535×280 TOP articles

Voeux de la Défense : l’analyse du gouverneur militaire de Metz face au terrorisme et à Daesh

Ce jeudi 12 janvier 2017 avaient lieu les traditionnels vœux de la Défense au Palais du Gouverneur à Metz.

L’occasion pour Jean-Louis Paccagnini, général de corps d’armée de la zone Grand-Est, de faire part de son analyse face aux menaces du terrorisme et de Daesh et aux risques du cyberespace.

Sympa le gouverneur ! Il a même proposé à ceux que les intempéries annoncées empêcheraient de rentrer chez eux après les vœux de passer la nuit au Palais…

Pour autant, ce n’est pas à ce genre de protection que Jean-Louis Paccagnini a limité son ambition et son discours lors de la réception de ce début d’année 2017. Sa deuxième cérémonie de vœux depuis qu’il est gouverneur de Metz, une ville où sont restés ses deux prédécesseurs, Pascal Péran et Patrick Ribayrol invités à cette rencontre.

L’armée, à l’image de son chef d’Etat major dernièrement, mais aussi plus globalement ses grands cadres depuis quelques années, n’étant plus la grande muette, c’est un passage en revue des enjeux de la défense qu’a proposé l’orateur.

Le général a porté une attention plus particulière au terrorisme et à Daesh bien sûr mais aussi aux enjeux du cyberespace ainsi qu’aux retombées sur les hommes et le matériel de l’intensité des engagements depuis deux ans.

« Nos frontières ne nous protègent plus de la distinction entre les lieux de guerre et de paix »

a dit Jean Louis Paccagnini après avoir énuméré les risques majeurs des menaces : celui de la dissémination des armes performantes y compris dans le cyberespace ; celui de la surenchère des états puissances comme la Russie et la Chine notamment ; celui des effets d’une mondialisation non encore maîtrisée sur les espaces et les flux ; celui enfin du terrorisme djihadiste mondialisé :

« Cette dernière menace notamment est durable. C’est un cancer et nous devons nous méfier de l’endormissement. Le combat n’est pas derrière nous car l’ennemi est à la fois mortifère, protéiforme et déterminé ».

Suite de cette analyse et les répercussions sur les hommes, les matériels et les budgets à lire dans l’hebdomadaire La Semaine de Metz du 19 janvier. Article signé Jean-Pierre Jager.

A lire dans la même rubrique :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *