Actualité locale & société

Verdun 2016 : une scénographie jouée par 4000 jeunes franco-allemands (vidéo)

À l’issue de la journée commémorative, une cérémonie officielle s’est tenue à l’ossuaire et à la nécropole de Douaumont.

Après un passage en revue des troupes militaires, Angela Merkel et François Hollande ont pu assister à une cérémonie scénographiée par Volker Schlöndorff.

Ce sont en tout près de 4000 jeunes français et allemands qui ont participé à une scénographie au cours de cette commémoration du centenaire de la bataille de Verdun. Une initiative prise dans le cadre du programme « 4000 jeunes pour Verdun » que vous pouvez découvrir en vidéo ci-dessous :.

« 4000 jeunes pour Verdun »

La cérémonie franco-allemande du centenaire de la bataille de Verdun s’est inscrite dans le cadre d’une mission de transmission en direction des jeunes générations françaises et allemandes.

3000 élèves français issus d’académies métropolitaines et ultramarines ont été conviés. S’y est ajouté un millier d’élèves allemands issus des 16 régions de la République fédérale.

Cette présence de la jeunesse franco-allemande avait pour objectif de témoigner d’un devoir de mémoire de la jeune génération et des liens solides entre les deux pays.

Une cérémonie symbolique

Dotée d’une forte valeur symbolique, cette cérémonie scénographiée a été jouée par 3400 jeunes. C’est le chorégraphe Marc Bogaerts sous la direction du metteur en scène Volker Schlöndorff qui a conçu l’animation.

L’horreur de la bataille et son issue tragique y ont été véhiculés et ont rythmé les différentes séquences proposées.

Pour clôturer la cérémonie, un hommage simple et solennel a été rendu dans la nécropole de Douaumont par l’ensemble des jeunes français et allemands.

Rubriques

Sur le même thème

Un commentaire

  1. Honteux cette cavalcade ridicule entre les tombes de soldats qui sont morts pour notre liberté. Ces gamins ne respecteront plus les cimetières comme c’est d’ailleurs trop souvent le cas aujourd’hui.
    Mon propre grand-père maternel fut grièvement blessé le 4 septembre 1914, soldat au 36ème d’infanterie et y perdit l’usage du bras gauche. Sa citation, à l’ordre de l’armée, que j’ai encadré et mise aux murs, pour que mes enfants et petits-enfants la lisent lorsqu’ils viennent nous voir , précise :
    « Soldat énergique, a été blessé grièvement le 4 septembre 1914, dans un poste avancé ou il se maintenait avec la plus grande bravoure malgré la violence du feu ennemi ». Médaille militaire, croix de guerre avec palme. Je l’ai fort bien connu et, aujourd’hui, où qu’il se trouve, il doit se demander pourquoi il s’est sacrifié à voir de telles imbécillités.
    Morieult Yves : médaille militaire, chevalier de l’ordre national du mérite, adjudant-chef « de la coloniale » en retraite.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X