Politique & social

Municipales 2014 à Metz : la campagne a commencé

Le parti socialiste, les centres, l’UMP et les extrêmes ont avancé leurs premiers pions de façon concrète pour les municipales 2014 à Metz. La campagne se lance donc doucement.

Une mise en place qui précise petit à petit les forces en présence, mais qui pourrait encore créer des surprises.

Voici le point sur la situation, à 4 mois des élections qui se dérouleront les 23 et 30 mars 2014.

Suite logique à gauche

Ce samedi 23 novembre 2013, Dominique GROS, maire sortant étiqueté Parti Socialiste, a officialisé sa candidature à sa propre succession à la mairie.

Dominique GROS annonçant sa candidature depuis son domicile le 23 novembre 2013
Dominique GROS annonçant sa candidature depuis son domicile le 23 novembre 2013

Une décision sans surprise, faisant logique au vu du parcours d’investiture réalisé sans alternative interne.

Sur la liste de Dominique GROS, dévoilée dès jeudi dernier en avant-première par le journal La Semaine (édition du 21/11), figure notamment Aurélie FILIPPETTI, actuelle ministre de la culture, à la place de n°2.

Une liste qui voit certaines personnalités s’effacer, c’est le cas par exemple d’Antoine FONTE nommé directeur de campagne du maire sortant mais dont le nom n’est plus inscrit au tableau. Une liste qui voit également les positions de certains changer de façon stratégique.

Une liste qui n’est encore que temporaire, car une place serait laissée aux autres candidats de gauche. Le maire sortant a notamment appuyé ses remerciements aux élus du Parti Communiste de sa majorité, alors que le PCF avait annoncé faire campagne en liste séparée au 1er tour. Le Front de Gauche lui, « absent du terrain » selon les mots du maire sortant, ne semble pas être dans les petits papiers.

Les extrêmes connus

A l’extrême gauche, c’est Jacques MARECHAL (PCF) qui représentera la liste d’union Parti Communiste / Front De Gauche. Une information révélée par le Républicain Lorrain ce dimanche 24 novembre.

Les deux partis avaient décidé de faire cause commune et de faire liste à part (par rapport au PS) au premier tour des municipales, avant de rejoindre le PS au second tour pour faire barrage à l’adversaire de droite quel qu’il soit.

Cause commune à l'extrême gauche - Conférence de presse du 7 novembre 2013
Cause commune à l’extrême gauche – Conférence de presse du 7 novembre 2013

L’extrême gauche a décidé de porter ses efforts sur « des propositions de gauche » portées au débat public, espérant recueillir le plus de voix possibles sur cette position, et donc pouvoir influer directement sur les actions de la future mandature, en cas de ré-élection du maire sortant.

A l’extrême droite pas de surprises. Le Front National présentera François GROLET, qui a officialisé sa candidature depuis la fin du mois d’avril 2013. Thierry GOURLOT, secrétaire départemental du FN en Moselle, sera n°2 sur sa liste.

Francoise-Grolet-Thierry-Go

Un FN qui reste beaucoup en phase d’observation et qui compte les points, arque-bouté sur des sondages qui lui prêtent de beaux scores pour le moment, et prenant appui sur le ras-le-bol des citoyens recueillis au fil des mois.

Un FN qui pourrait jouer un rôle d’arbitre au second tour dans le cas d’une triangulaire, mais qui se voit, lui, caracoler en tête.

L’union de l’opposition encore dans le flou

De son côté l’opposition de droite a fait part de son entrée en campagne, avec Marie-Jo ZIMMERMANN (UMP) en tête de file, en annonçant le 22 novembre, la création d’un intergroupe en duo avec Patrick THIL (UMP).

MJZ-PT-580

L’objectif est de commencer à dévoiler le programme commun au deux groupes d’opposition municipale, lors du débat d’orientation budgétaire qui se déroulera cette semaine au conseil municipal.

Au centre, l’UDI de Nathalie COLIN-OESTERLE et le MODEM de Nathalie GRIESBECK avaient, depuis quelques semaines déjà, fait part de leur mariage de raison et de vision, rejoints plus récemment par Emmanuel LEBEAU.

Nathalie GRIESBECK, Emmanuel LEBEAU et Nathalie COLIN-OESTERLE annoncent leur collaboration. Conférence de presse du 15 novembre 2013
Nathalie GRIESBECK, Emmanuel LEBEAU et Nathalie COLIN-OESTERLE annoncent leur collaboration.
Conférence de presse du 15 novembre 2013

Une série de conférences de presse où avaient été dévoilés les thèmes de futures réunions de quartier, mais aussi les contours de l’union potentielle avec la droite messine.

L’union du centre et de la droite, appelée des voeux de chacun des protagonistes depuis plusieurs mois, n’est pour autant pas encore finalisée. D’ailleurs, il existe encore une possibilité qu’elle ne voit pas le jour.

Apparences trompeuses ?

Patrick THIL
Patrick THIL

Souhaitant ne pas reproduire les divisions de 2008 qui avaient fait d’après eux de Dominique GROS « un gagnant par défaut », les différents groupes d’opposition municipale du centre et de la droite (hors FN) avaient créé un comité stratégique il y a plusieurs mois de cela.

Sous l’égide de Patrick THIL, les participants y ont abordé les différents sujets, et fait la synthèse sur leur possible union point par point. Aux dires des participants, la plupart des axes forts de la future campagne trouvaient consensus.

Pour autant, à mots couverts et à coup de petites phrases au fleuret moucheté, les échanges entre les « unionistes » ne semblent pas raconter tout à fait la même histoire. Et bien qu’ils n’aient jamais été aussi proches d’un accord, l’union pourrait bien ne pas voir le jour.

Au centre comme à droite, chacun se défend déjà de ne pas la vouloir, cette union, et répète en choeur tout faire pour éviter les acrobaties mortifères du jeu politique, pour rester dans le concret, pour ne parler que des préoccupations des messins, pour ne pas reproduire les erreurs de 2008.

Dans la réalité, Marie-Jo ZIMMERMANN se faisait le plus souvent représenter au cours de ces réunions, les conférences de presse de chacune des parties se font en ordre dispersé, en deux points bien opposés de la ville, avec des attelages différents.

Lorsque l’on tente de mesurer l’écart, les points qui fâchent n’en sont pas, mais méritent éclaircissements. Il est temps d’occuper le terrain pour certains, mais il était encore trop tôt pour d’autres. La structure de la liste proposée par les uns est qualifiée de « recette de cocktail » par les autres, la ligne rouge du FN et de Jean-Louis MASSON ne doit pas être franchie pour le centre, elle n’aurait semble-t-il jamais existé pour l’UMP…

Au contact des « sympathisants actifs », on comprend aussi que l’incertitude reste de mise, on attend la suite, le résultat.

Bref, le résultat est loin d’être limpide pour les observateurs ; sauf si l’on accepte l’idée que l’union n’est pas concrétisée, et que c’est bel et bien une bataille politique qui a lieu au sein même des acteurs de ladite union.

Bizarrement, ce n’est peut-être pas une bataille de noms et d’egos qui se déroule, mais plutôt l’expression d’un manque de confiance persistant, malgré les causes communes et la coordination qui les ont réunis. L’ombre des mauvais souvenirs de 2008 plane dans les rangs, du moins pour le moment.

Fantasme ou théâtralisation ?

Les protagonistes le savent, si l’union ne se fait pas au centre et à droite (comme en 2008), le scénario des deux tours de l’élection municipale est déjà écrit.

Mises à part certaines péripéties incluant le Front National, les listes de l’union, si elles avancent en ordre dispersé, ne peuvent quasiment pas espérer gagner la mairie, sauf énorme coup de théâtre, ou scandale restant à venir.

Ils le savent tous, ils l’expriment tous : gagner Metz n’est possible que s’ils sont réunis.

Toujours est-il que la « conférence de presse de l’union« , réunissant Nathalie COLIN-OESTERLE, Emmanuel LEBEAU, Nathalie GRIESBECK, Patrick THIL et Marie-Jo ZIMMERMANN, n’a toujours pas été organisée, et l’on se demande si elle le sera jamais tant les points qui semblent faire encore débat sont fantomatiques.

Toujours pas d'annonce commune pour l'union de centre - droite à Metz
Toujours pas d’annonce commune pour l’union de centre – droite à Metz

On ne connaît pas encore la liste qui sera déposée pour affronter le maire sortant, ni-même si celle-ci sera représentative de l’union. La liste définitive n’a pas encore été arrêtée, et les noms seront dévoilés au mois de janvier 2014, mais Marie-Jo ZIMMERMMANN, qui s’impose en tête de liste, l’indique déjà :

Il est possible, mais non souhaitable, que certaines personnalités ne fassent pas partie de la liste d’union.

En attendant, la gauche messine boit du petit lait et ironise sur la création d’un intergroupe qui existait déjà, et sur l’attelage bancal des opposants. Les atermoiements de l’union de l’opposition confortent le PS dans un rôle de favori, le mettent en confiance et le galvanisent.

L’avenir nous dira bientôt si cette élection municipale sera sans surprises.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :

Sur le même thème

6 commentaires

  1. Juste une petite précision sur le Front National : ce n’est pas un parti d’extrême droite. Ce rôle est aujourd’hui occupé par les identitaires et d’autres groupes.

    Ne versez pas dans la soupe du politiquement correct, vos lecteurs attendent autre chose d’un nouveau média.

    Vous savez, les électeurs ne sont plus dupes des arguties sémantiques qui visent à décrédibiliser le FN, et au contraire même, cela permet de dévoiler les aspirations politiques de ceux qui qualifient le FN « d’extrême ».

    Le Front National est sur le terrain à Metz depuis près de 8 mois et rencontre énormément d’adhésion de la part des messins.

    Tout le contraire des petits copains du #PS en place : qui ont défiguré Metz et racketté fiscalement la France.

    Tout le contraire du pseudo centre UDI-Modem-Nouveau Centre : gloubi boulga mou qui prône une europe libérale et ouverte à tous les vents.

    Tout le contraire de la vieille droite messine affairiste et de sa bataille d’egos : ils se détestent cordialement mais sont obligés de se rassembler pour donner l’illusion d’une entente.

    A les entendre, ces 3 groupuscules n’ont qu’un seul objectif : battre le Front National qui menacerait la République.

    Totalement faux, le FN est un parti plus républicain que les autres dans le sens où il est le seul à vraiment représenter et défendre les intérêts du peuple.

    C’est pour cela qu’il est AU CENTRE de l’échiquier politique national comme local.

    Il suffit de venir à une de nos réunions publiques pour s’en rendre compte.

    1. Nos lecteurs (sauf vous, nous en convenons) attendent que nous fassions un point sur la situation, sans reprendre benoîtement les termes d’une stratégie de communication éditée par un parti, quel qu’il soit, ni leur proposer une quelconque soupe.

      Nos lecteurs savent que nous ne défendons aucune orientation politique, et donc aucune aspiration de quelque ordre que ce soit n’est exprimée ou dévoilée ici, sauf dans votre imagination.

      Vous avez votre avis sur le Front National et vous êtes libre de l’exprimer ici, dès lors qu’il respecte les conditions d’utilisation du système de commentaires. C’est un espace de débat, y compris sur la vision politique de chacun au sujet des municipales et des formations politiques qui la convoitent.

      Nous respectons votre liberté d’expression, merci donc de ne pas nous attribuer des orientations qui ne sont que le fruit de votre volonté de lire les seuls types de propos qui vous intéressent.

  2. Sans préjuger de vos orientations politiques que nous ne connaissons pas, nous ne souhaitons que souligner le politiquement correct de votre article.

    Nous ne mettons pas en doute votre objectivité sur cet article, mais nous pensons que (comme d’autres d’ailleurs) vous commettez 2 erreurs de présentation classique des médias :

    1- Le FN serait d’extrême droite : ce qui est faux pour les raisons citées dans notre commentaire précédent.

    2- Seuls la vieille droite soutenue par l’UMP ou les serial taxeurs du PS auraient la possibilité de diriger le destin de la ville de Metz.
    Or sur ce point il suffit de parler avec les messins pour se rendre facilement compte que le parti du bon sens représenté par Françoise Grolet et soutenu par Marine Le Pen a beaucoup plus d’audience que vous ne semblez le penser.

    Il nous semble que ces 2 erreurs sont pour votre compte plus commises par facilité (il est toujours plus facile de répéter ce que les autres médias disent, même si c’est faux : le politiquement correct), que par réelle intention.

  3. Bonjour à toutes et tous.

    Je confirme les dires de PourMetz il faudrait être sourd pour ne pas voir la déchéance de notre politique Municipale les Messins n’en peuvent plus de ce foutage de gueule (car oui c’est comme cela qu’il faut l’entendre)… à quand une vrai politique Municipale ?? on laisse à la rue des gens de Metz et on loge des gens en situation irrégulière c’est ça la politique de la gauche ??

    Mars approche et je souhaite vivement voir le FN passer avec une large majorité ..

    pourquoi dire que le FN ne fera pas mieux ou qu’il est un parti politique comme les autres ?? pourquoi les autres seraient mieux que le FN ?? qui peut le dire alors qu’ils n’ont jamais tenu la ville de Metz ??

    moi je le dit aujourd’hui il y en à marre de se faire agresser devant les commerces (oui agresser est le terme)alors que la mendicité est interdite en France et de plus lorsque celle-ci est exercé par des gens en situation irrégulière.

    vous êtes vous posé les bonnes questions ?? je ne le pense pas ..
    les enfants de ces gens vont à l’école gratuitement alors que nous devons payer les fournitures pour les nôtres.
    ils ne parlent pas un mot de Français et on attribue des heures avec un traducteur payé par l’état alors que nos enfants n’ont même pas les profs d’anglais ou autre … c’est ça la république Française ?? tout pour l’étranger en situation irrégulière et rien pour nos enfants et nos pauvres ??
    Moi je dis vive la France la France à nos entreprises à nos paysans,agriculteurs, etc etc …

    votez bien et intelligemment si vous ne voulez pas voir cette déchéance Messine se poursuivre.

  4. Marre de la gauche,de l’UMP,du centre,du front de gauche etc……vive le F.N!l’immigration coûte à la FRance et aux contribuables 70 milliards d’euros par an!Prenez cet argent pour les petites retraites,les vrais pauvres français qui vont aux restos du cœur pour bouffer simplement!SAvez vous qu il faut mieux être SDF en Thaïlande qu en France?en Thaïlande on meurt pas de froid et de faim comme des centaines de gens chaque hiver ici!sans racisme,donnons à manger et à se loger à nos compatriotes en premier et non à des gens qui n ont jamais cotisés ici,ni ne parlent pas notre langue et n ont pas la même culture! sTop à tout ça,vive le Fn,vive MArine LE Pen!.Allons enfants de la PAtrie!..

  5. Mon dieu, ces commentaires piquent les yeux…

    Une chose qu’on ne peut enlever à l’extrême droite locale c’est qu’elle est bien organisée pour squatter internet!

Laisser un commentaire

Fermer
X