Accueil Evénements Exposition Antoine DESAILLY # REPEAT AFTER ME 2021 – Metz

Exposition Antoine DESAILLY # REPEAT AFTER ME 2021 – Metz

Exposition du 13 mars au 24 avril 2021

Ouvert du jeudi au samedi
De 14h à 17h30 et sur rendez-vous.

Les gestes barrières et les mesures de distanciation physique seront respectés

Dessins, peintures, installations, on y retrouve les marqueurs de ce qui est au cœur de son travail depuis plusieurs années déjà. Le dessin se trouve renforcé ou peut-être qu’il s’assume, y compris dans de l’acrylique sur toile ou sur des grands formats.

Sur une série représentant des pots de peinture, reprise d’un motif déjà abordé par l’artiste, ce dernier s’est attelé, cette fois-ci, à travailler la forme des tâches et des coulures par la ligne. De la même manière, la répétition, le motif, les procédés qui l’ont fait connaître à travers ses séries de dessins sampling, se retrouvent, aujourd’hui, dans sa peinture.

C’est le cas avec sa grande peinture, une pluie de carottes, aussi dessinée que colorée, ou dans sa série de dos de tableaux, des châssis figurés sur la toile, de formats petits à grands, se déployant ou s’accumulant dans l’espace comme pour partager des particules d’atelier avec les visiteurs.

Alexandre LEGER
Extrait du Texte REPEAT AFTER ME, Antoine Desailly, 12-02-2021

En détail

D’où vient ce titre que l’artiste a lui même donné à son exposition? Une introspection ou un délire? Lui qui est aussi rappeur, harangue peut-être la foule? Ou il a fait un mauvais rêve à propos d’une méthode d’apprentissage d’anglais ? Une autocitation enfin, une mise en abîme de son propre travail ?

Dans son atelier d’Aubervilliers, Antoine Desailly s’est organisé. Décontracté, ça ne l’empêche pas de prendre les choses au sérieux pour la préparation de sa troisième exposition personnelle à la galerie Modulab, après Les indésirables en 2014 et Le syndrome de la capuche en 2018.

Une maquette, sur une table, avec des miniatures soignées, au feutre, des dessins et le dessein de ce que sera l’exposition, les idées d’Antoine sont claires. Dans l’espace de l’atelier, les œuvres citées dans le projet se déploient, exposées ou archivées, et pour les dernières, en cours de réalisation.

Dessins, peintures, installations, on y retrouve les marqueurs de ce qui est au cœur de son travail depuis plusieurs années déjà. Le dessin se trouve renforcé ou peut-être qu’il s’assume, y compris dans de l’acrylique sur toile ou sur des grands formats. Sur une série représentant des pots de peinture, reprise d’un motif déjà abordé par l’artiste, ce dernier s’est attelé, cette fois-ci, à travailler la forme des tâches et des coulures par la ligne. De la même manière, la répétition, le motif, les procédés qui l’ont fait connaître à travers ses séries de dessins sampling, se retrouvent, aujourd’hui, dans sa peinture. C’est le cas avec sa grande peinture, une pluie de carottes, aussi dessinée que colorée, ou dans sa série de dos de tableaux, des châssis figurés sur la toile, de formats petits à grands, se déployant ou s’accumulant dans l’espace comme pour partager des particules d’atelier avec les visiteurs.

On est un peu chez Lewis Carroll dans le travail d’Antoine, on retrouve les tableaux dans ses dessins, certains dessins contiennent de vrais faux tableaux, l’espace lui-même nous plonge dans l’univers d’un dessin d’à peine quelques centimètres, on s’attendrait presque à se voir, de dos, dans un petit format. Entre collègues, sans excès de théorie, nous évoquons Guston de nouveau, digéré, mais aussi Magritte à qui il semble faire un amical clin d’œil. Ces nouvelles pièces sont de l’ordre de la citation à son propre répertoire dit lui même Antoine, avec des variations, pas comme une copie mais plutôt, selon moi, comme un beat de musique, une vibration.

Sous le pseudo de CHEM, il continue la musique, le rap et de nouveaux morceaux. Pour apprécier son univers dans son entièreté, il faut l’écouter. Notamment le morceau J’ suis bidon, «..comme un vélib sans guidon..», poursuit-il. Il y a samplé la chanson d’Alain Souchon, gardant l’esprit un peu rieur du texte mais avec un son assez puissant, aux accents presque caverneux. Comme un reflet à son travail plastique, les morceaux d’Antoine a.k.a CHEM ont cette identité un peu double, presque paradoxale parfois. Comme si il y avait un principe de tension mécanique, cela attire notre attention, de façon spontanée. Bizarre cool, non ? Non, c’était le titre d’un ancien morceau d’Antoine qui illustrait bien ce principe aussi. Des sons et un flow qui font écho parfois au plus subtil du rap de la fin des années 90 et des textes qui ont un esprit plus poétique et même parfois surréaliste.

On découvre aussi le morceau One two baby où il dit tendrement à sa compagne qu’il «..appuie sur repeat..» et «..(l)’aime pour la 2nde fois..». On comprend bien alors ce que contient d’intimité et de pudeur le titre qu’Antoine a choisi pour son exposition.

Les mots, il les utilise simplement, une poésie sans fioriture, presque triviale. C’est la même dynamique dans son rapport aux formes, souvent initié par une ligne claire, sans autre effet que l’humeur de sa main ou la variation de l’acuité de tout œil qui fait qu’un artiste reste une mécanique faillible et sensible. Lorsque l’on évoque sa série de peintures de baskets, des sneakers, il dit spontanément : « ces chaussures, c’est de la peinture qu’on se met aux pieds ». Cette poésie de l’instant, celle qui ne cherche pas à en être, fugace, Antoine ou CHEM (moche en verlan) parvient à la trouver pourtant à répétition. Comme la beauté qu’il exprime sincèrement dans le grotesque, la déformation et la répétition de formes.

Si certains sujets sont populaires dans son travail, ce n’est pas du pop art pour autant, il n’entretient pas cette distance un peu sociologique de l’artiste qui «emprunte» à la culture pop ses sujets. Antoine vit, travaille et est attaché à Aubervilliers. Les «petits» qui défoncent le hall de son immeuble, il leur dit dans un morceau et les invite à en faire le clip. Antoine Desailly est l’antithèse du branché parisien, avec sa décoloration à la Slim Shady et sa polaire à capuche aux motifs autrefois colorés, il est le Bizarre cool d’Aubervilliers, à l’humour visuel presque belge, peignant des pluies de carottes et l’envers des tableaux sur l’endroit.

Le célèbre «l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art» de Robert Filliou lui conviendrait assez bien finalement. Son œuvre, ses mots circulent dans bien des lieux différents, la rue, sous forme de peinture murale, de graffiti, mais aussi dans l’atelier, des lieux associatifs, sous des formes très vivantes et enfin dans les galeries et centres d’art où son travail se montre comme pour cette exposition. Dans ses répétitions, ses cycles, Antoine nous laisse en découvrir un peu plus chaque fois.

Quand un artiste choisit lui-même le titre de son exposition, c’est une grande liberté qui nous est donnée, il nous permet souvent davantage d’appropriation, d’y projeter nos propres vies. C’est heureux que j’ai eu la chance d’écrire pour Antoine Desailly, pour la deuxième fois. Il faudrait toujours répéter les expériences qui vous ont apporté du plaisir. Repeat after me.

Alexandre Leger 12.02.2021

Visuel: Pluie de carottes, 2021
Acrylique sur toile: 130 x 160 cm

CONTACT
Aurélie AMIOT

L'événement est terminé.

Étiquettes : ,

Date

18 Mar 2021
Expiré!

Heure

Ouvert du jeudi au samedi, de 14h à 17h30 et sur rendez-vous
14 h 00 min - 17 h 30 min

Plus d'Infos

Lire la suite

Mots clé

Arts créatifs / Photo / Dessin,
Exposition
Galerie d'art contemporain MODULAB

Lieu

Galerie d'art contemporain MODULAB
Galerie MODULAB, Metz
Site Web
https://www.modulab.fr/
Catégorie
X

Focus sur…

Proposer votre propre événement ? Cliquez ici

A l’agenda

Aucun événement trouvé !

Insérer votre événement dans l’agenda ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page