite à signer notre pétition pour le maintien de lINRAP à PARIS
    http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1911
    sauvons l’archeologie, c’est notre histoire , votre histoire

  73. Mme Ijkl qui habite visiblement en région parisienne nous dit « j’aime la mobilité ». Soyez précis madame, vous aimez la mobililité d’un arrondissement à un autre de Paris ou alors vous appréciez la vraie mobilité, celle qui concerne tous les provinciaux, la mobilité géographique. Il est sur qu’à l’heure actuelle le système vous permet certainement d’obtenir promotion sur promotion sans jamais quitter PAris. Aujourd’hui les choses risquent de changer et vous pourriez vivre la meme chose que vos collègues provinciaux semblent vivre: « tu veux ta promotion, bouge vraiment ». Le débat sur la qualité est faux, la réalité ne concerne que les intérêts personnels.

  74. bernardD
    soit tu n’y connais rien, soit tu es de mauvaise fois
    si 15 ou 20% des ganets changent de poste d’un coup d’un seul, comment cela peut ne pas avoir d’impact sur la qualité ???
    Quel sera le profil des nouveaux agents de Metz, sachant que les agents actuels ne suivront pas à hauteur de 1500 !!!

  75. C’est vrai qu’ils sont plaisants tous ces petits villages
    Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
    Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
    Ils n’ont qu’un seul point faible et c’est être habités
    Et c’est être habités par des gens qui regardent
    Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
    La race des chauvins, des porteurs de cocardes
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
    Empalés une fois pour toutes sur leur clocher
    Qui vous montrent leurs tours leurs musées leur mairie
    Vous font voir du pays natal jusqu’à loucher
    Qu’ils sortent de Paris ou de Rome ou de Sète
    Ou du diable vauvert ou bien de Zanzibar
    Ou même de Montcuq il s’en flattent mazette
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

  76. vlà l’autre qui compare des villes de 300 000 ou 400 000 habitants avec des villages, de mieux en mieux. C’est sur qu’il ne sera pas sélectionner à « Questions pour un champion » lui.

  77. En ces périodes de stagnation du sujet au sein de l’insee il est normal que les termes du bébat ne soient pas trés constructifs…….juste pour l’info de ceux que cela intéresse une journée de rassemblement de l’ensemble des comités de défense de la statistique crées depuis l’annonce de la délocalisation est prévu la semaine prochaine mardi 14 octobre sur Paris.
    Et surtout n’oubliez pas de venir signer la pétition en ligne, document qui revêt à ce jour plus de 7000 signatures (pas seulement des gens de l’insee…..) Venez lire ce qui est présenté….

    Oh fait pour ceux qui sont lorrains, comment votre région réagit à ce projet?
    En discutez-vous entre vous où cela vous est-il indifférent? Qu’en pensent vos élus? tout cela sans oublier que bientôt d’autres régions seront touchées par ce phénomène. Savez-vous vous quel serait le réel site concerné par cette arrivée massive de statistitiens? car comme il s’agit d’une mesure d’économie il ne doit pas s’agir de rebatir de nouveaux locaux enfin j’imagine. Et jê suppose que les anciens batîments une fois identifiés devront être réhabilités.Car le travail d’un statistitien ne ressemble pas à celui d’un militaire.
    Voilà pour vos réflexions de ce soir…..

  78. bonjour,
    Metz… Cela fait quelques jours que je surf de forum en forum. Des forum Lorrains, et d’autre sur le sujet de la délocalisation. Chers Lorrains, votre région est certe une très belle région, mais je suis désolée, je n’ai aucune envie de déménager à Metz! Je vie en Auvergne (et oui, chaque région a sa direction régionale à l’INSEE, il n’y à pas que PARIS!!!!)ma vie est ici, je n’ai pas envie de bouger car j’ai une famille recomposée, j’ai la garde alternée de ma fille, et mon compagnon veut créer son entreprise dans la région. De plus, ma DR et petite et beaucoup de départ en retraite sont prévu dans les prochaines années. La délocalisation des statisticiens à Metz, c’est la mort des petites DR, c’est l’arrachement de milliers de personnes, parisiens et provinciaux, c’est désabillé Pierre pour habiller Paul, ce n’est pas une solution mais une érésie!!!
    Je tiens à dire aussi, en réponse à l’un des premier commentaire qui disait « qu’on a jamais vu une déloc’ de 1500 personne », ce n’est pas parce qu’on ne l’a jamais vu que ça ne ce feras pas, nous sommes sous le gouvernement de Sarko, ne l’oublions pas! Tout est permis!!!! 🙁
    Sincerement, dans ce cas, vous changeriez de vie, du jour au lendemain??? Je ne suis qu’un exemple, mais nous avons chaqun des parcourt de vie différent, des encrages, ou tout simplement l’amour de sa région.
    Par pitié, arréter de nous critiquer sur un acte que vous ne seriez même pas capable de faire!!! Sinon, chez Lorrains, déménager à Paris, Lyon, Marseille, Amien… et on en reparlera…

  79. un dermier com, pour ce qui dénigrent délibérément les fonctionnaire: privatisons tout, nous serons plus tranquille!!! La stat privatiser=chiffre faussés, ou pis, plus de chiffres du tout!!!! plus d’état civil!!! plus de fichier électoral!!! plus de NIR, de SIRET… et je ne parle que de l’INSEE… mais parlons des mairie, de la poste, de L’HOPITAL!!!!! rendez vous compte!!! La France à encore la chance d’avoir un service publique digne de ce nom, ne détruisons pas tout ça sous prétexte que « les autres » font autrement!!! Demander aux anglais ce qu’ils pensent de leurs « postes » actuels!!!
    Sérieusement, plus d’INSEE, pour revenir à ce que je connais, ça veut dire plus de budger pour vos communes!!! avec les concequences que vous imaginez. Alors, ne soyez pas BORNé!

  80. je n’ai pas tout regardé, mais tout ce que je lis depuis que j’ai découvert ce forum me laisse perplexe !!!la délocalisation de 20% de l’effectif actuel de l’INSEE est le PROBLEME !!! que ce soit METZ ou TRIFOUILLY les OIES importent peu !! ce que je trouve scandaleux, c’est que cette décision, prise à chaud par Sarko, pour rassurer des interlocuteurs du moment entraine une refondation de tout un organisme sans avoir réfléchi plus que ça avec les professionnels de la statistique pour en améliorer l’efficacité collective. NON, l’objectif est de donner du consommateur et de l’humain pour compenser des pertes d’une région. on pourrait faire de l’aménagement du territoire d’une meilleure façon et décider que les régions (les 22) bénéficient aussi d’un arrêt dans la perte des emplois publics. pourquoi n’y aurait-il pas une vraie décentralisation des missions de l’INSEE et des travaux impliquant aussi beaucoup des cadres dans les régions. l’INSEE est déjà en train de s’amenuiser dans chaque région et on est en train d’ergoter sur le côté attractif de METZ. Ce n’est pas le problème. c plutôt quel système statistique la FRANCE veut-elle garder ?

  81. Délocaliser les emplois de Paris vers la province est une bonne idée qui permettra de désengorger Paris et de repeupler la province. Mais délocaliser l’Insee de Paris vers la province est une mauvaise idée car pour que l’institut fonctionne bien :
    1) les agents de l’Insee doivent être en mesure de se déplacer facilement et rapidement entre la direction générale (à Paris) et les directions régionales (en province) or il est plus facile et rapide de faire Paris-Lille, Paris-Nantes, Paris-Toulouse, Paris-Marseille ou Paris-Lyon que Metz-Lille, etc.
    2) les agents de l’Insee doivent être en mesure de donner des conférence de presse, ce qui a lieu à Paris
    3) les énarques, polytechniciens, etc. ie. les agents de l’Insee censés être les plus compétents doivent rester dans l’institut, or la plupart ne veut pas aller à Metz et pourrait trouver aisément un emploi à Paris dans le privé (d’ailleurs bien mieux payé qu’actuellement en étant fonctionnaire) ; leur départ nuirait nécessairement à la qualité des statistiques et à l’organisation générale de l’institut ; si l’Insee ne peut plus sortir de chiffres fiables du fait de sa désorganisation, ces chiffres finiront probablement pas être dictés par le gouvernement (en sa faveur), par l’intermédiaire ou non d’un institut de statistiques privé
    De plus délocaliser coûte cher, pour ce prix on pourrait créer ex-nihilo des emplois utiles dans et pour la région messine, par exemple des hôpitaux.
    Quoi qu’il en soit, dire que Paris est mieux que Metz ou l’inverse est évidemment stupide. Je crois que si l’Insee était localisée à Metz depuis longtemps et qu’on avait voulu la déplacer à Paris, il y aurait eu autant de plaintes.
    Donc oui à l’aménagement du territoire français, mais non à la destruction de l’institut national de statistiques. Entre repeupler une région de 1500 habitants et permettre à la France de disposer de statistiques fiables et indépendantes, le choix est, pour ma part, fait.

  82. à l’Insee et dans les services statistiques ministériels ( ou je travaille), il n’y a pas que des statisticiens, il ya aussi des personnels administratifs notamment des secrétaires .
    Si, pour atteindre les 1000 emplois délocalisés de l’INSEE, le DG dit : « on délocalise le service A+ le service B+..) , les personnels administratifs devront suivre ou trouver un autre poste dans leur adminsitration… sauf que avec le projet de réduction des effectifs et de la réorganisation des services de l’Etat, il n’y aura pas assez de postes disponibles pour tous ceux qui ne peuvent pas partir à Metz (à cause de l’emploi du conjoint notamment).
    J’ajoute que les délocalisations d’emplois publics coûtent très très cher. Pas seulement au moment de la délocalisation mais après. Par exemple, les DG vont rester à Paris avec une partie des agents; Actuellement,dans les Dg, il ya un seul service de ressources humaines, de compta.. A partir du moment ou 1000 personnes seront à Metz, tous ces services seront doublonnés.
    A cela, va s’ajouter des frais de déplacement monstrueux puisque le montage d’enquêtes, de recueil de données implique des échanges avec les organismes tels que la Cnaf, l’Unedic, l’Anpe, les syndicats , les associations, etc.. qui ont tous leur représentation nationale à Paris ou en région Parisienne.
    Même pour moi, méridionnale, une délocalisation à Marseille ou Montpellier poserait les mêmes problèmes que Metz.
    Vivre et travailler à Paris ne m’enchante pas. Mais je suis attachée à la qualité du travail que je fais dans un service statistique ministériel, qualité qui sera perdue si les services statistiques éclatent.
    Enfin j’ai une remarque et une question à poser aux Mosellans qui ont connu cette période. Dans les années 70-80, des usines de la sidérurgie ont proposé des aux salariés des délocalisations à Fos sur Mer.
    ils sont arrivés, c’est vrai. Ils ont du se débrouiller comme ils pouvaient pour trouver des logements dans une région où le logement locatif est ridicule; ils ont tenté de s’intégrer à la vie locale pour compenser l’éloignement de leurs amis et de leur familles et se sont fait rejeter souvent, très souvent.Ils ont sérieusement morflé.
    Est ce que c’est çà que vous voulez?

  83. BernardD continue de délirer.
    Soit il ne lit pas la presse on ne se tient pas au courant de l’actualité soit il est comme Jeane d’Arc qui entend des voix qui viennent de je ne sait d’où ou probablement de l’Elysée, Matignon, la DG de l’Insee.

  84. Bonjour,

    Ce ne sont pas seulement des personnes de la DG donc de Paris qui sont menacées de délocalisations!!!!Je travaille en Province dans une ville de taille moyenne.
    Nous n’avons rien contre votre ville…le problème n’est pas là.
    J’ai l’impression que l’on cherche a déstabiliser le système statistique car les chiffres que l’on diffuse ne servent pas toujours le discours politique sur des thèmes importants comme la croissance…
    Il n’est pas si simple de changer de ville…et donc souvent de vie.
    Quand cela arrive dans le privé les salariés se mobilisent… nous avons nous aussi le droit de nous mobiliser contre un projet de délocalisation (quelque soit le lieu de délocalisation!!!!)

  85. Je disais simplement cela après en avoir discuté avec des régionaux de l’Insee qui se rendent compte qu’à force de jouer les durs, les indépendants qui se situent au dessus de tout et de tous, ils risquent de se bruler les ailes…
    LA RGPP touchent bcp de services de l’Etat mais pas l’Insee. C’est bien, tant mieux. Néanmoins, c’est dommage que certains (je dis bien certains parce que, je le repete, à l’Insee bon nombre d’agents sont favorables à des changements) sont aussi hostiles à tout changement, ce qui risque un jour de jouer contre votre institut…

  86. Bonjour

    Les délires (je connais la concierge d’un ami qui a rencontré un agent de l’insee à x qui est pour le transfert …….) continuent.
    Bien sur vous trouverez BernardD bien quelques agents disponibles de muter. Acessoirement vous en trouverez un peu plus susceptible de muter vers Nantes ou ailleurs.
    Plutôt que de fantasmer (ou de tenter de désinformer) je vous invite BernardD à visiter , par exemple, les couloirs de la DG INSEE et vous constaterez que les portes sont ornées d’affichettes annonçant que le(s) utilisateurs de la pièce sont en grève aujourdhui.

    La il s’agit de transférer des centaines de postes (pas des individus) pour quel bénéfice ?
    L’amélioration des stats ? par quel miracle la régio Lorraine serait elle plus propice à la méthodologie stat ? La proximité d’Eurostat. Vous plaisantez les liens sont beaucoup plus distants que vous ne le pensez.
    Des économies pour l’ETAT ? les postes sont statutaires et ne dépendant que marginalement (via par exemple la prime de transport) de la géographie.
    Des gains pour METZ ? remplacer la consommation et la présence des millier de militaires par celle de centaines de fonctionnaires civils . C’est un pari qu’un démographe ou un sociologue ne ferait pas. On appelle cela une fausse bonne idée.
    La sauvegarde de l’INSEE face à un modernisme qui laverait toute cette racaille de fonctionnaires passéistes ? Vous me rappelez les chantres de la modernité libérale, il y a encore 3 semaines. Ils ont maintenant disparus avec la crise.

  87. Bonjour,

    Sud 77; Je ne tomperai pas dans la provocation comme vous aimez si bien le faire. C’est votre façon d’agir donc ca ne me touche que moyennement.
    Depuis le début de cette affaire vous tenter de faire croire que cette délocalisation sera la fin des statistiques publiques. On retrouve bien là votre radicalisme. En réagissant de la sorte, vous tentez vraiment de prendre les gens pour des imbéciles.
    Je le répète, pensez au Céreq, à l’ENA, au service statistique de l’agriculture à Toulouse, au CNASEA à Limoges et j’en oublie beaucoup d’autres. Tous ces services fonctionnement aujourd’hui très bien et se trouvent en région.

  88. La Lorraine est une belle région, n’en déplaise à tous les intervenants qui en ont une image poussiéreuse et pleine de préjugés. Hier encore je parlais à une ex-habitante de la région parisienne qui a déménagé à Metz… Elle me disait qu’en 1 mois elle avait perdu tous ses préjugés sur la ville de Metz, en particulier grâce au contact humain et à la beauté de la ville et son art de vivre.

    Enfin je comprends qu’il soit douloureux pour les familles de changer, mais peut être auriez-vous du baume au coeur de prendre le TGV un petit week end pour le passer à Metz et découvrir, au moins en superficie ce qui pourrait vous attendre. Vous êtes le bienvenu(e)s dans la plus belle ville de l’Est 🙂

  89. pour Bernard D
    « Y a quelqu’un qui m’a dit que … »
    je suppose que vous etes fan …

    Si il y avait réellement 1000 personnes d’accord pour aller à metz,
    Pourquoi plus de la moitié des agents de la statistique publique ont fait greve hier, pour empecher leurs collègues d’aller s’installer à Metz … par jalousie ???

  90. BernardD a franchit mille fois la ligne rouge avec de multiples rappels à l’ordre de Maweye. Combien faudra t’il de rappels à l’ordre de modération pour qu’il soit vraiment modéré ? (credibilité et cohérence!!)

  91. Bonjour,

    Il suffit que l’on dise la vérité pour devenir la proie de l’intolérance.
    J’ai été rappelé une seule fois à l’ordre, nous sommes donc loin des « multiples rappels ».
    Vous parlez de cohérence, alors soyez précis dans ce que vous dites parce que vos informations sont très souvent peu fiables. En général la statistique n’aime pas les données biaisées.

  92. A bernardD

    Peut être pourriez vous consulter un ophtalmo ?
    « cette délocalisation sera la fin des statistiques publiques » : où ai je dit cela? . J’ai simplement dit : »L’amélioration des stats ? par quel miracle la régio Lorraine serait elle plus propice à la méthodologie stat ? La proximité d’Eurostat. Vous plaisantez les liens sont beaucoup plus distants que vous ne le pensez »

    S’agissant du « service statistique de l’agriculture « , vous n’avez pas plus de chance car j’y étais juste avant la délocalisation Cresson et je suis revenu 10 ans plus tard dans la sphère agricole. Alors vous pouvez ne pas me croire, j’ai eu l’impression « pénible » que rien n’y avait bougé. CF mes échanges avec Monsieur ChanPaul.

    A Lorraine: Franchement je ne nie pas une éventuelle attractivité de Metz, mais ce n’est pas le problème : ma réaction serait identique s’il s’agissait de Cayenne, Brest, Pau ou Chateauroux. Qu’on vive bien à Metz, tant mieux pour ceux qui désirent y vivre.
    Un Francilien endurci d’origine partiellement Lorraine.

  93. juste une question:
    le grand amenageur du territoire a t il estimé le cout de l’opération demenagement et les couts induits de fonctionnement?

  94. Bernard D, merci de vos interventions, je vous trouve tres drole … maintenant le cout de la victime, l’intolérance des autres et du modérateur … trop fort Bernard, mais ca sent le manque d’arguments

    Une dernière tentative desespérée, voici quelques arguments précis et chiffrés :
    – cette délocalisation touchera 15% des effectifs de la stat publique
    – le taux de personnes qui suivront leur poste devrait être de 10 à 15% (chiffres habituellement observés en france, mais également lors de la délocalisation de la stat anglaise) d’ou l’impact sur la qualité des données
    – cette délocalisation coutera très cher : environ 100 millions d’euros (exemple de l’ENA : 87 000 par personne en 2005)
    — la stat anglaise a connu une délocalisation de 500 personnes de Londres a Newport, 12% des agents ont suivi, par la suite la qualité de certains travaux a chuté.Pour preuve, la banque anglaise ne croit plus aux prévisions de l’institut. Dans une étude récente, la grande bretagne se situe dorénavant au dernier rang 27/27 de la crédibilité de ses chiffres par les anglais.
    – la stat ne créera quasiment aucune activité sur place (quelques femmes de ménages et un restaurant administratif), mais sinon pas de sous-traitance

    Merci, cher Bernard d’être aussi précis dans votre argumentaire, je ne sais pas : nb de chomeurs a metz ayant une formation statistique et qui pourraient etre embauchés par l’INSEE Metz …

    Une dernière question me taraude, pouvez vous me préciser votre profession … plus précisemment ce que vous faisiez avant d’être en retraite …

    Au plaisir de vous lire
    Merci d’avance pour vos réponses

  95. Cher BernardD,
    Pouvez vous répondre à notre cher philou44 ? Je suis très impatient de connaitre vos réponses à ces deux questions très interessantes.
    nb de chomeurs a metz ayant une formation statistique et qui pourraient etre embauchés par l’INSEE Metz ?
    Votre profession avant d’être en retraite ?
    Merci

  96. Allez, je vais rajouter une petite pierre à l’édifice.
    Certains ont évoqué d’une perte d’attractivité de la stat publique et de ses écoles (ENSAI/ENSAE en l’occurrence).

    En gros , après cette réforme , ceux qui trinqueront en premier à la délocalisation à Metz sont les élèves attachés à l’INSEE, puisqu’il sera difficile de délocaliser les agents actuels.

    Case obligatoire à Metz? Ce qui est embêtant, c’est de ne plus avoir le choix. En effet, on aura une disparition de certaines DR et grosso modo deux pôles (Non, je n’ai pas de don de clairvoyance, juste un peu de logique et de bon sens).
    Donc appauvrissement des carrières.

    Je reviens sur mes écoles, on passe les concours , intégration des écoles, « règle du jeu » pour les élèves attachés. Droits et Obligations pour eux, ok on signe. Et là, on change toutes les règles du jeu. Ok sauf qu’on veut plus y jouer maintenant.
    Ce bloc inutile signifie que les potentiels fonctionnaires réfléchiront à deux fois avant de s’engager auprès de cet Etat.
    (Dans mon cas personnel, je conseillerai à mes camarades encore taupins de réfléchir si ces nouvelles règles en valent la peine)

    Vu l’exemple de la stat anglaise (même domaine, même ampleur, proximité de l’exemple) , il serait prudent d’y réfléchir plus d’une fois . On peut piocher des bonnes idées dans d’autres pays , comme on peut en pondre des mauvaises à l’exemple des autres pays. Là, est clairement vu par l’ensemble des agents de l’INSEE, comme une attaque à leur institut (prix à payer pour une indépendance qui ne plait pas à certain)

    Pour parler grossièrement : ça foire là bas, faisons le même coup ici en France en guise de revanche (vu que je n’ai pas l’INSEE dans ma poche) , tant pis pour l’intérêt français.

    D’autres vont me dire, que l’exemple anglais n’implique pas forcément l’exemple français, mais les paramètres sont très proches. A vous de juger.

  97. Primo, dans le cadre d’un déménagement d’activité sur le même territoire on parle de décentralisation (à fortiori lorsque cette décision vient logiquement suite à la loi Raffarin sur le sujet) et Metz se trouve être territoire rattaché historiquement à la France depuis plus longtemps que Nancy.

    Secundo, à Nancy les journalistes officiant sur France 3 il faut le dire mélangent également les deux concepts, local et centre. Le centre décisionnel de la Lorraine c’est Metz mais je pense sans regret qu’aujourd’hui on devrait arrêter là la relation entre la Moselle et la Lorraine.
    Il faut le voir pour le croire mais j’ai comme l’impression que Nancy récupère toutes les subventions de l’État et tourne le dos à Metz et la Moselle.

    Tertio, supprimons le département, administrons la Moselle conjointement avec feu les deux départements du Rhin, tournons nous vers l’Europe et surtout: libérons ces pauvres fonctionnaires qui travaillent pour l’administration d’une région qui sous la vindicte populaire de Nancy ne leur témoigne d’aucune considération.

    Attendez que je sois élu je m’en vais nettoyer tout ça au karcher !!!!

  98. BernardD ou etes vous ?
    nous attendons vos arguments précisant les avantages de cette delocalisation de l’INSEE
    – pour la statistique publique,
    – pour la ville de metz ou
    – pour les finances de l’état

    Merci de votre réponse qui permettra je n’en doute pas de faire avancer le debat

  99. bonjour KC

    effectivement tres intéressant : 30 étudiants formés en MASTER d’économie appliquée avec option statistique chaque année à METZ et aucun en recherche d’emploi (poursuite d’étude ou travail trouvé)
    cela confirme donc qu’il sera délicat d’embaucher des agents sur metz ….
    merci pour ces éléments qui confirment donc que cette délocalisation ne repose sur rien … c’était bien le sens de votre intervention ???

  100. Bonjour philou44,

    globalement le sens de mes interventions est de défendre ma ville.
    J’y veille à ne ps tomber dans le sentimental prk ? Parce que ma ville est au coeur de la politique relative à l’histoire la plus récente de notre époque.

    Vos chiffres, d’où les tenez vous ?
    « 30 étudiants, aucun en recherche d emploi  »

    Cdtl.

    KC

  101. Bonjour KC

    Ces chiffres proviennent simplement du site de l’université de metz (l’adresse que vous nous avez communiquée) dans les rubriques devenir des anciens étudiants.

    Je comprends que vous cherchiez à défendre votre ville, mais j’ai peur que la délocalisation de 1000 statisticiens, si elle voit le jour, n’ai que des effets limités sur l’activité économique de votre ville.
    Je comprends également votre état d’esprit car il est inadmissible de faire porter plus de 10% des efforts de la réforme de la carte militaire sur la seule ville de Metz (magouille de Jouyandet …)

    philou44

  102. Concernant la formation « MASTER d’économie appliquée avec option statistique », celle-ci est toute récente. En effet, je suis originaire de Metz et après mon DUT de Statistique fait à Metz il y a 3 ans, j’ai du quitter la région pour continuer mes études dans cette voie…faute de formation!

  103. bonjour

    je ne résiste pas au plaisir de faire partager aux messins un texte d’origine UMP qui va dans le sens des lucides qui prévoient un impact minimum sur le développement mosellan.

    extrait de la tribune des élus d’opposition UMP de Malakoff dans le journal municipal :

    « Quant à l’agitation entrevue autour du départ éventuel de l’INSEE de Malakoff qui donne lieu à des manifestations et des pétitions nous tenons à nous dissocier de ce climat excessif. Nous ne nous associons pas à cette démarche, maintenir cet établissement au sein de notre commune nous pénalise en termes de rentrée financière. En effet, d’autres entreprises apporteraient des taxes professionnelles beaucoup plus importantes permettant ainsi l’amélioration des services à la population. Ainsi, le bâtiment de l’INSEE de l’avenue G Péri devait rapporter 2 500 000 Frs (375 000 euros). Or ces compensations n’ont pas été versées par l’état depuis 15 ans. On peut facilement imaginer les sommes importantes que pourrait percevoir la ville en attirant des entreprises pour pallier le départ partiel de l’INSEE. »

  104. réponse à 2015 : 500 statisticiens peut être mais aussi 500 conjoints CHÔMEURS. Belle décision économique (?) et politique d’un gouvernement qui est super efficace (pour lui…). Bravo la république « bananière » que nous sommes en train de voir naître.

  105. Cela ne se fera pas, c’est une manoeuvre pour tuer la statistique publique!! C’est un tollé sans précédent dans les rangs de l’INSEE.

    Je comprends que certains veulent défendre leur ville sinistrée, mais d’autres mesures ne sont-elles pas à envisager?

    Une délocalisation de l’emploi publique n’est pas la solution, il faut aider cette ville à développer un peu son économie plutôt que de réaliser des « délocalisations sanctions »

  106. L’INSEE à Metz, c’est la demission des meilleurs agents de l’institution, c’est ramener la statistique publique au néant!!
    Sarkozy, il n’a qu’à y aller là bas lui, moi PAS!!

  107. Je crois que nos pères fondateurs aurait honte de leurs enfants aujourd’hui…
    Oh Oui misérabilisme d’amour propre et égoïsme profond, le statisticien français mérite t il seulement de se porter comme son défenseur ?

    La statistique publique on l’aime ou on la quitte! Je rappelle encore a ceux qui n’ont pas compris que c’est l’économie périphérique qui aliment le centre, hors la France est beaucoup trop centralisée:

    D’où la volonté de décentraliser (répartir justement les richesses) plutôt que de délocaliser ! Lorsque la statistique publique aura emménagé à Metz, le bâtiment de Malakoff permettra justement à Neuilly de moderniser son activité économique.

    C’est pour Neuilly une stratégie gagnant-gagnant et j’invite donc les statisticiens mécontent de cette décision a prendre exemple sur les fiers Mosellans.

    Les a t on vus « cracher » sur leurs voisins lors de l’annonce de la RElocalisation des militaires ?

    Non, car des deux ils sont ceux ayant le plus compris à mettre leur intérêt personnel en dessous de l’intérêt commun!

  108. A KC

    je suis désolé si la prose de l’UMP n’est pas très claire. il n’en reste pas moins que si METZ compte sur la taxe profesionnelle INSEE c’est raté !

    Vous même n’ètes pas d’une clarté évidente mais il me semble avoir compris que vous confondiez intérêt général et intérêt de la Moselle. S’il s’avérait que l’intérêt général de la République Française passait par la calcination de la Moselle vous accepteriez ?

  109. alors la KC, on ne doit pas venir du meme monde,
    vous ne comprenez pas des messages simples (les UMP de malakoff se felicitent du depart de l’INSEE car ca ne rapporte pas grand chose à la commune, mais on vend à Metz le fait que l’arrivée de l’INSEE va apporter beaucoup à cette ville … d’ou l’incohérence …)
    En revanche vos propos sont difficiles a comprendre (pour information : Malakoff n’a rien a voir avec Neuilly) … quand a vos références au pere fondateur … au misérabilisme d’amour propre … a l’économie périphérique qui alimente le centre … il faut éviter de faire des copier coller avec des morceaux de texte que vous ne comprenez pas.
    dernier point sur les mosellans qui ont compris à mettre leur intéret personnel en dessou de l’interet commun, c’est également tres drole … n’est ce pas tout simplement par manque de solidarité que les mosellan ont laissé leurs militaires partir … croyez vous que joyandet s’est pré-occuper de l’intéret général lorsqu’il a négocier avec Sarkozy de sauver la caserne de sa ville au détriment de Metz

    enlevez vos oeilleres KC,
    avoir des sensibilités politiques de gauche ou de droite ne doit pas empecher d’avoir un sens critique et une objectivité sur certaines mesures prises, que la décision vienne de la gauche ou de la droite !!!

  110. au fait il est devenu quoi BernardD qui devait nous fournir des éléments précis justifiant l’application du transfert à Metz

    peut être que KC a une idée sur la question … surtout si il s’agit de la meme personne … en tout cas, il y a un air de famille …

  111. « S’il s’avérait que l’intérêt général de la République Française passait par la calcination de la Moselle vous accepteriez ? »

    vous ne manquez pas d’humour sud77 ça je vous l’accorde 😀

    @philou44: pas de parenté avec bernardD de mon côté dsl

    « alors la KC, on ne doit pas venir du meme monde » :

    ah?première nouvelle ! d ou venez vous par curiosité ?

    « vous ne comprenez pas des messages simples » :
    bah non ce son mes origines paysannes surement 😀

    « (les UMP de malakoff se felicitent du depart de l’INSEE car ca ne rapporte pas grand chose à la commune, mais on vend à Metz le fait que l’arrivée de l’INSEE va apporter beaucoup à cette ville … d’ou l’incohérence …) » :

    quelle(s) incohérence(s) ? Malakoff est aux mains des rouges, Metz aussi.
    Si l’opposition Malakoffienne interprète comme ça c’est peut être leur juste vérité, chacun la sienne…

    « dernier point sur les mosellans qui ont compris à mettre leur intéret personnel en dessou de l’interet commun, c’est également tres drole …  »
    ah c est drole ?

    « n’est ce pas tout simplement par manque de solidarité que les mosellan ont laissé leurs militaires partir …  »
    non je ne crois pas

    « croyez vous que joyandet s’est pré-occuper de l’intéret général lorsqu’il a négocier avec Sarkozy de sauver la caserne de sa ville au détriment de Metz »
    oh mon Dieu les choses bougent en france, vite arrêtons on risquerait d’améliorer le quotidien du peuple !!!!

    NB: j’écris tout moi même je ne fais pas de copier/coller, du reste je m’inspire de mon envirronement et si parfois j’apprend en imitant c’est peut etre parceque je suis humain comme vous, européen.

    KC

  112. Bonjour,
    désolé de ne pas avoir donné de nouvelles. J’étais en vacances à Wiesbaden, lieu où se trouve l’office statistique allemand.

  113. Nico voulait 1500 statisticiens ! Les Echos annoncent une fuite : 500 statisticiens seraient proposés à horizon 2015. La condition serait que la loi sur la mobilité ne s’applique pas ! On est pas virés au 3ème refus d’une décision arbitraire et aveugle ! Y a t’il un ophtalmo dans la salle ?

  114. si vous jugez que les magouilles de politiciens améliorent le quotidien du peuple …
    … il va etre difficile d’avoir un échange constructif.

    J’ai beau être également de souche paysanne, je confirme que notre logique ne fonctionne visiblement pas sur le meme mode.

  115. Ca y est, j’ai compris pourquoi l’INSEE ne veut pas déménager. J’étais à Paris ce week end et le hasard m’a fait passer devant leur siège et là j’ai tout compris.

    – Ils ont peur de ne pas retrouver un bâtiment d’architecture aussi austère en province qui s’apparente plus à un clapier qu’à un lieu de vie en société
    – Ils ont peur de perdre leur magnifique vue sur le périf et ses bouchons (à toutes heures : samedi vers 14h, dimanche vers 15h à l’arret sur toutes les bandes – qu’est-ce que ce doit être en semaine aux heures de pointe)

    C’est vrai qu’ils risqueraient de trouver de la verdure, de l’air, de l’espace, moins de bouchons, et plein d’autres truc qui sont très moches…

    A nos lecteurs de l’INSEE, prenez mes commentaires au deuxième degré …

    Le bâtiment :
    http://farm4.static.flickr.com/3050/…656817.jpg?v=0

  116. tu as tout a fait raison rémy ou robert !!!
    la tour de l’insee est très austère et la vue sur le périf et la voie ferrée pas des plus sexy
    … c’est bien la preuve que si les agents de l’INSEE se battent contre cette « délocalisation », c’est pour sauver le système statistique et non pour conserver un confort comme certains peuvent le penser…

  117. a CK
    sans doute s’agit il de CHAN PAUL forumeur probablement Sarkozyste voir le début des échanges

    a Robert Remy

    c’est vrai que ce batiment est moche, que le périf est toujours bouché (il n’y a pas beaucoup d’INSEens qui l’empruntent et la SNCF francilienne car la RATP c’est pas fait pour les chiens) sauf la nuit mais vous n’avez pas remarqué la couverture du périf. Franchement j’aimerais bien voir le futur jardin:)

    PS : je préfère très nettement les trucs très moches dont vous parlez mais avec ma famille plutôt qu’un autre région idylique sans.

  118. Bonjour,
    Ca y est le rapport est sorti et les parisiens peuvent respirer. Une centaine d’entre-eux seulement seront délocalisés et vu l’échéance lointaine, il y a des chances pour que ce ne soient que des provinciaux recrutés pour l’occasion. Il me semblait pourtant que la circulaire de juillet 2008 prévoyait le transfert de 5 000 postes issus des administrations centrales parisiennes (10% des effectifs) pour compenser la restructuration militaire (à ce sujet je propose de faire comme le Costa Rica qui n’a plus d’armée et donne la priorité à l’éducation)
    Ce sont les régions qui paieront le prix fort puisqu’elles fourniront le gros des activités délocalisées et que les 4 ou 500 personnes concernées seront reclassées ou licenciées, puisque la loi sur la mobilité le permettra. Des régions déjà en difficulté démographique et économique comme la Bourgogne et l’Auvergne se verront un peu plus dépouillées et les syndicats seront contents puisqu’ils conserveront leur petit pouvoir à l’INSEE parisien.
    La statistique sociale sera perdante car muselée en Sibérie française puisque le transfert concernera en particulier les statistiques sur l’emploi et les revenus. Il devrait être effectif très opportunément aux alentours de 2011-2012 (Y a t’il des élections vers cette époque?), ce qui permettra d’éviter les chiffres qui fâchent à ce moment.
    De plus les petits nouveaux ne seront pas opérationnels avant longtemps et il y a fort à parier que même les statisticiens britanniques ricaneront des frenchies.
    Mais c’est vrai que l’INSEE n’était pas très brillante ces derniers temps avec la multiplication des postes et missions RH au détriment des effectifs réellement opérationnels, ce qui occasionne de nombreuses difficultés. Le surmanagement que connait l’institut depuis les années 90 a encore de beaux jours devant lui.

    Je suis quand même étonné car même le terrain est déja réservé (?). D’ici à ce que l’on apprenne que le bâtiment est sorti de terre… je plaisante bien sûr mais cela laisse l’impression d’une opération programmée à l’avance.
    Le statut du nouvel établissement n’est pas encore connu. On sait simplement qu’il serait rattaché à l’INSEE.

    Pour la région messine, je ne crois pas que récupérer des activités administratives aux autres régions françaises règlera leur problème. Il s’agit avant tout d’un manque de dynamisme à tous les niveaux. La population française vieillit et diminue même sur une dorsale qui va de l’Auvergne au Nord-est et ce n’est pas en multipliant les vieux rentiers et en continuant d’accueillir la misère du monde qu’on enrayera le déclin.

    Je suggère aussi aux brillants stratèges auteurs de ce rapport de montrer l’exemple à tous et de venir s’installer à Metz afin de montrer l’exemple à suivre. Après tout ils ne sont qu’à 1h20 de Paris en TGV, très proches d’Eurostat, de Strasbourg et de Bruxelles qui est la capitale européenne. Que du bonheur… doute que la Lorraine

  119. @Marcel LOVERGNAT :

    Alors concernant la population vieillissante justement il y a du boulot pour eux!!! Non, on ne veut pas voir notre savoir-faire disparaître, vous voyez au final le combat des uns équivaut bien celui des autres.
    On me reproche parfois d’être violent, je vous annonce donc de cacher les yeux de vos enfants qui lisent avec vous ce qui va suivre:

    *&?%$#@! de statisticiens !!!

  120. et voilà, le rapport demandé par Fillon est tombé : on est loin des 1500 emplois !!!
    on est à peine à 500 et à quel prix ?
    Bref Metz n’a rien à gagner à cete délocalisation. D’ailleurs Sarko se fout pas mal de metz, tout ce qui l’intéresse est de se débarrasser de l’INSEE. Son histoire d’mour avec cet institut indépendant date de son passage éclair et oh combien brillant (comme toujours avec Lui, béni soit son nom) au ministère de l’économie. Et oui osez sortir des chiffres qui contredise notre bien aimé président (Loué soit sa grandeur) vaut bien une délocalisation.
    Pour ne pas voir qu’un malade a de la fièvre, la méthode Sarko, cassez le thermomètre.

  121. L’Insee représente le seul outil qui permette objectivement de voir dans quel pays on vit avec ses nombreuses études ! Et dire que moi LeBeauf, je croyais le contraire, je fais vraiment partie des demeurés en France !

  122. Si on décentralise l’INSEE (ce a quoi je ne comprend rien) nous économiserions des ressources. Délocalisés à Metz, les pauvres hères n’en survivraient pas, et tout cela à cause de Madame le Maire de Malakoff uniquement : le thermomètre s’enfonce un peu plus, et Catherine Margaté je vous prie : Sauvez Metz des dégats provoqués par e(a)ux !

  123. A Michel a.
    « Si on décentralise l’INSEE »
    Il ne s’agit pas vraiment d’une décentralisation puisque le personnel est censé venir de toute la France y compris des DOM, les parisiens ne sont pas les plus touchés.
    Ramener du travail en région qu’il disait alors que c’est plutôt prendre dans une région pour mettre dans une autre.
    On ne dit pas n’importe quoi, on se renseigne…

  124. C’est déjà un premier pas et c’était pas avec le roi fainéant que ça serait arrivé … Enfin,
    et puis on peut se prendre à rêver pour cette ville qu’un jour oui un jour l’image qui lui colle à la peau disparaisse, celle d’une ville froide, moche et sans intérêt …

    Tout comme l’image de Napoléon au Président Sarkozy, quel cruel manque d’imagination …

  125. si on leur proposai de demenager a marseille est -ce qu’ils feraient aussi des petitions?…………je pense pa il fai pa aussi froid ken lorraine……

  126. il faut arrêter de raisonner comme au XIXe siècle (N.B:une référence que j’assume), aujourd’hui les distances ne sont plus les mêmes, le grand Napoléon (par opposition au petit) avait voulu les départements pour placer chaque préfecture à une heure de cheval maxi l’une d’entre elles !!!

    D’autant qu’avec la futur LGV Marseille se rapproche de Metz, voyez cette « accélération » dont même la Guigou parle comme par magie ne semble pas s’appliquer à l’opposition Socialiste en proie à une pleine régression, Mr Ayrault doit encore sucer son pouce pour s’inspirer de Casimir !!!!

  127. J’aimerai revenir sur des points qui me choquent :

    Le débat de cette délocalisation n’est pas le débat Paris contre les autres régions avec du type d’arguments puérils et qui ne font rien avancer : « Telle ou telle ville est plus belle que celle-là , blablabla » . Je peux comprendre un tel ‘chauvinisme local’ , mais n’oubliez pas l’enjeu national.

    Et oui, peut-être certains d’entre vous ne savent pas ce qu’est l’INSEE : C’est un institut indépendant (d’une neutralité politique) qui a pour but de fournir des chiffres d’une fiabilité optimale.
    Mais pour qui et pourquoi?
    – Le peuple français
    (Certains me diront qu’ils en ont rien à cirer , mais bon…)
    – Faire avancer le débat politique français (c’est lui donner une dynamique, alimenter en donnant des ‘arguments’)
    Tant bien pour le gouvernement que pour l’opposition ( en fait, aucun des deux , mais plutôt toujours dans l’intérêt du peuple français)
    – A évaluer la croissance de la France (Qui donne les chiffres du PIB?) , voir si la France va mal (c’est important, car elle est mère de nous tous)
    voir s’il ne faut pas changer de politique ou de gouvernement. Plus généralement , informer de la situation française.

    Fiabilité?
    Oui , en une certaine mesure, la statistique n’est pas une science exacte (dans le sens où elle ne fournit pas de vérité exacte)
    mais est une science empirique. Il est très difficile d’avoir des chiffres exactes plus il y a de paramètres.
    Pour ne pas rentrer dans les détails , il existe des moyens d’estimer la précision des chiffres et donc son pourcentage d’erreur (à partir de quel décimal le chiffre est une approximation…)
    Tout ceci pour dire que la statistique est très « scientifique » (et surtout qui modélise , donc terre à terre) , bien plus que la numérologie ou l’astrologie.
    Mais souhaitez-vous que l’on sorte les chiffres du chômage à l’aide de la numérologie?
    Prenez votre année de naissance, puis divisez-là par Pi , et vous avez le chiffre exact du nombre de chômeurs français.

    Là , vous allez me sortir : « Oui, mais les chiffres de l’INSEE sont différents de ceux d’Eurostat, notamment récemment sur les chiffres du chômage »
    Oui, ils sont parfois différents (mais souvent identiques et tout aussi fiables), mais cela dépend de comment on définit son champ d’étude. On peut par exemple considérer deux classes de chômeur:
    les chômeurs volontaires et involontaires.

    Ici :  » Donc, c’est pas un institut totalement objectif? »
    Oui, l’objectivité totale est utopique (car rappelons-le aussi, les statisticiens sont humains aussi).
    Mais, l’INSEE a la prétention d’y essayer (voire de tendre le mieux possible à l’y être) plus que d’autres instituts privés.

    C’est pour cela que l’INSEE ne fournit pas d’estimation de vote , lors des présidentielles par exemple.(ce qui est plus du ressort des instituts privés, donc manipulables)

    J’espère ici que vous comprenez mieux l’enjeu français national.
    On commence par détruire l’INSEE, fournir ses propres chiffres manipulées, montrer la plus belle conjoncture française, se faire réélire,instaurer un parti unique, un gouvernement unique…

    Trouvez-vous normal qu’un gouvernement puisse délocaliser une telle structure indépendante?
    L’INSEE n’est pas la marionnette de l’Etat.

    Pensez-vous que 500 statisticiens peuvent relancer l’économie messine?
    Certains me diront : « C’est déjà mieux que rien » .
    C’est un double cadeau empoisonné, d’une part pour les messins , qui acceptent une très petite compensation (comparée à la grosse perte précédente)
    et d’une autre part pour les statisticiens. Je pense notamment aux statisticiens qui ont des compétences informatiques,
    vu l’état actuel du projet qui prévoit d’implanter un centre national informatique unique et de fermer les 5 (4?) précédentes.
    Il n’y a pas qu’eux, certaines directions régionales (DR) pourraient être en péril , vu que la délocalisation ne concerne pas uniquement les parisiens.

    A cela s’ajoute les problèmes classiques: Qui part? Et si les 500 statisticiens ne sont pas atteints, certains vont y être forcés?
    (Rappelons-le , le statisticien moyen a une famille , une conjointe qui a un travail fixe dans la région d’origine)Ceci pose la question du travail pour le conjoint/la conjointe.
    Voulez-vous augmenter le chiffre du chômage au Lorraine?
    Certains me diront : « Mais non , on va créer des emplois » etc…
    Ok, mais il est nécessaire (car couteux) que le gouvernement y mette les moyens (Or ,ce n’est justement pas son but en ce moment; réduire les coûts étant un leitmotiv)

    Cette délocalisation , si bien menée (or ça ne l’est toujours pas…) , peut (peut-être / effectivement) augmenter l’efficacité de la statistique publique
    mais au détriment d’une élargissement de la Dette (condition sine qua non). Et là, on pourrait voir peut-être un espoir de relancer l’économie messine.
    Mais , je le répète , ceci ne semble pas être l’intention du gouvernement.

    L’argument du 1h20 Paris-Metz ne vaut rien , et peut être retourné dans les deux sens.

    Je vais me répéter , mais le débat n’est toujours pas de savoir si Metz est une jolie ville, ni si les statisticiens sont en train de bouder Metz, ni si Miss Lorraine a gagné le concours de Miss France,
    ni de savoir s’il y a plus de pollution à Paris qu’ailleurs , ni de savoir si la DG (Direction générale) a des bâtiments amiantés…

    Metz est une très jolie ville paraît-il, j’irai la voir non en tant que statisticien , mais en tant que touriste.
    Tiens ,d’ailleurs , si elle est si jolie, relancer l’économie par une image de marque au niveau touristique.
    (Facile à dire? Difficile à mettre en place)

    Pour finir avec une petite boutade (mais ne la prenez pas mal ) , j’arrêterai de dire MeTz quand vous arrêterez
    de dire vingT. (C’est une différence culturelle qu’il faut garder)

  128. C’est avec intérêt que je lis tous ces débats, pour ma part j’ai eu un parcours professionnel chaotique du moins pendant mes premières années professionnelles, j’ai été accueilli dans l’Est pendant 12 années et j’ai apprécié cette région même si j’y ai vécu des années difficiles. J’ai même épousé une fille du cru. Je dis tous cela pour dire que je n’ai aucun apriori vers quelque région que ce soit. Il faut savoir s’adapter. Ce qui me choque et ce n’est pas spécialement envers ce gouvernement que j’en ai c’est toutes les décisions qui semblent être prise sans concertation avec les personnes concernées. Sans qu’il y’ai le début d’un semblant d’analyse sur la portée réelle d’une telle décision. S’il m’apparait normal que l’on puisse prendre en compte l’impact économique du à la redéfinition d’une carte économique il aurait été à mon avis judicieux de mesurer si la décision prise répond vraiment au but recherché, permettez-moi d’en douter ? De plus il me semble que les conséquences sur les personnes ou les familles déplacées doivent être un élément à prendre en compte.
    Pourra t’on assurer un emploi au conjoint de celui qui sera affecté à Metz ?
    Ne risque t’on pas, comme certains l’on dit de briser la structure familiale ?
    Bien sur d’autres ont vécu par le passé ce genre de situation. Nul n’est à l’abri. Faut-il pour cela renoncer à se battre ? Faut il vivre toujours résigné ? Personnellement je crois que la vie est une bataille incessante. On se bat pour améliorer le quotidien, pour avoir une vie décente et harmonieuse, mais aussi pour préparer le meilleur avenir possible pour nos enfants. Il est important également de pouvoir s’écouter les uns les autres sans haine et sans préjugés c’est comme cela que les choses avancent. Nul doute que ce dossier n’est pas clos et que de nombreuses discussions pourront encore avoir lieu. Je ne sais pas si j’apporte par mon modeste témoignage quelque chose au débat. En tous cas vos diverses réactions amène à mon avis des éléments qu’il serait dommage de sous estimer

  129. Aux dernières nouvelles, certains régiments ne quitteraient plus Metz…

    Quid d’un transfert de l’INSEE (comprenez mise à distance) dans ses conditions???

  130. Bonjour à tous,
    Dans toutes ces remarques (justes, injustes , il y a un peu de tout), personne ne parle de la fermeture d’un site INSEE en contrepartie de l’ouverture d’un site à Metz.
    Alors que l’institut est déjà représenté sur l’ensemble des régions, pour ne pas ouvrir un site supplémentaire, on ferme le centre d’Aix en provence !
    Personnellement je n’appelle pas cela une délocalisation mais une désorganisation de la statistique publique

  131. Bla,bla,bla… ca ce n’est pas une statistique, c’est la réalité. Vous êtes systématiquement contre ce qui est pour..;et le contraire. Attendez au moins d’avoir toutes les données.
    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi cela serait gênant, sauf pour les aigris et envieux, que l’INSEE ouvre un point à Metz. N’est -elle pas la ville du conseil régional? n’en déplaise aux mêmes aigris et envieux. D’autre part, la Moselle représente à elle seule pratiquement la moitié des habitants de la Lorraine.. alors où est l’outrage.
    Pour ma part, habitant Avignon (charmante ville), je vois cela de loin mais me demande pourquoi des villes comme la mienne parviennent, alors qu’elles sont dans la mouvance de Marseille, à avoir ce qu’elles veulent. Ce que je crois c’est qu’il y a moins ici d’aigris et d’envieux.
    Lorsqu’il a fallu délocaliser SOLLAC, SIDELOR, etc… ces mêmes gens se sont-ils élevés? Non! alors un juste retour des choses pour une ville que j’ai visité et que je considère, certes comme une ville moyenne, mais comme un belle ville offrant à ses habitants tout ce qu’il est possible d’avoir.
    Salut, y compris aux aigris et aux envieux.

  132. ceux qui font bla bla sont bien au chaud… et dire qu’il faut attendre pour voir, c’est souvent trop tard quand on voit.
    L’histoire nous montre beaucoup de cas où on a attendu pour voir, et la suite fût des horreurs…. beaucoup de gens ont attendus pour Hitler, Mussolini, …., ont attendus pour les catastrophes naturelles, trop tard… De toute façon l’Etat n’a plus d’argent sauf pour ceux qui peuvent gueuler et surtout bloquer l’état ou le pays… Donc à moins que Metz bloque la France, il n’ay a pas d’argent!!!! à moins de mettre en place une taxe « délocalisation » ou qu’importe le nom. NS n’augmentera pas les impôts, mais ajoute des taxes (ce n’est pas un impôt !), de plus ce qu’il retire aux régions et communes, ce sera des impôts locaux quiaugmenteront. Je ne sais (si!!) qui disait les Français (et moi aussi donc) sont des veaux !!!
    Dormons bien, ILS (les alphas) pensent pour nous (les betas, gammas, ..) ….

  133. Je révise ma position on ferait meix de renforcer le pôle stat de Nancy et faire qq chose de novateur en lieu et place de Metz, qu’ils aillent à Nancy ces statisticiens et qu’on arrêtent de nous les briser merci !

  134. On parle de la décentralisation de certaines missions d’administration centrale et je vois que des zouzous citent mussolini ou hitler… c’est très bas de plafond.

    Personnellement, j’observe l’ENA à Strasbourg ou Météo France à Toulouse, voilà deux services ayant bénéficier d’une décentralisation et, in fine, une belle réussite. Cessons d’être jacobin dans l’âme. Les régions françaises ont du charme, faisons les vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page