Actualité locale & société

Metz Métropole : le budget des transports en commun à l’équilibre en 2017

Sur son budget initial 2017, l’agglomération avait inscrit une ligne de subvention à hauteur de 1,6 million d’euros pour son annexe transport.

Or, en raison de la bonne performance des TAMM (la société d’exploitation des bus Le Met’ et des Mettis) en 2017, cette somme n’aura pas à lui être versée par l’agglo.

Une économie présentée comme une bonne nouvelle par Thierry Hory lors du dernier conseil de communauté de Metz Métropole ce 18 décembre 2017… le dernier du nom avant le passage au statut de métropole.

L’élu de Marly en charge du budget de l’agglo en dit plus à notre micro :

Les clients des bus sont au rendez-vous

Alors qu’il aura fallu verser plus de 6 millions d’euros en 2014 pour couvrir le coût des transports en commun, le budget annexe transport a toujours fait l’objet d’un soutien via subvention.. jusqu’à cette année.

Le non versement de cette subvention est le signe d’un bon dynamisme de son opérateur, et donc d’une utilisation de plus en plus importante des bus par les habitants.

Une dynamique qui fait l’objet d’un contrat entre les TAMM et l’agglomération, et des objectifs qui sont encore à atteindre dans l’avenir signifiant, selon Dominique Gros, que de nombreuses améliorations sont encore à attendre dans les années à venir.

Investissement, nouveautés et modifications

Les chiffres annoncés permettent à l’agglomération de réfléchir à des investissements pour maintenir un bon niveau de service. D’autant que le contrat avec les TAMM vise encore une progression du nombre de voyages annuels, à hauteur de 100 voyages par an et par habitant.

Outre la mise en place de circuits de minibus au centre ville, peut-être avec des arrêts à la demande, le remplacement de bus datant de 1999 devront être envisagés.

Si d’autres améliorations sont souhaitées par des conseillers territoriaux, Patrick Thil a ainsi demandé la suppression du passage de la ligne 3 en plein centre ville au profit des minibus.

En réponse, Dominique Gros a indiqué que celles-ci était étudiées, mais nécessitaient certaines dépenses. Sur cette dernière demande, il faudra par exemple modifier le sens de circulation sur la boucle du Saulcy, et faire certains travaux. La commission des transports de la métropole fera des propositions dans l’avenir.

Dominique Gros, qui était vice-président aux transports lors du lancement des lignes Mettis, a profité de son temps de parole pour fustiger

“l’extrême droite qui s’était opposée au projet et qui se félicite aujourd’hui de son succès”.

Rubriques
Personnalité(s) :

Sur le même thème

Un commentaire

  1. Je réagis à l’encadré en fin d’article : Le Mettis nous a coûté assez cher pour qu’on soit soulagés par sa fréquentation ! En séance, j’ai donc demandé à MM Bohl et Gros, qui se vantaient des performances du Mettis, d’être aussi attentifs au prix payé par les agents des TAMM (cadences…), sous pression pour obtenir ces résultats. L’insécurité sur le réseau révèle aussi un manque de moyens. D’où une grève débutée ce jour-même. 
    Le maire de Metz et vice-président aux Transports s’est dit très énervé que ce qu’il appelle “l’extrême-droite” ose lui donner des leçons sur le personnel. Ce socialiste trouve que la grève des agents est vraiment exagérée, et que les revendications ne doivent pas mettre en péril l’objectif de performance. Doit-on tout sacrifier au dieu Mettis, même la sécurité des agents et des passagers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer