Mettis Metz (transport en commun)

Mettis est le nom choisi par Metz Métropole pour son nouveau système de transport en commun, qui devrait être opérationnel pour septembre 2013.

Voici le dossier réalisé par la rédaction de Tout-Metz.com pour « comprendre Mettis ».

D’un autre côté, si vous souhaitez plutôt suivre l’actualité liée à Mettis Metz et aux transports dans l’agglomération de Metz Métropole, cliquez ici.


Utilisez la navigation rapide ci-dessous pour accéder directement à l’information que vous recherchez :

Description générale Photos et vidéos Pourquoi un nouveau système de transports ? Tracé, lignes et stations
Objectifs de Mettis Mettis : pour qui ? Que devient TCRM ? Impact sur le stationnement
Critiques Le projet et ses étapes Budget et financements Le système BHNS

Mettis Metz devant Pompidou (vue 3D) – Image Van Hool


.

Mettis : description générale

Mettis est donc un nouveau système de Transport en Commun en Site Propre (TCSP), c’est à dire avec des voies réservées.

Des couloirs de bus qu’il est le seul à pouvoir emprunter, ce qui lui permettra :

  • d’éviter la plupart des bouchons aux heures de pointe,
  • de représenter une solution intéressante de gain de temps pour les utilisateurs,
  • à terme de désengorger les voies de circulation, au profit des conducteurs qui n’ont pas d’autres choix que la voiture

Deux lignes traversent le centre ville et les quartiers de Borny et de Saint-Eloy.

Mais, plus que ces deux lignes, c’est tout le réseau TCRM qui est modifié. Les lignes de bus changent également leurs tracés, certaines pour renforcer le réseau, d’autres pour desservir des zones non desservies jusque là.

C’est une question souvent posée : les TCRM vont-ils disparaître ? La réponse est donc non. Par contre les habitudes, elles, vont devoir changer.

Les horaires sont élargis, pour plus de services, et être plus adaptés aux besoins des usagers. Les territoires sont aménagés, autant pour permettre l’installation des lignes Mettis, que pour moderniser la ville.

Côté technique, Mettis est un véhicule à motorisation hybride (Diesel et électricité), de 24 mètres de long, avec double articulation, pouvant contenir jusqu’à 150 personnes.

Il n’est donc ni un tramway, ni un bus, il mêle, en fait, les deux technologies. Donc, pas besoin de rails pour ce nouveau système. Le véhicule est conçu pour être confortable, avec une grande capacité, dans le but de désengorger le trafic.

Mettis entre dans le concept des Bus à Haut Niveau de Services (dit « BHNS » : explications plus bas, cliquez ici : le système BHNS), de plus en plus adoptés dans les villes de France.

Quant au nom Mettis, il trouve son origine dans le nom que portait Metz, il y a plusieurs siècles de cela (plus d’info ici : origine du nom de la ville de Metz).


Revenir en haut de la page


Photos et vidéos de présentation

Voici un diaporama, cliquez sur « Play » puis cliquez sur les images pour les faire défiler… ou laissez le diaporama défiler tout seul.

Utilisez les flèches pour avancer dans le diaporama, et le symbole tout à droite pour visualiser en plein écran.

Merci à la société Van Hool (constructeur du véhicule Mettis) de nous avoir confié ces images.

Voici une vidéo où l’on voit Mettis intégré en 3D dans son environnement.

Voici une vidéo officielle, permettant de comprendre en image et en moins de 5 minutes, l’ampleur du projet Mettis :

Voici une seconde vidéo, plus détaillée, pour appréhender plus en profondeur le projet Mettis :

Revenir en haut de la page


Pourquoi un nouveau système de transport ?

En 10 ans, l’agglomération messine est passée d’un district de 10 communes à une communauté d’agglomération de 40 communes. Pour la ville de Metz, et surtout depuis la création de Metz Métropole en 2002, l’amélioration du niveau de service des transports en commun est devenue essentielle.

Mettis a d’ailleurs été déclaré d’utilité publique, par arrêté préfectoral, le 17 mai 2010.

L’agglomération messine compte aujourd’hui 230 000 habitants. Les zones d’activités économiques s’étendent, sans compter le développement de la vie culturelle de Metz, notamment avec l’ouverture du Centre Pompidou Metz en mai 2010. Le secteur hospitalier est aussi en pleine réorganisation.

Même la vie étudiante va se trouver transformée avec le projet de fusion des universités de Nancy et de Metz, pour ensuite s’étendre à la Grande Région.

Pour ce qui est de la circulation actuelle, la vitesse commerciale est en baisse ( de 16.7 km/h en 2004, elle pourrait descendre à 15 km/h en 2013 ). Ce qui signifie qu’un TCRM devient moins intéressant à utiliser, puisque moins rapide, et ce du fait de l’engorgement du réseau routier urbain et péri-urbain.

La fréquentation des transports en commun diminue chaque année de 0.5%. Il faut donc rendre le réseau plus attractif, sous peine de voir la circulation de la ville étouffer du fait qu’elle n’a pas su prendre des décisions d’aménagement au moment opportun.

L’engorgement des voies de circulation aux heures de pointe est pénible, et ce autant pour les automobilistes que pour les usagers des transports en commun.

De ce fait, l’idée de Metz Métropole est de mieux servir et d’entretenir l’expansion économique, sociale et culturelle de la ville.

Metz, poumon et coeur de la communauté de communes, doit ainsi améliorer l’organisation des flux de personnes, changer les habitudes de circulation, modifier les comportements, tout cela en rendant les transports doux attractifs. Sacré défi.

affiche transport multi modal

Transport multimodal Voiture / Bus / Vélo – Crédit : ville de Münster – Allemagne

En 2008, l’agglomération a adopté la démarche de Développement Durable. Ainsi, le stationnement, la mobilité, l’accessibilité, la qualité de l’air et de la vie du centre ville de Metz, sont, entre autres, des sujets majeurs de la vie politique locale, sur lesquels des actions ont été engagées.

Il semblerait que l’élargissement du réseau TCRM ne suffirait pas à combler les besoins, et ne répondrait pas aux défis écologiques fixés par l’agglomération.

Malgré cela, on peut largement aujourd’hui ressentir l’inquiétude des messins, en particuliers des riverains.

Les parkings disparaissent, les places restantes deviennent payantes, les travaux perturbent la circulation et les circuits de bus.

Et qu’en sera-t-il des impôts locaux, de la taxe d’habitation ? Comment sera financé le projet ? Pourquoi les 40 communes de la communauté de Metz Métropole sont-elles concernées par deux lignes de bus dont le tracé se situe quasi essentiellement sur le territoire de la seule ville de Metz ?

Autant de questions auxquelles Metz Métropole doit répondre, car si les besoins sont là, la réponse par Mettis est-elle la plus judicieuse ? A vous de juger.


Revenir en haut de la page


Les objectifs de Mettis

Avec Mettis, les objectifs visés par Metz Métropole peuvent être répartis en 6 axes.

1) Inciter 8000 automobilistes à changer de mode de transport

En supprimant certains parkings du centre ville et en renforçant le réseau des bus avec Mettis, l’idée est de toucher les travailleurs, en rendant les transports en commun plus adaptés que la voiture. Les forçant ainsi à choisir la facilité des transports en commun plutôt que celle de la voiture.

Dans une perspective écologique, la ville veut limiter au maximum le trafic dans le centre-ville, le stopper en périphérie, et changer les habitudes des usagers. Le centre piéton de Metz s’élargit, avec tout son charme, mais aussi (peut-être) ses inconvénients.

Supprimer les voitures ventouse (voiture garées toute la journée sur des places nécessitant une plus grande disponibilité pour les riverains, ou voiture stockées plusieurs jours sur une place sans bouger), et diminuer le nombre de trajets avec un seul passager à bord qui pourraient être réalisé en bus… autant d’objectifs complémentaires sont mis en avant par Metz Métropole pour expliquer tout l’intérêt du projet.

dessin bouchins trafic

2) Contenter la plus grande part possible de la population messine

Pour ceci, l’objectif de Metz Métropole est de desservir 80% des emplois de la ville, et 52% de ceux de l’agglomération (toutes communes confondues), avec Mettis. Cet objectif est très ambitieux, d’où les moyens mis en oeuvre.

Des parkings-relais vont être construits à la périphérie, aux terminus des lignes Mettis, pour encourager les travailleurs à se stationner à l’extérieur de la ville, et prendre un bus pour finir le parcours, réduisant ainsi le stationnement longue durée en ville.

Un réseau TCRM restructuré, s’attacherait aussi à mieux desservir les communes alentours. Un nouveau concept est également mis en place : le Transport à la Demande (TAD), pour éventuellement répondre aux besoins des communes les plus éloignées.

3) Réduire au maximum les temps de trajet

Mettis emprunte des voies réservées, lui permettant de rouler à une vitesse moyenne de 20km/h (en comptant les arrêts), et lui évitant les embouteillages en heures de pointe.

Par exemple : de la Place de la République aux Hauts de Blémont (6km), le trajet actuel dure 32 minutes. Avec Mettis, il devrait durer 18 minutes.

Comparé au même trajet en voiture, le bus devra être une solution plus rapide et plus pratique. Et comparé au trajet actuel en TCRM, Mettis et les nouveaux tracés TCRM devront représenter une réelle amélioration en terme de rapidité et de lieux de desserte.

dessin bouchon de voitures

4) Répondre aux défis fixés par la démarche de Développement Durable

En limitant le trafic en ville, la qualité de l’air devrait s’améliorer, surtout que le choix du véhicule Mettis est tourné vers un modèle avec motorisation hybride diesel/électricité.

Metz Métropole a également fait le choix d’une circulation en Site Propre, c’est-à-dire, avec aménagement du territoire (trottoirs plus larges, environnement plus épurés et une palette végétale diversifiée).

Station Bernanos

Station Bernanos

Mais la démarche Développement durable, c’est aussi améliorer les conditions de mobilité et d’accessibilité, et de là, la qualité de vie.

Si ce n’est probablement pas l’argument qui convaincra le plus les métropolitains, personne ne devrait se plaindre de moins sentir les gaz d’échappement, et de diminuer l’impact négatif que nos déplacements ont sur l’écosystème de la planète.

5) Un renforcement et une restructuration du réseau TCRM

Les lignes Mettis vont remplacer certaines ligne de bus TCRM. Du coup, les cars TCRM qui desservaient ces lignes (donc désormais remplacés) ne seront plus utilisés. Ils seront donc utilisés pour renforcer les autres lignes TCRM traditionnelles (augmentation de cadences, amélioration de l’amplitude…).

Toutes les lignes actuelles vont être repensées, avec des circuits différents. Le but est de desservir au mieux toutes les zones, et de limiter l’attente des usagers. Cela dit, avec le nouveau plan des lignes, il se pourrait que certains doivent passer par des correspondances entre Mettis et le bus.

Mettis devrait avoir une fréquence de 4 minutes, en centre ville, aux heures de pointe. Évidemment, ce chiffre ne sera pas applicable pour les autres lignes en dehors de cette zone.

6) Une amplitude des horaires élargie

Toujours dans le souci de répondre aux attentes des habitants, Metz Métropole pense à élargir la tranche horaire proposée actuellement. Des Noctambus circulent aujourd’hui jusqu’à minuit. Cela dit, ils ne desservent qu’un axe, et la fréquence est de un par heure.

Horaires prévus

Horaires BHNS

Revenir en haut de la page


Tracés, lignes et stations

Deux lignes sont prévues dans le projet Mettis, desservant près de 18 km.

  • La ligne A reprend, en grande partie, le tracé de la ligne 11 actuelle.
  • La ligne B va du Saulcy (la fac) au CHR Mercy.
Le CHR Mercy

Le CHR Mercy

Les Stations Mettis

Au total, 39 stations sont desservies par les 2 lignes Mettis. Les stations sont des espaces repensés par la commune, pour plus de confort dans l’attente du BHNS.

exemple de station Mettis

exemple de station Mettis

Ligne A Mettis

De Woippy à Michelet

  • Woippy
  • Saint-Eloy
  • Charcot
  • Emilie Roux
  • Joba
  • Cassin
  • Barnanos
  • Rochambeau
  • Pontiffroy
  • Goussaud
  • Saulcy
  • Roi Georges
  • Gare SNCF
  • Pompidou
  • Lacretelle
  • Legouest
  • Alcan
  • Strasbourg
  • Bordes
  • Hauts de Blémont
  • Sarre
  • Cloutiers
  • Colombey
  • Michelet
Station Alcan

Station Alcan

Ligne B Mettis

De Cité U à Maternité

  • Cité U
  • Lettres
  • Sciences
  • République
  • Roi Georges
  • Gare SNCF
  • Pompidou
  • Lacretelle
  • Legouest
  • Alcan
  • Strasbourg
  • Belletanche
  • Provence
  • Guyenne
  • Bergson
  • Technoole
  • Arage
  • Linières
  • ENIM
  • Foire Expo
  • CHR Mercy
  • Maternité

Nombre de stations : 39

Le tracé :

Tracé des lignes A et B de Mettis

Revenir en haut de la page


Le nouveau réseau TCRM

Pour desservir toutes les communes intégrées dans Metz Métropole, Metz Métropole prévoit la mise en place de nouvelles lignes, et une réadaptation des trajets des lignes urbaines du « bon vieux » TCRM, qui ne disparaît absolument pas.

Tracé du nouveau réseau sur Metz Métropole

Tracé du nouveau réseau sur Metz Métropole

Les lignes sont complétées par des services de Transports à la Demande (TAD), une navette à réserver jusque deux heures avant le départ.

Ainsi le nouveau réseau compte :

  • 5 lignes structurantes
  • 9 lignes urbaines complémentaires, dont une navette et un TAD
  • 13 lignes suburbaines

Aucune des nouvelles lignes ne ressemble à celles connues jusque là. Les tracés sont visibles sur : http://www.metzmetropole.fr/site/action_transport_busetvous_1.php

Les communes concernées par la restructuration du réseau

  • Amanvillers
  • Ars-Laquenexy
  • Châtel-Saint-Germain
  • Chieulles
  • Coin-sur-Seille
  • La Maxe
  • Marieulles
  • Marly
  • Montigny-lès-Metz
  • Moulins-lès-Metz
  • Noisseville
  • Plappeville
  • Pouilly
  • Saint-Julien-lès-Metz
  • Saint-Privat-la-Montagne
  • Saulny
  • Vany
  • Vernéville
  • Woippy

Revenir en haut de la page


La population ciblée par Mettis

En premier lieu, la population ciblée est celle des salariés venant de l’extérieur. Ceux-ci vont donc être vivement encouragés, sinon contraints, à se stationner en périphérie et utiliser Mettis pour se rendre à leur travail.

Dans un autre cadre, les populations des banlieues bénéficient, par ce projet, d’un meilleur accès au centre ville, et être, de ce fait, moins écartées de la vie locale ; on parle ici de désenclavement des zones difficiles. Les zones culturelles et commerciales sont desservies, dans le but d’un plus grande mobilité pour les habitants de ces quartiers.

Enfin, la restructuration du réseau TCRM, et l’instauration des TAD (Transports à la Demande), permet aux habitants des communes alentours, un meilleur accès à la ville de Metz.

Metz Métropole a également pensé à la population étudiante, en desservant le campus du Saulcy, le Technopôle, Bridoux, et le nouvel emplacement de l’ENIM. La politique actuelle de la ville veut faire de Metz une ville étudiante, notamment en développant des projets culturels qui leur seraient destinés.

station Saulcy

station Saulcy

Revenir en haut de la page


Le stationnement à Metz

L’idée de Metz Métropole est de supprimer le stationnement au centre ville, pour le remplacer par un stationnement en périphérie. Les parcs-relais construits compteront 620 places, extensibles à 1200 places.

Des places seront réservées aux résidents dans ces parkings.

La ville veut également développer le stationnement de courte durée, utile aux commerces de proximité. Par des dispositions de type « zone bleue », le but est d’encourager la rotation.

Nombre de salariés stationnent des journées entières, au centre. Pour ceux-ci, la ville prévoit le stationnement à l’extérieur, en bordure des lignes Mettis.

Station Roi Georges

Station Roi Georges

Revenir en haut de la page


Critiques et grincements de dents

Alors certes, la résistance aux changements a sa part dans le désaccord de certains concernant Mettis.

Mais à côté de cela, certains arguments levés par les « anti » ne semblent cependant pas toujours dénués de sens, quand d’autres évoquent des réticences que seule la réalité permettra de lever ou de confirmer.

Après avoir mené une rapide enquête, voici les principaux arguments que nous avons pu relever parmi les opposants au projet Mettis.

Désertification du centre ville ?

Les citadins vivant à Metz centre ont de plus en plus de difficulté à stationner, les places sont chères et les tarifs d’abonnement élevés. Certains habitants se sentent « oubliés » par le projet. Certains d’entre eux, dotés d’un véhicule, souhaitent quitter le centre ville afin de trouver un lieu de résidence permettant de se garer, sinon gratuitement, du moins facilement.

Désertification du centre ville

Par onde de choc, les places situées sur les quartiers périphériques, déjà trop rares, vont voir arriver de nouveaux usagers, raréfiant d’autant plus le nombre de places libres s’il en restait (exemple : le sablon).

Enfin, avec la politique liée au Mettis, les parkings en ville disparaissent (place de la République, place Saint-Louis, place de Chambre, et bientôt place du Roi Georges). Les parkings qui étaient gratuits jusque là, et même les très rares places gratuites, deviennent payants.

stationnement payant

Tout ceci a de quoi agacer les habitants de Metz, mais aussi les commerçants. Selon une partie des commerçants de Metz, diminuer la possibilité de venir se garer en voiture au centre, c’est développer les zones commerciales périphériques, de fait tuer le petit commerce de centre ville, diminuer l’emploi et faire déserter le quartier aux gens.

Car s’il semble possible qu’à force les habitants de Metz Métropole eux-même se plient à l’utilisation des transports en commun, les commerçants mettent en avant que tous les autres « visiteurs » du centre ville (touristes de passage, luxembourgeois ou nancéiens en visite, allemands, belges, etc…), chercheront, eux, de la place au centre.

Une partie de ceux là aussi, las de n’avoir aucune place où s’y garer, en repartiront ou ne viendront tout simplement plus du tout, autant de manque à gagner pour le commerce local.

Tracé incompréhensible et partisan ?

Autres critiques, celles qui se portent sur le dessin même des nouvelles lignes Mettis, tracées sur l’axe Woippy > Metz centre > Borny (Nord/nord-Est > Sud-Est).

Certains stigmatisent les zones terminus elle-même, et le point est délicat. Les usagers oseront-ils garer leur voiture en périphérie de zone considérées comme « difficiles » sans prendre de risque ? Ces zones sont-elles celles qui emploient le plus de monde au centre ville ? Connaissant le fort taux de chômage des principaux quartiers bénéficiaires, ne se trompe-t-on pas de cible ?

Une autre facette concerne les automobilistes empruntant d’autres pénétrantes pour accéder à Metz centre, et à leur travail. Devront-ils se dérouter pour bénéficier de parkings de délestage de Mettis ? Pour quel impact sur la durée globale de leur trajet ? Pourquoi l’Ouest, le sud et le nord-Est de Metz sont-ils les oubliés du projet ?

Les usagers de l’A31, point d’entrée important aux heures de pointe pour celles et ceux venant du Nord comme du Sud et qui travaillent à Metz, se demandent quelles solutions ont été préparées pour eux, sur quels parkings ils pourront jouer le jeu de la multi-modalité.

Metz défigurée ?

De 2009 à 2013, la longue séquence de travaux saigne la ville de Metz de toutes parts. Au-delà même des inconvénients temporaires liés à la mise en oeuvre de Mettis, le paysage urbain sera partiellement remodelé.

Les messins « de coeur », farouchement accrochés à la préservation du patrimoine de la ville, évoquent leur peur de voir la ville de Metz « charcutée » au profit d’une ligne de bus. L’exemple le plus emblématique est celui des travaux d’aménagement du Moyen-Pont, l’un des lieux les plus appréciés des messins, qui devra être élargi pour laisser la place aux bus.

Metz Moyen Pont des morts

Moyen Pont des morts à Metz – Image : Wikipédia

Si cet élargissement fait mal à certains, d’autres portent leur regard sur le coût et l’impact du projet au niveau de la place située devant la gare SNCF de Metz. Une partie de celle-ci devant en effet être totalement réaménagée pour permettre à Mettis de filer droit, et de gagner ainsi quelques précieuses secondes sur son trajet.

Certains s’amusent ainsi à faire le calcul : « 170 millions d’euros HT pour gagner 5 minutes, ça fait cher les 60 secondes »… presque 567.0000 euros la seconde pour être plus précis (et sur cette base, car le chiffre de 5 minutes est un choix arbitraire et symbolique), hors TVA.

Beaucoup de critiques laissent enfin émerger la sensation que, malgré la consultation publique obligatoire, aucun argument des « antis » n’a été pris en compte. Ceux-là pensent donc que la municipalité a fait la sourde oreille face à leurs demandes… et ont donc érigé cet épisode en mascarade de démocratie.


La liste des arguments des « antis » est encore bien plus longue…

Et on le voit, Mettis ne laisse personne indifférent. A tous ces arguments, Mettis apportera-t-il un jour des solutions ? A voir, pas sûr.

En réalité, il faut bien comprendre qu’il est absolument impossible pour un projet d’une telle ampleur de faire l’unanimité. Partant de là, les choix sont parfois plus radicaux et les réticences aussi.

Nous ajoutons au terme de ce dossier de la rédaction, qu’il a été réalisé sans parti pris, notre fonction n’étant pas d’établir un jugement ni de donner notre avis, mais d’exposer des faits basés, tant que faire se peut, sur des éléments tangibles et/ou sur des témoignages recueillis sur le terrain.

Revenir en haut de la page


Le projet

Plus que la mise en place des deux lignes Mettis, c’est un réaménagement complet des espaces urbains qui est pensé par Metz Métropole. Les quartiers vont changer, s’épurer et se moderniser.

Des parkings, en périphérie des lignes Mettis sont créés pour limiter la circulation des voitures au centre, et inciter à emprunter le BHNS. Ainsi les habitants d’autres communes peuvent garer leur véhicule à l’extérieur de Metz, et prendre Mettis pour accéder au centre ville.

Le concept n’a rien de nouveau. Il existe déjà à Nancy, avec le tram, et il semble fonctionner.

Auchan de Woippy

Auchan de Woippy

Rue Pierre et Marie Curie

Rue Pierre et Marie Curie

7 mesures décidées par Metz Métropole

  • Mise en service de 2 lignes de Transport en commun en Site Propre (TCSP)
  • Réalisation d’axes aménagés
  • Implantation de 3 parcs-relais gratuits
  • Création d’un nouveau centre de maintenance
  • Choix d’un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS)
  • Réorganisation du réseau TCRM
  • Faciliter la combinaison entre différents modes de transport.

Le Centre de Maintenance

Centre de maintenance

Centre de Maintenance

Les étapes du projet

Phase 1

En 2000, le district adopte le PDU (Plan de Déplacement Urbain) de l’agglomération messine.

Phase 2

Le 24 avril 2006, le PDU est révisé, après la création de Metz Métropole.

Etape 1 : 2009

Le 6 juillet, Metz Métropole dépose une demande de Déclaration d’Utilité Publique.
Du 16 novembre au 16 décembre, une enquête publique a lieu.
Du 19 janvier au 11 mars est organisée une concertation entre le public, les entreprises et les commerçants.
Le 30 mars, le nom de METTIS est choisi.

Etape 2 : 2010

Lancement des travaux en avril, avec la déviation des réseaux.
La Déclaration d’Utilité Publique est obtenue le 17 mai 2010, par arrêté préfectoral.

Etape 3 : 2011

Cette année est marquée par les travaux de plate-forme et des aménagements de surface.
La construction du centre de maintenance commence.

Etape 4 : 2012

Les travaux continuent et s’ajoutent à cela la fabrication et la livraison des véhicules et équipements des stations.

Etape 5 et 6 : 2013

C’est l’heure de la finalisation et des tests, avant la mise en service prévue pour septembre 2013.

Revenir en haut de la page


Le Budget

Selon Metz Métropole, Mettis sera financé sans avoir recours aux impôts des ménages.

3 axes de financement

  • par subventions
  • par délégation de service public
  • par versement transport (le prix du billet payé par les clients)

L’évolution du coût

En 2008, les prévisions budgétaires étaient de 153.3 millions d’euros.
En 2010, les prévisions sont de 170.6 millions d’euros.

Soit une évolution de 17.3 millions d’euros.

La plus-value est due à :

  • l’étude de maîtrise d’ouvrage
  • l’évolution liée à l’achat du matériel roulant.

Les postes induits par le projet

Le coût de ces postes induits ne pouvait pas être évalué en 2008, car il est nécessaire que le plan du projet soit fixé pour le chiffrer.

Par postes induits, on entend l’impact financier du projet variable ou ne pouvant pas être quantifié avec exactitude au lancement du projet.

Les postes induits sont :

  • Le déplacement des réseaux gérés par Metz Métropole
  • Les acquisitions foncières
  • Les tronçons inclus dans les ZAC
  • L’indemnisation des commerçants
  • La communication
  • La billetique

Ce sont donc les dépenses entourant le projet, non comptées dans le budget global.

Le coût, en 2010, est chiffré à hauteur de 28.2 millions d’euros.

Le coût global du projet

Le coût global du projet est de 170.6 millions d’euros Hors Taxe.

Répartition

  • 102.4 M d’euros : infrastructure et plate-forme.
  • 32.2 M d’euros : matériel roulant.
  • 21.8 M d’euros : centre de dépôt et de maintenance.
  • 14.2 M d’euros : études et maîtrise d’ouvrage.

Le montant des subventions escomptées est de 77.1 M d’euros.

Le montant des investissements par délégataires est de 32.4 M d’euros.

Revenir en haut de la page


Le BHNS en France

Le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) est un système de transport en pleine expansion, en France, ces dernières années et pour les années à venir.

Les villes de Nantes, Rouen, Nice, Strasbourg, Toulouse ou Lyon en font déjà l’expérience. Reims s’est dotée d’un BHNS en avril 2011.

De nombreuses villes vont entamer, ou ont entamé, des travaux d’aménagement en vue de s’équiper du BHNS. Parmi les villes concernées : Bayonne, Lille, Perpignan, Saint-Paul, Tours, La Rochelle, Nîmes, Valenciennes, Cannes, Nancy, Rennes, Saint-Etienne et quelques autres (d’après www.developpement-durable.gouv.fr)

Il semblerait que le BHNS soit moins coûteux à mettre en oeuvre que le tramway. Il serait peu polluant, esthétique, confortable.

Le BHNS entre dans le cadre du plan de Site Propre, un projet d’une ampleur plus grande, s’intégrant totalement dans les considérations actuelles concernant le développement durable et la préservation de l’environnement.


Revenir en haut de la page


Ce dossier a été réalisé par la rédaction de Tout-Metz.com courant 2011.

Sources et images : metzmetropole.fr, bhns.fr, developpement-durable.gouv.fr, van hool

Donnez votre avis en 1 clic :
GD Star Rating
a WordPress rating system

Imprimer cette page
Ajouter un avis ou un commentaire
Publier sur mon facebook
Twitter ceci