Economie & emploi

Chômage en Lorraine : une stabilité fragile en février 2013 (infographie)

Logo Pôle EmploiLes chiffres de l’emploi pour le mois de février 2013 sont tombés, ce mardi 26 mars. Sur le plan national, le constat est moins alarmant qu’en janvier, mais le record de 1997 reste proche.

En Lorraine, la situation n’a que très légèrement empiré ce dernier mois. Toutes catégories confondues, la variation sur un mois est de 0,1%. Un moment de répit qui pourrait être de courte durée.

Le bilan sur une plus longue durée est plutôt dramatique.

L’accélération de la désindustrialisation de la région Lorraine a eu des conséquences catastrophiques ces dernières années. Le contexte économique actuel ne présage pas d’amélioration à court terme, du moins pour l’industrie.

Pour mieux appréhender cette situation, nous avons fait le choix d’une représentation graphique, plutôt que d’un alignement de chiffres.

Statistiques du chômage en Lorraine (février 2013) - Infographie Tout-Metz.com
Statistiques du chômage en Lorraine (février 2013) – Infographie Tout-Metz.com

Pour télécharger cette infographie, cliquez ici.

Avenir incertain

Voilà pour la situation à ce jour. La tentation au pessimisme est grande, tant on a l’impression de revivre tous les jours le scénario de la veille, et donc l’impression que les prochains chiffres à paraître ne pourront être que pires.

Ainsi, ce mardi 26 mars, justement, les cheminots manifestaient à Metz contre la fermeture des ateliers SNCF de Montigny-lès-Metz, qui menacent 80 emplois (pour plus d’informations sur la manifestation des cheminots, cliquez ici).

Les petites et moyennes entreprises ne sont pas épargnées. Pour exemple, la société MPM de sous-traitance, à Mondelange, est également en difficulté et devrait connaître son sort courant avril… nous en avons parlé ici-même récemment (pour consulter cet article sur la situation de MPM, cliquez ici).

Car au-delà des affaires médiatiques telles que celle d’ArcelorMittal pour ne citer qu’elle, toute une série de “petits” incidents se déroulent. Loin du tumulte, des intérêts d’ordre national et des délocalisations sauvages, on les trouve au détour d’un “bled”, au fin fond de petites zones industrielles.

Des PME / PMI âgées de 20 à 50 ans, qui théoriquement auraient du “tenir le choc”, mais qui sont exsangues, et qui ne trouvent plus de banques pour les aider à passer le cap. Des emplois qui disparaissent par poignées, noyés dans la masse, des sous-traitants “partis avec l’eau du bain”, des spécialités difficiles ou impossibles à réemployer ailleurs du fait même de la raréfaction de la dynamique industrielle. Les nouveaux collaborateurs de Pôle Emploi n’y pourront rien.

Mis bout à bout, ces épiphénomènes économiques touchent beaucoup de familles lorraines, et créent, eux, ce sentiment d’impuissance.

Raisons et envie d’y croire

Pour les salariés de Walygator, bonne nouvelle, ils sont finalement sauvés, et travailleront avec de nouveaux dirigeants. Les employés qui peinaient à toucher leur salaire ces derniers mois, espèrent enfin un retour à la normale, et surtout une nouvelle vie pour le parc (Consultez notre article sur la décision de la Cour d’appel concernant le parc Walygator en cliquant ici).

Le projet d’avion Skylander, lui, est toujours dans l’attente. La période d’observation doit se terminer le 4 avril. Difficile de dire quel avenir se dessine pour la société Sky Aircraft. Pour lire ou relire la dernière décision judiciaire dans le dossier Skylander, cliquez ici.

Les Lorrains devront compter sur les projets actuellement sur le feu, tel TerraLorraine, porté à bout de bras par le Conseil Général de Moselle.

Sur le territoire messin plus particulièrement, certains espèrent que l’aménagement des nouvelles zones commerciales comme Muse dans le quartier Amphithéâtre, ou encore “Waves Grand Sud”, du côté de la Zac d’Augny, favorisera l’implantation d’entreprises qui recrutent. Affaire à suivre, car certains pointent la mort des commerces du centre ville en écho à ces nouveaux projets.

Des initiatives se créent partout, conduites par celles et ceux qui refusent de se résigner. On pourrait, par exemple, citer cette toute nouvelle association “Grand Est Numérique” qui croit que les emplois du secteur numérique, s’ils sont soutenus par l’économie locale, feront rapidement partie des secteurs porteurs et pourvoyeurs d’emploi dans la région.

La situation est donc contrastée, mais les chiffres l’attestent : la Lorraine “n’est pas sortie de l’auberge”, et il faudra préserver chaque espoir comme une flamme par grand vent.

En attendant, les chiffres de l’emploi en Lorraine, communiqués ce mardi 26 mars, sont quasiment stables pour le mois de février 2013, et c’est toujours ça de pris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr