Evènements Haut Moyen-Age à Metz

Pendant la période du Haut Moyen âge, Metz a été le théâtre du couronnement de rois et d’un empereur.

Navigation rapide dans la page :
Metz, capitale de l’Austrasie | Sacre de l’Empereur Louis le Pieux | Un héritage convoité


Metz, capitale de l’Austrasie

Après la mort de Clovis qui unifia tous les francs au sein de la Gaule, ses fils se partagèrent le pays en 511. Et c’est Théodoric, encore appelé Thierry 1er, qui reçut le nord-est du royaume : le royaume de l’Est, qu’on appellera l’Austrasie.

Très grand territoire, allant de Trèves et Cologne à la Champagne, de l’Alsace aux limites de la Hollande, le roi devait se choisir une capitale au grand rayonnement. D’abord il opta pour Reims, puis se ravisa vite et choisit enfin Metz !

Avec une position plus centrale, cette ville qu’on reconstruisait sur ses cendres était parfaite. Alors on construisit le grand palais royal de la Cour d’Or sur la colline Sainte-Croix (qui donna son nom au musée actuel de Metz).

Metz, devenue grande capitale alors, allait briller sur toute l’Europe occidentale.

Revenir en haut de la page


Sacre de l’Empereur Louis le Pieux

A une époque où le pouvoir royal est caractérisé par les crimes et les intrigues, par une instabilité importante, Louis le Pieux venait d’être trahis par ses enfants et ses nobles, qui renversèrent le pouvoir en l’obligeant à abdiquer.

Mais Louis le Pieux tenait à sa couronne et à son trône, alors il organisa un coup de force à son tour : il revint se faire re-couronner à Metz.

Ainsi, le 28 février 835, une messe solennelle était prononcé dans la cathédrale Saint-Etienne, en présence de 44 évêques venus des tous les coins de l’empire, autant de France que de Germanie.

Sa dignité lui fut rendue, puis après une grande messe, on lui posa une nouvelle fois la couronne impériale sur la tête, avant d’être acclamé par la foule du peuple.

La cathédrale de Metz fut donc celle qui re-couronna, et surtout donc qui légitima l’empereur du très vaste empire carolingien européen.

Revenir en haut de la page


Querelle pour le couronnement à Metz

Une autre preuve que Metz reste dès lors une des villes les plus importantes en occident, peut être illustrée par l’année 869. En effet, Lothaire, roi de Lotharingie, meurt sans fils.

Tout de suite, les héritiers se pressent pour monter sur le trône et régner sur la riche Lotharingie !

L‘héritier « légal » est alors Louis II le Germanique, frêre du défunt, mais l’évènement arrive dans un contexte de tensions entre les carolingiens germaniques de l’est, et les carolingiens de l’ouest, de France.

Charles le Chauve, oncle de l’héritier Louis II le Germanique, à la tête des Carolingiens de France, galope alors à Metz.

Contrairement aux lois de successions, il se fait couronner roi de Lotharingie le 9 septembre 869, en la cathédrale de Metz.

Mais Louis II le Germanique n’avait pas dit son dernier mot, et dès l’année suivante Charles le Chauve fut contraint au partage : Louis le Germanique prenait Metz et Trèves, et Charles le Chauve gardait Toul et Verdun.

Pour en savoir plus sur Metz à la période du Haut moyen âge, cliquez ici.

Revenir en haut de la page

Toute l’histoire de Metz :

 

 

Sommaire principal (cliquez)
Chronologie
Grands évènements
Monuments & Bâtiments
Personnages
Histoire de l’Art
Histoire des quartiers
L’histoire à Metz aujourd’hui

 


Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X