Gare centrale de Metz

Quand on évoque Metz, quelques images viennent à notre esprit… La cathédrale bien sûr, mais aussi le Temple Neuf, la porte des Allemands, ou aussi depuis peu le Centre Pompidou d’art contemporain.

Mais dans cette liste, on ne peut pas éviter de citer l’un des bâtiments majeurs de la ville, au centre de la vie des Messins par les transits régionaux où se croisent sur les quais étudiants et professionnels, mais aussi au centre du tourisme puisque premier monument à admirer à la descente des trains.

Comme vous l’aurez compris, nous parlons de la gare impériale allemande de Metz-ville.

Succédant à une gare en bois détruite par un incendie, et une seconde gare trop peu adaptée aux volontés impériales allemandes pendant l’annexion, la Gare centrale de Metz a été élevée entre 1905 et 1908 par le célèbre architecte Kröger, au coeur du quartier de la Nouvelle Ville impériale Allemande.

Parlons de sa fonction d’abord : en effet, si elle est aujourd’hui idéale pour nos besoins modernes, on peut comprendre qu’elle était complètement surdimensionnée au début du XXème siècle.

Car elle n’était alors pas prévue pour des besoins civils très limités, mais pour une nécessité militaire.

Metz étant une très lourde garnison allemande pendant l’annexion, proche de la France, la gare centrale de Metz a été conçue pour permettre le départ total des 25 000 soldats accompagnés de leurs 75 000 chevaux et canons en une seule journée.

Par ailleurs, outre sa fonction militaire, elle a eu un grand rôle culturel. Purement artistique d’abord, elle est grandiose dans ses dimensions, et dans son style néo-roman parfait.

Construite en calcaire gris-jaune, tout son décor est symbolique d’une culture allemande.

Ainsi, dans son rôle culturel, après l’aspect seulement artistique, explose toute une volonté de germanisation poussée, très symbolique.

Parlons du double aspect de la gare d’abord, car si l’empereur allemand allie pouvoir politique et religieux, la gare présente pour son entrée principale une façade de cathédrale (hall et tour-clocher), et pour son buffet et sa sortie la façade d’un palais de noble du Moyen-âge (librairie et entrée secondaire).

D’un autre côté, toute une symbolique articule l’immense décor de la gare également : aigle impérial, statue du chevalier Roland, vitrail représentant Charlemagne, mais aussi représentations du progrès, dans les transports, avec des illustrations de la gare et des dirigeables, des mesures de protection sociales prises à l’époque.

Aujourd’hui, bien des parties du décors ont été remaniées : l’aigle impérial a laissé sa place au blason de la ville de Metz, où le chevalier Roland a changé quatre fois de visage, allant de celui d’un maréchal allemand à une simple figure avec casque…

Quoi qu’il en soit, la gare centrale de Metz est encore totalement à l’honneur dans notre présent, puisque restaurée en 1991, réaménagée en 2004, accueillant le TGV-est en 2007, et enfin avec son centenaire fêté en 2008.

N’oublions pas d’orienter notre regard vers le côté de la gare où s’élève un très beau château d’eau, construit pour distribuer cette eau aux locomotives surtout, et retenons la beauté de cette magnifique gare de Metz, la plus longue de France.


Découvrez toute l’histoire de la ville de Metz ci-dessous :

L’histoire des bâtiments de Metz :
Bâtiments militaires de MetzBâtiments civils de Metz
Bâtiments religieux de MetzBâtiments administratifs de Metz
Monuments urbains de MetzAutres bâtiments historiques de Metz

Dossier complet sur l’histoire de Metz :

Histoire de Metz : Sommaire principal
ChronologieGrands évènements à Metz
Monuments & Bâtiments de MetzPersonnages messins
Histoire de l’Art à MetzHistoire des quartiers de Metz
L’histoire à Metz aujourd’hui