Economie & emploi

La remise sur le stationnement au centre ville triplée sur la carte BonjourMetz, l’opposition en désaccord

A partir du mois d’octobre 2019, et pour une période expérimentale de 3 mois, les clients des commerçants adhérant à la carte gratuite BonjourMetz verront le montant de leur remise sur le stationnement en voirie multipliée par trois au centre ville de Metz, remise permettant d’aller jusqu’à la gratuité.

La mesure, proposée et votée au conseil municipal de Metz de ce 4 juillet malgré le refus de l’opposition, s’appuie sur les ristournes (de 1 à 5%) accordées d’office par les commerçants participants à leurs clients titulaires de la carte BonjourMetz.

Lorsque les clients de ces commerces utiliseront pour leur stationnement le montant de ces remises créditées sur leur carte, la fédération des commerçants  abondera à hauteur de la somme créditée par le commerçant grâce à l’appui financier de la ville, et le délégataire du stationnement de voirie (Indigo) fera de même pour multiplier par trois au final, la somme disponible pour régler ce stationnement.

Le maire de Metz, Dominique Gros, explique la mesure à notre micro :

Un exemple pour comprendre

Partons du principe que vous vous êtes procuré(e) la carte BonjourMetz (auprès des commerçants participants ou de la fédération des commerçants, elle est gratuite) et que vous l’avez activée :

  • vous faites des achats pour 100€ auprès d’un ou de plusieurs commerçants participants, commerçants qui proposent par exemple un taux de fidélité de 3% (il varie généralement de 3 à 5)
  • grâce à ces 100€ d’achat sur lesquels est appliqué le taux de 3%, le commerçant vous a crédité 3€ sur votre carte BonjourMetz
  • au moment où vous payez le stationnement (en voirie pour l’instant, lire plus bas) avec votre carte BonjourMetz, la fédération ajoute 3€ et Indigo fait de même. Vous vous retrouvez donc avec un montant de 9€ crédité sur votre carte
  • si votre stationnement coûte moins de 9€, le solde non-utilisé reste crédité sur votre carte et peut se cumuler avec de futurs ristournes obtenues grâce à de nouveaux achats chez les commerçants adhérents. 

Pour ce qui est des parkings souterrains, la question a été posée à Metz Métropole, qui est en charge du stationnements en ouvrage et des échanges avec leurs délégataires.  

Objectifs et limites de la mesure

En permettant la mise en place de cette opération, la municipalité souhaite booster l’utilisation de la carte BonjourMetz, qu’elle a retenu comme dispositif numérique d’attractivité, et qui est utilisable dans tous les parkings de voirie et d’ouvrage (sauf Coislin), y compris à Muse.

La carte BonjourMetz permet de payer parking et achats grâce aux ristournes des commerçants.

Avec 2500 utilisations par jour en moyenne, la carte s’est installée dans le paysage et ses utilisateurs en ont fait un réflexe.

Mais le nombre d’utilisateurs dispose d’une grande marge de progression, il en va de même du côté du nombre de commerçants d’ailleurs, dont certains se refusent à accorder une ristourne d’office à leurs clients, quand d’autres se posent des questions au sujet d’une possibilité de lister leurs chalands.

A ce jour, 285 commerçants adhèrent déjà à la carte lancée fin 2016 à Metz (et depuis adoptée par d’autres villes en France). Ces commerces ont récemment été rejoints par des acteurs de poids comme le Centre St Jacques, les Galeries Lafayette, ou encore le Printemps.

L’opposition rejette l’idée

« Mesurette » pour les uns, « complexe » pour les autres, « manque d’ambition », « copinage voire conflit d’intérêt avec la startup messine créatrice de la carte dont le patron est aussi restaurateur »… une bonne partie de l’opposition n’y est pas allée de main morte pour s’opposer à la mise en place du dispositif.

Pour les opposants, cette opération constitue l’aveu d’une suite d’erreurs et d’errance sur le traitement du stationnement par Dominique Gros au cours de ses deux mandats, et de leur impact dramatique sur le commerce et l’attractivité du centre ville de Metz.

Le coût de la mesure (20.000€ apporté en soutien à la fédération des commerçants) fait grincer les dents de certains, quand d’autres parlent de goutte d’eau.

« Ce qu’il aurait fallu faire, c’est donner les 2 premières heures de gratuité dans tous les parkings du centre ville ». Une proposition qui faisait justement l’objet d’un amendement proposé par Jérémy Aldrin, qui n’a pas été suivi.

Entre chiffres et points de vue

La bataille des chiffres n’a pas manqué de faire rage, un livre d’universitaires messins a même été brandi par Bernard Heulluy pour tenter de ramener les faits au centre du jeu, peine perdue.

Pour Jean-Michel Toulouze, il faut aussi regarder du côté des commerçants, qui ne mettent pas toutes les chances de leur côté en n’adoptant pas massivement la solution désignée par la fédération des commerçants et par la ville :

« Les commerçants veulent des mesures pour les soutenir, mais ne les adoptent pas lorsqu’il y en a un. Dans les centres commerciaux périphériques, les commerces payent le parking et le nettoyage dans leurs charges, au centre ville c’est pris en charge par les impôts ou payé par le client. Si tous les commerçants adoptaient cette carte ils participeraient financièrement au soutien de leur activité en centre ville. »

Au rang des points de vue, on notera enfin une demande (annoncée comme déjà à l’étude) que la carte BonjourMetz soit déployée sur les transports en commun, pour donner un signal positif aux clients du centre ville utilisant un moyen d’accès moins polluant, et qui pourraient utiliser les ristournes des commerçants du centre ville pour payer leur bus.

Le point a été adopté, sans les voix de l’opposition, qui a collégialement voté contre la mesure.

Rubriques
Ville(s) / territoire(s) :
Personnalité(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X