Politique & social

Le maire de Metz, François GROSDIDIER, mis en examen pour détournement de fonds publics

L’actuel maire de Metz et président de Metz Métropole François GROSDIDIER a été mis en examen pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts. Une affaire qui date de 2011, alors qu’il était maire de Woippy et président de l’association Valeur Ecologie, structure associative pour laquelle il lui est reproché d’avoir profité, en 2009, de sa réserve parlementaire à hauteur de 160.000€ pour financer la structure, et indirectement sa campagne, chose dont le principal intéressé se défend.

La plainte initiale est déposée en 2013 par un ancien adversaire politique. Tout d’abord classée sans suite, elle s’était finalement soldée par un non lieu, confirmé par la chambre de l’instruction de Metz en 2017.

L’affaire avait néanmoins été portée par Anticor devant la cour de cassation, qui avait choisi de casser la dernière décision de justice rendue, et de la renvoyer devant le tribunal de Nancy. Ce dernier avait alors choisi de retenir l’éventualité des faits, confiant en 2019 à un juge vosgien le soin de notifier à François GROSDIDIER sa mise en examen, dont notification officielle serait tombée en pleine période de campagne électorale pour les élections municipales 2020 à Metz, dans laquelle François GROSIDIER s’était lancé.

La mise en examen lui a finalement été notifiée le 10 février dernier par ce même juge, sans qu’il en soit fait publicité, elle a été révélée par Le Républicain Lorrain dans son édition du 19 avril 2021.

François Grosdidier se dit serein

« J’attends sereinement la suite. Le harcèlement juridique de ces adversaires obsessionnels depuis 20 ans m’a fait vivre pendant 15 ans « en examen » sans m’empêcher de travailler au bien commun.

Le grand mérite de toutes ses plaintes et des investigations, passant ma gestion et mon patrimoine au scanner, aura été de prouver que je ne me suis jamais mis indûment un euro dans la poche. »

Communiqué de presse de François GROSDIDIER, Maire de Metz, le 19 avril 2021

Pour consulter le communiqué complet de François GROSDIDIER en réaction à cette mise en examen, cliquez ici.

Evoquant une justice interprétant aujourd’hui différemment qu’à l’époque ce type de faits (l’utilisation de la réserve parlementaire n’était pas encadrée), François GROSDIDIER pourrait contester cette mise en examen.

Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page