Culture & spectacles

Jardin du Michel 2013 : un résumé en photos

Pour consulter la programmation complète du festival Jardin du Michel 2015 cliquez ici.


L’incontournable festival Jardin du Michel a pris ses quartiers à Bulligny durant 3 jours. IAM, Vitalic ou encore Birdy Nam Nam faisaient partie des têtes d’affiche du week-end à ne pas manquer.

JDM_Hiver_2011

Jour 1 : vendredi 31 mai

C’est sous la pluie qu’a débuté le JDM 2013… c’était prévisible ! C’est Laura Cahen qui a ouvert le bal, en faisant face à la pluie, devant les plus courageux et les plus resistants au froid. C’est sur les coups de 20h00 que la pluie a bien voulu s’arrêter pour accueillir (enfin) de nombreux festivaliers.

De cette soirée, on retiendra notamment les 40 personnes qui ont eu la chance de monter sur scène avec le groupe Tricky, le groupe français Menir, Dub Inc et Wax Taylor bien sur, tous très bien accueillis par le public.

[nggallery id=198]

Jour 2 : samedi 1er juin

Aujourd’hui samedi, le soleil a remplacé la pluie, pour le plus grand bonheur des festivaliers. Et même si une écharpe et un petit gilet ne sont parfois pas de trop face aux quelques nuages et bourrasques de vent, le moral est bel et bien là !

Certains bronzent dans la paille en sirotant bières et boissons fraîches ou en dégustant crêpes ou frites, d’autres arrivent tranquillement vers les scènes des concerts qui démarrent.

En début de soirée, les Soeurs Tartellini, duo énergique et plein d’humour, ont fait l’unanimité sur la petite scène de la «Cabane du Michel» avec leur spectacle «Les Soeurs Tartellini chantent le world», interprété dans de nombreuses langues.

Dans la foulée, le Messin Télémaque chauffe les amateurs de hip-hop sur la scène alternative et en profite pour présenter son nouvel album «L’Amour ordinaire»

Les Minimal Quartet et leur dub intense font ensuite danser les spectacteurs de la grande scène, tandis que de plus en plus de festivaliers affluent, surtout que plus la soirée avance, plus le temps est clément !

Place ensuite sur la scène secondaire aux 4 jeunes talents nancéiens de Capture, qui ont su capter l’attention du public grâce à leur style indie-rock plein de fraîcheur. Leur reprise du fameux «Rythm Of The Night» de Corona a ravivé de vieux souvenirs !

[nggallery id=195]

Aux alentours de 21h, les champs du Jardin du Michel sont noirs du monde et pendant qu’IAM est en conférence de presse, l’imposant rappeur anglais de Stig Of The Dump met le feu à fortes doses de basses surpuissantes.

La nuit tombée, une ambiance reggae plutôt apaisée s’installe grâce aux californiens de Groundation, devant de très nombreux festivaliers. Le jeune groupe pop rennais Juvéniles enchaîne sur la scène alternative et est chargé de mettre l’ambiance juste avant l’entrée en scène d’IAM.

Les légendes marseillaises, très attendues, prennent finalement possession de la grande scène dans une foule en délire qui n’attendait qu’eux. Pour être au premier rang, il valait mieux prendre de l’avance et ne pas avoir peur des bousculades. Des «Marseille ! Marseille !» résonnent quelques minutes avant l’arrivée en trombe des 5 acolytes. Les anciens morceaux «Noble Art» et «Petit Frère» font le bonheur des fans du groupe, qui vient de sortir son 6ème album, «Arts Martiens».

IAM est pour le moment le seul groupe à avoir été programmé deux fois au Jardin du Michel.

Passé minuit, place à la musique électronique avec dans un premier temps les frère et soeur franc-comtois de Carbon Airways puis au grand Vitalic VTLZR, clou de la soirée qui mixe jusqu’au bout de la nuit en transformant les champs en boîte de nuit géante !

Jour 3 : dimanche 2 juin

Soleil, soleil et soleil ! La température extérieure frôle les 20° et aucun nuage ne vient entraver l’ambiance estivale de ce dimanche. Le vent est toujours légèrement présent et rafraîchit les visages fatigués des festivaliers, qui sont encore peu nombreux à déambuler en milieu d’après-midi.

Les quelques «lève-tôt» déjà présents s’installent tranquillement assis devant le spectacle du duo clownesque de la Compagnie Toi D’abord avant de rejoindre doucement la grande scène pour le concert des 4 rockeurs Luxembourgeois de Mutiny On The Bounty.

Le blues façon années 50 d’Hoboken Division rassemble un public large en début de soirée. Le charme de sa chanteuse opère à merveille grâce notamment à une très belle communion avec son guitariste. Le groupe prépare une tournée en France et en Europe.

Pendant ce temps-là, les festivaliers abondent en masse et ne laissent bientôt que quelques mètres carrés de libre devant la grande scène de Babylon Circus. Grand habitués de ce genre de scène, le collectif compte à son actif plus de 1000 concerts dans 30 pays différents. Résultat, une piqûre de bonne humeur immédiate sur des airs reggae rock ou ska, qui font instantanément danser et chanter le public.

Peu avant 20h et sous un magnifique coucher de soleil, c’est l’écorchée vive Keny Arkana et son «flow» cinglant qui électrisent le JDM. Le public est chaud bouillant et répond présent en entonnant notamment les lyrics de «Ils ont peur de la liberté», mains en l’air, avec l’artiste.

Superpoze, jeune beatmaker venu de Caen est venu armé de ses pads et de son clavier et a  partagé sa transe avec les festivaliers sur ses propres productions.

Un peu plus tard DeeJay Nelson assure l’intérim en l’absence du DJ Sebastian, qui a dû annuler sa venue au dernier moment pour des raisons familiales. Le Strasbourgeois, champion du monde en DMC (championnat du monde des DJ) 2011 fait beaucoup mieux qu’un remplacement avec des reprises variées allant de Rage Against The Machine à Busta Rhymes.

Avant que Crazy B, Pone, Need et Lil’Mike de Birdy Nam Nam ne viennent clore ce dimanche et ce festival en beauté aux alentours de minuit, le groupe britannique Archive, dont beaucoup de fans se promenaient déjà avec des t-shirts à son effigie dans la journée, a présenté sa nouvelle voix, Holly Martin, avec succès.

Bilan du JDM 2013

Encore une fois et pour sa 9ème édition, le JDM a attiré des festivaliers venus de tous les départements mais aussi des pays limitrophes.

18 000 festivaliers sont venus à Bulligny sur les trois jours de l’événement pendant que 500 bénévoles ont travaillé au bon déroulement du week-end. La présence d’IAM a permis de réunir 8000 personnes sur l’unique soirée de samedi.

Insuffisant pour battre le record établi sur l’édition précédente (23 000) mais satisfaisant quand même pour Thierry Berneau, président de la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) Turbul’lance, organisatrice du festival :

Notre seul objectif, c’est de satisfaire tout le monde. On peut être fiers de nous, le JDM est devenu une très belle vitrine touristique et dynamique qui représente 500 000€ de retombées économiques pour la région.

Tout n’a pas été facile avec les déboires liés aux intempéries vécus le vendredi, jour d’ouverture. Mais le réaménagement du site (disposition des scènes plus proches des points de restauration) et l’intégration, très réussie cette fois, des spectacles de rues laisse penser que le meilleur est à encore à venir.

Alors à l’année prochaine pour les 10 ans du JDM !

Ville(s) / territoire(s) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page