Actualité locale & société

Plan vigipirate : sécurité renforcée, 20% d’effectifs en plus en Moselle

L’attentat commis à Charlie Hebdo, la fusillade de Montrouge et la prise d’otages Porte de Vincennes ont nécessité une forte mobilisation en terme de sécurité. Le plan vigipirate a été activé et en Moselle comme dans la zone de défense Est, la sécurité a été renforcée. Comment et à quels endroits ce dispositif se traduit-il ?

Conférence de presse sur le renforcement du dispositif de sécurité en zone de défense Est et en Moselle.
Conférence de presse sur le renforcement du dispositif de sécurité en zone de défense Est et en Moselle.

La coordination est d’abord nationale, et les circuits de décisions sont courts. Des briefings ont lieu de manière quotidienne afin de modifier, si besoin, le dispositif qui allie forces mobiles et forces fixes.

Plus de 1150 personnes ont été mobilisées en moyens supplémentaires en zone Est dans le cadre du plan vigipirate, dont plus de 700 militaires sur 65 sites. Police, gendarmerie, armée, mais aussi douaniers travaillent quotidiennement à sécuriser la population.

Du côté de la Police, des annulations de congés ont eu lieu afin de renforcer le dispositif déjà en place. En Moselle, les effectifs ont augmenté de 15% à 20%. A titre d’exemple, 120 à 130 patrouilles de police travaillent quotidiennement à la surveillance vigipirate.

Malgré ce dispositif, les missions quotidiennes et traditionnelles des forces de sécurité n’ont en aucun cas été allégées.

La sécurité : l’affaire de tous

Si aucune augmentation particulière du nombre d’incidents n’est à signaler, tous les lieux jugés vulnérables ont été mis en sécurité : lieux de cultes de tous types, établissements scolaires, zones commerciales, centres-villes, ou encore lieux accueillant des organes de presse.

Le Préfet de la zone de Défense Est Nacer Meddah invite cependant les citoyens à participer à ce dispositif en signalant aux forces de l’ordre des lieux peut-être pas encore sécurisés. A l’occasion d’une conférence de presse, il explique :

“Etant donné le contexte dramatique, c’est l’affaire de tous. (…) Le dispositif n’est pas figé. A tout moment, on l’adapte.”

Au micro de Tout-Metz, le Préfet Nacer Meddah en dit plus sur le dispositif mis en place pour une durée indéterminée en zone de défense Est, et en Moselle, et sur les différentes forces qui sont mobilisées :

Rubriques

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
X