Actualité locale & société

Un hackathon à Metz pour imaginer le commerce de centre-ville de demain

Repenser le commerce de centre-ville et imaginer celui de demain en se servant du numérique. C’est ce que vont tenter les 25 participants du marathon de développement informatique, ou hackathon, du 24 au 26 avril 2015 aux Trinitaires de Metz.

Un premier prix de 1.000€ est à la clé.

hackathon-gen-metz-2015

Quand le numérique se met au service du commerce

Organisé par l’association Grand Est Numérique, déjà à l’origine d’un premier hackathon en octobre 2014 à Metz, l’événement tentera de répondre à 2 questions essentielles :

  • En quoi le numérique peut se mettre au service du commerce traditionnel d’une ville dans un contexte de transformation des modes d’achats et de consommation ?
  • Quelles opportunités le numérique peut-il apporter aux commerçants qui doivent changer leur façon de travailler pour s’adapter au mieux ?

Le déroulement du hackathon

Pendant 48h, seul ou en équipe, les participants feront face aux problématiques que peuvent rencontrer les commerçants de centre-ville en créant des prototypes d’application web ou mobile. Quelques données seront ouvertes pour l’occasion.

Développeurs, designers, commerçants, marketeurs… Les profils seront variés et tous les talents trouveront leur place.

Dès le vendredi soir, les équipes seront constituées sur place (maximum 5 personnes par équipe). Dans la soirée, 3 commerçants de Metz présenteront les problématiques du commerce de centre-ville pour guider les participants.

Ensuite, place au codage.

A la fin de ce week-end marathon, les différentes équipes pourront présenter leur travail face à des jurys et à l’ensemble des participants, avec un premier prix de 1.000€ à la clé.

Les gagnants pourront, quant à eux, présenter leur projet à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’association de la Fédération des Commerçants de Metz, quelques jours après le hackathon.

[note color= »#aae1fd »]Attention, l’événement est limité à 25 participants, et la moitié des places a été réservée en moins d’une semaine. Pensez à vous inscrire rapidement (voir en bas d’article pour les modalités).[/note]

Informations pratiques

Dates

Du vendredi 24 au dimanche 26 avril 2015

Lieu

Les Trinitaires (caveau)
12 Rue des Trinitaires
57000 Metz
Tél : 03 87 20 03 03

Tarif et inscription

L’événement est limité à 25 participants.

La participation est libre et gratuite. Il faut cependant avancer 50€ (25€ pour les chômeurs et étudiant), qui seront remboursés sur présentation à l’événement. Inscription obligatoire en cliquant sur ce lien.

Une salle de repos sera mise à disposition des participants et il sera également possible de se restaurer sur place.

Retrouvez cet événement dans l’agenda de Tout-Metz ici.

L’association Grand Est Numérique organise un hackathon autour du commerce et du centre-ville. Il aura lieu à Metz du 24 au 26 avril 2015.

Ville(s) / territoire(s) :

2 commentaires

  1. Bon sang ! Es-que vous êtes au courant que le terme « hacker » fait références à une activité illégale durant la quel un pirate informatique dépouille les gens des leurs finances ou de leurs identité. Je pense pas que ce mot devrait être associé au commerce sauf si faire faillite soit votre objectif.

    1. Bonjour,

      en réalité « Hacker » ne signifie ici pas autre chose que « bidouilleur ». Le terme « hacker » a été utilisé à toutes les sauces et à mauvais escient par la presse qui s’est (à sa décharge) appuyée sur des définitions ou plutôt des interprétations de la signification du terme et de ce qu’il représente. Ce milieu est assez fermé, avec ses propres codes, le fait de paraître dangereux leur semblait et leur semble toujours aussi amusant. La plupart des faiblesses de sécurité trouvées aujourd’hui dans le monde (les banques ou les grandes bases de données par exemple) le sont par des hackers, qui transmettent discrètement aux personnes concernées les moyens de combler les failles. Une activité vertueuse donc, même si effectivement certains hackers (malveillants eux), s’évertuent à tirer profit de ces mêmes failles.

      En l’occurence, point de « hackers » au mauvais sens du terme ici, mais des passionnés d’informatique, qui aiment à trouver des solutions à des problèmes (d’où le terme hacker : craquer un système comme on résout un problème) et réinventer les codes classiques en prenant des points de vue de préférence originaux, ou en tout cas que les outils numériques leur permettent d’exploiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page