535×280 TOP articles

Hackathon collèges 2016 : une finale à la hauteur, des collégiens au top, et un vrai enjeu de société

Les collégiens finalistes du « hackathon collèges », deuxième édition du genre, se sont réunis ce mardi 17 mai 2016 à Metz, afin de présenter leur projet à un jury.

C’est un projet de balance électronique anti-gâchis pour les cantines qui a remporté le premier prix.

L'équipe du collège Jean Mermoz de Yutz a remporté le premier prix du hackathon collège édition 2016 avec une balance anti-gâchis pour les cantines.
L’équipe du collège Jean Mermoz de Yutz a remporté le premier prix du hackathon collège édition 2016 avec une balance anti-gâchis pour les cantines.

L’association Grand Est Numérique est décidément sur tous les fronts, et fait preuve d’une véritable hyperactivité pour faire avancer le numérique.

Cherchant à toucher les jeunes et par là même leurs enseignants et parents, pour les sensibiliser au numérique, l’association représentant l’écosystème numérique avait déjà organisé un premier événement du genre en 2015, en partenariat avec le Conseil Départemental de la Moselle.

Le succès avait été au rendez-vous, et avait incité l’organisateur à inscrire cet événement dans le temps, mais aussi attiré de nouveaux partenaires. C’est ainsi que ENGIE, le rectorat de l’académie, Divacore, l’agglo de Thionville ou encore la ville de Metz ont rejoint le CD57 pour appuyer l’association.

La démarche, née en Lorraine au sein de l’association Grand Est Numérique, intéresse déjà beaucoup d’autres acteurs qui l’ont suivie avec un fort intérêt. La Meuse est sur les rangs pour l’année prochaine, et l’Alsace a contacté l’association pour suivre le mouvement et organiser la même chose. Il se murmure même que le ministère de l’éducation nationale aurait suivi l’affaire, inédite en France, depuis Paris via Twitter.

[note color= »#ffcc00″]

Un véritable enjeu de société

Comment préparer les jeunes à leur avenir professionnel, les intéresser à la matière numérique, attirer les filles dans des filières perçues (à tort) comme masculines, et montrer par l’exemple, les possibilités d’orientation pour les collégiens ?

Voici en substance une liste non exhaustive des différents enjeux auxquels parents, enfants, enseignants, collectivités et monde professionnel font fasse. Les profonds changements de la société via la technologie imposant de nouvelles façons de travailler avec les jeunes.

« Le faire », rendu possible par la création de fab labs partout sur le territoire, permet à tout un chacun de se présenter et d’apprendre en faisant soi-même tout en étant accompagné par des bénévoles ou des employés d’associations dite « fab lab ». Un mouvement de fond qui rend possible ce bouillonnement qui offre en plus l’avantage de faire participer ensemble parents et enfants à des réalisations imaginées et conçues en famille.[/note]

16 équipes au départ, un lauréat à l’arrivée

Si en 2015, 20 jeunes de 5 collèges avaient participé à Thionville, l’édition 2016 annonçait 70 participants répartis en 16 équipes, et 4 sites différents dans le département de la Moselle (quatre villes en simultané : Metz, Thionville, Sarreguemines et Folschviller). La première partie s’était tenue le 30 avril dernier, et avait désigné un lauréat dans chacun de ces sites. Le 17 mai permettait d’organiser la finale entre ces quatre équipes à l’ENIM (l’école nationale d’ingénieurs de Metz).

Une partie des participants à la compétition 2016 s'étaient réunis à l'ENIM pour assister à la grande finale du hackathon collèges 2016.Au premier rang les 4 équipes finalistes.
Une partie des participants à la compétition 2016 s’étaient réunis à l’ENIM pour assister à la grande finale du hackathon collèges 2016.Au premier rang les 4 équipes finalistes.

Quatre équipes de collégiens et quatre projets innovants étaient donc en compétition. Les élèves avaient développé leurs prototypes innovants autour du thème « le collège éco­responsable 2.0 » avec l’aide des encadrants et enseignants, coachs, membres des fab labs et du dispositif pédagogique « J’apprends l’énergie » conçu par ENGIE.

A l’issue de la journée du 30 avril, quatre lauréats avaient été nominés : l’équipe du collège Jean Mermoz de Yutz pour sa balance connectée qui calcule le poids du gaspillage alimentaire à la cantine. Le “Chibi­gomi”, robot poubelle du collège Himmelsberg de Sarreguemines. Le “Gachimètre écolo”, la balance connectée disposée sous la poubelle, qui recueille les aliments jetés et qui enregistre le poids des déchets du collège Notre Dame de Peltre. Et enfin, le “Vegetal­Drône”, basé sur l’énergie végétale, du collège Jean de La Fontaine de Saint Avold.

Venus en bus des quatre coins de la Moselle pour participer à cette grande finale, les lauréats ont présenté à nouveau leurs projets, plus développés, devant les membres du jury.

L'équipe du collège Jean Mermoz de Yutz.
L’équipe du collège Jean Mermoz de Yutz.
L'équipe du collège Himmelsberg de Sarreguemines
L’équipe du collège Himmelsberg de Sarreguemines
L'équipe du collège Jean de La Fontaine de Saint Avold
L’équipe du collège Jean de La Fontaine de Saint Avold
L'équipe du collège Notre Dame de Peltre.
L’équipe du collège Notre Dame de Peltre.

Chaque membre des équipes lauréates a reçu à l’issue de cet après­-midi une enceinte Bluetooth Divacore. Mais c’est l’équipe du collège Jean Mermoz de Yutz qui à permis à son collège de gagner le premier prix, une imprimante 3D en kit, en remportant la bienveillante compétition.

Plus de matériel, et plus de fablabs

Les quatre équipes de collégiens en compétition ont avoué qu’elles renouvelleraient avec plaisir cette expérience dans leur quotidien si elles avaient plus de matériels et de connaissances à leur disposition.

Un appel du pied à faire entrer la technologie au plus près des collèges et des lycées, pour transformer la vision du numérique, et susciter des vocations dans des métiers en devenir, autant pour les filles que pour les garçons d’ailleurs.

Dans le dispositif, les fab labs constituent une pièce essentielle pour amener des moyens d’expérimenter et d’apprendre au plus près des jeunes, dans les villes et villages, ou dans les établissements scolaires.

Avec le tarif des matériels en baisse, l’équipement des fab labs en imprimante 3D, en découpeuse laser, en petit matériel électronique et en technologies numériques, le tout animé par quelques personnes motivées, coûte globalement très peu cher par rapport à ce que cela provoque comme effet. Ainsi, on crée de nouvelles zones d’ébullition, qui attirent le regard, mais permettent de transformer la société, rien que ça.

Les partenaires du hackathon collège l’ont bien compris, notamment du fait que le message porté en ce sens par les collégiens fut récurrent sur le sujet.

A comparer aux dizaines, centaines de milliers ou aux millions parfois investis par les collectivités sur d’autres types de projets plus classiques, repositionner certains budget sur un enjeu de cette taille fait du sens, il nécessite cependant une vraie prise de conscience du politique, et bien sûr des décisions sans saupoudrage. A ceci il faut ajouter une question de tempo, un vrai mal français, car il ne s’agit pas d’attendre plusieurs années avant de pousser le mouvement.

D’autres événements à suivre de près dans le numérique

Plusieurs événements ont déjà eu lieu cette année, mais le tourbillon continue. Ainsi, les prochains événements de l’association Grand Est Numérique sont déjà à l’agenda. Du 3 au 5 juin 2016, un hackathon tourné sur la ville intelligente et l’open data se déroulera simultanément à Metz et à Nancy, près de 100 participants plancheront pendant 48 heures sur des solutions innovantes en la matière.

Au mois de septembre, ce sera le grand événement annuel « GEN4 » qui vise les professionnels. Plus de 1000 participants y sont attendus (plus d’information et billetterie en cliquant sur le lien). En trois édition, cet événement est devenu le plus important de la région Grand Est.

Enfin, en fin d’année, se tiendra la deuxième édition du concours de création d’entreprise innovantes organisé par l’association. Un événement réservé aux chercheurs d’emplois suivi de très près quant à lui, par le ministère du travail.

A lire dans la même rubrique :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *