Politique & social

Christiane PALLEZ élue vice-présidente du CCAS de Metz, la pilule passe mal

Christiane PALLEZ a été élue vice-Présidente du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de Metz.

Jusque là rien de particulier, sauf que Mme PALLEZ est l’ancienne adjointe chargée des affaires sociales de Dominique GROS, démissionnaire après sa condamnation pour prise illégale d’intérêts en juillet 2013, dans une affaire d’emploi accordé à son gendre au sein de l’Association Seniors Temps libre (ASTL) qu’elle présidait.

CCAS Metz

Mme PALLEZ, qui du coup ne figurait pas sur la liste socialiste pour les municipales 2014, n’aura donc fait qu’une « courte pause » après sa démission de l’ASTL il y a un an quasiment jour pour jour, et sa disparition de l’actualité politique messine quelques semaines après sa condamnation en juillet 2013.

L’opposition dénonce la fin de l’exemplarité et les manoeuvres politiques

Le retour de Mme PALLEZ aux activités sociales (même si elle n’est pas adjointe en charge), pré-sentie depuis quelques jours déjà, passe mal dans les rangs de l’opposition municipale.

Ainsi, la conseillère municipale d’opposition Nathalie COLIN OESTERLE (UDI) a fait part, via communiqué, de son écoeurement sur le sujet, et pointe du doigt une tromperie envers les électeurs :

[…]Une honte. Les moralisateurs d’hier n’ont plus à se gêner, ils ont été réélus.[…]

Dominique Gros, l’homme soi disant honnête et intègre, a préféré tromper ses électeurs, avec le blanc seing de toute son équipe. Il a mis en réserve cette dame pour mieux la recycler au lendemain des élections municipales.

Elle rappelle ainsi l’un des points martelés pendant la campagne de Dominique GROS.

Et de conclure :

« […] aucun élu de cette équipe ne pourra désavouer cette désignation qui jette désormais l’opprobre sur tous les membres de la majorité municipale. »

De son côté, Françoise GROLET (FN) nouvelle membre du Conseil d’Administration du CCAS, pointe du doigt les manoeuvres politiques derrière cette élection. Elle rappelle ainsi que l’affaire de l’ASTL n’a pas été totalement éclaircie, et qu’il reste un certain nombre de zones d’ombre susceptibles de refaire surface dans les prochains temps, y compris vis à vis de Denis JACQUAT dans une affaire parallèle.

Cette élection de Madame PALLEZ, qui a reçu également le soutien des associations lors de ce CA, peut donc passer comme « mal venue » au regard du contexte. L’avenir dira peut-être si ce choix fera à nouveau tache ou pas, dans le paysage social de la ville de Metz.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Sur le même thème

7 commentaires

  1. La pilule passe mal aussi dans les rangs socialistes. C’est une prime aux mauvais comportements, d’autant que son bilan ne la rendait pas indispensable.

      1. …Çà voyez-vous, ça m’étonnerait !…Mais relax, relax, dans l’un comme dans l’autre cas cher « casse tête » prenez plutôt de l’aspirine…cordialement,

  2. Un couac de plus pour le maire de Metz qui n’avait à aucun moment souhaité mad. Pallez sur la touche. La vraie tâche ds ce paysage c’est la reélection de ce maire qui ns réserve encore bien de désagréables surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X