Politique & social

Le projet de centre socioculturel de Borny relancé, mais modifié

Trois projets retenus avant attribution du marché de construction du nouveau centre socioculturel basé au coeur du quartier de Borny avaient été présentés lors d’un conseil municipal au mois de mai 2019. Le chantier devait débuter en avril 2021, et la livraison du bâtiment imaginée pour fin 2022.

En février 2020, au cours de ce que l’on pensait alors être le dernier conseil municipal de Dominique GROS (la crise sanitaire a ensuite provoqué les remous et les retards que l’on connait), le choix de l’équipe finalement retenue avait été entériné, au grand dam de l’opposition.

Lors du conseil municipal de ce 04 février 2021, Bob TAHRI, élu de la nouvelle majorité, a présenté le point permettant de poursuivre ce projet, qui sera cependant modifié pour être adapté au fonctionnement préféré par la nouvelle équipe municipale.

Des modifications destinées selon l’élu à permettre à l’équipement d’être réellement ouvert aux habitants de quartiers et à leurs besoins, en opposition avec la BAM (salle de musiques actuelles), présentée comme inaccessible, voire comme le témoignage d’une forme de mépris vis-à-vis des jeunes, des familles et des associations du quartier, qui demandaient un lieu de vie.

Des modifications chiffrées à 810.000 euros par rapport au projet initial

Le surcoût de ces modifications se chiffre à 810.000 euros, portant l’enveloppe globale à 9,97 millions d’euros. Une augmentation du budget décriée par le conseiller d’opposition d’extrême droite Grégoire LALOUX (qui aurait préféré, tout en reconnaissant l’intérêt du projet, une adaptation à périmètre budgétaire constant), mais expliquée par François GROSDIDIER par le surcoût bien plus important de telles modifications au stade d’avancement du projet.

Au cours d’une intervention sur ce point, la conseillère municipale de la majorité Gertrude NGO KALDJOP s’est réjouie de voir poindre « un bâtiment construit à Borny et pas pour Borny« , comme l’aurait été celui imaginé par Dominique GROS à l’origine. De son côté, Mammar MEHALIL, autre conseiller municipal de la majorité n’y va pas par quatre chemins :

« Enfin on considère la population qui vit à Borny.

La BAM, c’est comme un gâteau qu’on présentait aux habitants, mais auquel ils ne pouvaient pas accéder »

Mammar MEHALIL, au cours du conseil municipal du 04 février 2021

Xavier BOUVET, tout en approuvant le point, rappela quant à lui que ce projet avait tout de même été initié par Dominique GROS et laissé en héritage pour la future équipe, et pour ce quartier de la ville.

Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page