Actualité locale & société

Abandon de l’écotaxe : Metz Métropole et la Région Lorraine voient rouge

Les élus lorrains ont comme tout le monde appris ce jeudi 9 octobre 2014 l’annonce de la suspension « sine die » de l’écotaxe par la ministre de l’écologie Ségolène Royal. Ils n’ont pas tardé à réagir.

La Région Lorraine et Metz Métropole ne cachent pas leur colère et insistent sur le sort des salariés, dont l’avenir est à nouveau incertain, et sur la nécessité de dégager des ressources « pour financer des infrastructures de transport dont notre pays a besoin ».

Jean-Pierre Masseret, Président du Conseil Régional de Lorraine, semble accuser le coup :

« En Lorraine, la mise en place d’une telle ressource devait contribuer au financement d’infrastructures autoroutières adaptées aux besoins constatés notamment sur l’A31 dont chacun reconnaît l’absolue nécessité.

Le refus systématique de toute réforme et de tout projet ne doit pas se faire au détriment de l’intérêt général des Français et de nos territoires. »

Jean-Luc Bohl, Président de Metz Métropole, ne cache ni son agacement, ni sa déception :

« Cette décision vient en outre menacer directement les 157 emplois d’Ecomouv implantés sur l’ancienne Base Aérienne 128 par le Gouvernement ainsi que les 150 douaniers installés à Metz dans le cadre des compensations militaires pour opérer contrôles et collecte. Il est inadmissible que les salariés d’Ecomouv apprennent une fois de plus une telle décision par le biais des médias.

Les élus du territoire ressentent une grande colère devant de tels procédés et tiennent à rappeler que ni les vies humaines, ni l’écologie ne peuvent être bafouées de la sorte ! C’est une triste journée pour notre pays. »

Rubriques
Personnalité(s) :

Sur le même thème

5 commentaires

  1. Il est bientôt temps que nos élus se réveillent.
    Après avoir abandonné la BA128, ils sont en train de brader la capitale régionale au profit de Strasbourg, et les emplois qui vont avec.
    C’est peut-être dans la rue, comme les bonnets rouges, qu’il faut se faire entendre, et non simplement hurler dans les médias locaux….

    1. Effectivement, je suis entièrement d’accord avec vous ! Ce sont les élus qui ont capitulé devant Sarkozy et qui sont, par leur lâcheté, à l’origine de la disparition de la BA 128 ! Cette base, plus que centenaire, n’aurait jamais dû disparaitre tant elle faisait partie du patrimoine messin… Toutes ces « mesurettes » style Ecomouv ou Insee n’étaient que de la poudre aux yeux, pour mieux nous faire avaler la pilule ! Ecomouv, société montée de bric et de broc, a été dès le départ une aberration… J’aimerais savoir, maintenant, ce que le Président de Metz Métropole et les élus concernés ont comme projet pour la BA 128 🙂

      1. « Ecomouv, société montée de bric et de broc, a été dès le départ une aberration…  »

        Pour votre information, lorsque l’écotaxe a été discutée, la droite, la gauche, les écolos et les transporteurs étaient tous d’accord pour l’appliquer telle qu’elle avait été discutée. Le temps d’installer les portiques et de mettre le système en place et tout le monde était contre. Sans vouloir défendre qui que ce soit, il faut bien reconnaître que les Français ne sont pas faciles à gouverner et qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Il en est de m^me pour les réformes: ils sont tous d’accord sur le fait qu’il faut des réformes mais que des réformes qui ne touchent que le voisin.

  2. C’est toujours pareil: 1 pas en avant, 2 pas en arrière. ‘est ce que l’on appelle gouverner de nos jours!!!
    Quelle tristesse pour la France et les Français.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X