Politique & social

Metz Métropole devient l’Eurométropole de Metz

Les conseillers communautaires de Metz Métropole ont voté, ce lundi 10 mai 2021, le changement du nom de l’agglomération, qui devient désormais l’Eurométropole de Metz.

Moins d’un an après avoir pris la présidence de la collectivité, François GROSDIDIER a donc proposé, et fait voter à l’exception de deux voix contre lors du conseil communautaire de la mimai, le changement du nom de Metz Métropole en Eurométropole de Metz.

Il faudra donc bientôt s’habituer à un nouveau nom, et à un nouveau logo, puisque celui-ci devra bientôt être changé pour faire place à la nouvelle appellation :

L’idée de François GROSDIDIER est d’ancrer dans les esprits et pour son bassin avoisinant le caractère transfrontalier et européen de Metz. Ainsi, la conurbation1 entre Metz et le Grand Duché de Luxembourg se fera plus concret dans l’esprit des habitants autant que dans celui des « observateurs ».

Ce changement de dénomination permettra, toujours selon le président de la collectivité, de communiquer en permanence sur cette notion ambitieuse sans nécessiter de grande campagne de communication pour la faire connaître. Les dépenses nécessaires en matière d’adaptation de la signalétique pour ancrer ce nouveau nom localement ont cependant été dénoncées par la conseillère communautaire d’extrême-droite Françoise GROLET.

[NDLR : ajout de ce paragraphe après réception des éléments détaillés] Du côté de la gauche et des écologistes, Marina VERRONNEAU a appelé à pousser le logique jusqu’au bout, en demandant à François GROSDIDIER d’interpeller le gouvernement sur la publication d’un « décret portant création de l’Eurométropole de Metz, comme ce fut le cas pour Strasbourg avec le décret de 2014 », en mettant en place une véritable stratégie européenne tous azimuts plutôt que d’en rester à une seule appellation de façade. Un cheminement qui passerait par la création d’un « véritable outil d’expérimentation et de développement de projets transfrontaliers. Lille et Strasbourg peuvent s’appuyer sur une agglomération transfrontalière, grâce à leurs eurodistricts ».

On notera enfin que cela permet aussi de ne pas laisser à l’Eurométropole de Strasbourg, la seule dénomination transnationale du genre pour une ville de la région, l’autre Eurométropole française étant celle de Lille.

C’est donc une nouvelle étape pour le nom de la collectivité qui forme l’histoire commune de la ville de Metz et de ses communes avoisinantes. En 1975, naissait le district de l’Agglomération Messine avec 8 communes membres. En 2002, 20 communes les rejoignirent pour former une communauté d’agglomération, la CA2M. De nombreuses communes suivirent d’année en année jusqu’en 2009, où la CA2M fut rebaptisée Metz Métropole… un nom qu’elle porta donc jusqu’en 2021, où elle fut donc renommée Eurométropole de Metz.


(1) Conurbation : grand ensemble urbain formé par plusieurs villes rapprochées. L’Eurométropole de Metz serait la pointe Sud d’un ensemble urbain quasi continu jusqu’à la frontière franco-luxembourgeoise, et donc jusqu’à la capitale du Grand Duché, la pointe Nord, considérée ici comme faisant partie du même bassin de vie et d’emploi que la ville de Metz.

Personnalité(s) :

3 commentaires

  1. Je ne suis pas « conseillère communautaire d’extrême droite » mais élue du Rassemblement National.
    Même le ministère de l’Intérieur, dans la grille des nuances politiques permettant de classer les candidats, fait la différence.

    1. Bonjour Madame Grolet,

      vous êtes conseillère communautaire (ou métropolitaine) via votre mandat à la ville de Metz où vous siégez au titre du rassemblement national.

      Le rassemblement national est simplement le résultat du changement de nom du front national, parti d’extrême-droite. Une stratégie de communication de parti, avec les mêmes dirigeants, mêmes membres, mêmes élus (dont vous), et même positionnement politique. Pour ce qui est des qualificatifs de nuance politique, je vous rappelle que vous attribuez vous même en séance publique et « au doigt mouillé », des nuances d’extrême-gauche ou d’islamo-gauchisme (pour ne citer que celles-ci) à d’autres élus, fussent-ils écologistes, socialistes ou sans étiquette. Il s’agit donc de communication politique et non d’un statut régi par des règles contraignantes.

      Pour alimenter la réflexion de chacun, surtout au sujet de cette grille des nuances politiques permettant de classer les candidats dont vous parlez régulièrement, il s’agit d’un débat non-tranché, sur un point technique bien flou, qui semble être utilisé en l’état par votre parti politique dans le cadre de sa stratégie de dédiabolisation qui est assumée. Il s’agit donc bien là a priori, et jusqu’à preuve du contraire, de simple communication politique (les fameux « éléments de langage »). Une source (et peut-être le paragraphe 14 page 10 en particulier) pour l’illustrer : https://www.conseil-etat.fr/ressources/decisions-contentieuses/dernieres-decisions-importantes/conseil-d-etat-31-janvier-2020-attribution-des-nuances-politiques-aux-candidats-aux-elections-municipales

      Ceci étant dit, vous avez toujours, sur Tout-Metz, été traitée au même niveau que les autres élu(e)s et partis. Nous en faisons un principe. Pendant les périodes de campagne, vous disposez de la même couverture que vos adversaires, et pendant les séances publiques reprises ponctuellement dans nos articles, vous êtes citée de temps à autre, au même titre que les autres membres de l’opposition, quelle qu’en soit la « nuance ».

      Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page