Actualité locale & société

Grippe aviaire : la Moselle classée en risque élevé

Aux Pays-Bas, en Allemagne et au Royaume-Uni, des foyers de contamination par le virus de la grippe aviaire, aussi appelé “influenza aviaire”, ont été confirmés sur des oiseaux migrateurs.

De part sa situation géographique et la présence de zones d’étangs, le département de la Moselle traversé par les couloirs de migration de ces oiseaux sauvages est passé de zone à risque modéré à zone à risque élevé.

Un arrêté a été publié le 4 novembre 2020 par le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Des mesures de biosécurité renforcées ont été mises en place afin d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages.

Photo : Tout-Metz.com

Des mesures de biosécurité renforcées

Les mesures renforcées s’appliquent :

  • à tous les élevages de volailles non commerciaux (basses cours)
  • aux élevages commerciaux de volailles.

Depuis le 6 novembre 2020, les mesures de prévention suivantes sont donc rendues obligatoires dans l’ensemble du département de la Moselle :

  • claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux ;
  • interdiction de rassemblement d’oiseaux (exemples : concours, foires ou expositions) ;
  • interdiction de faire participer des oiseaux originaires du département à des rassemblements organisés dans le reste du territoire ;
  • interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes ;
  • interdiction d’utilisation d’appelant.

Ces mesures viennent en complément des mesures appliquées au plan national :

  • surveillance clinique quotidienne obligatoire dans les élevages commerciaux ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée d’un département cité ;
  • vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Les maires de communes du département seront invités par les services de la préfecture à relayer ces informations auprès des détenteurs d’élevages de volailles non-commerciaux afin de mettre les mesures à mettre en œuvre dans ces élevages.

Les détenteurs d’élevages de volailles non-commerciaux ont en effet pour consigne de confiner leurs volailles ou de mettre en place des filets de protections sur les basses-cours, et d’exercer une surveillance quotidienne des animaux.

En cas de forte mortalité d’oiseaux ou volailles dans un élevage, l’éleveur doit contacter son vétérinaire.

En cas de forte mortalité d’oiseaux dans la faune sauvage, il convient de contacter soit l’Office français de la biodiversité, soit la Fédération des chasseurs de la Moselle.

Les services de l’État en Moselle sont pleinement mobilisés pour limiter l’introduction sur le territoire de ce nouveau virus de l’influenza aviaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr