Metz Métropole : la fiscalité et le siège de l’agglo au coeur du débat d’orientation budgétaire

Entre autres sujets au menu du conseil d’agglomération de Metz Métropole ce 30 janvier 2017, le débat d’orientation budgétaire (DOB) de l’année 2017 a occupé une place centrale dans les échanges.

Le projet, présenté par Thierry Hory, vice-président en charge des finances, a permis de faire le point sur les différents indicateurs budgétaires courants : endettement et remboursement de la dette, emprunts et investissements, ou encore fiscalité.

Pour l’année 2017, le DOB exposé propose de ne pas augmenter la fiscalité des ménages, une pause qui fait suite à l’augmentation votée en 2016.

Les entreprises, elles, verraient leur fiscalité poursuivre leur augmentation (+0.61% de taxe sur le foncier et +0.5% sur la surface commerciale), ce qui constitue la seconde partie d’une hausse votée « pour moitié » en 2016 pour des raisons techniques, comme l’explique Thierry Hory à notre micro :

L’idée est donc de faire face à la baisse des dotations de l’Etat, la hausse de la fiscalité sur les entreprises permettant de dégager 700.000€ de recettes, dont 200.000€ exclusivement portés par les grandes surfaces commerciales.

Le retour du siège de Metz Métropole

Plusieurs fois lors des conseils d’agglomération, le sujet d’un nouveau bâtiment pour héberger le siège de l’agglomération a été évoqué.

Prise à la gorge après des décisions d’investissement dont le financement a été entre temps chamboulé par la baisse des dotations successives mises en place par le gouvernement depuis 2012, l’agglomération n’avait jusqu’alors pas eu de possibilité de concrétiser le projet.

Metz Métropole occupe actuellement 5 bâtiments différents, loués auprès de bailleurs privés, pour un coût de fonctionnement important et « à fonds perdus« .

Avec le statut de Métropole qui se profile, l’idée serait de remettre le projet à l’étude pour remplacer la dépense en loyers par de un investissement, rassembler les services sur un seul site, injecter cet investissement dans l’économie locale via les entreprises qui se chargeraient de la construction, mais aussi disposer d’un bâtiment digne de ce nom pour la future (véritable) métropole, qui devrait voir le jour en 2018.

Au niveau du lieu évoqué, le quartier de l’amphithéâtre, où il reste encore quelques emprises de libre, semblerait être le scénario qui tient la corde.

Pour autant, aucune ligne budgétaire n’apparaît dans le document du DOB remis aux élus lors de ce conseil d’agglomération.

A lire dans la même rubrique :

Laisser un commentaire