Economie & emploi

BA 128 : une entreprise des Télécoms rachète 3 bâtiments et 14.000m² de terrain pour s’installer

Après le désastre d’Ecomouv, première entreprise à s’installer sur la BA128 mais torpillée par le gouvernement, la base aérienne était sortie des radars médiatiques.

Seules activités professionnelles installées sur les lieux : le chenil d’une entreprise de sécurité, et un groupement de gendarmerie adossé à un petit héliport.

Derrière le rideau, on s’active

En coulisses, Metz Métropole, devenue officiellement propriétaire des lieux en juin 2015, poursuivait les travaux de préfiguration des 600 hectares de l’ancienne base aérienne, sélectionnant les bâtiments en état d’être conservés ou ceux qui devront être détruits, et multipliant les contacts avec les porteurs de projets pour ne pas laisser pourrir la situation et les installations.

Les premiers travaux de viabilisation ont débuté dès l’été. La base ayant été construite pour pouvoir fonctionner en totale autarcie avec ses propres réseaux, Metz Métropole a commencé l’équipement du plateau de Frescaty en eau, électricité, gaz, assainissement et fibre optique. Objectif : permettre de passer aussi vite que possible à la phase d’après : le « repeuplement » des lieux.

Début 2016, une association accompagnant les personnes handicapées psychiques (Espoir 57) implantera ses locaux près de l’ancien fort St Privat, première phase d’un futur regroupement d’associations humanitaires (la Croix Rouge, le Secours Populaire et les Restos du coeur sont annoncées) au sein d’un pôle caritatif.

Du côté des entreprises, peu voir pas d’annonces de noms pour le moment, Metz Métropole indiquant simplement que des entreprises s’y installeraient dès 2016.

 

Première grosse implantation sur la BA128

D’après nos informations, un premier nom devrait être annoncé prochainement : celui de l’entreprise CAPECOM, qui après une discussion débutée fin 2014, est tombée d’accord avec Metz Métropole pour le rachat de 3 bâtiments, positionnés sur un terrain de 14.000m² en plein coeur de la base aérienne. .

Le futur bâtiment de CAPECOM, qui reprend 3 bâtiments existants. Source : CAPECOM - Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Le futur bâtiment de CAPECOM, qui reprend 3 bâtiments existants. Source : CAPECOM – Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Les accords définitifs devraient être signés début janvier 2016. Le montant exact de la transaction ne nous a pas été communiqué.

[note color= »#ffcc00″]

CAPECOM ?

Le groupe CAPECOM, né en 2008 du rapprochement entre deux autres entités (Rohr Cablor et Perino), s’active dans les réseaux fibrés, le remplacement et la maintenance du réseau cuivre, un marché actuellement en pleine expansion.

Logo-Capecom

 

Avec Orange comme principal client, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros au cours du dernier exercice, affiche une croissance de 40% par an et compte près de 170 personnes réparties sur trois implantations en Lorraine (Marly, Briey, Nancy), et d’autres notamment à Rouen, Meaux ou Lure. Rohr Cablor et Perino existent encore. Ensemble avec CAPECOM, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros et compte près de 500 salariés, une belle boutique.

Au cours des 12 derniers mois, l’entreprise a créé près de 30 postes pour faire face aux demandes du marché. En 2016, ce sont 50 nouveaux postes qui sont prévus : techniciens de bureaux d’étude, techniciens réseaux et conducteurs de travaux entre autres.

[/note]

Totalement à l’étroit dans ses 600m² locaux de la zone des garennes à Marly et ses 1000m² à Briey, l’entreprise cherchait un moyen de rationaliser son activité et de reprendre ses aises.

Le saut de puce de quelques centaines de mètres permettra à CAPECOM de grandir plus sereinement, avec encore des surfaces potentielles « sous le pied » si nécessaire. C’est d’ailleurs l’un des arguments forts de la BA128 : l’espace.

CAPECOM investira 1 million d’euros dans la rénovation des bâtiments. Les travaux de réhabilitation devraient durer 18 mois et l’entreprise sera raccordée aux réseaux actuellement mis en chantier par Metz Métropole sur la base.

Outre la rénovation et la mise aux normes, deux bâtiments existants seront reliés par une structure vitrée. Source : CAPECOM. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Outre la rénovation et la mise aux normes, deux bâtiments existants seront reliés par une structure vitrée. Source : CAPECOM. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

A la mi-2017, 150 à 200 employés investiront les 3500m² de locaux entièrement remis aux normes, dont 1500m² destinés au stockage de marchandises.

La BA 128 commence donc sa longue transformation, une mue qui s’étendra sur plusieurs dizaines d’années. Pour garder trace de ce qu’elle était avant ces changements, nous avons réalisé à l’été 2015, un reportage photo complet sur la base, cliquez ici pour le découvrir.

Rubriques

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X