Marathon Metz Mirabelle 2016 : photo reportage

9 octobre 2016. Après des mois de préparation, la 7ème édition du Marathon Metz Mirabelle est prête à débuter.

Plus de 6500 participant(e)s sont venus spécialement (de ou) en Lorraine, dont 1474 pour se confronter à la distance mythique (42,195 Km). Les autres sportifs auront choisi d’affronter les épreuves parallèles pour des défis moins longs, mais pas forcément moins éprouvants.

Tout-Metz, en partenariat avec TV Sport Events, avait mis en place une équipe de 3 photographes, dont un juché sur une moto officielle, afin de suivre au plus près, ce qui constitue l’un des plus grands événements sportifs de l’année dans la région.

Ce photo-reportage, réalisé notamment par Emmanuel CLAUDE de l’agence Focalize et par Thierry Hauuy, vous fait (re)découvrir l’édition du marathon de Metz comme si vous y étiez : son ambiance, les lieux emblématiques et les temps forts de son parcours. Le tout dans un écrin

L’édition 2017 en vue

La 8ème édition du marathon de Metz aura lieu le 8 octobre 2017.

Les inscriptions sont déjà ouvertes (cliquez sur ce lien pour y accéder), un tarif préférentiel est d’ailleurs en place pour une durée limitée.

Avant le départ

Le soleil n’est pas encore levé ce dimanche 9 octobre 2016, jour J pour la course. L’équipe de TV Sport Events, organisateur du marathon de Metz, les bénévoles et les motards officiels sont déjà sur le terrain… au moment où cette photo est prise, alors que le directeur de course teste l’horloge posée sur la voiture de tête de course, une moto officielle est précisément en train de s’élancer sur le parcours pour une dernière reconnaissance avant que les coureurs ne s’élancent.
Petit à petit, les sportifs rejoignent la ligne de départ alors que le public, venu en masse, commence à s’agglutiner le long du parcours. Avec 6000 participants et des dizaines de milliers de spectateurs, le marathon de Metz est devenu un événement sportif majeur et officiel au plan national.
Ces étranges personnages qui fixent des drapeaux sur leur dos sont en réalité de véritables « machines ». Avec une impressionnante précision, ils réaliseront à la quasi seconde près le temps de parcours affiché en grand sur leur étendard. Tels des métronomes, et avec une constance de vitesse rassurante, les meneurs d’allure permettent aux participants qui connaissent leur temps de référence (ou leur objectif) sur 42 kilomètres, de s’accrocher à eux, tant pour s’assurer de ne pas se griller pendant l’effort, que pour bénéficier de leurs encouragement qui les emmèneront jusqu’à la ligne d’arrivée.
Coureurs, familles et amis se retrouvent sur l’esplanade avant les épreuves. L’ambiance est festive et si certains « chambrent » les participant(e)s, on sent dans le regard des entourages une admiration pour celui ou celle qui va se dépasser, mêlée à la crainte d’une blessure physique ou morale s’ils n’atteignent pas le bout de la course ou leur objectif. Au-delà de l’effort sportif, les épreuves du marathon de Metz constituent aussi un révélateur d’émotions.

Premiers kilomètres au coeur d’une ville plusieurs fois millénaire

9h, en contrebas de l’esplanade et du tribunal. Le top départ de la course est donné : les sportifs licenciés et professionnels s’élancent en premier, ils sont suivis juste après par les amateurs. L’écart entre ces deux catégories de participants au marathon peut allègrement dépasser les 2 heures 30.
Au menu du parcours, les coureurs traversent le quartier impérial de Metz, et plongent sous le tunnel sous la gare SNCF avant de revenir vers le centre ville.
S’il y a une majorité d’hommes qui se sont alignés sur l’épreuve, les femmes ne sont pas en reste. Les 3 meilleurs temps féminins du marathon de Metz 2016, effectués par 3 françaises, sont respectivement de 3h05, 3h09m17s et 3h11m11s. A noter que seuls 43 coureurs ont bouclé l’épreuve sous la barre des 3 heures.
Au sortir du tunnel sous la gare, les participants vont maintenant quitter le quartier impérial pour foncer vers le centre ville dont il se sont écartés pour les premiers kilomètres de la course.
En tête de la course, 4 kenyans ont distancé les licenciés dès les premiers kilomètres. Mais ces derniers n’auront pas à rougir de leur performance réalisée sur un parcours exigeant qui sillonne tout d’abord le coeur historique de la ville de Metz. Tels des tableaux historiques que l’on passe en revue, les coureurs sortent ici du plateau piétonnier devant le marché couvert de la place de chambre. En arrière plan, on distingue la cathédrale St Etienne qu’ils verront de très près quelques minutes plus tard.
Les coureurs approchent du 1er point de ravitaillement, ils vont longer l’opéra-théâtre de Metz, daté du XVIIIe siècle, il est le plus ancien établissement de spectacle encore en activité de France. A ce stade, peu avant le 5ème Km de course, les sportifs sont encore assez frais. Certains font même encore « les kékés », comme Antony au centre de l’image. Pour ce chef d’entreprise messin, le marathon constituait un objectif majeur, car il ponctuait un cycle entamé environ 2 ans auparavant, lorsqu’il pesait 20 kilos de plus.
La course se poursuit et les tableaux historiques s’enchaînent, ici le temple neuf regarde passer les marathoniens. Ils et elles étaient 1258 à s’élancer en 2016 sur l’épreuve reine.
Premier point de ravitaillement pour les participants. Le marathon de Metz en compte traditionnellement 9 en tout. La gestion de l’hydratation et de l’alimentation en course font partie de la discipline sportive, elles se préparent grâce à une connaissance acquise avant l’épreuve, et à une écoute de son corps pendant l’effort.
Passage obligatoire au pied de la cathédrale St Etienne, au coeur du centre ville. C’est notamment grâce au choix du tracé, que le marathon de Metz est décrit comme étant l’un des plus beaux de France, il fait ainsi partie du top 10 des courses du pays. Les marathoniens réguliers ne venant pas de la région évoquent généralement l’excellente surprise, tant dans la qualité de l’organisation, que dans l’intérêt esthétique du parcours.
Le tour du centre historique est bouclé. Les coureurs vont bientôt s’éloigner de Metz pour attaquer la grande boucle à l’extérieur de la ville. Mais ils vont tout d’abord passer entre le Centre Pompidou Metz et le chantier du futur centre commercial Muse, le plus grand chantier commercial de France de l’année 2016.
Le panneau annonçant le 10ème kilomètre se trouve à quelques foulées, au sortir du nouveau quartier de l’amphithéâtre qui se bâtit non loin de Pompidou Metz et des Arènes que l’on aperçoit sur cette photo. Il reste les 3/4 du tracé à parcourir. En 2010, le marathon de Metz Mirabelle a ressuscité l’ancien marathon de Lorraine, qui se tenait à Metz entre 1973 et 1993.
Pas de marathon sans bénévoles. Si certains assurent la sécurité tout au long du parcours, et empêchent tout véhicule d’emprunter le parcours, d’autres comme sur cette photo, assurent le ravitaillement en énergie et en boissons des coureurs. Sur le parvis des Arènes de Metz, ce point de ravitaillement accueille les participants du relais. Plusieurs centaines de bénévoles permettent ainsi à l’épreuve de se dérouler dans les meilleures conditions.
Sur cette photo, on assiste au passage de dossard de la course en relais par équipe de 4, chaque équipier réalisant environ 10km.
Les enfants sont associés à l’épreuve sportive. L’UEM run kids est la course qui leur est dédiée, 1200 enfants y ont participé. Ceux des écoles primaires (entre 6 et 10 ans), n’avaient pas une distance à parcourir, mais un temps de 10 à 30 minutes de course à réaliser. Fêtés sur la scène principale comme il se doit à l’arrivée, le marathon de Metz participe à favoriser la pratique sportive chez les plus jeunes.

Autour de Metz

Le parcours est roulant, il est ouvert aux coureurs débutants ou confirmés et a pour caractéristique notable de se dérouler dans une ambiance festive et conviviale. Ainsi, différentes animations sont organisées tout au long du parcours, dont plusieurs sont musicales. Les nombreux spectateurs en profitent, mais aussi les coureurs qui apprécient particulièrement ces courts rendez-vous qui les accompagnent dans leur effort.
Dernier morceau de ville avant de passer par une étape de campagne, les coureurs traversent le quartier de Metz Magny. Sur cette photo, le meneur d’allure emmène le groupe ayant pour ambitieux objectif de boucler le marathon en 3 heures.
Parmi le public omniprésent sur la totalité du parcours, familles et amis viennent passer des messages d’encouragement aux coureurs. Une fois la ville laissée derrière soi avant d’y revenir pour passer la ligne d’arrivée, le marathon de Metz traversera six communes : Pouilly, Fleury, Cuvry, Marly, Augny et Montigny-lès-Metz. Trois écrans géants, installés à Pouilly, Fleury et Augny permettent de suivre en direct le départ et l’arrivée de l’événement.
Certains coureurs ajoutent leur propre participation à l’ambiance du marathon. Sur cette photo, ce diablotin prend le temps de s’amuser avec le public. Il bouclera l’épreuve en 4h09 sous une averse.
Le voici, le fameux « mur des 30 kilomètres », planté en plein milieu du parc Simon à Augny, lieu méconnu de l’agglomération de Metz Métropole, très apprécié des flâneurs et des familles pour son calme et ses espaces. Le « mur des 30 » peut avoir un fort impact sur le moral des coureurs, qui n’ont pas encore tout à fait parcouru les 3/4 de la course à ce stade. Sur cette photo, on y voit les 4 coureurs kenyans qui tiennent la tête de l’épreuve. Pendant toute la course, ils auront conservé une allure moyenne proche des 21 km/h.
Nous retrouvons sur cette photo le groupe du meneur d’allure « 3 heures » croisés plus tôt à Magny (cf-plus haut). Une partie du groupe s’est détachée tout en restant au contact du peloton. D’autres ont malheureusement dû se résoudre à diminuer le rythme, ils pourront se raccrocher au groupe suivant.
Clin d’oeil à cette association « Docteur sourire », qui permet de rassembler des fonds pour les enfants hospitalisés, qui ne demanderaient qu’à pouvoir faire du sport plutôt que de rester enfermés. Ce clown coureur attend son relayeur précédent à la hauteur de l’ancienne Base Aérienne 128 à mi-parcours. Son association basée à Terville (57) crée notamment des spectacles pour enfants dans les hôpitaux, leur permettant ainsi d’oublier pendant quelques minutes leur environnement ou de dédramatiser leur situation. Pour aider l’association : http://www.docteur-sourire.com/

Arrivée en vue

A quelques foulées du panneau affichant 39km, le tracé longe le canal. Quand on en arrive là, il reste moins de 3 kilomètres à parcourir mais les organismes sont très fatigués et l’on manque de lucidité. Le mental, qui a pris le relais du physique depuis plusieurs kilomètres déjà, doit pourtant s’imposer pour emmener le corps à se dépasser pour finir l’épreuve.
A gauche le Palais du Gouverneur militaire. En face, à 200m au bout de cette ligne droite, s’étale la place de la République… et la ligne d’arrivée y est tracée. Avant cela, à 100m, les coureurs verront le tant espéré panneau des 42km, il leur restera alors exactement 195 mètres à parcourir.
Les motivations sont diverses pour pratiquer la course à pied, mais dans tous les cas la pratique sportive est porteuse de valeurs et de bienfaits auprès desquelles chacun peut se retrouver. Par exemple, cette famille fait bloc autour d’un enfant qu’elle a emmené avec elle tout au long du parcours. En 2016, TV Sport Events, l’organisateur du marathon, a reversé 1€ par inscription payante à l’association Famille de France. Un chèque de 2 881€ lui a ainsi été remis par le Maire de Metz.
C’est bien entendu un kényan qui a remporté l’épreuve, il se nomme Eliud Magut et a battu au passage le record existant de l’épreuve en bouclant les 42km195 en 2h 11min et 43s. Au rang des records, on notera celui du messin Bob Tahri, réalisé en 2014 avec 2h 16min et 28s.
Nous vous mettons au défi de parcourir le prochain marathon de Metz de bout en bout avec un équipement sportif du même type. Si vous y arrivez, contactez-nous, nous vous offrirons un Mug Tout-Metz 🙂
Le marathon n’est pas une épreuve mythique pour rien. Au bout de l’effort, les participant(e)s sont allés chercher au plus profond de leurs ressources physiques et mentales pour franchir la ligne d’arrivée, où les attendent une médaille, de quoi se restaurer et s’hydrater. Parfois, au détour de l’épreuve, se créent des amitiés extraordinaires entre coureurs qui ne se connaissaient pas, mais qui se sont pourtant soutenus dans les baisses de forme ou de motivation. Cet inconnu(e) devient alors, au moins pour les kilomètres restants et les embrassades à l’arrivée, le ou la meilleur ami(e) que l’on a au monde.

 

Vidéo

A lire dans la même rubrique :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *