A la UneActualité locale & société

Metz veut bannir les perturbateurs endocriniens des cantines et crèches

La Ville de Metz s’attaque aux perturbateurs endocriniens. Pour cela, elle s’apprête à signer la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens ».

La municipalité s’engage ainsi, dans un premier temps à restreindre puis à éliminer l’usage des produits phytosanitaires et biocides qui contiennent des perturbateurs endocriniens, notamment dans les cantines et les crèches.

Source : photo libre de droits

Plusieurs mesures ont déjà été prises et la Ville s’engage à poursuivre ses efforts.

Dans les cantines scolaires, 30% des composants des menus sont issus d’une agriculture limitant les produits phytosanitaires (dont 17% issus de l’agriculture biologique). Plus de 60% des barquettes en cellulose sont biodégradables à 100%.

Au cours de l’année 2019-2020, la Ville a pour objectif de supprimer à 100% la vaisselle en plastique des cantines scolaires au profit d’une vaisselle en verre.

Toutes ces mesures et objectifs concernent également les crèches. Un projet de couches éco labellisées est également à l’étude ainsi que la suppression des lingettes, considérées comme « un fléau » pour le maire.

Enfin, les produits chimiques d’entretien pour le nettoyage seront remplacés par le nettoyage à la vapeur, des mélanges à base de vinaigre et de l’eau ozonée et une campagne d’analyse de l’air intérieur sera lancée.

Dans le domaine de la gestion des espaces verts, depuis 2009, le « zéro pesticide » est appliqué dans l’espace public, en voiries, dans les cours d’écoles et dans les cimetières.

Cette charte sera soumise au vote du conseil municipal de Metz du jeudi 26 septembre 2019.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X