535×280 TOP articles

Nouvel an 2016 : les plus gros pétards et feux d’artifice interdits par arrêté préfectoral

Prolongation de l’état d’urgence oblige, la préfecture de la Moselle a produit un arrêté interdisant l’utilisation des plus gros pétards et feux d’artifice pendant les fêtes de fin d’année.

Selon cet arrêté mis à jour le 22 décembre dernier, cette interdiction ne s’applique cependant pas pour les catégories de classification des pétards et feux d’artifice F1 (connus également sous leurs anciennes classifications C1 et K1) et F2. A noter que l’arrêté initial du 16/12, lui, restreignait l’utilisation des pétards et des feux d’artifice à la seule catégorie F1.

L’idée derrière cet arrêté, qui cite les différents attentats auxquels la France a du faire face ces dernières années, est essentiellement d’éviter la panique ou les mouvements de foule qui pourraient être déclenchés par des explosion, y compris celles se voulant être festives.

Une classification peu pratique pour le citoyen

Harmonisation européenne oblige, une directive de 2013 visant à permettre un classement des différents éléments pyrotechniques a été établie.

Mais cette classification est assez floue pour le commun des mortels (cliquez ici, bon courage), et permet donc de laisser libre cours aux interprétations. Lisez plutôt :

  • Catégorie F1 : artifices de divertissement qui présentent un risque très faible et un niveau sonore négligeable et qui sont destinés à être utilisés dans des espaces confinés, y compris les artifices de divertissement destinés à être utilisés à l’intérieur d’immeubles d’habitation ;
  • Catégorie F2 : artifices de divertissement qui présentent un risque faible et un faible niveau sonore et qui sont destinés à être utilisés à l’air libre, dans des zones confinées ;

Si les professionnels connaissent et appliquent la directive en ne vendant que les pétards et feux d’artifices autorisés à une période donnée, celle-ci devient bien plus complexe à mettre en oeuvre lorsque l’on utilise des articles de pyrotechnie achetés lors d’une précédente occasion… où les arrêtés préfectoraux pouvaient être différents ; ou encore lorsque ces mêmes articles ont pu être achetés de l’autre côté de la frontière, là où ne s’appliquent pas les restrictions.

A votre avis, ces pétards sont-ils autorisés ou non en cette fin d’année 2016 ?

Toujours est-il que si vous transgressez la règle établie ainsi par l’arrêté jusqu’au 8 janvier 2017, et que vous vous faites attraper pour cela, il vous en coûtera une amende de 38€.

A lire dans la même rubrique :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *