535×280 TOP articles

Un appel pour la paix en Syrie lancé par le Maire d’Alep Est à Metz

La Ville de Metz a accueilli un invité particulier lors du dernier conseil municipal. 

Brita Hagi Hasan, président du Comité civil local d’Alep, est venu à la rencontre des élus pour clamer la paix à Alep et en Syrie.

Le Maire, Dominique Gros, lui a remis la médaille de la Ville en signe de soutien à celui qu’il a appelé le représentant de « la population résistante d’Alep Est ».

visite-alep-metz-2016
De gauche à droite au 1er rang, Professeur Raphaël Pitti, président d’honneur du comité et conseiller municipal délégué à l’urgence sociale et sanitaire – L’attaché du Maire d’Alep – Aïdi, un Syrien vivant à Metz élu au conseil municipal des enfants – Brita Hagi Hasan, Maire d’Alep.

Metz et Alep sont liés depuis 3 ans par une charte d’amitié signée le 28 juin 2013. Collectes, actions humanitaires, accueil des réfugiés, aide médicale, un soutien entre les habitants des deux villes a été établi dans de nombreux domaines.

Lors du conseil municipal du 15 décembre 2016, Brita Hagi Hasan était présent en délégation à la mairie de Metz pour renouveler son vœux de paix. Quelques heures plus tôt, il était reçu au Conseil Européen de Bruxelles avec ce même message face à tous les pays :

« Il s’agit d’un crime contre l’humanité… Je fais le tour du monde pour supplier tout le monde au nom de l’humanité… J’ai été forcé d’abandonner ma région… Alep n’est pas la première ni la dernière, la communauté internationale doit agir. »

Plus tôt à Bruxelles, Brita Hagi Hasan demandait la mise en place d’un corridor humanitaire pour sauver les civils encore en vie. Une urgence qu’il a signalé devant les élus de la ville.

« Notre peuple s’est levé et notre tyran nous a poursuivi jusqu’à la tombe… 2 millions de personnes vivaient là, ils sont 50 000 aujourd’hui, forcés d’être déplacés sans la certitude d’être sauvés… En tant que personnes élues nous avons essayé de protéger les civils mais tout le monde nous a trahi.

Le droit international a été tu par l’ONU qui reconnaît ce régime de criminel de Bachar El-Assad comme légitime… où sont les droits de l’Homme ? Ils sont morts en Syrie, » ajoutait-il plein d’émotion. »

Le président du Comité civil local d’Alep a terminé son discours en qualifiant ces crimes d’une tâche de honte dans l’histoire de l’humanité ».

La médaille de la ville lui a ensuite été remise sous les applaudissements de l’assemblée.

A lire dans la même rubrique :

Déjà 1 commentaire

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *