Actualité locale & société

Voiture hybride ou électrique : quelles différences et comment choisir ?

Le marché de l’automobile est en profonde mutation technologique. De nouvelles motorisations arrivent à maturité, et se placent aux côtés de l’essence et du diesel pour élargir le choix proposé aux automobilistes.

Si l’essence et le diesel sont connus pour leurs avantages et leurs inconvénients respectifs, ce n’est pas nécessairement le cas en ce qui concerne les deux nouvelles motorisations, à savoir les moteurs hybrides et électriques que l’on ne sait pas forcément comparer ou départager.

Le point en 2 minutes chrono

Différences entre les deux motorisations, coût d’entretien ou avantages, pour faire son choix entre l’hybride et l’électrique, il faut rester pragmatique et considérer principalement l’utilisation quotidienne de son véhicule comme arbitre.

En partenariat avec la concession Audi Quattromotors de Metz-Sarreguemines, Tout-Metz vous propose de faire le point en 2 minutes chrono, et en vidéo :

Le moteur hybride embarque ainsi deux motorisations (essence ou diesel + électrique), alors que le véhicule électrique n’est équipé que d’une seule technologie, cette dernière impliquant un rayon d’action plus réduit pour un budget d’entretien toutefois plus abordable.

Vous l’aurez compris, la grande différence réside en réalité dans l’utilisation urbaine ou non-urbaine de son véhicule.

Pour le moment encore, l’hybride constitue le meilleur choix lorsqu’il y a de longs trajets réguliers à effectuer. Mais dès lors que l’essentiel des trajets quotidiens se limite essentiellement à la ville ou reste inférieur à une petite centaine de kilomètres, l’électrique offre alors le potentiel le plus intéressant, quitte à louer un véhicule ponctuellement pour les rares longues distances.

Voitures hybrides et électriques : une tendance en forte hausse

Si le marché en était encore récemment à ses balbutiements (il n’a réellement démarré qu’à partir de 2012 en France), les chiffres de ventes montrent une évolution bien plus importante au cours des trois dernières années, notamment du fait du lancement en fanfare de nouvelles motorisations chez les constructeurs dits classiques. Entre 2017 et 2018, les immatriculations de véhicules hybrides ont par exemple augmenté de 30% (81.539 en 2017 > 106.211 en 2018), avec, à l’intérieur de ces chiffres une hausse plus contrastée de l’hybride rechargeable.

De son côté, l’automobile électrique n’est pas en reste. On compte désormais plus de 200.000 véhicules électriques en circulation en France, dont 50.000 l’ont été au cours des seuls 12 derniers mois selon l’AVERE. Le nombre de modèles électriques devrait tripler d’ici à 2021, avec près de 215 modèles attendus au cours de cette période. On parle même de plus de 330 modèles à horizon 2025 (Source : Transport & environnement). Des chiffres qui sont corroborés par une étude marquant une très nette amélioration de la perception de l’électrique par les acheteurs.

Les français privilégient toujours la voiture, même pour les courts trajets

Selon cette étude de l’INSEE, 70% des français vont travailler en voiture, un pourcentage qui monte à 82% en Moselle. Pour les autres moyens de transport, on notera les 14,8% d’utilisateurs des transports en commun pour le trajet maison/boulot (en France, les territoires montrent cependant de grandes disaparités selon l’offre), et à égalité pour 1,9% les utilisateurs de vélo (0,9% en Moselle) ou de deux-roues motorisés.

58% des déplacements domicile/travail d’une distance de 1km ou moins se font encore en voiture.

source : INSEE, étude de 2015, parution le 13/02/2019

Une distance pourtant plus adaptée à la marche à pied… Ce chiffre restant cependant à moduler, car les conducteurs qui font des trajets très courts déposent souvent conjoint, voisins ou collègue au travail, et les enfants à leur école dans la même boucle.

Ceci dit, les chiffres du CEREMA indiquent qu’en France, 1 trajet en voiture sur 4 fait moins de 3 km. Dans les agglomérations, cette part est plus grande encore : 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km. De quoi lorgner vers le véhicule électrique, ou vers le vélo pour ce type de distances.

Pour l’anecdote (ou pas), alors que le sujet des mobilités tient aujourd’hui une place centrale dans la société, on notera dans cet article de Libération sur ce même sujet, les propos de David Lévy, référent scientifique au département de l’action régionale de l’INSEE, qui indique ceci :

« On a constaté également que tant que les gens ont la possibilité de parking, ils se servent systématiquement de leur voiture. »

source : Libération, le 07/11/2018

« 2 minutes pour » est un produit éditorial d’information vidéo conçu par Tout-Metz, en partenariat avec des professionnels régionaux autour de thèmes d’actualité.

Rubriques

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

En partenariat avec lemet.fr

Fermer
X