Actualité locale & société

Braquage meurtrier de Woippy : le procès des accusés débute aujourd’hui

policeLe 20 février 2011, un employé d’une société de distributeurs automatiques de Colmar avait été la victime mortelle de plusieurs braqueurs « amateurs » à Woippy.

Un agent d’une société de sécurité messine qui le suivait avait, quant à lui, été défiguré.

Le procès des auteurs présumés s’ouvre aujourd’hui 7 octobre 2013 devant les assises de Moselle.

Écoutes téléphoniques et investigations ont permis de mettre en lumière les origines de ce braquage, remontant à décembre 2010.

Un vigile de Securiman aurait fait part d’une indiscrétion à un de ses proches qui planifiera donc l’attaque du fourgon.

Initialement, deux braqueurs devaient agir, tandis qu’un complice et une amie en voiture devaient servir d’alibi un peu plus loin en cas de contrôle.

Retour sur les faits d’un braquage mortel raté

L’employé de la société Autobar Est spécialisée dans les distributeurs automatiques (boissons, confiseries, etc…), récupère ce soir du 20 février 2011 la recette des machines, qui avoisine alors les 15000€. Un agent de la société Securiman le suit de près pour assurer sa sécurité.

Aux alentours de 23h, dans le parc d’activité de Berlange, le guet-apens des jeunes braqueurs vire à la catastrophe.

Un braqueur cagoulé apparaît armé d’un fusil à pompe avec lequel il menace le vigile qui réplique au moyen d’une bombe lacrymogène au poivre. L’agent de sécurité est touché une première fois.

[nggallery id=37] (Crédit photos : Tout-Metz.com)

Visiblement dans l’attente d’un ou de plusieurs complices, le braqueur se dirige alors vers le chauffeur d’Autobar Est et le tue sur le coup via une des vitres du camion restée en partie baissée. L’agent de sécurité est ensuite blessé d’une seconde balle, lui détruisant en partie la mâchoire.

Le meurtrier prend ensuite la fuite, et, vraisemblablement paniqué, oublie les sacs remplis de la recette des distributeurs automatiques derrière lui.

Aujourd’hui 7 octobre 2013, les braqueurs seront devant les Assises de Moselle. Le meurtrier présumé, alors âgé de 22 ans, répondra aux accusations d’homicide et de tentative d’homicide. La plupart des braqueurs n’avaient jusque là aucun casier judiciaire.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X