535×280 TOP articles

Un nouveau visage pour le centre piétonnier de Metz (photos), les travaux débutent en mai 2016

Nous l’annoncions dans cet article dès la fin du mois de janvier dernier avec photos à l’appui, la rénovation des rues du centre piétonnier de Metz est au menu des travaux liés au budget 2016.

Ces dernières semaines, les services de la ville ont travaillé, notamment avec l’architecte des bâtiments de France, afin de décider de la forme définitive et des couleurs que prendront les rues du centre ville messin, mais aussi de l’éclairage, du stationnement aux pourtours de la cathédrale, ou encore de l’amélioration de la liaison entre le centre ville historique et le quartier de l’Amphithéâtre. Des choix présentés ce mercredi 23 mars en conférence de presse.

Conçu dans les années 70, le plateau piétonnier de Metz, en très mauvais état, va subir une sérieuse cure de rajeunissement. Un projet d’ampleur, destiné à améliorer l’attractivité de la ville, qui prendra plus d’un an à mettre en oeuvre.

La municipalité a expliqué avoir conçu le projet de manière à minimiser les nuisances au maximum.

Une rénovation nécessaire

Dès 1973, la ville de Metz entame les travaux afin de rendre piéton le centre ville, ce fut ainsi l’un des premiers plateaux piétonniers du genre construit en France. Le projet s’étale jusqu’en 1979 pour les rues, et s’étend ensuite aux places, la dernière en date étant celle de la république en 2010.

Malgré des rénovations intermédiaires, comme celle de la rue des Clercs en 1988, le centre piétonnier devenait peu à peu vieillissant et de moins en moins adapté. Au fil des années, les rustines de macadam et les dalles en mauvais état sur les côtés ont formé, ça et là, des patchwork disgracieux, ennemis des hauts talons et des chevilles.

« Cela faisait depuis longtemps que le plateau piétonnier n’avait pas été relooké. »

indique à ce sujet Patricia Sallusti, adjointe au Maire chargée du commerce et de l’artisanat, qui complète à notre micro la présentation du projet :

Afin de rendre cet espace plus « agréable et accessible » et de « continuer à apporter les conditions pour attirer clients, familles et visiteurs », la ville de Metz avait annoncé, en mai 2015, la réfection de celui-ci.

Coût de l’opération : trois millions d’euros, pour un chantier qui devrait débuter le 2 mai, « soit juste après la course « La Messine », et se terminer entre fin juillet et début septembre 2017, « avant l’ouverture du centre commercial Muse« .

Le chantier s’articulera autour de quatre axes principaux.

Nouveau revêtement et meilleure luminosité

Mais le point central de la présentation de mercredi est sans doute le réaménagement des rues Serpenoise et des Clercs, qui se pareront d’un nouveau revêtement.

Voici, en taille réduite (1/4) le type de dalle qui recouvrira certaines zones dans les rues de Metz d'ici à 2017.
Voici, en taille réduite (1/4) le type de dalle qui recouvrira certaines zones dans les rues de Metz d’ici à 2017.

Résistant aux agressions, non glissant (nous avons testé, c’est effectivement le cas), plus pratique mais aussi plus lumineux, celui-ci sera constitué de dalles de béton arborant une déclinaison de couleurs pierre de Jaumont, et de dessins de pavés d’une couleur proche du grès des Vosges, matériaux emblématiques du territoire lorrain.

Ce revêtement sera notamment posé à l’entrée de la rue des Clercs et sur les placettes, « espaces de respiration » émaillant le parcours.

Visuel de la future placette Armand Knecht, située au sein de la rue des Clercs - Document remis
Visuel de la future placette Armand Knecht, située dans la rue des Clercs – Source : ville de Metz

Le confort des piétons sera en outre amélioré grâce à l’ajout d’éclairages LED, « plus chaleureux et plus économiques », aux dispositifs existants.

« C’est une exigence des Architectes des Bâtiments de France. Et puis nous avons en tête le classement à l’UNESCO »,

ajoute le conseiller municipal.

Renforcement de la liaison centre-ville / quartier de l’Amphithéâtre

« Les deux quartiers vont se renforcer l’un et l’autre et le déplacement entre les deux se fera sans impression de grande distance »,

assure l’élu, qui peinera probablement à en convaincre certains sur le sujet. L’idée est de relier du mieux possible les deux hémisphères de la ville : le centre historique, et les pourtours du Centre Pompidou.

Le projet pour la place Saint-Nicolas, l'un des maillons de la liaison entre le centre ville et le quartier de l'Amphithéâtre à Metz. Source : ville de Metz
Le projet pour la place Saint-Nicolas, l’un des maillons de la liaison entre le centre ville et le quartier de l’Amphithéâtre à Metz. Source : ville de Metz

Aménagement de la place Saint-Nicolas en zone de rencontre, partage équitable de la voirie rue des Augustins, sécurisation des traversées avenue Foch et signalétique ludique, avec ajout de « micro-infos » comme les temps de trajet, sont à l’ordre du jour. Ces avenues devraient également être plus confortables à pratiquer.

Embellissement des abords de la cathédrale

« Il ne s’agit pas ici de vider la place de tous ses véhicules mais de permettre aux piétons de se la réapproprier »,

explique Guy Cambianica, ce qui, au final, revient tout de même à repousser autant que possible les véhicules ventouse vers les parkings souterrains, et rendre l’aérien plus agréable à regarder. Dans cette optique, un parvis sera créé entre le monument et la place Jean-Paul II. Une réaffectation de la place Saint-Etienne est également prévue, afin de lui redonner une dimension culturelle et sociale. Le chantier de cet espace aura lieu en même temps que celui du plateau piétonnier.

Une offre de stationnement plus souple

« Nous n’allons pas faire disparaître les places de stationnement mais les véhicules ont plus vocation à stationner dans les ouvrages, et ce afin d’apaiser les quartiers »,

affirme Guy Cambianica, qui précise qu’à Metz, où se trouvent pas moins de 15 000 places de parking, ce sujet ne devrait « en principe pas poser problème ». La ville a ainsi choisi de modifier l’offre existante, en particulier aux abords de la cathédrale. Cela passe par l’aménagement de places de stationnement pour les Personnes à Mobilité Réduite et de places à rotation rapide. Ces dernières, a priori gratuites pendant 30 minutes, serviront à tous ceux qui ont une course rapide à faire.

Peu de nuisances à prévoir

Généralement, réaliser des travaux, surtout de cette ampleur, apporte son lot de galères. Financières mais aussi quotidiennes. Les commerçants et riverains en savent quelque chose. Pour pallier à ce problème, les travaux seront réalisés par tronçons.

« Comme ceci la vie commerciale ne sera pas interrompue »,

affirme Patricia Sallusti.

A cela, Guy Cambianica ajoute qu’« il n’est pas question de faire des travaux si des opérations commerciales sont prévues ». Des passerelles seront par ailleurs installées pour accéder aux différents commerces.

Autre épine dans les pieds de la ville, la continuité des transports, avec comme principal point d’interrogation la ligne 3, qui traverse le centre piétonnier. Sur ce sujet, les deux élus ne se mouillent pas trop :

« Concernant la ligne 3, plusieurs scénarios sont envisageables y compris celui de ne rien changer. Tout est encore ouvert. »

Le conseiller municipal assure tout de même une certaine « continuité de la ligne pendant les travaux ».

Financement : « des arbitrages seront nécessaires »

Enfin, last but not least, le financement du projet, dont le coût global est estimé à 3 millions d’euros.

Dans l’idéal, la municipalité mise sur un apport du Conseil Départemental de 730 000€, au titre de l’Aide mosellane à l’investissement des territoires (AMITER). Le reste du montant est d’ores et déjà inscrit dans le budget de la Ville. Et Guy Cambianica de conclure sur ce point :

« Si nous n’obtenons pas ces 730 000€, il faudra faire des arbitrages et revoir certains projets. »

A lire dans la même rubrique :

Déjà 3 commentaires

  1. alex

    Les PV vont tomber dru !! Les radars vont chauffer pour payer tout cela !! Et je parie que les places de parking vont encore augmenter……….

    Répondre
  2. patricia

    Mais pourquoi tant de depenses compte tenu de la VOLONTE de la municipalité de vider le centre ville de ses commerces traditionnels, de ses deux uniques cinemas. Arrêtons la folie des grandeurs, la cherté des parkings, Metz est une ville à taille humaine et non une megalopole. Voyez le nombre d’espace commerciaux VIDE, le St Jacques joli mais VIDE, les cafés fermés le soir et les parkings VIDES aussi. Wave Muse hotels de luxe palais des congrès cotoient les friches militaires, le Pompidou est desormais perdu dans le beton c’est devenu moche et sans vie, l’accès à la gare est impossible. Je voudrais retrouver une ville attrayante, où il fait bon vivre lespetits commerces non communs (où sont donc passés les independants), pouvoir me stationner sans augmenter considerablement le budget. Monsieur le Maire, savez vous que venir au cinema à Metz desormais coûte au mieux bus AR 2.60 entree cine 6.40 soit 9€ et je ne veux pas aller au kinepolis impersonnel et sans âme parce que j’aime (j’aimais) venir au centre ville. Mais dans quel monde vivez vous Mr le Maire, savez vous que Metz vue pas ‘la France de l’interieur’ -je viens de Bretagne- est inconnue. Alors arrêtez de tuer cette ville, rendez lui son âme et son attractivité, ses atouts, sa place de commerçante, de ville verte. Stoppez vos élucubrations de beton, vos plans de circulation grandiose, vos projets megalo qui ne vont pas attirer plus de population ni de visiteurs. Refaites donc la rue Serpenoise mais POUR QUI plus personne n’y trouve d’attrait, vous avez fait fuir les commerces et la clientèle qui ne peut acheter et payer vos parking ou bus. STOP

    Répondre
  3. neibecker marcel

    la rue serpenoise a été refaite plusieurs fois,pavés ,les femmes se tordaientles pieds, remplacement des réseaux enterrés. etc etc.pourriez vous me donner les dates des différents travaux faits rue serpenoise. merci bonne journée.

    Répondre

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *