Actualité locale & société

Sécheresse en Meurthe-et-Moselle : mesures de restrictions d’eau prolongées

Le comité départemental sécheresse s’est réuni pour la sixième fois le mardi 1er septembre 2015 en préfecture de Meurthe-et-Moselle afin de réaliser un point de situation de la ressource en eau dans le département.

Photo : libre de droits
Photo : libre de droits

Aussi, compte-tenu d’un indice de sécheresse des sols élevé, de la baisse continue des débits des cours d’eau et étant donné que les précipitations survenues ces derniers jours dans le département n’ont pas été suffisamment significatives et durables pour inverser ces tendances, le préfet de Meurthe-et-Moselle a décidé de prolonger les mesures de restriction mises en œuvre dans le cadre de l’arrêté préfectoral du 14 août 2015 portant limitation provisoire de certains usages de l’eau dans le département jusqu’au 30 septembre 2015 inclus.

Le comité départemental sécheresse se réunira le 17 septembre prochain pour suivre l’évolution des indicateurs et évaluer l’impact des mesures de restriction de l’arrêté en vigueur afin d’adapter si nécessaire ces mesures de restriction en fonction de l’évolution de la situation météorologique et hydrologique.

Rappel des mesures provisoires de restrictions de certains usages de l’eau en vigueur jusqu’au 30 septembre 2015

Usages de l’eau considérés comme non prioritaires et interdits dans l’ensemble du département de Meurthe-et-Moselle :

  • l’utilisation de l’eau à titre privé pour le lavage des véhicules hormis ceux réalisés dans une station professionnelle ou pour les véhicules présentant une obligation réglementaire ou technique et pour les véhicules des organismes liés à la sécurité publique ;
  • le remplissage des piscines privées à l’exception des piscines hors sol d’une capacité inférieure à 1m3 d’eau. La vidange des piscines est soumise à l’autorisation du service de la police de l’eau ;
  • l’arrosage entre 8 heures et 20 heures des pelouses, des espaces verts privés ou publics (incluant bacs à fleurs, balconnières), des espaces sportifs, des jardins d’agrément (espaces paysagers privés comme publics), des jardins potagers et des greens de golfs. Tous ces types d’arrosage demeurent autorisés entre 20 heures et 8 heures ;
  • tout prélèvement dans un cours d’eau à des fins d’arrosage non autorisé par arrêté préfectoral ;
  • le lavage des voiries hors obligations sanitaires ou de sécurité. L’utilisation des balayeuses automatiques est tolérée ;
  • le fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert et tout prélèvement dans les fontaines publiques ;
  • le remplissage ou la vidange des étangs et plans d’eaux de loisirs à usage personnel.

Les agriculteurs sont invités à éviter toute consommation d’eau non indispensable. Ainsi, sont interdits le lavage des véhicules et engins agricoles et le lavage des locaux et matériels sans contact alimentaire.

De même, les industriels sont invités à prendre toute disposition pour limiter la consommation d’eau au strict nécessaire. Ainsi, sont interdits les prélèvements effectués pour alimenter les canaux ou conduites de dérivation des micro-centrales hydrauliques en arrêt de production.

Par ailleurs, sont interdites les manœuvres rapides des vannes des ouvrages de retenue pouvant modifier le régime hydraulique des cours d’eau. En effet, les vannes ou installations hydrauliques devront rester en position pour maintenir des niveaux d’eau et des débits stables.

La situation actuelle oblige à rester vigilants et rappelle à tous l’absolue nécessité d’adopter des comportements individuels et collectifs économes des ressources en eau, d’abord en maîtrisant les consommations (individuelles et collectives) et bien sûr en luttant contre le gaspillage.

Les services de la police de l’eau sont susceptibles de mener des contrôles inopinés de terrain portant sur la bonne application des mesures définies au présent arrêté.

Les maires sont chargés de veiller au respect de ces règles, les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive, mais nous comptons sur le civisme de nos concitoyens pour respecter ces mesures.

A ce jour, aucun manquement aux dispositions de l’arrêté préfectoral portant limitation provisoire de certains usages de l’eau dans le département n’a donné lieu à une peine d’amende contraventionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page