Art Rococo et style Louis XV Metz

Le baroque avait lancé une nouvel ère, où l’architecture s’était élancé sur des courbes et des couleurs, pour la gloire à Dieu. Et si le classicisme s’en était inspiré pour glorifier le roi tout en beauté autoritaire et stricte, le baroque va continuer parallèlement.

Et en continuant, il va se développer. Dans le style rocaille peu présent à Metz, et dans le style rococo, avant de donner le style Louis XV.

Contexte historique

Le monarque absolu est maintenant reconnu de tous en France, et sa Cour de Versailles devient un centre majeur de culture, mais surtout un lieu où règnent le luxe et les plaisirs.

C’est ce qui va donner naissance aux styles Rococo et Louis XV : le baroque était tout en courbes et couleurs, teintés de luxe, mais son but était religieux. L’art baroque va alors être adapté, ou plutôt amplifié.

Architecture et impression d’ensemble

On veut correspondre aux idées de luxe et de plaisir : les courbes simples deviennent des courbes complexes et s’étendant à tout le bâtiment.

Les couleurs sont encore plus évidentes dans leur évolution : les pierres claires et lueurs dorées du baroque deviennent un blanc de neige peint sur les parois, et les lueurs dorées un or éclatant.

Voici les façades rococo : blanc et or.

Maintenant, ni gloire à Dieu, ni gloire au roi, mais gloire aux plaisirs ! Les sculptures se multiplient, les décors deviennent vraiment surchargés, tout est à l’excès.

On parle alors de style rococo pour l’ensemble architectural, et de style Louis XV pour les décorations elle-mêmes, qui gagneront une importance à part notamment pour l’ameublement intérieur.

Exemples

Les exemples ici ne vont pas être des plus faciles à trouver, non seulement parce qu’ils sont relativement rares à Metz, mais surtout parce qu’ils ne sont pas des plus évidents pour l’architecture extérieure.

Evêché de Metz

L’évêché de Metz, ou plus précisément son église Sainte-Glossinde est le seul exemple vraiment de style rococo à Metz, et ce pour son décor intérieur. Néanmoins, nous avons tenu à en parler ici, même si nous sortons de notre volonté de n’étudier que l’architecture des bâtiments de Metz.

En effet, le style rococo est une étape majeur pour l’histoire de l’art, et par ailleurs un art des plus surprenants, nous vous incitons donc à aller visiter cet unique exemple rococo à Metz lors de ses rares ouvertures au public.

Pour vous illustrer le rococo, voici un exemple fameux : l’intérieur de l’église Muenster, de Zwiefaltenen en Allemagne.

Ainsi, tout en courbes complexes, en blanc et dorés, avec en plus des peintures murales pour les intérieurs.

L’intérieur de l’église de l’évêché de Metz s’articule ainsi sur les mêmes axes, et par ailleurs, on peut y admirer une magnifique peinture murale, sur la voûte, tout comme dans notre exemple.

Maison natale de Paul Verlaine

Le style Louis XV consiste donc essentiellement à une décoration architecturale, plus qu’à une architecture complète. Il est donc compréhensible de ne pouvoir admirer que certains détails de décors de style Louis XV à Metz.

Ainsi, l’un des décors les plus fréquents que ne pouvons caractériser de style Louis XV, est le décor des portes de maisons. Prenons un exemple avec la maison natale de Paul Verlaine.

Ainsi, si nous n’avons pas les couleurs, nous avons les formes du style Louis XV : un quadrillage en losange serré comme décoration de fond, ponctué de fleurs de lys.

Des lignes courbes qui l’entourent tout autour comme un feuillage ou une banderole. Un visage d’une bête fantastique… L’ensemble nous parait ainsi dense, chargé.


Mais l’art rococo, l’art Louis XV, c’est l’art de Versailles, l’art de la Cour et des plaisirs, l’art de la royauté… Enfin, Louis XV approche de sa fin, et c’est Louis XVI qui lui succèdera.

Les plaisirs auront eu leur temps, on veut alors revenir à plus de sérieux : le rocaille et le style Louis XV en architecture reculeront, et on voudra faire renaître le classicisme, tout en beauté et en autorité.

La révolution à son tour, puis l’empire de Napoléon Ier, adopteront ce style ancien qui correspond si bien l’image qu’ils veulent gagner : une puissance belle et forte, autoritaire, inspiré de l’antiquité parfaite.

On veut faire renaitre le classicisme, c’est l’heure du néo-classicisme.

Toute l’histoire de Metz :

 

 

Sommaire principal (cliquez)
Chronologie
Grands évènements
Monuments & Bâtiments
Personnages
Histoire de l’Art
Histoire des quartiers
L’histoire à Metz aujourd’hui

 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X