Economie & emploi

La ville de Metz essuie la dette de la fédération des commerçants, et récupère le marché de Noël

Mal en point notamment sur le plan financier depuis de nombreuses années, la fédération des commerçants de Metz était arrivée à une situation intenable, obligeant la municipalité à voler à son secours.

Lors du conseil municipal du 11 juillet 2022, la municipalité a annoncé une série de mesures budgétaires visant à effacer la dette de l’association, parmi lesquelles la mise en régie des marchés de Noël, élément clé de l’animation hivernale, de l’image et de l’attractivité de la ville.

Une fédération financièrement exsangue

La fédération des commerçants, qui compte un peu plus de 300 adhérents, compte pour principales recettes les apports de trois grands événements : la grande braderie en été, la fête de la bière à l’automne, et le marché de Noël. A ceci s’ajoute une subvention annuelle de la ville.

Suite aux attentats de 2015, le budget événementiel avait été lourdement plombé par les surcoûts de sécurité, frais difficilement compensables. Avec la crise sanitaire, et l’annulation des marchés de Noël de 2020, mais aussi en raison d’une gestion que le maire François GROSDIDIER a qualifié de « proche de l’amateurisme« , la principale association des commerçants de Metz a été contrainte de s’inscrire dans une procédure de sauvegarde, et d’élaborer un plan de continuation d’activité permettant le remboursement de ses créances.

Au total, selon l’élue d’opposition Marie-Claude VOINÇON (RN), la fédération des commerçants de Metz accuserait un déficit dépassant le million d’euros. De son côté, Anne DAUSSAN-WEIZMAN (élue en charge de l’attractivité et du commerce) précise que ce chiffre est erroné, et annonce avoir identifié un déficit de 700.000€ incluant la dette de la fédération à son endroit (lire plus bas).

La ville de Metz pose 760.000€ sur la table pour remettre « la fédé » sur les rails

Particulièrement concernée par la situation (Metz est connue comme un ville de commerce depuis des siècles, et porte le surnom de « Metz la commerçante »), la municipalité ne pouvait laisser sombrer « son » emblématique association de commerçants, d’autant que le thème du développement du commerce à Metz est un sujet éminemment politique.

Il fallait donc trouver un moyen de remettre la fédération des commerçants à flot, et faire en sorte qu’elle poursuive son action au service de l’attractivité commerciale et de ses adhérents.

La municipalité a donc sorti le chéquier, et a proposé au vote des élus municipaux (qui ont adopté le point à l’unanimité) un ensemble de mesures financières, pour un total de 760.000€, dont 580.000€ constituée par un versement.

Mesure la plus emblématique, l‘acquisition par la ville de l’ensemble du marché de Noël (comprenant principalement les chalets et la pyramide). Un rachat à la fédération des commerçants pour un montant de 400.000€, somme inscrite en dépenses d’investissement au titre du Budget Supplémentaire 2022. La ville détiendra désormais cette animation majeure, et permettra grâce à ses services de faire face aux nécessités d’un événement d’une telle taille.

Au côté de cette somme, la ville procédera au versement d’une subvention d’un montant de 180.000€ à la Fédération des Commerçants de Metz, au titre de son programme d’action 2022.

Enfin, dernière mesure additionnée, la municipalité renonce au remboursement du solde de la somme due par l’association à la Ville au titre de l’opération Metz Rebond d’Achats, soit près de 180.000€.

La fédération des commerçants de Metz voit ainsi ses difficultés financières effacées. Reste à savoir quel sera le modèle économique qui lui permettra de stabiliser ses comptes annuels à l’avenir.

Un modèle dont le détail à ce stade reste encore peu détaillé selon l’élue d’opposition Charlotte PICARD (UNIS) qui aurait « aimé avoir une visée sur leur budget prévisionnel », le chef de l’opposition Xavier BOUVET (UNIS) proposant pour sa part de faire en sorte de mieux connecter les marchés de Noël à Mettis, et de monter un pôle de stands allemands ou luxembourgeois pour mieux connecter les marchés de Noël de Metz aux voisins de l’espace transfrontalier.

La fédération devra adapter son modèle économique pour réduire au maximum ses charges courantes et adapter la masse salariale à son nouveau périmètre d’action, conformément à son plan de continuation.

Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

5 commentaires

  1. Un vrai journaliste ferait une enquête et verrait pourquoi la municipalité fait main basse sur le marché de Noël. Nous messins aimerions en savoir plus sur ces tractations. Vous croyez vraiment que M. Grosdidier est un sauveur ? Un philanthrope ?

    1. Bonjour (la politesse, déjà),
      A seulement poser des questions sur le ton de la suspicion, votre commentaire se transforme en complainte complotiste fumeuse. Facilité du doigt accusateur derrière la confortable (mais toute relative) protection d’un pseudo et d’une connexion internet, laisser planer un doute sans rien pour étayer. Pas crédible.

      Nous disposons ici d’une délibération publique, votée à l’unanimité par les élus du conseil municipal, sur la base d’une situation financière difficile connue de longue date, antécédente aux dernières élections municipales… Peut-être pourriez-vous donc écrire ici ce que vous savez à ce sujet, ou ce que vous soupçonnez, plutôt que de laisser en suspens l’odeur d’une dénonciation sans matière ?

  2. Ah excusez-moi vous faites partie du service com de la ville ! J’ai donc la triste preuve que l’ensemble de la presse locale est au service de M. Grosdidier.
    Je retiens aussi votre menace à peine dissimulée. C’est inquiétant pour la vie démocratique. Mais je vous remercie pour la grande et prompte attention portée à mon commentaire de citoyen landa. Je vous souhaite une très bonne journée Monsieur Frédéric S.

    1. La mécanique infernale du complotisme poursuit son implacable et désespérante avancée : nous voici, nous, indépendants depuis 2007, intégrés au service de communication d’une collectivité par un lecteur à la clairvoyance sans égal, bien que n’ayant pas l’once de la connaissance de ceux dont il parle.

      Motif de cette accusation : nous n’avons pas donné, d’emblée, raison à cette personne inconnue planquée derrière un pseudo, lançant des accusations floues sans preuves ni même arguments, au sujet d’un fait avéré ayant été lui-même travaillé préalablement en commission avec les élus municipaux de tous bords, oppositions comprises (et qui l’ont voté à l’unanimité).

      Ce que vous appelez menace porte un nom très connu : le droit. Si vous estimez ne pas être lié à ce droit, cessez de l’invoquer, mais sachez néanmoins qu’il vous protège, nous également., ainsi que l’ensemble des personnes que vous accusez avec légèreté.

      Ce qui est inquiétant pour la vie démocratique, c’est que vous ignoriez l’ensemble de ces choses, au profit d’un point de vue à l’emporte-pièces non étayé par des faits, accusant à tout va, gratuitement, parce que vous soupçonnez « quelque chose ».

      Sur ce média, vous trouverez des faits, et des personnes qui travaillent à ce que ces faits soient vérifiés et publiés hors toute imprécision, toute influence, en consultation gratuite qui plus est. Ces personnes sont à l’écoute de tous les faits qui leurs sont communiqués, garantissent la confidentialité de leurs sources pour les protéger. Nous sommes fiers de cette indépendance, nous ne nous laissons pas accuser sans réagir lorsque nous n’avons pas commis d’erreur, surtout par des personnes avançant masquées derrière leur ordinateur.

      Si vous avez des informations, des preuves, des éléments tangibles, communiquez-les nous, ici-même ou par l’intermédiaire des formulaires de contact .

      Si vous n’avez que votre suspicion pour vous, vous pouvez la publier ici, sans censure (hors insultes et autres propos que nos mentions légales interdisent). Vos commentaires ont été publiés ainsi, votre droit à l’expression, ici, n’est pas bafoué, malgré le type d’accusations que vous portez (et au sujet desquelles nous nous devions de vus informer qu’ils sont publics et donc soumis au droit).

  3. Je constate ici encore les basses œuvres menées dans tous les domaines (covid par exemple) par des Gaulois gavés aux sites complotistes et qui ne manquent pas une occasion de faire parler d’eux. Quand je lis le post de « Revel » j’en tombe à la renverse. Cet individu pointe du doigt de prétendues manœuvres obscures menées par le maire de Metz à d’uniques fins politiques. Tout est bon pour dénigrer, insulter, salir. Malheureusement, il en reste toujours quelque chose !!! Vous devez avoir une triste vie, « Monsieur Revel ». Et vous parlez de démocratie. Comme le lider-maximo Méluch.
    PS ! je ne suis partie prenante d’aucune obscure officine dirigée par M. Grosdidier !!! lol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page