Actualité locale & société

Metz privée d’euro en 2016 : le projet de grand stade torpillé

Le maire de Metz, Dominique Gros, a annoncé mercredi 29 février, que la ville de Metz renonçait au projet de Grand Stade et à sa candidature pour l’organisation de l’EURO 2016 de football.

Etonnement des autres partenaires du projet, indignation du côté des supporters du projet, lancement d’une pétition en ligne et manifestation prévue puis annulée Place d’Armes à Metz ce samedi 3 Mars à 11h… les réactions se multiplient après cette annonce surprise.

La Communauté Urbaine du Grand Nancy  avait pris, vendredi 2 décembre 2011, la décision d’abandonner l’extension du stade Marcel-Picot en raison de l’incapacité à boucler son financement.


Sondage

Profitez-en pour donner votre avis sur la question :
[poll id=”10″]


Aujourd’hui, Dominique Gros, le maire de Metz fait machine arrière sur le même terrain, en annonçant le retrait de la ville à l’EURO 2016.

“Une décision basée sur un faisceau d’informations et non sur un seul point”, selon Dominique Gros, sa décision se base principalement sur trois arguments :

  • l’incertitude liée à la contribution de l’Etat,
  • le risque de dépassement du budget,
  • et le faible soutien au projet.

Un financement incertain ?

“45 millions d’euros, pas plus.”, le maire de Metz a été clair sur ce sujet. Donner suite à la candidature de la ville à l’EURO 2016 aurait été “un aléas budgétaire trop important, une garantie d’impasse financière.”

Le budget initialement évalué à 35 puis 45 millions, s’est finalement envolé pour atteindre une somme de 60 millions d’euros. Ces dépassements auraient été couverts essentiellement par de la ville de Metz.

Dominique Gros en conférence de presse ce mercredi 29 février 2012
Dominique Gros en conférence de presse mercredi 29 février 2012

L’État avait annoncé un engagement financier de 8 millions d’euros au projet. Lors de la conférence de presse de ce 29 février, le maire de Metz  a qualifié ce soutient de  “possible mais aléatoire”. La réticence des autorités à allouer des fonds a fragilisé le consensus entre la région Lorraine, le département de la Moselle et la ville de Metz autour du financement du Grand Stade messin.

Au vu des exemples lorrains, les compétitions internationales de football ne sont pas près d’être visibles dans la grand Est français. Dominique Gros a assuré “Il n’est pas dans mon intention de ne plus soutenir le FC metz et son centre de formation”.

Pour et contre : des voix s’élèvent

Le manque de ferveur de la population aurait été l’un des facteurs déterminants de ce choix du Maire de Metz. De nombreux courriers, tweets et autres messages Facebook auraient exprimé un désintérêt pour le projet.

Depuis, de part et d’autres de l’échiquier des opinions politiques et sportives, les avis sur cette décision comment à pleuvoir.

quelques avis sur facebook... parmi les moins "musclés"

Sagesse budgétaire pour les uns, confirmation du manque d’intérêt du maire en personne pour le football pour les autres ; hérésie sans une équipe digne de ce nom pour les partisans de l’échec du projet ou encore défaut de communication et d’engouement de la mairie elle-même pour provoquer cette fameuse “ferveur” messine du côté des plus fervents défenseurs… tout y passe.

On aura aussi entendu parler du tacle que le gouvernement (UMP) ferait à la municipalité (PS) en plein milieu de la campagne des présidentielles… alors que quelques lignes plus loin, c’est la majorité socialiste messine qui ne souhaiterait pas laisser à Nicolas Sarkozy de possibilité au gouvernement d’appuyer un projet local.

C’est l’empoignade verbale, à tel point que l’on ne sait plus dire lequel a raison, ni même si l’une ou l’autre partie a tort. Place aux coups bas.

Le projet de Grand Stade à Metz en image de synthèse

Quelle que soit la décision prise, il y aurait eu des heureux et des mortifiés. Ici s’opposent visiblement la vision court et moyen-termiste de la forte dépense budgétaire en période de crise, et la vision plus long-termiste de l’investissement dans une infrastructure potentiellement porteuse de développement.

Bienheureux celui qui aurait la solution pour prendre la bonne décision.

L’association Socios Grenats a publié ce matin une longue lettre ouverte au Maire de Metz, se sentant lâchés par le principal élu messin.

Une pétition a été lancée sur le web, elle est accessible ici.

Décision unilatérale

La conférence de presse, prévue depuis quelques jours pour “faire le point sur le projet”, ne laissait pas présager de cette décision, qui a surpris tout le monde, même si l’info avait filtré en tout début de matinée (nous l’avons “twittée” à 08h00).

Dans le Républicain Lorrain de ce 1er mars, Patrick Weiten (président du Conseil Général de la Moselle), René Lopez (président de la Ligue Lorraine de Football), Bernard Desumer (vice-président délégué de la FFF) ou encore le cabinet du ministère des sports s’étonnent de la brutalité et de l’unilatéralité de la décision de Dominique Gros.

Car dans le lot des partenaires financiers du projet, seul Dominique Gros pose un avis aussi négatif, et surtout définitif, sur la situation.

Si le manque d’enthousiasme du Maire n’a jamais été caché, il avait néanmoins pris ses responsabilités sur le sujet.

L’étonnement est de mise, les questionnements aussi en ce qui concerne les véritables motivations de D.Gros, que d’aucuns ne seraient pas loin de désigner comme beaucoup plus politiciennes : pourquoi ne pas en faire part aux partenaires avant de l’annoncer publiquement ?

Le président du FC Metz n’est pas d’accord

Bernard SERIN, le Président du FC Metz, n’est pas content. Il s’est fendu d’un communiqué de presse en fin de soirée.

Il y explique que le Maire de Metz lui a fait part de sa décision le 28 au soir, par téléphone, visiblement sans possibilité de discussion.

Dans ce communiqué, Bernard Serin détaille ses réponses aux trois arguments du Maire.

  • Contribution de l’Etat

Pour Bernard Serin, l’argument n’est pas recevable :

David Douillet, Ministre des Sports, qui n’a pas fait de déclaration devant les caméras (puisque la décision n’est pas formellement prise par le ministre, mais par les instances délibératives du CNDS), a confirmé en réunion ce lundi 27 février à Yutz que l’enveloppe naguère dévolue à Nancy était toujours disponible. Ce soutien financier pourra être confirmé après une réunion au Ministère, avant le 15 mars, réunion qui montre au Ministre que le projet est définitivement validé par les services d’organisation de l’Euro, comme prévu depuis maintenant près de trois mois.

  • Dépassement budgétaire

Argument également non-recevable pour Bernard Serin :

Sur la base de quelques plans communiqués par la ville de Metz, deux entreprises auraient annoncé des chiffres très supérieurs au budget de 45 millions d’euros. La réalité est que nous travaillons depuis quatre ans avec la société allemande Fiebiger sur le projet. Cette société est une société d’architecture et de calcul. Elle a déjà réalisé un travail identique pour seize stades dans le monde. Elle dispose de données précises pour réaliser un chiffrage puisqu’elle a réalisé les études nécessaires (mètres cubes de béton, mètres carrés de revêtement mural ou de sol, mètres linéaires de tuyauterie, etc.). Elle a réalisé le chiffrage à trois reprises. Elle confirme le budget de 45 millions d’euros. Elle est la seule à disposer des éléments nécessaires au chiffrage.

Devant ces rumeurs, j’ai proposé à la Ville de Metz ce lundi qu’un économiste mandaté par ses soins audite les fiches de calcul de la société Fiebiger. Cette proposition a été acceptée et la réunion fixée au vendredi 2 mars.

  • Manque de soutien au projet de la minorité municipale

Le président Serin ne réfute pas, mais il ajoute que cette décision laisse le FC Metz orphelin d’un projet de stade aujourd’hui indispensable à son fonctionnement et à son équilibre financier, face à un équipement actuel obsolète.

Dans la minorité municipale, certains ont vivement critiqué le projet, d’autres ne l’ont pas soutenu. Tous ont pris leur position sans prendre la peine de connaître véritablement le projet ni le contexte actuel du football puisqu’aucun ne s’est rendu à mon invitation, il y a quelques mois, à une réunion de présentation.

Aujourd’hui, avec le renoncement de la majorité municipale, il y a donc, pour une fois, une belle unanimité. Cette unanimité prive, non pas le FC Metz, qui n’est pas concerné par l’Euro 2016, mais la Ville de Metz, la Moselle, La Lorraine et le Grand Est d’un événement d’envergure européenne et même mondiale. La fête n’aura pas lieu. Metz et la Moselle n’auront pas le bénéfice de cette promotion. C’est un choix.

A ce communiqué, le FC Metz adjoint une liste des stades français neufs, rénovés ou en cours de rénovation : Nice (stade neuf EURO 2016), Marseille (stade rénové EURO 2016), Montpellier (stade neuf Mondial 98, projet de rénovation de cours), Toulouse (stade rénové EURO 2016), Bordeaux (stade neuf EURO 2016), Nantes (stade Mondial 98), Rennes (stade rénové 2005), Lorient: stade rénové (travaux en cours)), Guingamp (stade rénové (années 2000)), Caen (stade neuf (années 1990)), Le Havre: stade neuf (livraison juin 2012)), Lens (stade rénové EURO 2016), Amiens (stade neuf (années 1990)), Lille: stade neuf EURO 2016), Sedan (stade neuf (années 2000)), Reims: stade neuf (années 2000)), Paris (stade rénové EURO 2016), Lyon: stade neuf EURO 2016), Saint?Etienne (stade rénové EURO 2016), Nancy (stade rénové (années 2000)), Grenoble (stade neuf (années 2000)), Le Mans (stade neuf (2011)), Valenciennes (stade neuf (2011)), Dijon (stade neuf (travaux en cours)), Sochaux (stade neuf (années 2000)), Istres (stade neuf (2005))

Le volte-face est-il encore possible ?

De prime abord, difficile de croire aujourd’hui que le projet se fera.

L’annonce du Maire de Metz a, sinon torpillé définitivement le projet, du moins donné aux autres financeurs une indication claire sur les intentions et les limites posées par la municipalité.

Cette même annonce aura aussi réveillé les aficionados grenats, et les partisans de l’investissement en temps de crise. Y en aura-t-il quelques-uns, ici ou au plus haut niveau de l’Etat, pour mettre la main à la poche ?

Il serait difficile de mener ce projet à son terme sans la participation de la ville de Metz, ni le soutien de son Maire. Quel coup de théâtre pourrait lui faire changer d’avis ?

La saga du nouveau stade St Symphorien, si elle n’est pas terminée, a pris un bon coup de plomb dans l’aile. Pour le moment en tout cas, la ville de Metz renonce au projet de grand stade et à l’organisation de l’EURO 2016.

Personnalité(s) :

Sur le même thème

10 commentaires

  1. Pourquoi ne pas proposer aux supporteurs et amoureux du football en lorraine d’investir 50 euros dans la nouvelle Société d’économie mixte (SEM) qui sera en charge de gérer le nouveau Stade Symphorien.
    Cette prise de participation des supporteurs dans le projet serait portée par une association dont la structure juridique reste à définir. Cette association serait en charge de récolter les fonds …et d’être partie prenante dans le financement de la rénovation du Stade Symphorien et par conséquent actionnaire de la nouvelle SEM.
    Il suffirait que 200 000 personnes investissent 50 euros dans le projet pour obtenir les 10 millions euros manquants et que la Mairie s’était engagé à verser initialement.
    Les 10 millions euros seraient ainsi apportés par les supporteurs.
    Chaque titre de 50 euros serait bloqué pendant 5 ou 10 ans et remboursé progressivement par la SEM, le club ou tous autres investisseurs privés comme on le ferait lors d’un emprunt classique fait auprès établissement bancaire.
    L’objectif serait donc de prêter 50 euros à un taux zéro pour que le grand stade voit le jour à Metz et rien d’autre.

    Chaque actionnaire de l’association recevra durant cette période
    – Des offres promotionnelles sur des événements sportifs et culturels qui auront lieu dans la nouvelle enceinte.
    – Priorité lors de la réservation des billets.
    – Offres promotionnelles de produit dérivé.
    Cette initiative permettrait de mettre en place un vrai réseau autour du club et du nouveau complexe de vie.

    N’hésitez pas à envoyer vos promesses de participation au projet par mail à l’adresse suivante tthom8@gmail.com :

    Nom – Prénom
    Adresse
    Mail
    Montant de la participation

    J’ai mis 100 euros

    1. Là, on nage en plein délire !!!… Trouver 200000 “bienfaiteurs” à hauteur de 50€, faudrait en parler aux salariés de MITAL !!! Ridicule…Comme le FC METZ

    2. Je ne suis pas particulièrement fana de Foot mais je trouve ton idée très intéressante car elle pourrait également s’appliquer à d’autres projets. Les supporters du FC Metz étant à près de 90% extérieurs à la Ville il seraient ainsi directement concernés !

  2. encore merci monsieur platini crasse a vous il n’y aurra pas de match de l’euro 2016 en lorraine ,il ne fallais pas choisir st etienne a la place de metz ,bon sais comme ca ,juste une chose la lorraine et grenat et elle le restera ciao

  3. Je suis contre, la population n a pas a paye pour une partie qui aime le foot, tous les grands projets de stade coutent trop cher car apres l euro on en fera quoi du stade?? Les footeux n ont qu a paye pour leur stade , 60 millions pour un stade et seulement 45 millions pour un nouvel hopital…. On marche sur la tete , la commune aura deja des difficultees financieres avec le metis..

    1. Et bien moi je suis contre Pompidou. Les amateurs d’art contemporain n’ont qu’à se payer un musée… Vous vous rendez compte de ce que vous racontez ? Que vos impôts ne servent pas qu’à vos centres d’interets s’appelle vivre en société. Bref la démocratie quoi.

  4. Jbmetz ton argument est trop réducteur.

    POINT DE VUE EQUIPEMENT DE LA VILLE

    Le stade est équipement qui appartient à la ville.
    Cet équipement est vétuste et coût presque 1 million par an pour l’entretenir (sans travaux de rénovation). Une rénovation et agrandissement 45 millions et grace à à l’euro une renovation totale uniquement pour 10 000 pour la ville. Avec la décision de Mr Gros, la ville propriétaire devra soit rénové le stade en quasi totalité de ça poche (beaucoup + que 10 millions) ou le détruire (une destruction coûte trés cher également entre 3 ou 4 millions).

    L’Euro 2016 c’est avoir un stade Neuf et un équipement moderne pour les 20 prochaines années pour pas trés cher. Un stade neuf est relativement “économique” car il y a peu de réparation et d’entretien à faire sur les 10 premières années contrairement au stade actuel.

    Sedan , Reims, Troyes et des villes de moindre importance on des stades neuf. L’euro 2016 est une chance unique de complet notre retard et de moderniser le stade à la hauteur du standing de la ville.

    POINT DE VUE SPORTIF

    Le Fc Metz est une des vitrines de Metz depuis 70 ans.
    Les mauvais résultats du club sont dû à des problèmes structurel. Pas assez d’argent pour retenir les talents, recruter des joueurs de bon niveaux. Pour des raison économique et de survie. Le club a besoin d’un nouveau stade pour attirer des partenaires, PME, et des investisseurs privés assurer les ressources du club pour qu’il puisse survive et devenir plus ambitieux dans sa politique sportive, conforter sa place en L2 et retrouver la Ligue 1 à moyen terme.

    L’euro n’est qu’un moyen et un pretexte qui va permettre de developper notre ville et donner à celle ci des infrastructure moderne et conformtable pour tous les messins pour les 20 prochaines années (Foot, Spectacles, Concert).

    Metz avec des résultats possitif peut acceuillir sans aucun problème 25 à 30 000 personnes pour des matchs de championnat de L1 et 10 à 15 000 pour des matchs de L2.
    La Moselle et le Luxembourg sont des terres de football.
    La ferveur est là et les suppoters sont là. Beaucoup sont endormis par les mauvais résultats et déception.
    Le marche et là et une majorité des 1,4 millions de mosselan supporte le FC Metz

  5. Bonjour, mes commentaires sont reducteurs peut etre, dans ce cas cas que la mairie fasse un referendum.nos impots locaux ont deja beaucoup augmentes avec un stade en plus je craisn le pire.

    1. JBmetz,c’est bon il es temps de lâchés l’affaire lol

      La mairie a abandonnés,au fond je le voulais ce stade flambant neuf,mais derrière plus le temps passent et plus on a d’experts qui disent la même chose,le stade aurait coûter bien plus chers que les estimations !!

      Pour les 10 millions quand je vois que c’est le prix approximative de la médiathèque de Metz-Nord qui en a vraiment besoin et bien plus proche d’un programme d’un maire PS,je me dit que c’est pas plus mal…. 😉

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X