535×280 TOP articles

Paris FC-FC Metz : action… réaction

Après avoir vaincu AC Ajaccio lors de la précédente journée, le FC Metz enchaîne en décrochant une précieuse victoire sur le terrain de la lanterne rouge, le Paris FC (2-1). Mais que ce fut dur.

FC Metz

C’est décidément une habitude. Plutôt mauvaise d’ailleurs. Un truc qui colle à la peau et dont le FC Metz n’arrive pas à se débarrasser. Les lorrains aiment se faire peur et jouer avec le feu.

Comme face à Ajaccio, les grenats ont été menés au score. Et comme face à Ajaccio les grenats ont dû jouer avec les tripes pour se sortir du piège francilien.

La première mi-temps, plutôt équilibrée, aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. Chaque équipe aura eu l’occasion de planter une banderille. Metz à la 11ème minute, sur une double tentative de Georges Mandjeck suite à un corner. Et Paris un quart d’heure plus tard, sur un corner de Romain Grange, repris de la tête par Jean-Jacques Pierre.

Pour sa première titularisation, Matthieu Udol, sur la ligne de but, effectue un sauvetage plus que bienvenu.

Pour le reste, pas grand chose à signaler, si ce n’est la maladresse qui régnait des deux côtés. Le deuxième acte sera heureusement bien plus animé.

Une histoire de coups de pied arrêtés

Alors que Cheick Doukouré doit quitter les siens sur blessure (remplacé par Sergueï Krivets), les premiers à se mettre en évidence sont les franciliens. Sur le premier corner obtenu par les joueurs de Jean-Luc Vasseur, les messins, en plein cafouillage, rendent le ballon à leurs adversaires. Ivan Balliu sauve une première fois sur sa ligne, avant que Didillon ne se mette en évidence face à Mohsni (50ème minute).

Dix minutes plus tard, les parisiens, remontés comme jamais, sont finalement récompensés. A l’entrée de la surface, Mehdi Jean-Tahrat fait tourner la défense messine en bourrique, avant d’expédier une lourde frappe dans la lucarne de Thomas Didillon (60ème minute). 1-0 pour le PFC.

Le coach messin ne tarde pas à réagir, et fait rentrer Diallo à la place de Sassi. La suite est une histoire de coups de pied arrêtés. Trois minutes après l’ouverture du score, les lorrains obtiennent un coup franc, légèrement excentré, à une vingtaine de mètres du but de Thébaux. Ngbakoto se charge de le frapper et, tout en finesse, loge le ballon dans la lucarne du portier parisien (63ème minute). Dix minutes plus tard, suite au bon travail d’Habib Diallo, les grenats obtiennent un nouveau coup franc.

A la manœuvre, Guido Milan. L’argentin, d’une puissance frappe à ras de terre, désintègre le mur et fusille Thébaux (74ème minute). Son premier but de la saison et le deuxième sous le maillot grenat. Les messins prennent l’avantage et ne vont plus le lâcher, malgré les derniers coups de boutoir du PFC.

Une victoire à l’arrachée, qui permet aux coéquipiers de Kevin Lejeune de se replacer dans la course à la montée. Les lorrains ne sont plus qu’à un point du Havre, actuel troisième et vainqueur 2-0 face à Tours.

Prochain rendez-vous, une rencontre à domicile face aux Chamois Niortais, premier non relégable.

A lire dans la même rubrique :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *