Actualité locale & société

Camp de Blida à Metz : la Préfecture se donne 30 jours pour reloger 600 personnes

L’hiver approche et le campement de Blida à Metz accueille aujourd’hui près de 620 personnes.

camp-refugies-metz-blida-v Le jour du départ des réfugiés du camp de Metz Blida, consultez notre photo reportage « grand écran » en cliquant ici.

La Préfecture de la Moselle s’est lancée le défi de reloger l’ensemble de ces personnes avant l’hiver, mais aussi d’examiner 300 demandes d’asile, tout cela dans un délai d’1 mois.

Un mois pour un processus habituellement évalué à… 6 mois.

Si le campement situé avenue de Blida comptait à l’origine 400 réfugiés, aujourd’hui, ils sont environ 620 à vivre dans ce bidonville. L’objectif de la Préfecture est de mettre le maximum de moyens en oeuvre pour proposer un toit à ces familles, et ce avant l’hiver.

L’opération s’annonce cependant très difficile : en effet, tous les lieux d’hébergement actuels sont d’ores-et-déjà saturés. C’est entre autre le cas du centre d’hébergement de l’association Le Relais, dont le Directeur Général assure malgré tout que l’Etat prend cette opération très au sérieux.

En effet, plusieurs fonctionnaires de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides) étaient déjà présents à Metz il y 3 semaines pour accélérer le processus dans le traitement des dossiers de demandes d’asile.

En décembre 2013, ils seront 15 à être dépêchés pour étudier 300 dossiers dans un délai d’un mois.


Agrandir le plan

Le Directeur Général insiste cependant sur le point suivant : c’est le relogement des 620 personnes vivant à Blida qui est prioritaire et qui se fera bien avant le processus d’accélération du traitement des dossiers de demandes d’asile.

À ce jour, aucun élément n’est encore connu sur les structures qui devraient accueillir ces 620 réfugiés qui devraient être cependant tous être relogés avant l’arrivée de l’hiver.

Ville(s) / territoire(s) :

6 commentaires

  1. ils devraient commencer a reloger les francais c est honteux de voir ce que l on fait pour les etrangers pendant qu on laisse crever de froid les francais vive le gouvernement

  2. « Aujourd’hui, on n’a plus le droit. Ni d’avoir faim, ni d’avoir froid », sauf si t’es Français.

    Les resto du coeur existent depuis 1985 et il semble qu’ils aient encore de beaux jours devant eux.

    Je me doute que vous ne publierez pas mon commentaire mais j’espère que ça vous fera au moins réfléchir !

    1. bien d’accord avec vous pauvre france et qui vas payer moi j’ai arreté ma mutuelle j’ai du mal a me soigner et eux CMU alloc RSA bravo quand je vois des hommes faire la manche avec le portable a la main je me pose des questions

  3. Il y à 2 mois le camp compté 250 personnes, aujourd’hui 620 avec cette nouvelle annonce dans 1 mois ils seront 1000. Nous leurs donnons 11 euros par jours + alloc, ils seraient cons de ne pas venir et moi ainsi que beaucoups de Messins passont tous les matins devant ce camp pour aller travailler. Pour moi il est temps de bien voter prochainement car nous allons crever de faim alors que nous sommes français MERCI MR GROS!!!!!

  4. Quel asile ????, ils viennent de pays qui ne sont ni en guerre ni en dictature ils ont leur indépendance tout comme l’Algérie etc., ils ne viennent que pour les aides, et ça ne leur suffit pas, il faut aussi les loger quand on laisse les Français crever.
    Toutes ces aides sont payées par nos impôts et surtout par la dette que nos enfants paieront plus tard, ça suffit !!!!!, ce pays est fou

  5. On peut se réjouir que ces réfugiés trouvent un abri. Malheureusement quelle loi vient protéger les sans abris, les familles mises à la rue, là point d’obligation de places réservées par commune… Peut beaucoup mieux faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page